Un modèle plus écologique de librairie est-il possible ?

On sait que le livre n’est pas écologique, sa fabrication consomme énormément de ressources, notamment de l’eau, et émet également une importante quantité de gaz à effet de serre. Les deux premiers postes d’émission sont la production de papier et l’impression. À cela s’ajoute le transport des matières premières, celui des livres finis, ainsi que les consommables pour les transporter : cartons, plastique, palettes, etc. Enfin, il ne faut pas oublier le problème du pilon : 14,7 % des livres produits sont pilonnés chaque année, ce qui représente environ 61 millions d’exemplaires. Ce sont autant de points sur lesquels s’améliorer tout au long de la chaîne du livre. Ce billet s’intéresse plus particulièrement aux librairies et à leur engagement dans cette thématique d’écologie du livre. Une étude de terrain sous forme de client mystère, afin de relever les éléments qui montrent un engagement écoresponsable, a été réalisée à la librairie Luna.

La librairie Luna est une librairie café féminine et inclusive rue Alsace-Lorraine, à Grenoble. La boutique est divisée en deux partie : une partie librairie « qui met l’accent sur le féminin et les diversités en tout genre » et une partie café, avec des tables et des canapés au milieu.

Dès l’entrée, un autocollant sur la porte indique l’utilisation de produits écoresponsables dans la partie café : « une attention particulière sera apportée à la qualité et la provenance des produits : local, bio et équitable seront des critères privilégiés pour notre approvisionnement. »

Dans la partie librairie, on peut voir qu’il y a tout un rayon destiné à l’écologie et au développement durable, ainsi qu’un rayon « nature writing » consacré aux livres en rapport avec la nature, quels que soient leur genre (roman, guide touristique, guide écologique, etc). Il y a également un rayon écologie dans la partie pour enfants. Ces rayons sont aussi fournis que les autres, et occupent une place centrale, que ce soit dans la partie pour les enfants ou dans celle pour les adultes.

En se penchant sur les livres en eux-même, on peut remarquer que les livres avec un label « Fabriqué en France » sont mis en avant. D’autres labels sont également présents, comme le label FSC (Forest Stewardship Council), qui garantit que les bois utilisés sont conformes aux procédures de gestion durable des forêts, le label KERO, qui s’engage pour l’environnement en réduisant l’empreinte carbone des livres, ou encore le label PEFC, qui garantit que le produit contient au moins 70 % de matières issues de forêts gérées durablement, ou de matières recyclées. Ce label est également présent sur certains jouets en vente dans la partie dédiée aux enfants.

La librairie propose également du matériel scolaire écoresponsable, fabriqué en France et en Europe. L’achat de certains produits permet un don de 50 centimes à la WWF. Les prospectus pour les fournitures écoresponsables sont imprimés sur du papier contenant des graines à planter.

Au niveau de la caisse, on peut trouver des cartes postales faites à partir de tissus recyclés, d’autres imprimées sur du papier recyclé à Grenoble.

La liste des points négatifs est bien plus courte, puisque le seul inconvénient notable est la présence de plantes en plastique.

Malgré les problèmes liés à la fabrication du livre, il est tout de même possible de rendre cet objet plus écologique, que ce soit lors du processus de fabrication, en réduisant les distances entre les imprimeurs et les libraires, ou encore en incitant les clients de consommer autrement. À l’instar de la librairie Luna, d’autres librairies s’engagent pour faire du livre un objet plus écologique, et prouvent que des solutions sont possibles pour réduire son empreinte environnementale.

Méthodologie personnelle pour obtenir des réponses lors du sondage « Projet S »

Méthodologie

Avec mes deux précédents billets, j’ai couvert deux observations que j’ai faîtes, par rapport aux individus qui m’ont répondu et avec qui j’ai pu conversé quelques minutes, au cours d’un sondage présenté comme le « Projet S ».

Durant le premier semestre de l’année scolaire 2023-2024, une enquête à été menée par les étudiants du Master 1 Métiers du Livres et de l’Édition, de l’Université Grenoble-Alpes, auprès des librairies de Grenoble. Elle a eu lieu dans le cadre du Projet “Décarboner le livre et l’édition”, porté par l’université Grenoble-Alpes et la coopérative Oxalis, et financée par la Caisse des Dépôts – Projets d’investissement pour l’avenir. La désignation « Projet S » ne couvre que cette étape, celle du sondage dans des lieux liés au livre, généralement des librairies, mené par les étudiants auprès des clients. Le but étant de récolter des données sur les pratiques écologiques des lieux liés aux livres.

