Décarbonons nos librairies : le cas des goodies

Les goodies sont des objets publicitaires personnalisés, généralement des produits dérivés d’un livre ou même d’une librairie. Les goodies c’est par exemple : un tote bag, un stylo, un mug, un carnet ou même un marque page portant le logo de la librairie qui les distribue. Ils portent un lourd bilan carbone et sont utilisés à des fins commerciales. La pertinence des goodies offerts en sortie de caisse, même ceux éco-responsables et solidaires, est à repenser. Il faut comprendre que ce sont des outils marketing et donc des outils publicitaires qui vont servir à promouvoir les entreprises, voire à les verdir. Ce geste commercial est une méthode stratégique pour attirer de nouveaux clients et il permet aussi de partager les valeurs d’une librairie. L’utilité des goodies est ainsi remise en question vis-à-vis des enjeux environnementaux et de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE).

On peut donc se demander si les valeurs d’une librairie peuvent se transmettre à travers la bonne image de qualité et de durabilité des goodies même si elle se mêle à une surconsommation non sollicitée. Mais surtout si les goodies sont réellement nécessaires dans les librairies.

Pour ce faire, nous allons baser notre étude sur l’enquête 2FPCO réalisée en 2017 par le CSA nommée « Perception des objets publicitaires par les français ». 

Ce graphique permet de répondre à notre question sur la pertinence des goodies. Comme on peut le voir ci-dessus, 67% des personnes conservent et utilisent ces goodies. Alors, si certaines personnes ne peuvent pas s’en passer, il serait plus intéressant de produire des goodies éco-responsables qui transmettent des valeurs de durabilité et de praticité, liés à la RSE, tout en sensibilisant les clients sur l’importance de limiter leur consommation.

Voici par exemple certaines alternatives éco-responsables possibles, en lien avec la décarbonation qui est un enjeu important dans les librairies. 

Les cartes et les stylos à planter des Éditions de mai

Plutôt qu’offrir un tote bag avec le logo de la librairie, les cartes et les stylos à planter des Éditions de Mai pourraient devenir des objets commerciaux qui permettraient de créer un réel impact social et surtout environnemental.

Le concept est simple : le stylo renferme une capsule biodégradable qui contient des graines de tournesol tandis que la carte possède des graines de fleurs des champs. Tous les matériaux utilisés sont 100% naturels, avec : un papier issu de forêts gérées durablement, des encres végétales, du bois de cèdre, tout cela sans colorants ni solvants toxiques et imprimé en France. Ainsi, quelques semaines après avoir planté la carte ou le stylo, une plante poussera tout en participant au développement et à la conservation de la biodiversité.

Ces cartes pourraient donner une nouvelle image de la librairie et donc de la RSE en transmettant des valeurs de protection de l’environnement et surtout en ré-utilisant des ressources.

La carte dématérialisée Éthi’kdo

Une autre alternative possible est la carte dématérialisée Éthi’kdo. C’est la première e-carte cadeau éco-responsable, qui a pour objectif de produire une transition écologique, en apportant une consommation avec un impact positif. Elle favorise par exemple les achats locaux, de seconde main comme des livres d’occasion, de cosmétiques biologiques, etc. Cette carte n’est pas directement liée aux librairies, mais elle permet de manière générale d’offrir une expérience écologique qui permet de sensibiliser les clients à une meilleure consommation.

Pour aller plus loin

On peut mentionner la librairie indépendante Le Failler à Rennes, qui propose une remise de 5% sur présentation d’une carte de transports en commun Korrigo. C’est une nouvelle façon d’envisager une publicité éco-responsable de la librairie, sans utiliser de goodies.

Sources :

Sites annexes :

Margaux Fourcade-Amalric et Sarah Hottelart – M1 MDLE, parcours édition

La mise en place de labels éco-responsables : le pari des maisons d’édition

État des lieux de l’impact de l’industrie du livre sur l’environnement

Le rapport du Shift Project rend compte de l’impact carbone de l’industrie du livre. Nous le constatons particulièrement avec le bilan carbone de Hachette France. Le poste de production représente la plus grande part d’émissions avec 66% au total. Suivi du poste de distribution qui représente 19% des émissions. En somme, les postes de production, de distribution, de diffusion et de vie de bureau représentent au total 169 000 tonnes de CO2eq par an.

On se rend compte qu’il est urgent d’établir une transition vers de nouveaux modes de production pour réduire les émissions de CO2. Cela peut passer par une relocalisation des locaux, un transfert vers des modes de transports moins carbonés, se diriger vers une impression locale et à la demande. Tout cela en ralentissant le rythme et le volume de production.

Toutefois, une production industrielle capitaliste est incompatible avec une réduction des émissions. C’est avec cet environnement que des maisons d’édition se sont donné le pari de créer des labels éco-responsables. Ainsi, ces maisons sont sorties du triangle de l’inaction pour aller vers une sensibilisation plus écologique des modes de production afin de nous encourager à mieux consommer. Sachant que le triangle de l’inaction est représenté par trois pôles : le gouvernement, les entreprises et les citoyens, qui rejettent tous la faute sur l’autre et s’entraînent dans le cercle vicieux d’une inaction perpétuelle.

