Sensibilisation du client à l’écologie dans sa librairie : combat perdu d’avance ou premier pas essentiel ?

“Madame, auriez-vous un moment pour parler de l’écologie en librairie—” La fin de la phrase n’aura jamais lieu, la cliente a vivement secoué la tête au moment où le mot ‘écologie’ a franchi nos lèvres. Avec consternation, notre groupe l’observe partir au loin sans même nous accorder une seconde de plus. C’est un scénario que nous avons vécu encore et encore, soulignant le défi que représente la sensibilisation à l’écologie dans un environnement de librairie.

Un bastion à mauvaise réputation

L’écologie est un sujet qui est apparu et resté en force dans l’espace publique depuis peu. La première conférence internationale sur l’environnement humain s’est tenue en 1972 à Stockholm, et le sujet est entré dans le domaine éducatif dans la même période. Le public n’est donc pas ignorant sur cette question, mais la majorité ne semble pas y être concernée. Une étude du gouvernement, demandant aux Français de noter leurs sensibilités environnementales de 1 à 7, atteint une moyenne de 4,94 en 2021.

La SLF (Syndicat de la Librairie Française), offre quelques conseils pour sensibiliser les clients comme « développer son rayon écologie/développement durable », « communiquer sur les actions de la librairie » et « organiser des événements sur le thème de l’écologie ». Ses petites ou grandes actions sont un moyen de rendre le sujet plus accessible, moins effrayant aux clients les plus réfractaires à s’intéresser à la cause.

Des acteurs pourtant essentiels

Dans le rapport de The Shift Project, Décarbonons la Culture, les chiffres nous montrent que le client n’est pas exempt des émissions de co2 dans la chaîne du livre. En effet, les déplacements de clients vers la librairie constituent plus de 10% des émissions moyennes par livre. Un sondage de 2021 montrait que presque la moitié (45%) des clients venaient en voiture à la librairie. Pourtant, selon une étude du gouvernement en 2022, seulement 15% des réponses désignent ‘les ménages’ comme devant agir en priorité pour la protection de l’environnement.

Nous arrivons alors dans un cercle vicieux, où la responsabilité de l’action écologique est continuellement rejetée les uns sur les autres, sans que personne ne prenne l’initiative d’agir de façon nécessaire. Le fameux « triangle de l’inaction » prend tout son sens ici, avec les maisons d’éditions qui refusent ne serait-ce que d’essayer de parler d’écologie, et des clients qui ne se sentent pas concernés. Il est évident que l’industrie elle-même doit changer de système, et rapidement. Mais il est essentiel pour les consommateurs de se sentir inclus dans ce combat, sans se sentir culpabiliser.

Doucement mais sûrement… mais quand sera-t-il trop tard?

A ménager les sensibilités de chacun, un combat comme celui de l’écologie peine à avancer. Le monde se dirige dangereusement vers un réchauffement des températures de 2,8 degrés Celsius, il est donc impératif de réduire nos émissions. La COP 28 qui se déroule actuellement à Dubaï fera compte des avancées, ou non, des objectifs pour la planète. Il est indispensable que le monde du livre évolue avec son temps et opte pour de nouvelles règles, sous peine d’être laissé sur le banc de touche. Le but n’est pas un monde sans livres ni production de ceux-ci, mais bien une évolution de notre système actuel. Le lecteur, client de librairie ou de livre numérique, se doit d’avoir une conscience et une consommation éthique.

Il est à remarquer tout de même que les librairies semblent l’acteur qui s’implique le plus dans le combat écologique dans le monde du livre, contrairement aux maisons d’éditions ou aux fabricants. Que ce soit par mettre en avant des livres parlant du sujet ou éco-responsable, par des conférences organisées, ou par un choix de catalogue et de livre fabriqués de façon responsable ou de seconde main, les libraires sont indispensables dans le processus. Il est donc temps que l’ensemble de ce monde suive le mouvement, pour un futur en paix et parsemé de livres.

BARRAL Eva, M1 MDLE parcours Edition

Sources

  • PAUTARD, Eric. « Opinions Des Français Sur l’environnement En 2022. » Données et Études Statistiques Pour Le Changement Climatique, l’énergie, l’environnement, Le Logement, et Les Transports, Ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires, 23 février 2023, www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/opinions-des-francais-sur-lenvironnement-en-2022#:~:text=prot%C3%A9ger%20l%27environnement.-,Les%20Fran%C3%A7ais%20toujours%20plus%20inquiets%20face%20au%20changement%20climatique,sujet%20atteint%20un%20niveau%20record
  • Syndicat de la librairie française, « Bonnes pratiques en librairie », 20 septembre 2022, https://guide.syndicat-librairie.fr/developpement-durable/bonnes-pratiques-en-librairie
  • The Shift Project, Décabornons la Culture !, 2021

Les lecteurs grenoblois ne s’intéressent pas au lieu d’impression de leurs ouvrages, pas par désintérêt « actif », mais parce qu’ils n’y pensent pas.

