L’inscription des bibliothèques dans les objectifs de développement durable

À l’instar de tous les rouages de la chaîne du livre, les bibliothèques sont sujettes aux questions de l’écologie. Les enjeux liés au développement durable sont progressivement entrés dans les mœurs et les bibliothèques, en constante mutation, doivent elles aussi penser ces problématiques. Le système de prêt du livre constitue déjà en lui-même un geste éco-responsable et il serait possible d’envisager que ces pratiques soient suffisantes. Pourtant, comme toute infrastructure, les bibliothèques émettent une empreinte carbone qu’il est important de prendre en compte. Quelles peuvent être alors les actions et les pistes de réflexions à instaurer en bibliothèque dans une démarche plus écologique ? 

Les enjeux écologiques des bibliothèques 

 La consommation des ressources telles que l’énergie, l’électricité ou encore l’eau, impacte l’empreinte carbone des bibliothèques de manière différente en fonction de la constitution des structures. Les constructions de ces bâtiments souvent datées n’ont pas nécessairement pris en considération la question écologique. Nombreuses sont les bibliothèques à être reconfigurées ou déménagées afin de tenir davantage  compte des besoins des usagers et des enjeux contemporains, dont celui du développement durable.  

L’empreinte carbone du livre n’est pas à négliger. La fabrication, l’impression et le transport du livre affectent son bilan carbone. Même en bibliothèque où le livre passe entre de nombreuses mains, il est sujet au désherbage.  La Bibliothèque publique d’information déclare désherber près de 18 000 livres chaque année. Nécessaire pour des questions de place et de visibilité, le désherbage concerne un grand nombre d’ouvrages qui ne sont, pour la plupart plus empruntés ou devenus obsolètes. Une fois sortie de la bibliothèque, une certaine part des livres sont détruits, l’empreinte carbone des livres est alors augmentée. Dans l’objectif de développement durable, il s’agit d’un enjeu essentiel à relever. 

La sobriété numérique en bibliothèque est un autre enjeu soulevé par le développement durable. Pour une bibliothèque plus verte, il faut réduire l’impact émis par le numérique, cet objectif nécessite de repenser les usages que nous faisons de l’informatique. Les bibliothèques ont un rôle à jouer en tant que modèle de référence auprès des usagers. 

Enfin, la mobilité pour se rendre en bibliothèque joue également sur l’empreinte carbone. Il n’existe pas de solution miracle, l’emplacement dans lequel s’implante la structure a une influence sur les modes de déplacements. La sensibilisation auprès des usagers peut être un moyen de les amener à réfléchir sur leur mobilité.  

Des accords pour des bibliothèques plus vertes 

En 2016, a été signé par les Nations Unies, l’Agenda 2030 avec 17 objectifs de développement durable à atteindre. Dans cette lignée, un site web spécifique sur l’Agenda 2030 axé bibliothèque a été créé afin de sensibiliser et de donner accès à des ressources clés pour les professionnels. Convaincus que les bibliothécaires doivent s’inscrire dans une démarche d’éco-responsabilité, les acteurs de référence, l’Association des bibliothèques de France,  la Bibliothèque publique d’information, l’ENSSIB et le comité français international bibliothèque et documentation sont à l’origine de ce partenariat. 

Améliorer la visibilité et la sensibilisation autour des questions de l’écologie envers les usagers est un des objectifs phares du présent projet. Les bibliothécaires sont eux aussi ciblés, ils n’ont pas assurément conscience que les enjeux du développement durable peuvent et doivent être mis en place au sein des bibliothèques. 

S’inscrivant dans ce même objectif, L’association des bibliothèques de France a fondé en 2022 la commission Bibliothèques Vertes. Les enjeux sont sensiblement les mêmes : proposer de la documentation, sensibiliser, accompagner la réflexion et la création, utiliser des matériaux éco-responsables, etc. La commission a pour but de mettre à disposition des professionnels, des ressources leur permettant de s’inscrire dans l’agenda 2030 et d’avoir une démarche plus vertueuse. 

Des exemples concrets d’actions déjà mises en place

Dans une logique écologique, des grainothèques ont été instaurées dans plusieurs bibliothèques. Basé sur le système du troc, il s’agit d’échanges de graines afin d’encourager la biodiversité. La bibliothèque Maurice Genevoix située à Paris dispose même d’un jardin où elle propose à ses usagers le prêt de parcelles et l’accès à un composteur. 

La sensibilisation auprès des usagers est aussi un moyen efficace et peu compliqué à mettre en place. Des bibliothèques installent des espaces thématiques en lien avec l’écologie où elles prescrivent divers documents pour encourager leur public à s’engager dans une démarche éco-responsable. 

L’organisation d’animations, de journées d’étude ou encore de colloques afin de sensibiliser tous les publics comme les bibliothécaires, sont des pistes intéressantes de sensibilisation. C’est par exemple le cas lors d’une journée d’étude : Pour des bibliothèques (vraiment) vertes ?” organisé par la médiathèque départementale de la Loire qui organisait des séances de réflexions et des animations. Une animation portait sur le désherbage et des brainstorming ont été réalisés afin de lister différentes pistes et exemples des actions pouvant être mises en place. 

La bibliothèque universitaire centrale du Havre ou celle de la médiathèque Alpha d’Angoulême dont les infrastructures ont été conçues de sorte à diminuer leur empreinte carbone, constituent les bibliothèques de l’avenir. 

