Vers une librairie plus écoresponsable !

Les thématiques écologiques deviennent de plus en plus centrales dans la filière du livre. De nombreuses associations et commissions autour de ce sujet voient le jour, comme l’Association pour l’écologie du livre fondée en 2019, qui œuvre à la diffusion d’idées au sujet de l’écologie auprès de l’ensemble des acteurs du livre. Les librairies notamment, tentent d’agir à leur échelle afin de réduire l’empreinte carbone de leur activité et au-delà, celle de l’industrie du livre. Elles sont accompagnées dans leurs démarches par le SLF (le syndicat de la librairie française), qui propose, au travers de sa Commission écologie, plusieurs actions durables à mettre en place au sein des librairies. Ces pistes de travail adressées aux libraires concernent trois grands piliers de l’écologie : environnement, économie, social. Les champs d’action et de réflexion sont divers : écogestes, formation et management, information aux clients, transport, PLV, politiques d’achats et de retours, circuits courts, enjeux sociaux, RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises). Les librairies peuvent agir et participer à cette évolution souhaitée par l’écosystème du livre, mais que peuvent-elles mettre en place concrètement ?

L’écologie en librairie : quelles actions ?

Une meilleure gestion de la librairie et des choix écoresponsables.

Les achats de livres et de toutes les autres fournitures ainsi que leur transport représentent le poste de coûts le plus important pour une librairie et sont également l’un des postes les plus polluants. Afin d’agir pour l’écologie, les librairies peuvent tenter d’optimiser au maximum leurs achats et les transports qui y sont liés. Cette première action passe par un bon choix de fournisseur : provenance, transport, fabrication, tout rentre en compte dans la prise de décision. L’information sur ces fournisseurs et leur fonctionnement doit être plus transparente et exigeante afin d’aider les libraires dans ce choix. Il peut être intéressant par exemple, de privilégier des fournisseurs proches, proposant un transport en véhicule moins polluant, comme un véhicule électrique ou même un vélo lorsque cela est réalisable. Cette optimisation des achats peut aussi passer par des achats plus groupés et en nombre réduit afin de réduire les livraisons et donc les transports ou encore par des commandes et livraisons groupées entre libraires d’un même secteur géographique. A terme, cette optimisation des achats peut permettre également de réduire le nombre de retours et de pilons qui ajoutent encore à l’empreinte carbone d’une librairie. Une action peut également être mise en place concernant le choix des produits et fournitures pour les librairies en favorisant l’achat et la vente de sacs en tissu/recyclés/kraft, du papier-cadeau écologique ou encore en choisissant des produits d’entretien certifiés écoresponsables. La réduction des tickets de caisse est une autre action, facile à mettre en place, lorsque ces derniers ne sont pas nécessaires au client (en effet, les tickets de caisse ne sont obligatoires qu’à partir de 25€). Tous ces petits gestes permettent déjà de créer une grande différence et représentent des premiers pas vers une librairie plus écoresponsable, des pas qui sont plus ou moins accessibles selon les librairies et leur marge d’action.

Un aménagement et un travail d’équipe adaptés.

