Des propositions pour une économie du livre plus circulaire

Alors que le monde se tourne vers la question de l’écologie, certains professionnels de la chaîne du livre ne sont pas suffisamment sensibilisés à l’écologie du livre, que ce soit par manque d’accompagnement, de budget ou ne sachant pas par où commencer. Alors que 83 millions de livres invendus sont pilonnés par an, il est nécessaire de trouver des pistes d’amélioration de cette chaîne du livre pour la rendre plus écologique. 

Des recommandations de démarches – Rapport  du WWF

Dans son rapport de 2019 intitulé “Vers une économie plus circulaire dans le livre”, l’ONG internationale WWF propose 14 recommandations à destinations des professionnels dans le monde du livre, mais également aux pouvoirs publics et aux lecteurs.

Pour rappel, l’économie circulaire est basée sur le principe de donner une seconde vie aux ressources en réutilisant ce qui a servi à la production.

Dans ce rapport du WWF, une première partie est centrée sur le fait de donner des chiffres face à la production et à la gestion de la chaîne du livre à plusieurs étapes clefs. Dans une deuxième partie, le rapport présente des propositions de solutions avec notamment 14 recommandations pour aller vers une économie du livre circulaire. 

Parmi ces recommandations, on retrouve notamment la proposition de “faire œuvre de transparence sur les pratiques environnementales”. De ce fait, on peut s’appuyer notamment sur les rapports d’éditeurs, ou autres professionnels de la chaîne du livre, sur leurs pratiques pour s’en inspirer et mettre en place des pratiques plus raisonnées. On peut retrouver par exemple l’engagement environnemental et social (RSE) de Clic Logistic qui met en avant point par point ce qu’ils font d’un point de vue environnemental et social. 

Un autre point clef est la gestion des livres lors des désherbages, que ce soit pour les bibliothèques ou pour l’équivalent chez les libraires avec les retours. On peut voir aujourd’hui certaines médiathèques ou réseaux de bibliothèques qui mettent en place des ventes de livres désherbés à bas prix une fois par an. C’est le cas des médiathèques de Grenoble qui font une vente annuelle de documents déclassés afin d’offrir aux livres désherbés une seconde vie à très bas prix. 

Néanmoins, étant parfois compliqué de savoir par quoi commencer, des ressources et formations sont disponibles pour aider les professionnels.

Des ressources et formations – L’association Pour l’Ecologie du Livre, l’ARALL et l’Agenda 2030

L’association Pour l’Ecologie du Livre, créée en 2019, propose des ressources phares liées à l’écologie du livre comme le rapport du WWF vu ci-dessus mais aussi “Décarbonons la culture !” du Shift Project ou le manifeste “Le livre est-il écologique ?” du Wildproject. Le site met en avant également des Podcasts comme le “Dlivrable”, spécialisé pour les professionnels du livre, ou le podcast “la mécanique du livre”. 

En dehors de ces ressources, l’association  propose surtout des formations, groupes de recherche, tribunes et ateliers tous les ans afin de promouvoir et d’accompagner à l’écologie du livre auprès de la francophonie. 

A partir de 2024, l’association proposera également une gazette physique dans les librairies nommée “Le Papier Déchaîné”, déjà disponible en format numérique sur leur site. Cette gazette aura pour objectif de sensibiliser les lecteurs en leur donnant les chiffres clés des différentes étapes de la vie du livre, de sa production à sa destruction ou sa seconde vie.

L’ARALL (Auvergne-Rhône-Alpes Livre et Lecture) propose également des ressources sur son site, classées par secteur d’activité (auteurs, éditeurs, bibliothèques, librairies, actions culturelles et territoriales etc). On peut y retrouver notamment des guides, des rapports d’enquêtes et des fiches thématiques afin de savoir comment se positionner face à la question de l’écologie et ce que les professionnels peuvent réaliser.

Concernant les bibliothèques, il existe des ressources spécifiques sur le site Agenda 2030 et Bibliothèques de France. Ce site et ces informations sont proposés par l’Enssib, le Cfibd, la BPI et l’ABF, 4 grands acteurs dans la vie des bibliothèques en France, afin de prendre celles-ci en compte dans les 17 objectifs de l’Agenda 2030 de l’ONU. Il a été notamment mis en avant par le site du ministère de la culture sur sa page “Lecture durable : les bibliothèques se mettent au vert”. On peut y retrouver des témoignages de professionnels ayant mis en place des actions dans leur structure, que ce soit une une économie de la chaîne du livre  plus circulaire ou pour sensibiliser les professionnels et les lecteurs. Les actions proposées ont eu lieu en 2019 mais les ressources restent disponibles sur leur site avec des affiches, des ressources documentaires des 4 acteurs présentés, des vidéos, des supports d’interventions etc. Cela peut ainsi permettre aux bibliothèques de s’en inspirer et d’appréhender le sujet. 

