La seconde main en constante évolution…

Aujourd’hui, le monde semble se tourner petit à petit vers le marché de l’occasion. Après les magasins de vêtements de seconde main, aussi appelés “friperies”, c’est au tour du livre de s’intéresser à cette nouvelle mode. Les bouquineries et les rayons “dernière chance” dans les librairies sont de plus en plus courants. Donner une seconde vie à un livre, c’est avoir une empreinte carbone 3,5 fois moins importante, c’est agir contre les 26 300 tonnes de livres pilonnés chaque année en France. Acheter un ouvrage d’occasion, c’est prolonger la durée de vie du livre et de la planète. Seulement, cette tendance de l’occasion traduit-elle une cause écologique ou financière ? 

Points clefs du marché du livre d’occasion.

Le livre d’occasion est une solution incomparable pour tout lecteur souhaitant à la fois lire régulièrement, faire des économies, rester éco-responsable dans sa consommation et offrir une seconde vie à une œuvre d’art. Chaque page d’un livre d’occasion raconte une histoire déjà aimée, offre une lecture durable et des trésors littéraires à portée de main. De plus, l’occasion est en moyenne 60% moins chère que le neuf. Grâce à tous ces points forts, le marché du livre d’occasion connaît depuis peu un fort développement qui n’est pas près de ralentir. Il y a toujours plus d’offres sur internet et de nouveaux dispositifs sont mis en place comme des alertes et comparateurs de prix. 40% des acheteurs attendent que le livre soit disponible en occasion pour l’acheter. En parallèle, 48% des acheteurs d’occasion achètent le livre d’occasion même lorsqu’ils avaient originalement prévu de l’acheter neuf.

Toutefois, cette nouvelle branche du marché de la vente du livre connaît aussi, évidemment, certaines difficultés. La montée en popularité de la seconde main fait que le prix moyen d’achat du livre d’occasion augmente plus vite que le prix moyen d’achat du livre neuf. Nous pouvons également identifier trois problèmes essentiels auquel doit faire face le livre d’occasion. La monopolisation du marché : entre 2014 et 2016, six enseignes se partageaient 50% du marché du livre d’occasion, à savoir la Fnac, LeBonCoin, Gibert Joseph, PriceMinister, eBay et Amazon. La diversité des titres : dans la vente d’occasion en ligne, le nombre de titres est toujours inférieur au nombre d’offres. Pour 18 millions d’offres de livres parfaitement identifiés, il y a seulement 603 mille titres différents. Enfin, le sous-développement des lieux physiques dans cette part du marché du livre : l’achat d’occasion est de plus en plus prévu et facile grâce aux différentes plateformes sur internet ; 60% des achats d’occasion se font sur internet, 18% en brocantes et uniquement 6% en librairies.

Afin de comprendre adéquatement le paysage du marché du livre d’occasion, il semble nécessaire de garder ces chiffres en tête, qui révèlent que malgré la prospérité et la popularité de ce secteur, cela reste une économie fragile qui a encore de beaux jours devant elle, mais qui doit encore dépasser un certain nombre d’obstacles.

Des chiffres encourageants.

De plus en plus présente sur le marché, nous assistons à une démocratisation de la seconde main. Cette forte hausse est également présente dans le monde du livre. De fait, certains organismes ont décidé de s’intéresser davantage aux habitudes de consommation des lecteurs français. L’étude menée en 2022 par le ministère de la Culture en collaboration avec la SOFIA (Société Française des Intérêts des Auteurs de l’écrit) nous permet de mieux comprendre le marché du livre d’occasion français. 

En effet, cette étude nous montre que la France compte environ 9 millions d’acheteurs de livres d’occasion, ce qui correspond à un peu plus d’un tiers des acheteurs de livre. Traduisant une hausse d’acheteur d’occasion de 11% en cinq ans, ces données démontrent une ouverture certaine des Français à la seconde vie du livre. Cela transparaît aussi à travers la quantité d’ouvrage d’occasion vendue en 2022 qui a semblablement augmenté de 38% en cinq ans, permettant la vente de 80 millions de livres de seconde main. 