L’évolution vers une librairie plus écologique passe également par un aménagement intérieur adapté. Certaines actions sont facilement réalisables, tant d’un côté pratique que d’un côté économique, comme par exemple l’installation d’ampoules basses consommation ou LED afin de réduire les consommations d’électricité. Le choix du lieu et notamment du local pour une librairie qui ne serait pas encore implantée a également son importance. En effet, un lieu bien isolé consommera naturellement moins. Si cette action n’est pas accessible à tous, il est possible cependant d’utiliser de façon adaptée les appareils de chauffage/climatisation ainsi que les appareils numériques de la librairie afin de réduire encore une fois la consommation autant que possible. Il existe des gestes simples et efficaces, connus depuis longtemps, comme par exemple éteindre les appareils la nuit et les jours de fermeture, quand ils n’ont pas d’utilité, ou encore réparer et réutiliser les appareils déjà disponibles. La réduction de l’empreinte d’une librairie peut également passer par le choix de matériaux durables et écoresponsables pour le mobilier accueillant les livres. Et bien sûr le tri des déchets, le recyclage et l’élimination des déchets plastiques à usage unique reste un incontournable qui ne demande pas trop d’engagement. Une autre piste de réflexion intéressante est celle du don lorsque cela est possible, notamment pour les cartons, les livres non retournables, les matériaux de calage, afin de réduire au minimum les déchets et d’offrir une seconde vie aux objets. De plus en plus de livres de seconde main sont également proposés à la vente dans les librairies, c’est un nouveau marché qui possède déjà une clientèle importante et qui prend de plus en plus d’ampleur. La mobilisation du libraire est importante mais doit bien sûr être accompagnée de la participation de toute l’équipe de la librairie, qui peut être sensibilisée à la cause lors de réunions autour du sujet ou bien au travers de formations à l’écologie et au développement durable. Tout comme pour les transports et livraisons, l’usage de mobilités douces est à privilégier par l’ensemble de l’équipe lorsque cela est possible (vélo, transport en commun, co-voiturage, etc). Enfin, il est important d’encourager les initiatives de tout à chacun afin de favoriser un effort collectif et durable.

Une sensibilisation et une action à grande échelle.

Cet effort collectif peut aussi concerner, dans une certaine mesure, les clients de la librairie. En effet, leur façon de consommer a également un impact sur les librairies, le monde du livre et leur transition écologique. La sensibilisation du public au sujet de l’écologie du livre est l’une des responsabilités du libraire, en développant par exemple un rayon à ce sujet dans la librairie ou bien en communiquant autour des actions de la librairie pour l’écologie. Il est également possible d’organiser des événements afin de sensibiliser les clients sur ce thème ou bien de s’engager sur le sujet, au travers d’actions locales ou régionales, au sein de librairies, de bibliothèques, d’associations diverses ou encore avec d’autres commerçants du quartier et/ou de la ville. L’idée étant de développer des actions ayant un impact positif sur la société dans son ensemble, dépassant le cadre de la librairie et permettant la création de liens plus forts entre les commerçants dans une démarche d’entraide écologique. La librairie, en tant que commerce implanté dans un environnement, a un rôle à jouer dans la valorisation de l’attractivité écoresponsable de la ville auprès des clients et dans la mise en place d’un dialogue efficace avec les pouvoirs publics afin de mettre en place des initiatives encourageant un comportement plus écologique et responsable.

Une librairie grenobloise qui montre l’exemple : la librairie Luna.

La librairie Luna, située à Grenoble, rue Alsace-Loraine, propose un concept de librairie-café féministe et inclusive. Son engagement écologique est clairement affiché : plusieurs rayons dédiés aux livres abordant les questions d’écologie et de développement durable sont mis en avant ; il y a une majorité de livres imprimés en France ou labellisés, marquant un engagement écologique (Forest Stewardship Concil, KERO, PEFC) ; des fournitures écoresponsables sont mises en vente ; un autocollant informe au sujet de l’utilisation de produits écoresponsables. La librairie Luna fait preuve d’un engagement écologique fort, au travers de plusieurs actions visibles et mises en avant auprès des clients.

Nous l’avons compris, afin de réduire l’empreinte carbone de leur activité, les libraires peuvent agir sur différents axes : une meilleure gestion des commandes, des fournitures et de leurs livraisons, un local et des comportements adaptés pour une plus grande sobriété énergétique, une meilleure gestion des déchets, un travail d’équipe et de sensibilisation auprès des publics, une participation à un effort collectif qui va au-delà du cadre de la librairie et même de l’écosystème de livre. Les pistes d’amélioration sont nombreuses et certaines sont très accessibles et faciles à mettre en place du fait de leur simplicité. D’autres peuvent prendre plus de temps, demander plus d’efforts, ne pas être réalisables pour tous d’un point de vue technique ou encore économique, mais tout le monde peut participer à sa façon, dans la mesure du possible, à la création d’un écosystème du livre plus écologique et responsable. Il tient à chacun d’ajouter sa pierre à l’édifice.

Pellu Vanina, étudiante en M1 Métiers du livre et de l’édition, parcours édition.