Le 19 octobre 2023 après-midi, dans le cadre d’une démarche appelée « Projet S », qui consistait en un sondage sous forme de questionnaire à choix multiples1 auprès des clients d’un point de vente de livres, afin de les interroger sur des pratiques écologiques liés à ces lieux, je me suis rendu au Momie Manga de Grenoble. J’ai obtenu 21 réponses en 4 heures.

Une des questions était « Lorsque vous achetez un livre, êtes-vous attentif au lieu d’impression ? (Réponse facultative) ». Les réponses possibles étaient : « Oui, j’y suis attentif.ve », « Oui, je m’y intéresse mais ne trouve pas l’information » ou « Non, je ne m’y intéresse pas. ».

La réponse donnée a été quasi-systématiquement, à deux exceptions près, « Non, je ne m’y intéresse pas. ». Toutefois, il s’agit de la question qui a suscité le plus d’interrogations auprès des sondés. C’est celle qui a suscité le plus de conversations, plusieurs clients ayant déjà remarqués qu’il y avait relativement peu de livres imprimés en France, mais n’avaient pas poussé plus loin, sans chercher plus loin. Les autres déclaraient tout simplement n’avoir jamais réfléchi sur ce sujet, mais se sont montrés intéressés. Leurs réactions tendaient à alterner entre soulagement d’apprendre que de moins en moins de livres vendus en France étaient imprimés en Chine et que la plupart l’étaient plutôt en Europe, et l’agacement que peu de livres soient imprimés directement en France. Ceux qui avaient entamés la conversation sur ce sujet semblaient présenter une réelle curiosité. Un jeune homme interrogé nous a même donné son adresse mail, car il se disait intéressé par le projet de décarbonation de l’économie du livre – l’origine du sondage « Projet S » –, qu’il venait pourtant de découvrir, et aimerait recevoir les articles à ce sujet après leur publication.

L’échantillon était réduit et peu représentatif : il n’y a eu que 21 individus tous interrogés la même après-midi, les moins de 50 ans étaient surreprésentés, ils venaient tous d’Isère et presque tous de l’agglomération de Grenoble… De plus, je n’ai pas eu les résultats exacts des réponses aux questionnaires remplis avec les clients – les résultats étaient enregistrés directement sur internet sur une page à laquelle je n’ai pas accès et non sur le smartphone que j’utilisais pour transmettre les réponses – ni aux résultats globaux de l’enquête auxquelles d’autres personnes ont participé, et j’écris donc sur la base de ma mémoire et des quelques notes que j’ai prises sur le terrain. Ce billet n’a donc que la valeur d’un témoignage isolé, et non la fiabilité d’un processus de recherche complet en sciences sociales. Il est donc difficile et déconseillé de tirer des conclusions généralisables sur cette seule base.

Cependant, les personnes interrogées admettaient être très peu informées sur le bilan carbone du transport du livre entre son lieu de production et son lieu de vente, mais lorsque le sujet était abordé, montraient de l’intérêt et déjà une forme d’investissement émotionnel. Puisque nous ne pouvons pas suivre les individus sondés sur la durée, il nous est impossible de savoir si cet intérêt a perduré dans le temps, et s’ils se sont informés sur cette thématique de leur côté. Mais déjà, nous pouvons affirmer qu’en soit c’est un sujet qui peut attirer l’attention des lecteurs. Et donc, un potentiel levier de décarbonation du livre, au moins pour les points de vente de l’agglomération de Grenoble.

Arnaud BOISNARD, étudiant en Master 1 Métiers du Livres et de l’Édition, à l’Université Grenoble-Alpes.

1Lien vers le questionnaire : https://s8hqlq09uhw.typeform.com/to/khc0vsJz

Le manga n’est pas considéré comme un livre par le lectorat grenoblois, y compris par les gros lecteurs de manga

Le 19 octobre 2023 après-midi, dans le cadre d’une démarche appelée « Projet S », qui consistait en un sondage sous forme de questionnaire à choix multiples1 auprès des clients d’un point de vente de livres, afin de les interroger sur des pratiques écologiques liés à ces lieux, je me suis rendu au Momie Manga de Grenoble. J’ai obtenu 21 réponses en 4 heures. La plupart des individus interrogés ont indiqué qu’ils étaient des gros lecteurs de mangas, ce qui est logique dans une librairie spécialisée dans la vente de ce format. Or, je me suis rendu compte que même les gros lecteurs de mangas l’excluaient spontanément de la définition du livre.

Une des questions posées dans le sondage était « En moyenne, combien de livres lisez-vous par an ? ». Ils devaient choisir entre une des cinq réponses suivantes : « Entre 0 et 5 livres », « Entre 5 et 20 livres », « Entre 20 et 50 livres », « Entre 50 et 100 livres » ou « Plus de 100 livres ».

Je n’ai pas tenu de compte exact de combien de personnes ont fait une réflexion ou ont demandé une clarification à cette question. Quelques-uns ont demandé de définir ce qui comptait comme un livre. J’ai improvisé la définition de « livres en format papier avec une couverture en-dehors des manuels techniques ». D’autres ont demandé si les livres numériques comptaient, ce à quoi j’ai répondu que non.