Le label Yliga des éditions de La Martinière et des Éditions Delachaux & Niestlé

Les éditions de La Martinière et les Éditions Delachaux & Niestlé ont lancé, en 2020, le label éco-responsable Yliga. Ce nom désigne, en langue moré, un arbre aux vertus médicinales qui sait s’adapter aux climats les plus hostiles. Il représente pour eux un symbole d’adaptation ainsi qu’« un exemple d’exploitation vertueuse des ressources naturelles ». De plus, ils s’inscrivent dans une démarche de traçabilité des ouvrages produits dans le respect de l’environnement. Ils portent même l’ambition d’étendre leur label à un tiers de leur production d’ici 2030. 

Ce label est défini par plusieurs critères spécifiques. Il certifie une optimisation de l’utilisation du papier avec des formats d’ouvrages adaptés. De plus, il implique une utilisation de papier certifié FSC et PEFC mais surtout d’utiliser moins de produits chimiques. Il promet des ouvrages sans couverture cartonnée et sans film plastique. Tout cela avec une impression à moins de 1000 kilomètres de leurs entrepôts. Ce label s’étend sur une gamme de titres abordant des sujets liés à l’environnement, aux enjeux socio-politiques et écologiques. 

Le label de Tana Éditions

Tana Éditions, qui appartient à Éditis, a mis en place en 2019 un label éco-responsable, visant à s’investir dans le respect de l’environnement. Ils ont choisi comme emblème un scarabée, symbole de croissance et de fertilité des sols, qui est un animal en voie d’extinction à cause du réchauffement climatique.

L’ensemble des ouvrages publiés sous ce label sont fabriqués à l’aide de papiers labellisés, imprimés en France. Ils sont aussi blanchis sans chlore et utilisent des encres certifiées d’origine végétale.

« Cet engagement militant, authentique et sincère est une évidence pour Tana Éditions, qui a vocation à être un label écoresponsable à l’écoute de la société et de son environnement, sans jamais renier ses fondamentaux d’éditeur éclectique, décalé et enthousiaste. L’engagement écologique n’est pas un sacrifice, et nous sommes persuadés que notre fraîcheur et notre inventivité sont de véritables atouts pour mettre du vert dans nos ouvrages et parler d’écologie auprès de nos lecteurs »

Suyapa Hammje, Directrice éditoriale de Tana Éditions

En somme, Tana Éditions a pour ambition de continuer d’expérimenter  afin de trouver de nouvelles solutions de production durable des ouvrages. C’est pourquoi ils travaillent désormais sur la création de couvertures sans pelliculage, pour réduire l’utilisation de plastique.

Sources :

Documents annexes :

Margaux Fourcade-Amalric et Sarah Hottelart – M1 MDLE, parcours édition.

Ensemble, créons plus de librairies hybrides à Grenoble !

Les librairies indépendantes sont confrontées à une concurrence significative de la part de divers acteurs tels que les sites en ligne et les grandes surfaces. Malgré cela, elles demeurent le principal réseau de vente de livres en France. Au cœur de Grenoble, une idée audacieuse émerge : les librairies hybrides. Cette proposition novatrice aspire à créer des espaces culturels ancrés dans le développement durable. Les librairies hybrides offrent une perspective inédite sur le rôle potentiel des espaces culturels dans nos communautés. L’idée sous-jacente à ces librairies va au-delà de la simple vente de livres. En se positionnant comme des lieux polyvalents, cette proposition vise à agir en tant que catalyseur social et économique.

Comment les librairies pourraient-elles devenir des foyers d’activités culturelles, tout en incarnant des pratiques respectueuses de l’environnement ?Explorez avec nous cette vision avant-gardiste du futur des librairies à Grenoble.

D’un lieu de consommation à une expérience culturelle

La création de librairies hybrides permet à l’expérience culturelle de prendre le pas sur la simple transaction commerciale qu’est devenue, malheureusement, la réalité de bon nombre de librairies. Ainsi, en transformant la librairie en un lieu de convergence sociale, elle cesse d’être simplement un point de vente pour devenir un espace de partage, d’apprentissage et de créativité. Elle suscite l’intérêt d’une clientèle qui ne se limite pas nécessairement à l’achat de livres, mais qui recherche un lieu convivial et sociable au sein de sa ville.

La passion de la lecture s’associe facilement à d’autres passions. Une librairie hybride propose un espace polyvalent, pouvant inclure cafés, coworking, expositions artistiques et événements communautaires. En effet, ces espaces se métamorphosent en lieux de rencontre et d’échange, où la lecture devient une porte d’entrée vers un monde d’activités culturelles diverses. L’objectif est de créer une expérience immersive favorisant l’échange intellectuel et la créativité, transformant ainsi la librairie en un lieu de convergence sociale et culturelle et renforçant l’attrait des librairies traditionnelles face à l’environnement concurrentiel actuel. D’après une étude de l’OBSOCO menée en juin 2019, 80 % des clients sont enthousiasmés par l’idée de découvrir au sein des librairies un espace multifonctionnel combinant la vente de livres, un café et une zone de lecture. La librairie devient une expérience culturelle de proximité.