Bibliographie

– Une librairie écoresponsable : bonnes pratiques et démarches d’amélioration. (2022, 16 juillet). ActuaLitté.com. https://actualitte.com/article/106807/tribunes/une-librairie-ecoresponsable-bonnes-pratiques-et-demarches-d-amelioration

– L’Association pour l’écologie du livre veut penser l’avenir de la lecture. (2020, 28 février). ActuaLitté.com. https://actualitte.com/article/8833/distribution/l-association-pour-l-ecologie-du-livre-veut-penser-l-avenir-de-la-lecture

Bonnes pratiques en librairie. (2022, 20 septembre). Syndicat de la librairie française. https://guide.syndicat-librairie.fr/developpement-durable/bonnes-pratiques-en-librairie

S’engager en faveur de l’écologie. (2023, 1 février). Syndicat de la librairie française. https://www.syndicat-librairie.fr/nos-actions/sengager-en-faveur-de-lecologie

DU PAPIER À L’ÉCRAN : LE DÉFI DE LA DÉMATÉRIALISATION DES MANGAS ET DES BANDES DESSINÉES 

Les mangas et les bandes dessinées sont deux formes d’expression différentes mais qui partagent des similitudes bien particulières. Ce sont des objets singuliers du paysage littéraire, tant par leurs formes que par leurs contenus. Ils sont le sujet d’une véritable mode dans les pratiques de lecture. En parallèle, le monde de l’édition subit une révolution : la montée en puissance des ouvrages dématérialisés tels que les ebooks ou encore les audiobooks, offrant une accessibilité inédite. Au sujet des mangas et des bandes dessinées ainsi que du numérique, deux tendances claires de croissance et de développement se dégagent. Pourtant, une question persiste : le lien entre BD, manga et ouvrage dématérialisé demeure nébuleux. Pourquoi les mangas et les bandes dessinées ne suivent-ils pas la même trajectoire fulgurante dans le monde dématérialisé ? L’image n’est-elle pas adaptable ? Existent-ils des raisons socio-économiques liées au public amateur de Manga ? Nous nous penchons aujourd’hui sur cette question. 

L’épanouissement du manga en France 

Le manga est un genre en plein essor. Selon Camille Oriot, consultante chez GfK Près de 29 millions d’exemplaires ont été achetés entre janvier et fin août 2021, soit un bond de 126 % par rapport à la même période en 2020”. Elle déclare plus récemment que “Le marché atteint 85 millions d’exemplaires neufs en 2022, soit 1 livre acheté sur 4 et un chiffre d’affaires de 921 millions d’euros”. Il y a également eu la mise en place du pass culture (disponible à partir de 16 ans) qui participe fortement à la hausse des ventes des mangas. “Les 735 000 jeunes de 18 ans et plus qui ont activé leur Pass culture de 300 euros en profitent souvent pour compléter leurs séries ou découvrir des nouveautés. Bon nombre de lycéens et d’étudiants l’ont rebaptisé tout simplement le “Pass manga”” (Le Monde, 2021).

Il s’agit là d’une véritable révolution culturelle et artistique, étendant l’influence de cette forme de bande dessinée bien au-delà des frontières nippones. La popularité croissante des mangas est palpable à l’échelle mondiale, attirant un public diversifié de lecteurs de tous âges. Des œuvres emblématiques telles que “One Piece”, “Naruto” ou encore “L’attaque des Titans” ont contribué à propulser le manga sur la scène internationale, suscitant un engouement sans précédent. La croissance des ventes des mangas témoigne non seulement de leur capacité à divertir, mais également de leur pouvoir à transcender les frontières culturelles, établissant ainsi une empreinte durable dans le paysage mondial de la bande dessinée. 

Des spécificités uniques 

Ces deux catégories d’ouvrages font partie des ventes principales d’ouvrages en France, avec 17% des ventes physiques en 2021, se classant ainsi en deuxième position après la littérature, d’après un rapport du Ministère de la Culture. Le contexte économique et social est également à prendre en compte. Le lectorat des bandes dessinées et des mangas est assez éclectique. Celui-ci comprend des lecteurs d’un jeune âge, environ 11 ans. Ils débutent la lecture généralement avec des albums traditionnels et cette pratique se perpétue jusqu’au sexagénaires. En revanche pour les mangas, ce sont surtout les adolescents (de 15 à 17 ans) qui sont concernés. Ils représentent à eux-seuls 49% des lecteurs. 