Cependant, la demande de clarification qui revenait le plus souvent était de savoir si les bande-dessinées et les mangas comptaient comme livres, ce à quoi j’ai répondu que oui. La plupart des personnes ayant demandé si les BD et mangas comptaient sont alors généralement revenus sur leur réponse sur le nombre de livres qu’ils lisaient par an, pour la remplacer par celle immédiatement supérieure : généralement, ils sont passés de « entre 20 et 50 livres » à « Entre 50 livres et 100 livres », et dans deux cas ils sont passés de « Entre 50 livres et 100 livres » à « Plus de 100 livres ».

J’en profite pour signaler à propos de cette question, et plus spécifiquement à propos de la réponse « Plus de 100 livres », qu’à une seule exception près, les quelques personnes qui ont choisi cette option ont toutes précisées qu’elles avaient atteint un chiffre aussi haut en lisant principalement des mangas. Le sondage étant conduit dans un magasin spécialisé dans la vente de mangas, il n’y a rien d’étonnant à ce que presque tous les individus ayant donné cette réponse soient de gros lecteurs de ce type de bande-dessinée. Et le fait qu’ils soient une minorité au sein d’un échantillon très réduit de 21 individus doit nous indiquer qu’il serait très hasardeux de tirer des conclusions avec aussi peu de données. Cependant, la plupart des mangas étant conçus pour pouvoir être lus rapidement, et devant la diminution globale du nombre de gros lecteurs de livres de texte en France1, il est possible d’émettre l’hypothèse que les lecteurs principalement de BD et mangas deviennent, s’ils ne le sont pas déjà, les plus gros lecteurs de livres au format physique de France. Nous ne pouvons cependant rien affirmer sans avoir mené une enquête dédiée à cette question.

Après la première heure, je me suis mis à préciser systématiquement à chaque nouvelle personne interrogée que les BD et les mangas comptaient comme des livres, afin de gagner du temps. Ceci semble indiquer que même pour les individus qui sont de gros consommateurs de BD et de mangas au format physique, la majorité rejette spontanément et inconsciemment ce type d’ouvrages de leur définition du livre.

Je dois toutefois préciser que je n’ai pas eu les résultats exacts des réponses aux questionnaires remplis avec les clients – les résultats étaient enregistrés directement sur internet sur une page à laquelle je n’ai pas accès et non sur le smartphone que j’utilisais pour transmettre les réponses – ni aux résultats globaux de l’enquête auxquelles d’autres personnes ont participé. Il serait hasardeux de tirer des conclusions et des généralisations sur la base d’un échantillon de 21 clients non sélectionnés donc non-représentatifs (les moins de 50 ans étaient surreprésentés, ils venaient tous d’Isère et presque tous de l’agglomération de Grenoble…), interrogés une seule après-midi dans une seule librairie.

Mais le fait que la plupart des gros lecteurs de BD et mangas croisés ici excluent d’eux-mêmes leurs ouvrages favoris de la définition du livre semble indiquer que culturellement beaucoup d’individus ne les considèrent pas non plus comme des livres. Quand bien-même la bande-dessinée est devenue le deuxième type de livre le plus vendu en France, qu’elle est de moins en moins considérée comme un art mineur, et que le public français est souvent considéré comme le deuxième plus gros marché pour le manga au monde après le Japon1. Malgré le succès du manga en France, désormais bien installé dans l’économie du livre française, il semble donc toujours souffrir de biais internalisés qui ne lui reconnaissent pas la légitimité souvent accordée aux objets livres de textes, et ce, y compris auprès de son principal public, qui a priori doit en avoir une opinion positive puisque c’en sont de gros consommateurs. Sur la base d’un seul magasin, auprès de clients isérois et très majoritairement de l’agglomération de Grenoble, nous ne pouvons pas affirmer que cette perception du lectorat grenoblois peut être généralisée au lectorat français en général. Mais nous n’avons à l’heure actuelle pas de raison concrète de penser que ce ne soit pas le cas.

Arnaud BOISNARD, étudiant en Master 1 Métiers du Livres et de l’Édition, à l’Université Grenoble-Alpes.

Sources :

1Lien vers le questionnaire : https://s8hqlq09uhw.typeform.com/to/khc0vsJz

1Philippe Lombardo, Loup Wolff, Cinquante ans de pratique culturelle en France, publication du Ministère de la Culture, collection culture étude, juillet 2020, A noter deux choses importantes. Premièrement, le rapport note également une baisse de la lecture de la BD. Et deuxièmement, il analyse les chiffres de 2018 ; or, depuis la pandémie de covid-19, les données remontées des librairies semblent indiquer une hausse des ventes de livres de texte comme de BD.

1« La France, plus que jamais, deuxième pays du manga », ActuaLitté, 02/12/2022, consulté le 30/11/2023

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search