Économie ou écologie: les nouveaux enjeux du monde du livre

La vente de livres d’occasions: engagement écologique ou simple enjeu commercial ? 

A l’heure où l’inflation ne cesse d’augmenter en France, les librairies qu’elles soient indépendantes ou franchisées cherchent à faire évoluer une pratique de consommation chez leurs clients: le livre d’occasion. Développé dans les années 2000, ce moyen culturel s’est vu prendre de l’importance depuis la crise économique de 2008, où “les lecteurs sont dans une recherche constante des petits prix”, affirme Nicolas Vielle, directeur d’exploitation du groupe Gibert. Ainsi, en France, 20% des livres achetés sont d’occasion. 

Cette pratique dite de “seconde lecture” devient un véritable enjeu pour les librairies physiques qui doivent batailler avec le commerce en ligne. 1 livre sur 2 a été acheté d’occasion sur internet. A Rouen, la librairie l’Armitière propose alors un système où les clients dans les deux mois d’achat de leur livre neuf peuvent le revendre à la librairie. Ils toucheront 35% de la valeur du livre et la librairie pourra le revendre 80% du prix initial. Cependant, Vincent Chabault, maître de conférence en sociologie, souligne que jamais les librairies physiques ne pourront proposer des prix aussi attractifs que le commerce en ligne. 

Rappelons tout de même que cette manière de consommer n’a pas seulement pour but d’économiser mais aussi de faire un geste pour l’environnement. Acheter d’occasion c’est éviter de jeter ce qui est abîmé ou ce dont on ne veut plus. Ainsi, on voit apparaître dans le paysage, des entreprises solidaires  comme Recyclivre ou Label Emmaüs qui mettent l’accent sur des pratiques écologiques. Mais si ces entreprises affirment leur point de vue environnemental, les acheteurs potentiels n’en font pas une priorité. La raison première de leur achat est avant tout économique pour 76% des clients du marché du livre d’occasion, 33% sont motivés par l’envie de diminuer le gaspillage en recyclant plus et 7% des clients cherchent dans le marché de l’occasion, la non-présence de titres dans le commerce du neuf.

Livre de poche: démocratisation culturelle et solution écologique ?

L’arrivée du format poche a bouleversé l’industrie du livre. Le livre traditionnel, de par sa présentation sobre, comme les volumes blanc et rouge parus chez Gallimard, évoque un certain élitisme littéraire chez les lecteurs. Le livre poche, tout d’abord associé à une sous-littérature, gagne au fil du temps une place chez le lectorat notamment pour ceux ayant de faibles revenus. Pourtant, les librairies indépendantes sont essentiellement au cœur des villes s’adressant de ce fait principalement aux classes privilégiées. Selon le Centre de sociologie des littéraires situé à Bordeaux, tous les points de vente ne s’adressent pas au même public. Les grandes librairies relèguent les livres de poches dans un secteur secondaire et préfèrent mettre en vitrine les nouveautés et les grands formats. D’autre part, du fait de leur prix de vente et des frais de transport, le format poche ne permet qu’une faible marge bénéficiaire pour les librairies indépendantes qui gèrent un commerce déjà fragile et incertain.

Néanmoins, pour les maisons d’édition, produire des livres de poche est gage d’un succès financier à moindre coût en éditant des livres parus à l’origine en grand format. De plus, de par son format, le livre poche est plus écologique car moins consommateur en ressources naturelles. D’autres moyens de lecture tendent à faire leur apparition notamment les liseuses qui selon les dernières études portant sur leur utilisation, ne sont recommandées que pour les grands lecteurs. En effet, d’un point de vue écologique, leurs productions restent polluantes et ne sont rentables qu’après la lecture d’environ 20 livres par an. Le livre poche est donc préconisé pour les lecteurs souhaitant garder le livre sous sa forme physique.

L’influence médiatique: les nouveaux acteurs intermédiaires de la chaîne du livre

Aujourd’hui, dans le monde éditorial, il est difficile d’envisager des moyens de communication qui ne prennent pas en compte les réseaux sociaux comme un tremplin promotionnel. En effet, Bookstagram, Booktok et Booktube sont devenus des opportunités pour les maisons d’édition de rendre visible leurs catalogues et d’amener à augmenter leurs ventes. Ces nouveaux intermédiaires sont devenus de véritables prescripteurs au même titre que les libraires.

