Lecture écoresponsable : enquête auprès des librairies grenobloises

Face au numérique, la tendance est de penser le papier comme l’alternative la plus écologique. Si cela a sa part de vérité, le livre papier est-il réellement écologique ? Depuis la création de papier jusqu’à la vente du livre fini, les pratiques polluantes sont nombreuses. Nous sommes allés dans les librairies de la métropole grenobloise afin d’observer leurs pratiques, écoresponsables ou non, et de se demander si, et comment, il serait possible de faire mieux.

Du positif et du négatif

Ce qui nous a marqué de ces enquêtes, c’est qu’à vrai dire, il est compliqué de remarquer le négatif. En effet, ces aspects font tellement partie de notre quotidien, de notre « normal », que nous y serions aveugles. C’est bien là le souci de cette crise climatique, et la raison pour laquelle il paraît si difficile de se sortir de notre modèle polluant. Nous pouvons classer nos observations en trois catégories : la décoration, la vente de produits complémentaires et la gestion des livres.

Au niveau de la décoration, ce qui nous a frappés ce sont les fausses plantes, en plastique, présentes même dans les librairies autrement très écoresponsables. Si cela reste assez anecdotique, nous avons trouvé curieux leur usage répété dans presque toutes les librairies. Il ne nous semblait pas très difficile de mettre de vraies plantes ou alors de décorer autrement.

En dehors des livres, ce sont les produits complémentaires qui ont tranché sur l’aspect écologique ou non des librairies. Jeux de société, papèteries, figurines, tee-shirts et tote bags, nombreux sont ceux qui affichent leur « Made in China ». Il serait peut-être temps de passer à des alternatives locales et plus écoresponsables pour ce genre de produits.

Pour finir, attaquons-nous au cœur du métier de libraire : les livres. Tout d’abord, les livres affichant des labels écologiques tels que PEFC ne font pas toujours la majorité. De plus, peu de librairies offrent un rayon « écologie ». Les livres de ce thème ne sont donc pas vraiment mis en avant dans celles-ci. Enfin, toutes les librairies n’offrent pas de livres d’occasion, parfois uniquement des livres neufs.

Cependant, là où certains ignorent les alternatives plus éthiques, tant pour les produits vendus que pour l’agencement de leur librairie, d’autres fournissent des efforts. Des livres et produits complémentaires labellisés PEFC ou encore « Fabriqué en France » ; des cartes avec des graines à planter ; une mise en avant des livres sur le thème de l’écologie grâce à des rayons spécifiques ou encore des reventes de livres d’occasion (qui ont l’avantage d’être économiques en plus d’être écologiques), chacun y met sa patte. Pour autant, peu s’engagent réellement vers une librairie verte. Dans la très grande majorité, ce n’est qu’un premier pas dans cette direction. Ces efforts sont toutefois à saluer et à encourager.

Un bon espoir : la librairie Luna

Ouverte cette année, la librairie Luna se décrit comme une « librairie féminine et inclusive », avec un « coffee shop écoresponsable ». Et effectivement, dès l’entrée est affiché un autocollant qui indique l’utilisation de produits écoresponsables dans la partie café. Pour ce qui est de la décoration, les étagères et les meubles ont l’air soit récupérés soit construits dans des matériaux naturels, cependant nous n’avons pas pu vérifier cela lors de nos observations. Le point négatif majeur de cette librairie serait ses plantes en plastique, ce que nous avons trouvé dommage mais qui peut rester anecdotique, comme vu plus tôt.

Un rayon « écologie » est mis en avant et ce n’est pas le seul sur le sujet : il y a également un rayon « nature writing » ou encore une étagère « écologie » dans le rayon jeunesse, pour initier les enfants dès le plus jeune âge. Sur une des tables de la librairie était exposée une collection de livres « fabriqué en France ».

Enfin, la librairie vend également des cartes postales imprimées sur du papier recyclé à Grenoble, des jeux (et livres) avec le label PEFC ou encore du matériel scolaire écoresponsable, dont notamment un agenda écoconçu dont 50 centimes sont renversé à l’association WWF pour chaque achat.