Cependant, il semble évident qu’avec autant d’acheteur d’occasion, certains profils se démarquent. Le ministère de la Culture a donc tenté de définir les modèles de consommation du livre à travers les données récoltées lors des différentes enquêtes plus ou moins récentes. Il apparaît donc qu’en parallèle des 70% des acquéreurs de livres achetant uniquement des livres neufs, un peu plus de 25% décident de combiner les différentes pratiques de consommation, c’est-à-dire le livre neuf, celui d’occasion ainsi que le numérique. Toutefois, chacun choisit une combinaison différente. En effet, 21% associent l’achat du livre neuf à celui d’occasion, 4% mélangent le livre neuf et le livre numérique, tandis que 2% des acheteurs optent pour les trois consommations simultanées. L’assemblage du numérique et de l’occasion demeure quasiment inexistant. Malgré une forte augmentation du livre d’occasion, seulement 2% utilisent exclusivement ce mode de consommation. Ce phénomène peut s’expliquer par le manque de diversité des titres dans le secteur. 

Une nouvelle optique de sensibilisation. 

En 2022, le marché du livre d’occasion a connu une hausse des ventes de 38%. Actuellement, environ 1 acheteur sur 2 achète de l’occasion. Cette tendance peut être perçue comme une menace pour les métiers du livre et de l’édition. A contrario, les livres d’occasion devraient devenir des alliés pour lutter contre les tonnes de papier brûlé chaque année et ainsi réduire l’empreinte carbone qu’ils ont consommée. Cependant, les livres de seconde main sont encore loin de faire l’unanimité. Les personnes attachées à l’objet lui-même sont plus enclines à acheter des livres neufs afin de trouver des couvertures et des pages en très bon état. Contrairement à ce que l’on pourrait présumer, l’aspect écologique n’est pas la raison principale de la hausse de l’occasion en France. Elle est principalement dûe à une crise économique et à la facilité d’accès grâce aux nombreux sites internet. Aujourd’hui, le monde prend conscience de l’urgence écologique dans laquelle nous vivons. Le marché du livre et ses acheteurs commencent à faire leurs premiers pas dans ce nouveau combat, notamment en dédiant une place spéciale aux livres d’occasion comme au Livre Voyageur, une bouquinerie Grenobloise. (cf. article La seconde vie du livre, plus qu’une seconde chance !). Néanmoins, le monde du livre a encore beaucoup à faire concernant l’écologie.

Calafato S., Maifret M., Stehlin O.
M1 MDLE, parcours édition.

Sources principales :
– Étude sur le livre d’occasion : les résultats du Ministère de la Culture et SOFIA. Disponible en ligne : Etude sur le livre d’occasion : les résultats – Sofia (la-sofia.org)
La Bourse aux Livres : culture et écologie, l’occasion de lire mieux, Infos 75, 17 janvier 2023. Disponible en ligne : La Bourse aux Livres : Culture et écologie, l’occasion de lire mieux ! – Infos 75 La Bourse aux Livres (infos-75.com)

La seconde vie du livre, plus qu’une seconde chance ! 

Et si le livre avait plusieurs vies ?

  1. Perspective historique 

Gibert Joseph, important réseau de librairies en France, marque le point de départ du marché du livre d’occasion en 1888. Alors que ce commerce n’intéressait au départ que les étudiants par ses prix faibles sur les livres scolaires, au fil des années, l’enseigne se développe en province. Au final, Gibert Joseph s’installe comme l’enseigne nationale de référence dans l’achat et la vente de livres d’occasion, réalisant, en 2022, plus de 70 millions d’euros de chiffre d’affaires grâce aux livres, dont un tiers provenant de l’occasion. 

Au début des années 2000, le marché de l’occasion connaît un développement exponentiel, majoritairement via la vente en ligne avec la création de Momox, une des nombreuses plateformes de vente d’occasion. Elle a su se démarquer et occuper une place sur le marché français qui n’était, à cette époque, pas encore occupée. En 2020, ce géant berlinois percevait 49 millions d’euros de chiffre d’affaires grâce à la vente de livres d’occasion français, ce qui représentait 90% de ses ventes totales de livres.

  1. L’élargissement de ce marché

Le marché de l’occasion se développe et se réinvente continuellement. Celui du livre n’y fait pas exception. Bien au contraire, d’après une étude réalisée en 2022 par la SOFIA (Société Française des Intérêts des Auteurs de l’écrit) et le Ministère de la Culture, le chiffre d’affaires du livre d’occasion a été estimé à 350 millions d’euros en France, ce qui représente une augmentation de 49% sur les cinq dernières années. De plus, le nombre d’acheteurs d’occasion a, lui aussi, augmenté de 11% en cinq ans. Cela marque une réelle tendance au sein du marché du livre d’occasion qui connaît un essor constant et soutenu. Ce phénomène s’explique largement par des raisons économiques. D’après cette même étude, la motivation principale de 76% des acheteurs de livres d’occasion est de faire des économies. Les considérations écologiques, notamment, passent en arrière-plan. Ainsi, dans un contexte économique où les inégalités économiques et sociales ne cessent de se creuser depuis une quarantaine d’années, l’achat de livres d’occasion s’installe durablement dans les pratiques des lecteurs et occupe une place de plus en plus importante sur le marché du livre (9%). Il se trouve, en effet, que 53 % des acheteurs de livres papiers achètent également d’occasion. Parmi eux, 44% de personnes achètent tant de l’occasion que du neuf et 9% achètent uniquement de l’occasion. Pourtant, seulement 20% des librairies vendent des livres d’occasion, ce qui laisse l’opportunité à ce marché de se développer davantage.