L’achat dématérialisé des mangas et des bandes dessinées n’a pas encore atteint le même niveau de prévalence que celui des autres types d’ouvrages. En 2017, la littérature générale numérique réalisait un chiffre d’affaires de 25 401 millions d’euros contre 2 249 millions d’euros pour la catégorie des mangas et des bandes dessinées numériques (rapport statistiques du SNE 2017-2018). Ces chiffres marquent une différence non négligeable. Bien que la tendance à la numérisation gagne du terrain dans l’industrie de l’édition, les lecteurs de mangas et de bandes dessinées manifestent une préférence pour la version physique de leurs œuvres préférées. Le rapport intime entre le lecteur et le support physique, la qualité des illustrations et la satisfaction tactile de tourner les pages sont des éléments appréciés par de nombreux passionnés de bande dessinée. De plus, l’esthétique des mangas, souvent appréciée dans un format imprimé, peut perdre de son charme lorsqu’elle est transposée dans un format numérique. Par ailleurs, des préoccupations telles que la fatigue oculaire, l’utilisation des technologies ou encore la collection d’éditions physiques influent sur le choix de nombreux amateurs de mangas de préférer encore les versions imprimées (Le Monde, 2021). Il existe donc toujours une résistance persistante chez les lecteurs de mangas et de bandes dessinées, reflétant la diversité des préférences au sein de la communauté des amateurs de ces formes artistiques. Les raisons de l’insuccès de la dématérialisation du 9ème art ne sont donc probablement pas à chercher dans la sociologie de ses consommateurs. 

Un avenir incertain pour le numérique ? 

Une nouvelle problématique émerge liée à l’utilisation des smartphones. Cet outil apporte une question inédite pour les éditeurs et les consommateurs. La bande-dessinée se caractérise par une histoire contée par une succession d’images dans lesquelles les dialogues et les pensées des personnages sont affiliés dans des bulles de textes. Cette caractéristique particulière pose donc de nouveaux défis liés à sa diffusion sur un support inédit.

Ce qui démarque les bandes-dessinées et les mangas des autres ouvrages sont leur mise en page singulière. S’y imbrique alors les scénarios, qui au travers des dessins, s’enchevêtrent ensemble. Il est donc inimaginable d’enlever ces caractères originaux au profit d’une page numérique dénuée de couleurs et bridée par son format. 

Il devient donc nécessaire de revoir le concept intrinsèque de la bande dessinée pour faciliter sa dématérialisation Une idée chimérique en somme. La conception et la production des BDs devraient s’adapter aux supports numériques, mais l’entreprise d’une telle tâche ne peut être faite sans garanties. Pourquoi privilégier un support nouveau qui n’est pas optimal au détriment du papier qui a fait et continue de faire ses preuves ?  

Par ailleurs, si l’achat dématérialisé des mangas et des BDs ne fonctionne pas aussi facilement que pour les autres ouvrages, c’est parce qu’il est très simple de trouver les mangas en format numérique. Ces supports appelés “scans” sont disponibles gratuitement sur Internet et peuvent se lire sous format PDF.  L’existence de ces “scans” est un élément primordial dans le cycle de vie d’un manga. L’utilisation du numérique par les lecteurs entraîne une pratique illégale et une perte de revenus pour les auteurs. Cette manière de consommer les mangas et les bandes dessinées constitue alors un frein à leur commerce en version numérique. 

Les contrats des auteurs sont remis en question avec la dématérialisation. Les œuvres appartenant aux anciens catalogues sont les plus concernées car il faut recontacter les créateurs afin d’obtenir leur accord pour ce processus. Les maisons d’édition sont alors susceptibles de se heurter à des refus parce que la dématérialisation va à l’encontre de leurs idées. La lecture numérique ne retransmet pas complètement l’histoire, qui est alors fragmentée. Quant à d’autres, ils seraient plus ouverts à la pratique pour des raisons monétaires. 

