Le livre d’occasion, un marché émergent

            En France, le marché du livre et de l’édition est en pleine mutation avec l’émergence du numérique. Cependant, les publications de livres papier ne semblent pas diminuer. La surproduction perdure et favorise le nombre de livres détruits. Mais que peut faire un lecteur pour ne pas encourager cette pratique ? En étant en bout de la chaine du livre, c’est lui qui décide comment il consomme. En cela, il peut se tourner vers une solution proposée par de plus en plus de structures : le livre d’occasion.

Le livre d’occasion, un enjeu économique grandissant

            Dans un marché où le prix du livre neuf de cesse d’augmenter, le lecteur doit trouver des solutions pour contourner cette difficulté. Le livre d’occasion peut être une solution car son prix n’est pas assujetti à la loi Lang de 1981 relative au prix du livre, imposant un prix unique en France. Ainsi, le lecteur peut trouver son compte dans ces prix réduits. Il s’agit là d’un livre ayant déjà été acheté et ayant déjà vécu auprès d’un particulier. C’est un réel enjeu également pour les professionnels dans la mesure où le prix est attractif et attire de nouveaux clients. Le prix étant réduit, le potentiel futur lecteur aura moins de mal à passer l’étape de l’achat et sera moins critique vis-à-vis du livre, car il n’aura pas payé de tarif d’un livre neuf.

Acheter un livre d’occasion, c’est lui donner une seconde vie

            Acheter un livre d’occasion, ce n’est pas seulement bénéficier d’un tarif réduit, mais surtout faire vivre un objet qui aurait pu être détruit s’il n’avait pas été revendu. Tout le monde est gagnant dans l’équation, puisque le vendeur, que ce soit un particulier ou un professionnel, crée du bénéfice dans cette vente, et l’acheteur l’obtient moins cher et permet la réutilisation d’un livre. Le livre lui aussi garde la vie sauve, passant de main en main. Cette solution du livre de seconde main est un enjeu écologique essentiel. En plus d’allonger la durée de vie d’un livre, il peut, dans une certaine mesure, inciter les éditeurs à réduire le rythme élevé de publication. Hypothétiquement, si cette mesure était effective, elle permettrait de diminuer le taux de retour effectué par les libraires. Il en découlerait également une forte réduction du coût du transport, qui occupe une part importante dans le budget d’une librairie, mais aussi une baisse des livres destinés au pilon : c’est « près de 165 000 livres neufs détruits chaque jour », selon les chiffres du SNE (Syndicat National de l’Édition), de 2021.

Une multiplication des acteurs de la vente en ligne

            On sait que les librairies indépendantes et les grandes chaînes comme Amazon, Cultura ou encore la Fnac proposent principalement des livres neufs, mais désormais aussi des livres d’occasion. Ces grandes enseignes veulent se faire une place dans un marché en plein essor. Or, ils ne sont pas les seuls puisque des sites spécialisés sur l’offre d’occasion en ligne sont déjà bien installés tels Ebay, Leboncoin, Decitre et Gibert. Mais, avec la démocratisation du numérique, de nombreux nouveaux acteurs émergent et se développent rapidement tels La bourse aux livres, Momox ou Vinted. La multiplication de ces sites de ventes d’occasion prouve qu’il y a une forte demande des lecteurs. En France, « 53% des acheteurs de livres achètent de l’occasion » (Secteur du livre).

L’occasion, une solution durable ?

            Au final, le marché du livre d’occasion répond à de nombreux enjeux, qu’ils soient économiques ou écologiques. Mais, est-ce vraiment une solution pérenne ? C’est le lecteur seul qui décide de faire cette démarche pour soutenir le livre de seconde main et ne pas consommer de livres neufs quand d’autres exemplaires sont déjà disponibles. La question principale va plus s’orienter vers les acteurs de la chaine du livre. Des solutions existent déjà et proposent de réduire la production de masse et mettre en place des « éco-gestes et des mesures de diminution des émissions basées sur les économies d’énergie » (The Shift Project). En cela, si ces mesures sont mises en place, elles pourraient diminuer considérablement les risques environnementaux et favoriser le développement durable dans le secteur du livre.

FOUQUE Clément – M1 MDLE (IDB)

Sources

The Shift Project, Décarbonons la culture !, 2021

CHABAULT Vincent, La cote internet contre le savoir-faire. La formation des prix sur le marché du livre d’occasion, 2019, p.359-375

TALBOT Louie, Vincent Chabault, Le Livre d’occasion. Sociologie d’un commerce en transition, 2023, p.499-502

Secteur du livre, Le marché du livre ancien et d’occasion en  2023, Expodif.fr, 2023

Loi n° 81-766 du 10 août 1981 relative au prix du livre

Les labels « verts » de l’industrie du livre : véritable prise de conscience écologique ou greenwashing opportuniste?