Ce nouveau trafic questionne l’ensemble de la chaîne du livre qui ressent dès à présent son effet au travers du succès de livres parfois de niches, de l’apparition de nouvelles collections telles que la romance-fantasy ou même la traduction de livres devenus populaires dans les sphères anglophones. Pourtant, on peut déjà observer que l’objectif pour les maisons d’édition n’est que commercial et met au second plan toutes les problématiques environnementales pourtant bien actuelles dans l’industrie du livre. En effet, posant déjà question sur le renforcement de l’effet superstar, l’influence médiatique pousse à la surconsommation. Selon une étude de 2022 menée aux Etats-Unis, 40% des lecteurs suivent les avis des réseaux sociaux et leur influence est d’autant plus forte pour les jeunes générations. Ce marketing d’influence utilise des stratégies publicitaires allant à l’encontre d’un intérêt de partage culturel comme on pouvait l’envisager à son apparition. 

Cette course à la consommation démontre que les questions écologiques sont reléguées au second plan et ne présentent pas une priorité pour les grands groupes éditoriaux. La croissance des ventes qui peut aller jusqu’à deux chiffres dès lors qu’ils sont associés au #BookTok aveugle les maisons d’édition poursuivant leur recherche du prochain best-seller et de grands succès commerciaux. Cela va de paire à une économie fragile pour laquelle les questions financières sont privilégiées par rapport à la décarbonation de la chaîne du livre, toujours invisibilisée.

NAULEAU Sarah, FAJEAU Coralie – M1 MDLE

ADEME, [sans date]. Évaluation de l’impact environnemental de la digitalisation des services culturels. [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://librairie.ademe.fr/dechets-economie-circulaire/5942-evaluation-de-l-impact-environnemental-de-la-digitalisation-des-services-culturels.html

Bookworm Nation : American 2022 Reading Habits | MyVision.org, 2022. MyVision.org. [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://myvision.org/guides/americas-reading-habits/

CHABAULT Vincent, « Du livre-déchet au livre vendu. L’écologisation du marché du livre d’occasion », Écologie & politique, 2020/1 (N° 60), p. 91-104. DOI : 10.3917/ecopo1.060.0091. URL : https://www.cairn.info/revue-ecologie-et-politique-2020-1-page-91.htm

CHABAULT, Vincent, 2022. Le livre d’occasion. Sociologie d’un commerce en transition. [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://hal-cnrs.archives-ouvertes.fr/hal-03884368

FRANÇOIS, Virginie, 2022. Le livre d’occasion, en très bon état. Le Monde.fr. [en ligne]. 25 septembre 2022. Disponible à l’adresse : https://www.lemonde.fr/livres/article/2022/09/25/le-livre-d-occasion-en-tres-bon-etat_6143103_3260.html

Le livre de poche et son évolution | Bulletin des bibliothèques de France, 1967. [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1967-07-0257-001

MARTI Éric, « Les enjeux du livre au format de poche », Culture études, 2008/4 (n°4), p. 1-8. DOI : 10.3917/cule.084.0001. URL: https://www.cairn.info/revue-culture-etudes-2008-4-page-1.htm

PARMENTIER Stéphanie, « Le potentiel viral des influenceurs littéraires. Le cas des BookTokeurs français », Les Cahiers du numérique, 2022/1,2-3, 4 (Vol. 18), p. 97-123. DOI : 10.3166/LCN.2022.005. URL : https://www-cairn-info.sid2nomade-2.grenet.fr/revue-les-cahiers-du-numerique-2022-1,2-page-97.htm

POUSPIN, Marion, 2016. Chapitre 3. Les pièces gothiques, une production livresque à large diffusion. In : Éditions de la Sorbonne eBooks. [en ligne]. pp. 71‑100.

La politique de retours : Une aberration écologique

 Dans une industrie qui présente toujours plus de livres chaque année, on peut se demander comment font les librairies pour effectuer leur sélection de titres. La proposition exponentielle d’ouvrage augmente drastiquement les risques pour un libraire de se tromper et de manquer les intérêts de son public. Mais que faire, en cas d’erreur, de son stock d’invendus ?  