Une solution écoresponsable face à la crise climatique actuelle

Sur le plan écoresponsable, ces librairies peuvent adopter des pratiques exemplaires. Par exemple, sélectionner soigneusement des matériaux de construction pour minimiser les déchets : l’utilisation du bois, une matière première typique de la région ; penser différemment le packaging pour réduire les déchets ; proposer des programmes de recyclage des livres pour encourager les lecteurs à échanger ou à donner leurs livres… La notion de commerce de proximité face à la tentation des grosses machines du net peut également favoriser la mobilité douce (accès facile en transports en commun, l’accès PMR et proposer un espace de stationnement de vélos, trottinettes, etc.) Par ailleurs, elles peuvent établir des partenariats avec des éditeurs locaux ou des initiatives axées sur l’impression écologique, favorisant ainsi une production de livres plus respectueuse de l’environnement.

Les librairies hybrides peuvent aussi favoriser les circuits courts en créant des espaces de vente directs entre les écrivains locaux et les lecteurs, mais aussi en collaborant avec des artistes locaux et en leur proposant la mise à disposition des lieux pour des activités culturelles. En réduisant les intermédiaires, les librairies hybrides renforcent les liens communautaires et encouragent une consommation locale, contribuant ainsi à une économie durable et à une appréciation directe du talent créatif régional.

Quelques exemples dans la région AURA

Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes (AURA), nous pouvons trouver plusieurs lieux hybrides autour du livre (librairies, médiathèques et bibliothèques). En voici cinq à visiter :

  • Luna (38000, Grenoble) : Luna est un café-librairie écoresponsable féminine et inclusive. Il propose également des animations culturelles (table ronde, rencontre, atelier de sérigraphie, etc.) et une salle de travail privatisable.
  • Le Remue-Méninges (42000, Saint-Étienne) : Le Remue-Méninges est un café-lecture associatif créé en 2007. Il organise des ateliers, des débats, des vernissages et des soirées ciné. Il met également à disposition des livres, magazines, etc.
  • La Licorne (63340, Saint Germain Lembron) : La Licorne est médiathèque qui propose tout au long de l’année académique des activités régulières, des séances ciné, des concerts, des spectacles…
  • Les Vinzelles (63530, Volvic) : Les Vinzelles est un tiers-lieu culturel composé d’une librairie généraliste indépendante, d’un café-restaurant qui privilégie les produits locaux et de saison, et d’un jardin. Il organise des apéros littéraires ainsi que des activités à l’extérieur.
  • La Bulle (74100, Annemasse) : La Bulle a reçu le Prix international de la bibliothèque innovante décerné par l’American Library Association en juin 2022. C’est un tiers-lieu proposant une zone de gaming, de jeux de société, de soirées jeux, de soirées lectures, de l’emprunt de livres et de liseuses, etc.

Ces exemples illustrent ainsi la diversité et la pertinence de ce modèle hybride et témoignent de la fusion réussie entre l’aspect écoresponsable et l’expérience culturelle.

Conclusion

Cette évolution vers une expérience culturelle plus holistique définit une nouvelle ère pour les librairies, les positionnant comme des acteurs dynamiques dans le tissu social et culturel des villes, où chaque livre raconte une histoire bien au-delà de ses pages. En explorant ces initiatives régionales, il devient évident que les librairies hybrides offrent une plateforme unique pour célébrer la créativité locale tout en stimulant l’échange intellectuel et la conscience écologique. Elles se positionnent comme des acteurs clés dans la promotion de modes de vie durables et de la conscientisation environnementale.

Diana Tass-M1 MDLE (édition)

Sources

« 8 tiers-lieux écoresponsables à visiter en France ». Annuaire Permacole – Acteurs éthiques, éco-responsables et alternatives, 20 mai 2022, https://www.annuaire-permacole.fr/8-tiers-lieux-ecoresponsables-a-visiter-en-france/.

Berger, Amandine. « Démocratisation des tiers-lieux : succès durable ou mode passagère ? » Orient’Action, 4 avril 2021, https://www.orientaction.com/tiers-lieux-professionnels-collaboration-services-hybrides/.

« [Entretien avec] François Léotard : « Notre pays a besoin de librairies tiers-lieux dans ses centres-bourgs » ». Paroles d’élus, https://parolesdelus.com/actualites/citoyen-et-societe/entretien-avec-francois-leotard-notre-pays-a-besoin-de-librairies-tiers-lieux-dans-ses-centres-bourgs/.

Lagane, Romaric. Lieux3.0 : tiers-lieux, lieux hybrides et partagés, lieux pour réinventer demain, tiers espaces… 2018. Université Grenoble Alpes.

Les tiers-lieux culturels et / ou solidaires. Quelques adresses en région Auvergne-Rhône-Alpes. Fédération des acteurs de la solidarité Auvergne-Rhône-Alpes, 2023, p. 31.

« Quand les librairies deviennent hybrides ». ActuaLitté.com, https://actualitte.com/article/10407/distribution/quand-les-librairies-deviennent-hybrides.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search