Vous est-il déjà arrivé de remettre en question l’authenticité et la fiabilité des petits logos et étiquettes qui se trouvent inscrits dans les pages des livres que vous consommez ? Il est probable que non. Cependant, il est important de ne pas se laisser désinformer par une industrie dont les acteurs ne font pas forcément toujours preuve, comme nous allons le voir plus tard, de sincérité envers leurs consommateurs. Sans bien sûr oublier de se réjouir des progrès effectués, il faut continuer à se préoccuper des déficiences écologiques présentes dans l’écosystème du livre sans se reposer sur les actions qui ont déjà cours.

Des labels écologiques trompeurs brandis comme des fanions

Il est important de bien définir ce que l’on entend par greenwashing. Selon le dictionnaire Larousse, le terme renvoie à celui d’écoblanchiment, ce mot se définit de la façon suivante : « Utilisation fallacieuse d’arguments faisant état de bonnes pratiques écologiques dans des opérations de marketing ou de communication. » mais peut aussi se traduire par « blanchiment vert ». Grâce à l’utilisation de labels, les maisons d’édition et les imprimeurs mettent en valeur une démarche positive de leur part. Ce processus a pour conséquence de tendre à minimiser les impacts négatifs, encore nombreux, qui sont présents dans l’industrie du livre, en mettant l’accent uniquement sur les actions en faveur de l’environnement qui sont menées.

Certains sigles peuvent nous faire croire, par leur forme ou par leur couleur (le vert est beaucoup utilisé), qu’il s’agit de labels qui sous-entendent une pratique écologiquement responsable. La majorité des acheteurs n’ayant pas une connaissance aboutie en matière de labels, la confusion peut vite arriver. L’utilisation de ces symboles est tout à fait légale puisqu’ils sont reconnus en tant que sigles, mais il n’en reste pas moins qu’ils induisent parfois en erreur. Par exemple, un sigle qui indique que le papier qui a été utilisé pour le livre est recyclable ne signifie pas pour autant que le livre à été fait à partir de papier recyclé…

Duplicité des intentions

Il existe différents labels utilisés dans l’industrie du livre, chacun ciblant des pratiques variées. Quelques labels reconnus sont les suivants : les labels FSC et PEFC, Imprim’Vert, L’étiquetage Carbone, la charte des éditeurs écolo-compatibles… Ces labels sont officiels et garantissent certaines pratiques écologiques responsables par les maisons d’édition et imprimeurs qui les utilisent. Cependant, il est tout de même intéressant de se questionner sur les raisons qui poussent ces acteurs à agir pour obtenir ces derniers. En effet, même si ces labels sont officiels, il n’en reste pas moins qu’un aspect marketing fort en découle. Les livres qui les portent donnent instantanément une bonne image éthique et commerciale à ceux qui les ont produits, ce dont ces derniers ont conscience. Le bénéfice écologique est présent et la création de ces labels reste un progrès considérable, il demeure cependant nécessaire que l’aspect commercial et la recherche du profit ne restent pas les premières préoccupations de l’industrie.

Les faux semblant du monde du livre

Comme nous l’avons déjà exprimé plus en amont dans cet article, grâce aux labels notamment, les maisons d’édition et imprimeurs valorisent les actions qu’ils font en faveur de l’environnement… en oubliant de communiquer les chiffres concernant leur impact sur l’environnement. Il est vrai qu’il existe cependant une exception, le groupe Hachette communique directement son bilan carbone de manière détaillée. Les autres maisons d’édition ne faisant pas preuve de cette même honnêteté, cela nous conduit inévitablement à remettre en question leur bonne foi. En effet, la plupart des labels concernent la gestion des forêts dont est issu le papier. Cependant, comme on le voit dans le bilan carbone d’Hachette, la préservation du milieu naturel forestier n’est pas le seul problème qui se pose lorsque l’on produit le papier. 66% des émissions de CO2 du groupe Hachette sont dues à la fabrication du papier. L’exploitation forestière en elle-même concerne environ 38% des émissions de CO2. Cet exemple montre bien que le problème s’est déplacé et perdure ailleurs, la gestion durable des forêts est un enjeu important mais il faut désormais regarder vers la prochaine étape : décarboner la production de livres. Ainsi, ces labels ne devraient plus être mis en avant comme un engagement écoresponsable car ils invisibilisent de plus gros problèmes et, surtout, la gestion durable des forêts devrait être perçue comme relevant du bon sens et non plus comme une innovation écologique majeure.

Pour conclure, bien qu’il semble que le terme de greenwashing paraisse un peu fort, nous pouvons bel et bien dire que les labels donnent à voir une image des acteurs de la chaîne du livre comme plus concernés par le sort de l’environnement que ce qu’ils ne le sont en réalité. Sous couvert des progrès effectués au sein de l’écosystème du livre, certaines problématiques écologiques tendent à être minorées voire ignorées. Enfin, ces labels trompent les acheteurs qui s’imaginent participer à une industrie plus verte, sans pour autant que ce soit le cas.

BORY André – THURY-BOUVET Marine, M1 MDLE

Sources :

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search