Des bibliothèques peuvent être rénovées uniquement avec des meubles de récupérations, comme c’est le cas de la médiathèque de Châtelaillon. 

Ainsi des actions existent et doivent se poursuivre afin  d’inscrire les bibliothèques dans une démarche de développement durable.

Mathilde Signoret– M1 Métiers du livre Parcours bibliothèque

BIBLIOGRAPHIE

ABF Bibliothèques Vertes [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://bib.vertes.abf.asso.fr/ 

Accueil, agenda2030bib [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://agenda2030bibfr.wixsite.com/agenda2030bib 

Bibliothèques de la Ville de Paris – Des grainothèques dans les bibliothèques[en ligne]. Disponible à l’adresse : https://bibliotheques.paris.fr/des-grainotheques-dans-les-bibliotheques.aspx?_lg=fr-FR 

Bibliothèques vertes – Association des Bibliothécaires de France [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://www.abf.asso.fr/4/210/981/ABF/bibliotheques-vertes 

Ecologie : quand les bibliothèques passent au vert, Archimag [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://www.archimag.com/bibliotheque-edition/2020/06/26/ecologie-bibliotheques-vert 

Journée de réflexion et d’échanges « Pour des bibliothèques (vraiment) vertes ? », Auvergne-Rhône-Alpes livre et lecture [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://auvergnerhonealpes-livre-lecture.org/articles/journee-de-reflexion-et-d-echanges-pour-des-bibliotheques-vraiment-vertes 

Lecture durable : les bibliothèques se mettent au vert [en ligne].  Disponible à l’adresse : https://www.culture.gouv.fr/Actualites/Lecture-durable-les-bibliotheques-se-mettent-au-vert 

MÉDIATHÈQUE DÉPARTEMENTALE DE LA LOIRE, 2023. Que fait-on des livres désherbés ? Auvergne Rhône-Alpes livre et lecture [en ligne]. 2023. Disponible à l’adresse : https://auvergnerhonealpes-livre-lecture.org/files/79f1d7df/que_fait_on_des_livres_desherbes.pdf 

Le lieu d’impression du livre est-il important aux yeux des lecteurs ?

Dans le cadre du projet « Décarboner le livre », les étudiants en première année de Master Métiers du livre et de l’édition de l’Université Grenoble-Alpes ont mis en place un sondage dans plusieurs librairies grenobloises, afin d’analyser les habitudes et les pratiques des clients en librairie.

Les étudiants avaient pour objectif de faire remplir un questionnaire à choix multiples aux clients volontaires pour participer à l’enquête.

L’une des librairies ayant accepté de participer au sondage était la librairie Momie Mangas de Grenoble, une librairie spécialisée dans les mangas (comme son nom l’indique).

Quarante-trois personnes ont accepté de participer au sondage.

L’une des catégories de questions concernait le lieu d’impression des livres. La quasi-totalité des personnes interrogées ont été surprises par ces questions.

Tout d’abord, il faut savoir qu’aujourd’hui, la grande majorité des livres vendus en France ne sont plus imprimés en Asie, mais en Europe – plus particulièrement en Italie. Et cela est d’autant plus vrai en ce qui concerne les mangas.

La première question avait pour but de savoir si les clients étaient attentifs au lieu d’impression du livre (qui est généralement indiqué à la fin). Sur les quarante-trois clients interrogés, seulement 14% (6 sur 43) ont déclarés être attentifs au lieu d’impression ; les 86 % restants (37 sur 43) déclarent quant à eux ne pas le regarder.

Nous avons ensuite posé la question « Est-ce que cela fait partie de vos critères dans le choix d’un livre ? » aux personnes se déclarant attentives au lieu d’impression. Sur les six personnes concernées, cinq (83.3%) ont déclaré que cela ne changeait absolument rien pour eux et qu’ils achèteraient le livre de toute façon ; et une seule personne (16.7%) a déclaré que le lieu d’impression faisait systématiquement partie de ses critères d’achat.

Il faut savoir que les clients ont ensuite déclaré ne pas regarder le lieu d’impression du livre qu’ils achètent, non pas parce que cela ne les intéressait pas, mais tout simplement parce qu’ils n’y pensaient pas.

Lorsque nous avons posé les questions sur le lieu l’impression des livres, nous avons pu constater que les clients avaient souvent tendance à culpabiliser, parce qu’ils pensaient avoir commis une faute – ce qui n’était pourtant pas le cas.

Plusieurs clients interrogés ont ensuite dit aux étudiants qu’à l’avenir, ils penseraient plus souvent à regarder le lieu d’impression, mais sans forcément que cela ait un impact sur leur choix d’acheter le livre ou non.

Beaucoup de personnes se sont aussi montrées intéressées par le projet mené par les étudiants et ont demandé davantage de renseignements.

Après cette expérience, je pense qu’il serait très intéressant de sensibiliser les lecteurs, de les informer que lieu d’impression est un élément important pour le projet de décarbonation du livre.

Yléana FARCY, étudiante en première année de Master Métiers du Livre et de l’Édition à l’Université Grenoble-Alpes.

Sources :

Résultats du sondage à Momie Mangas : https://s8hqlq09uhw.typeform.com/report/khc0vsJz/FePcmiovQzX0lRhM

« Glénat passe à un nouveau papier », GraphiLine, 17-11-2016 : https://www.graphiline.com/article/24426/glenat-passe-a-un-nouveau-papier#:~:text=Pr%C3%A8s%20de%208%20millions%20de,production%20est%20imprim%C3%A9e%20en%20Italie.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search