La méthodologie générale consistait à demander aux clients de répondre à un questionnaire à choix multiple fourni par l’université1 . Le questionnaire se trouvait sur une page web, dans mon cas ouverte sur mon téléphone personnel, rechargée chaque fois que le sondage auprès d’un individu était fini. J’ai lu les questions et les réponses possibles étaient lues à haute-voix, et les sondés indiquaient la ou les réponse(s) qu’ils choisissaient.

Le magasin Momie Manga de Grenoble a accepté de laisser notre groupe de travail interroger les clients de leur magasin. Les deux autres membres du groupe y sont allées ensemble, le 18 octobre 2023. Personnellement, je m’y suis rendu le 19 octobre. Je suis arrivé à 15h, comme convenu avec la gérante, et je suis reparti à la fermeture de la boutique, à 19h. J’ai pu interroger 22 personnes, et j’ai récupéré les réponses de 21 d’entre-elles, soit autant que mes deux camarades de groupe ensemble.

J’ai interrogé spécifiquement les clients qui n’avaient pas les bras chargés, pas d’écouteur, qui ne semblaient pas déjà savoir ce qu’ils venaient chercher, et de préférence ceux qui étaient seuls, en leur précisant bien que la durée prévue pour compléter le sondage était de 3 minutes, afin d’augmenter les chances qu’ils acceptent de répondre. De fait, une seule personne a refusé de répondre. À la demande de la gérante, lors de notre rencontre de la semaine précédente, j’ai évité d’interroger les clients qui se dirigeaient vers les caisses ou qui en sortaient.

N’étant pas moi-même un gros lecteur de mangas, et m’étant très peu souvent rendu dans des magasins spécialisés ou de la chaîne Momie, je ne suis pas un habitué de ce genre d’établissements et de leur clientèle. J’ai passé l’après-midi à marcher dans les différentes salles du magasin en évitant de m’approcher trop de la caisse, et à interroger le profil décrit ci-dessus. Je pense être passé inaperçu auprès de la majorité des clients. Premièrement car les employés ou la direction n’ont fait aucune reproche. Et ensuite, parce qu’après être resté l’après-midi entière en magasin avec un carnet de notes en plus de mon téléphone à la main, quatre fois des clients m’ont confondu avec un vendeur et sont venus me demander de l’aide ; et venant de passer l’après-midi dans le magasin, j’ai pu effectivement leur indiquer où était rangées la référence qu’ils cherchaient dans deux cas.

Synthèse

Je pense pouvoir synthétiser ma méthodologie dans le tableau ci-après :

Temps passé en boutique :4H
Personnes abordées :22
Réponses récupérées :21
Refus de répondre :1
Taux de réponse :95.45%
Aspects que j’estime positifs:Très fort taux de réponse
Conversation engagée avec plusieurs personnes interrogées, ce qui a permis de faire remonter les sujets de mes deux précédents billets
Intérêt suscité chez certains clients autour de la question du lieu d’impression et du transport des livres → identification d’un potentiel levier pour décarboner l’industrie du livre
Aspects que j’estime négatifs:Impossibilité de choisir un échantillon représentatifs
Impossibilité de généraliser les résultats en-dehors de l’agglomération de Grenoble
En soit, n’ayant enquêté que dans une librairie en particulier une seule après-midi, aucune garantie de pouvoir reproduire ces résultats, un autre jour dans un autre lieu.

Arnaud BOISNARD, étudiant en Master 1 Métiers du Livres et de l’Édition, à l’Université Grenoble-Alpes.

Liens

1Lien vers le questionnaire : https://s8hqlq09uhw.typeform.com/to/khc0vsJz

Lien vers mes autres articles :

Le manga n’est pas considéré comme un livre par le lectorat grenoblois, y compris par les gros lecteurs de manga.

Les lecteurs grenoblois ne s’intéressent pas au lieu d’impression de leurs ouvrages, pas par désintérêt « actif », mais parce qu’ils n’y pensent pas.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search