  1. L’exemple de La Bourse aux Livres

Au sein de ce développement constant de l’occasion sur les plateformes en ligne, La Bourse aux Livres (BAL) prend son envol et s’inscrit comme une des meilleures plateformes d’occasion de livres dès son lancement en 2020. 

À la fin de sa première année sur le marché, cette nouvelle start-up, entièrement française et créée par trois jeunes entrepreneurs lillois (Lovera D., Castano T., Taillandier A.), avait déjà revendu 280 000 ouvrages des 420 000 livres qu’elle avait collectés. Lors de la création, ils souhaitaient, à l’origine, centrer leur activité sur la revente des livres scolaires et universitaires. Cependant, face à l’engouement et l’opportunité du secteur, ils ont décidé de se développer en élargissant leur catalogue. D’après Alexandre Taillandier, le but principal de leur plateforme est de « faire de l’occasion une norme » sans pour autant concurrencer les librairies. À l’avenir, ils espèrent même pouvoir travailler en partenariat avec des libraires. En permettant un achat rapide de livre d’occasion, la BAL permet de se démarquer, notamment auprès des jeunes qui sont les plus sensibles à la question écologique et qui sont, de fait, plus enclins à acheter d’occasion.

Étant l’un des seuls acteurs français au sein de cette activité basée sur l’occasion du livre, la BAL a une réelle volonté écologique. Leur but premier était de revaloriser le plus grand nombre d’ouvrages d’occasion possible tout en aidant les consommateurs à réduire leur impact environnemental sans avoir à fournir d’effort particulier. Fonctionnant sur le modèle du dépôt-vente, la BAL se présente comme étant « la plateforme qui offre une seconde vie à vos livres ». De plus, la plateforme promet la revente des ouvrages au bout d’un an maximum, ce qui est généralement le cas puisque 93% des livres présents sur leur site sont revendus. Lorsque le livre envoyé n’est pas revendu dans l’année, nous avons le choix entre le récupérer en payant les frais de port (4€) ou le laisser à l’entreprise qui en fait don à l’association Bibliothèques sans Frontières. Leur volonté écologique transparaît également lors de la sensibilisation qu’ils effectuent au sein de leur application et de leur site. Lors d’un achat ou d’une vente en partenariat avec la Bourse aux Livres, chaque usager voit l’empreinte carbone qu’il a permis d’économiser en offrant une seconde vie aux livres. 

  1. Le livre voyage jusqu’à Grenoble

Le marché du livre de seconde main commence à s’étendre, notamment sur internet, mais qu’en est-il des boutiques physiques ? 

Aujourd’hui, rares sont les librairies de seconde main. Gibert Joseph, bien que faisant partie de ce marché, est principalement vendeur de livres neufs. Cependant, à Grenoble, nous avons trouvé la perle rare : le Livre voyageur, une librairie d’occasion tenue par Sylviane Clier. La gérante a su saisir l’opportunité de reprendre La Bouquinerie juste avant sa fermeture afin de lui laisser une seconde chance. Le principe est simple : acheter les livres que tout un chacun propose et les revendre à petit prix en fonction de l’état, de l’ancienneté et du format du livre. Ce petit lieu original et chaleureux est rempli d’une large gamme de livres, passant de la poésie à la littérature contemporaine, des livres anciens aux livres féministes, sans parler des innombrables romans. Mais l’on trouve surtout, selon Sylviane Clier, « ce que l’on n’était pas venu chercher ». Un endroit qui ravit les bibliophiles, les porte-monnaies et la planète.

Nous observons que malgré un essor majeur du livre d’occasion sur internet, les librairies d’occasion ont du mal à s’imposer. Qu’attendons-nous pour nous questionner sur ce contraste et agir sur cette situation ?

Calafato S., Maifret M., Stehlin O.
M1 MDLE, parcours édition

Sources principales :

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search