Bien que ces ressources existent et puissent permettre d’aider des professionnels de la chaîne du livre à se tourner vers une économie plus circulaire, il est nécessaire, et primordial, que ces références soient mises en avant et diffusées au plus grand nombre afin de les faire connaître pour faire avancer les choses. 

 

Célie MONTEL – M1 Métiers du livre Parcours Information, documentation, bibliothèque

Sources

Accueil, agenda2030bib [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://agenda2030bibfr.wixsite.com/agenda2030bib.

Auvergne Rhône-Alpes – Livre et lecture, 2023 Auvergne-Rhône-Alpes – Livre et lecture [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://auvergnerhonealpes-livre-lecture.org/.

Économie circulaire, RECYC-QUÉBEC [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://www.recyc-quebec.gouv.qc.ca/entreprises-organismes/mieux-gerer/economie-circulaire/.

L’Association pour l’écologie du livre lance sa gazette – Livres Hebdo, [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://www.livreshebdo.fr/article/lassociation-pour-lecologie-du-livre-lance-sa-gazette.

LAGUEL, Romane, 2022. La vente des documents déclassés de la Bibliothèque municipale de Grenoble se tiendra du 5 au 7 mai 2022. Place Gre’net [en ligne]. 3 mai 2022. Disponible à l’adresse : https://www.placegrenet.fr/2022/05/03/la-vente-des-documents-declasses-de-la-bibliotheque-municipale-de-grenoble-se-tiendra-du-5-au-7-mai-2022/567217.

Lecture durable : les bibliothèques se mettent au vert, [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://www.culture.gouv.fr/Actualites/Lecture-durable-les-bibliotheques-se-mettent-au-vert.

Logistique du livre, Clic Logistic [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://www.clic-logistic.com/solutions-metiers/logistique-du-livre/.

RESSOURCES | Pour l’Écologie du Livre, 2022 [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://ecologiedulivre.org/ressources-2/.

TAVERNIER, Julien et al. VERS UNE ÉCONOMIE PLUS CIRCULAIRE DANS LE LIVRE ?

La liseuse est-elle écologique ?

L’ebook est aujourd’hui une alternative à l’industrie du livre imprimé. Les avantages à lire un livre numérique sont nombreux, mais qu’en est-il de son impact sur l’environnement ? 

Le cabinet français de conseil Carbone 4, spécialiste de la transition énergétique pour les entreprises, affirme qu’une liseuse a un impact carbone plus important qu’un livre papier, si le nombre de livres lus à l’année est inférieur à 80. Or, les Français lisent en moyenne 22 livres par an, selon une étude menée par le Centre National du Livre en 2023. Le livre numérique est par conséquent, trop polluant par rapport à la consommation globale des Français. 

Aussi, la fabrication d’une liseuse est très néfaste pour la planète : il faut en effet extraire des matériaux rares et non-renouvelables et les méthodes impactent fortement l’écosystème. 

Par ailleurs, le transport de ces liseuses jusqu’aux chaînes de magasins spécialisées dans la distribution d’électroménager est dans la majorité des cas préjudiciable à l’environnement : nombre de liseuses sont créées depuis la Chine, la Corée du Sud ou bien encore Taiwan. Bien que de multiples entreprises françaises ou européennes se lancent dans une production locale, elles restent minoritaires sur le marché. 

Enfin, tout support numérique (liseuse, téléphone, ordinateur portable, tablette) où l’on peut lire un livre nécessite d’être branché fréquemment pour fonctionner, impliquant une haute consommation électrique. 

Il faut aussi rappeler que la durée de vie d’une liseuse est d’environ deux ans et que les matériaux qui la constituent sont pour la plupart non-renouvelables. 

Ainsi, acquérir une liseuse est nocif pour l’environnement de par la faible utilité que l’on en fait, sa fabrication et son transport, sa consommation d’énergie et sa faible durée de vie.