Une pratique commune à toutes les librairies quelle que soit leur taille est la politique de retour. Il s’agit d’un point essentiel dans l’activité d’une librairie. Mais derrière des apparences séduisantes sur le plan économique, on trouve également un enjeu écologique préoccupant. 

Lors de sa création, la politique des retour est perçue comme avantageuse pour l’économie d’une librairie. Cela permet des prises de risques pour diversifier la proposition littéraire sans crainte que cela encombre l’espace si les espérances de ventes ne sont pas atteintes. De plus, renvoyer les livres invendus permet de gagner de la place pour les titres qui se vendent le mieux. Le consommateur y trouve également son compte en pouvant retourner un livre sans motif valable. 

Un impact écologique à tous les niveaux 

Cependant, avec la crise écologique, la politique des retour dévoile un sérieux impact environnemental. Cela se ressent surtout au niveau d’une logistique importante déployée pour chaque livre retourné au distributeur. En premier lieu, les transports nécessaires pour retourner les livres augmentent de manière significative le bilan carbone d’une librairie. Le taux de retour d’une librairie indépendante, en 2022, équivaut à 20%. Bien que ce chiffre stagne depuis des années, il reste néanmoins trop élevé si l’on prend en compte son coût en transport mais aussi à la production de déchets que cela implique. Retourner des livres c’est aussi les emballer de nouveau dans des emballages plastiques et des cartons. Cette utilisation massive d’emballages supplémentaires dégrade l’environnement et accélère l’épuisement de ressource naturelle même en cas d’utilisation d’emballage éco-responsable.

Un autre impact écologique des retours est également ce que deviennent les livres retournés. On estime que le taux de pilon moyen est de 59% des retours. Il s’agit de livres neufs dont plus de la moitié sont donc détruits. Détruire des livres neufs en grande quantité est un indicateur d’une surconsommation et d’une surproduction évidente. Afin de pallier d’éventuels retours, les librairies commandent des quantités d’ouvrage plus importantes que nécessaires. Ces commandes trop volumineuses encouragent la surproduction qui gaspille ainsi le papier, l’énergie et les ressources nécessaires à la fabrication. Il en résulte un cercle vicieux où le fruit de la surproduction finit détruit, ce qui amplifie là aussi la production de déchets. 

Que faire ? 

Afin de réduire le gaspillage et l’empreinte carbone du secteur du livre, il est important de diminuer drastiquement les retours. Tous les acteurs du livre ont un rôle à jouer et il existe des solutions qui pourraient aider à amorcer une transition vers la suppression de la politique des retours. Les libraires sont encouragés à évaluer avec plus de justesse les habitudes de consommation de sa clientèle afin de procéder à un réassort de la librairie plus fidèle aux ventes qu’il va réaliser. Donner une seconde vie au livre pourrait être une solution envisageable. Les libraires pourraient adhérer à des programmes visant à rendre plus accessible culture, en donnant par exemple les invendus à des associations caritatives. Changer les habitudes de consommation passe également par une sensibilisation. Il faut encourager la réflexion avant l’achat plutôt que de se reposer sur la solution qu’offrent les retours.

Afin de décarboner l’industrie littéraire, commencer par repenser la question des retours est primordial, notamment face à l’enjeu écologique actuel. La politique des retours n’est plus le reflet des préoccupations actuelles. Malgré les avantages qu’elle a à offrir, elle soulève désormais bien plus de problèmes. La solution pourrait pourtant se trouver au sein de chaque acteur du livre, éditeur, libraire et même consommateur. Il faut encourager les actions de mise en place d’alternatives respectueuses de l’environnement et repenser sa manière de consommer. La politique de retour est un point d’entrée vers une industrie du livre plus éthique et écoresponsable mais chaque petit geste vert que peut offrir une librairie est à encourager. 

Juliette Loriot, Annouck Belaid M1 Métiers du livre et de l’édition

Sources

Étude : Chez les libraires, Les éternels retours, 2023. ActuaLitté.com. [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://actualitte.com/article/114158/librairie/etude-chez-les-libraires-les-eternels-retours

Les retours en librairie, 2023. Syndicat de la librairie française. [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://guide.syndicat-librairie.fr/economie-et-gestion/les-retours-en-librairie

L’Observatoire de la librairie, Etude sur les retours, Octobre 2023

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search