Ainsi, nous pouvons observer que les mangas et les bandes dessinées sont bien plus agréables à lire en version papier plutôt qu’en numérique, que ce soit en raison des graphismes ou d’autres aspects vus précédemment. De plus, lors de l’achat physique de mangas, les éditeurs (comme Glénat par exemple) mettent souvent à disposition des accessoires appelés “goodies” liés à l’univers du manga, tels que des portes-clés, des marque-pages ou encore des posters. Nous pouvons également retrouver des offres comme “2 mangas achetés = 1 offert”, ce qui pousse les consommateurs à acheter. Les lecteurs peuvent également avoir un aperçu des dessins du manga ou d’une bande dessinée en les feuilletant en magasin. Si certains, comme Glénat, permettent un aperçu de quelques pages de l’ouvrage sur leur site, ce n’est pas le cas de tous. Cela peut constituer un frein à l’achat dématérialisé. Nous pouvons donc observer qu’il existe une stratégie marketing forte et très présente dans la vente du manga physique, qui au contraire, ne s’observe dans la vente dématérialisée. 

CONCLUSION

C’est ainsi que nous pouvons observer que la dématérialisation des mangas et des bandes dessinées se heurte à des obstacles inhérents à la nature même de ces ouvrages, entre l’esthétique, les préférences culturelles ou encore les pratiques éditoriales. Tous ces facteurs défiant la simple transition vers un support numérique.

Bibliographie

ELIZABETH SUTTON, 2020. Chiffres clés sur la lecture des bandes dessinées numériques – Infographie. IDBOOK [en ligne]. 28 janvier 2020. Disponible à l’adresse : https://idboox.com/etudes/chiffres-cles-sur-la-lecture-des-bandes-dessinees-numeriques-infographie/

FABIEN DEGLISE, 2014. L’impossible dématérialisation de la bande dessinée. Le devoir [en ligne]. 21 juin 2014. Disponible à l’adresse : https://www.ledevoir.com/lire/411690/l-impossible-dematerialisation-de-la-bande-dessinee

GAËLLE KOVALIV, [sans date]. Ce que le numérique fait à la bande dessinée. Comicalités. Openédition.

GFK, 2023. 85 millions de BD & Mangas vendus en 2022. [en ligne]. GfK. festival d’Angoulême, 26 janvier 2023. Disponible à l’adresse : https://www.gfk.com/fr/press/85-millions-bd-manga-vendus-en-france-2022

HADOPI, 2017. LA DIFFUSION DÉMATERIALISÉE DE BD ET MANGAS EN FRANCE [en ligne]. Rapport définitf. Disponible à l’adresse : chrome-extension://efaidnbmnnnibpcajpcglclefindmkaj/https://www.editionmultimedia.fr/wp-content/uploads/2018/01/Rapport-Hadopi-sur-la-BD-num%C3%A9rique-22-12-17.pdf

LA CITÉ INTERNATIONALE DE LA BANDE DESSINÉE ET DE L’IMAGE, [sans date]. 16. les « parts de marché » des genres selon l’âge. neuvième art [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://www.citebd.org/neuvieme-art/16-les-parts-de-marche-des-genres-selon-lage

MINISTÈRE DE LA CULTURE, 2022. Livre et lecture publique. 2022. Disponible à l’adresse :https://www.culture.gouv.fr/Media/Medias-creation-rapide/Chiffres-cles-2022-Livre-et-lecture-publique-Fiche.pdf

SNE, 2018. LES CHIFFRES DE  L’ÉDITION : 2017-2018 [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://fill-livrelecture.org/wp-content/uploads/2018/07/RS18_BatWEBSignet.pdf [Consulté le 15 décembre 2023].

VULSER, Nicole, 2021. Edition : la croissance hors norme des mangas en France. Le monde. 22 octobre 2021.

SINGEOT Clotilde & DJOUAD Raïssa, M1 Métiers du livre et de l’édition, parcours Information, Documentation, Bibliothèque

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search