Vers une nouvelle vie : les boîtes à livres

Apparues en France au début des années 2000, les boîtes à livres ont essaimé depuis une dizaine d’années dans nos villes, grandes et petites, mais aussi dans nos villages, colonisant différentes variétés d’espaces désaffectés, cabines téléphoniques, pigeonniers, voire armoires électriques, ou encore logeant leurs étagères dans de pimpantes cabanes construites à dessein. On y vient déposer des livres à l’intention d’autres lecteurs, en emprunter un qu’on ramènera après lecture pour en prendre peut-être un autre : « prenez, lisez, emportez, déposez des livres quand vous voulez, comme vous voulez », voilà le mode d’emploi parfois affiché dans ces micro-bibliothèques, comme une invitation au partage et à l’échange, gratuitement, sans contraintes ni intermédiaire, de lecteur à lecteur.

Kiosque T. Renaudot Villeneuvette Hérault

On y trouve sans ordre de classement, un peu de tout, cela dépend de l’arrivage. Peu de neuf cela va de soi et des livres parfois en bon état qui ont vécu, de la collection complète d’ « Angélique, Marquise des Anges » dans l’édition de France loisir, à des essais de journalistes qui ont quitté l’écran ou de politiques qui ont quitté la scène, mais encore des romans policiers et des classiques de la littérature française ou même étrangère. Cela sent un peu le désherbage privé, mais l’étagère garnie dans son petit écrin dit aussi qu’un livre ne se jette pas, qu’il doit poursuivre sa vie de livre dans les mains d’autres lecteurs, plutôt que d’achever son existence dans un container à papier. Les boîtes à livres connaissent des appellations différentes selon leur forme et leur lieu d’implantation, mais le passant qui s’arrête peut y reconnaître bien des vertus civiques en plus d’un livre à emporter ou à déposer :  partage de la lecture, culture du don et de l’échange, éco-geste et embellissement du lieu.

Cette pratique, désormais bien répandue en France – plus de 9140 boîtes recensées sur le site boite-a-lire.com en décembre 2023, dont 59 dans l’agglomération grenobloise- trouve son origine en 1991 à Graz en Autriche avec l’installation dans les rues d’un quartier de la ville de 3 petites « bibliothèques ouvertes », « sans bibliothécaire ni surveillance », mais avec l’instruction trilingue (allemand, anglais, turc) suivante : « « Vous pouvez prendre des livres pour un temps limité. Dons de livres appréciés. ».

www.boite-a-lire.com

Il s’agissait à l’origine d’une démarche expérimentale de deux artistes en résidence, Michaël Clegg et Martin Guttman, curieux de savoir si la culture pouvait se désinstitutionnaliser en circulant du musée à la rue et de la rue au musée. Le résultat fut mitigé pour ce qui concerne la désacralisation du musée, mais les boîtes à livres connurent le succès et se répandirent ensuite. Le phénomène des boîtes à livres entretient une parenté étroite avec le Bookcrossing apparu en 2001 en Australie tout d’abord. Pure coïncidence ? Sans doute pas, car il consiste à abandonner dans un lieu de passage, un banc dans un parc, un siège dans un train etc, un livre que l’on a aimé pour laisser à d’autres la possibilité de le découvrir à leur tour.  Un système d’enregistrement numérique des livres permettait même de suivre leur périple de lecteur en lecteur et de partager en ligne ses impressions de lecture. « Libérer les livres », les faire voyager (« livre voyageur ») tel était le mot d’ordre de ses adeptes. Ces deux initiatives expriment peut-être le désir de cultiver une sociabilité à rebours de l’anonymat ambiant, par la médiation de la lecture, dont l’expérience touche à l’intime et ouvre au partage.

Le développement des boîtes à livres a en tout cas mobilisé bien des acteurs, en premier lieu des associations locales, souvent à l’initiative. Des partenaires économiques, des collectivités territoriales ont voulu accompagner et épauler un mouvement qui avait recueilli les faveurs du public, en sympathie avec les principes de l’économie circulaire, de la solidarité et d’un accès ouvert et informel à la culture.  Citons le groupe Recyclivre.com, qui revendique d’être le « premier vendeur français engagéde livres d’occasionen ligne ». Sa filiale, Boite à Lire, propose ainsi à la vente depuis en 2016 du mobilier de boîte à livres auprès des entreprises ou des collectivités. Le succès venant, la démarche s’est davantage institutionnalisée, la région Île de France en association avec la SNCF a ainsi installé une centaine de micro-bibliothèques aux abords des gares du francilien, tandis que l’association des Lions Club de France   chiffrait en 2019 à 1300 le nombre de boîtes posées pour aider à lutter contre l’illettrisme. Sont-elles moins achalandées que les autres ? Nul ne le sait, sauf à enquêter sur un phénomène devenu tendance par les valeurs qu’il porte et sans lesquelles il ne pourra survivre, car les boîtes ne peuvent vivre sans anges-gardiens qui veillent sur elles et les achalandent.

Leur succès témoigne en tout cas d’une belle vitalité de la lecture privée en mode partage, qui ne semble pas s’opposer aux institutions en charge de la lecture publique, bibliothèques et médiathèques, qui répondent de façon plus construite aux besoins de lecture, d’accès au savoir et à la culture.

Clara PASIAN – UGA M1 Métiers du livre Parcours Information, documentation, bibliothèque

Bibliographie:

https://actualitte.com/

https://www.boite-a-lire.com/

Des livres dans les boîtes, les boîtes dans les rues, Pages de Bretagne, n°44, https://www.calameo.com/books/0049094466a4b9eaf6b8b [consulté le 4 décembre 2023]

POISSENOT Claude , Le citoyen, la boîte à livres et les bibliothèques, Livreshebdo, 29/11/2017, https://www.livreshebdo.fr/  [consulté le 1 décembre 2023]

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search