Nada Kebaili – Gwenaelle Freydier – Assia Sebdaoui

Sitographie : 

Bibliographie : 

  • RODHAIN Florence, « Chronique 19. Il faut 30 ans pour amortir une liseuse… Le livre papier plus écologique que le livre numérique », dans : , La nouvelle religion du numérique. Le numérique est-il écologique , sous la direction de RODHAIN Florence. Caen, EMS Editions, « Versus », 2019, p. 72-74. URL : https://www.cairn.info/la-nouvelle-religion-du-numerique–9782376872924-page-72.htm

Analyse des avantages et des inconvénients du livre numérique

L’apparition du livre numérique commercial dans la fin des années 1990 a bouleversé notre manière de consommer la lecture, venant concurrencer les livres imprimés traditionnels. Les livres numériques, également appelés “ebook”, peuvent constituer une alternative à la lecture imprimée traditionnelle. Certains lecteurs privilégient le côté pratique et fonctionnel des ebook, tandis que d’autres préfèrent posséder physiquement le livre, cela dépend essentiellement des goûts et des usages individuels que l’on fait de la lecture. En 2020, le Syndicat National de l’Édition, la SOFIA et la Société des Gens de Lettres mènent une enquête qui affirme que 26 % des Français ont déjà lu un livre numérique, et que 50 % de la tranche d’âge 15-24 ans a également lu un livre numérique. Bien que l’édition numérique soit marquée comme une révolution dans le secteur du livre, la jeune génération s’est davantage appropriée le phénomène. Pour comprendre les préférences de chacun, une analyse des avantages et des faiblesses du livre numérique se révèle intéressante. 

L’un des principaux avantages de la lecture numérique est le gain de place considérable que l’on peut faire chez soi. En effet, nos bibliothèques sont rapidement remplies par les livres que l’on désire garder, ce qui crée une accumulation de livres pouvant amener au désordre. Les liseuses, par exemple, offrent un moyen efficace de lire sans nous soucier de son impact physique ; de plus, les liseuses sont facilement transportables en voyage, contrairement aux livres. 

Également, l’accessibilité à des milliers de nouveaux titres grâce au téléchargement immédiat, est un avantage que les livres sur support papier ne peuvent pas procurer. À tout moment que ce soit, il est possible de commencer la lecture d’un nouveau livre, sans se déplacer en librairie ou sans passer de commande en ligne. 

Par ailleurs, la taille des caractères des livres numériques peut être modifiée selon la volonté du lecteur, pouvant ainsi s’adapter à la vue de chacun. Il en est de même avec la luminosité de nos écrans, qui se règle selon les préférences individuelles, permettant aussi de lire la nuit.

 Aussi, le prix des livres ebook est généralement moins cher que les livres imprimés : en moyenne, la réduction s’élève à 5.19 € par livre. Certes, l’achat d’une liseuse ou d’une tablette peut être coûteux, mais il est estimé que trente ebook achetés sont rentables sur la durée. Il est donc intéressant, voire avantageux, pour les lecteurs de prévoir sur le long terme en achetant un livre numérique. 

Néanmoins, les inconvénients sont tout aussi nombreux que les avantages. L’une des premières faiblesses du livre numérique est la qualité et la résistance du support choisi par les lecteurs. En effet, le smartphone, l’ordinateur portable, la liseuse et la tablette peuvent rencontrer un dysfonctionnement, subir une défaillance ou tout simplement ne plus avoir de batterie. Le prix de ces supports numériques est élevé, et il est possible que des coûts de réparation soient aussi ajoutés. 

De plus, les écrans numériques sont néfastes pour nos yeux, entraînant parfois une fatigue oculaire. En moyenne, les Français regardent 32 heures les écrans par semaine, ce qui représente un chiffre considérable, variant aussi selon la tranche d’âge. Le livre numérique accentue davantage ce phénomène, pouvant même devenir une dépendance pour les plus jeunes générations et qui inquiète les professionnels de la santé. 

Enfin, de nombreux lecteurs adeptes de la lecture imprimée affirment que la sensation de posséder, de sentir un livre est unique. Le sociologue Vincent Chabault affirme dans son ouvrage Eloge du magasin. Contre l’amazonisation, que l’odeur des livres est une stratégie utile et nécessaire pour faire acheter les clients des livres. Sans aucun doute, le livre papier permet de créer un attachement plus intense avec le lecteur, contrairement au ebook.

Les avantages et les inconvénients du livre numérique dépendent donc essentiellement des préférences individuelles des lecteurs et de la manière dont chacun consomme la lecture.

Nada Kebaili – Gwenaelle Freydier – Assia Sebdaoui

Bibliographie

  • CHABAULT Vincent, Éloge du magasin. Contre l’amazonisation. Contre l’amazonisation. Gallimard, « Le Débat », 2020, ISBN : 9782072879487. URL : https://www.cairn.info/eloge-du-magasin-contre-l-amazonisation–9782072879487.htm

Sitographie

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search