Tout cela donne donc espoir pour des pratiques écoresponsables en librairie, sans pour autant être suffisant dans l’état actuel des choses. Nous ne pouvons qu’espérer une démocratisation des efforts produits dans toutes les librairies, à Grenoble et ailleurs.

Manon Louédec – M1 MDLE Parcours Edition

Les chiffres du pilon en France et certaines alternatives proposées

La mise au pilon en France

Le secteur du livre et ses acteurs sont comme beaucoup d’industries touchées par les problématiques environnementales, surtout concernant l’utilisation de ressources premières, notamment avec la pénurie de papier. C’est dans ce contexte que la pratique du pilonnage se voit pointer du doigt. En observant les chiffres du SNE, on se rend compte de l’ampleur du problème : 25 % des ouvrages produits et mis en distribution seront invendus et partiront pour la grande majorité en retour. En 2018, 46 898 tonnes de livres sont passées par ce procédé, soit 23,3 % du total des livres ayant été transportés vers les différents points de vente. Pour la même année, 28 367 tonnes seront pilonnées, soit 60,48 % des retours. De 2018 à 2020, on remarque que les pourcentages de retour et de mise au pilon subissent une chute constante, mais restent tout de même assez élevés (18,2 % de retour et 11,8 % de mise au pilon par rapport au total).

Le livre en France possède un statut particulier, une certaine aura, qui peut se constater au niveau légal avec les lois Lang et Darcos mais aussi au niveau culturel, pensé avec des normes de qualité bloquant certains changements. Selon le SNE, 100 % des livres pilonnés vont partir au recyclage. Ce papier recyclé voit une baisse de qualité après le procédé. Cette qualité moindre ne répond pas aux exigences des éditeurs qui craignent les critiques des lecteurs et redoutent en conséquence une baisse du nombre de ventes. L’achat de papier recyclé ne représente que 1 % du total en 2018, ce qui suit une baisse progressive depuis déjà plusieurs années. Pour les raisons citées plus tôt, l’acquisition de matières recyclées pour les livres n’est que de 0,3 % du total des livres fabriqués chez les éditeurs, les imprimeurs les devancent avec 3,1 % de leur achat total. Ces chiffres indiquent donc que même si la totalité des œuvres mises au pilon sont recyclées, très peu redeviendront des livres tant que la matière recyclée ne répond pas aux exigences des éditeurs, que ce soit par l’amélioration du recyclage ou l’abaissement de certains standards relatifs aux ouvrages littéraires.

Alternatives proposées

Pour un grand nombre d’acteurs du monde du livre, un tel gaspillage, mais aussi l’idée de destruction pure et simple de livres, parfois jamais lus, semble grotesque ou économiquement peu viable. Des solutions pour éviter le plus possible cette méthode ont donc vu et verront le jour.

Le numérique peut permettre de trouver comment écouler ces titres pour les éditeurs :

My fair Book travaille avec des maisons d’édition dans le but de proposer sur son site des livres délaissés toujours en commercialisation sans être sur les tables des librairies. L’objectif est d’accroître la visibilité et la durée de vie de ces œuvres en leur donnant une seconde chance. Les livres étant neufs, ils restent soumis à la loi Lang et ne sont commandés par My Fair book qu’une fois la vente effectuée pour éviter un surstockage.

Actes Sud a plusieurs fois retiré des librairies et effectué une mise en solde de livres en fin de cycle sur Vente-privée.com pour leur éviter le pilon et potentiellement leur donner une autre vie.

Des exemples d’alternatives ne sont pas qu’autour du numérique et interviennent aussi avec des solutions plus locales ou directement en point de vente :

La librairie O’merveilles propose des paquets mystères contenant trois livres présentant un intérêt littéraire, mais n’ayant pas trouvé d’acheteur. La valeur de la pochette équivaut celle du contenu et évite d’augmenter de beaucoup le nombre des retours d’œuvres tout en apportant un aspect ludique.

La maison d’édition MeMo a fait le choix du zéro pilon malgré les difficultés de gestion et les coûts que cela apporte, privilégiant le don à des associations plutôt que la destruction d’ouvrages de leur catalogue.

Les éditions Wildproject pour des soucis écologiques ont décidé de réduire le plus possible le pilon en proposant la mise en place de ventes à petit prix appelées « Sauvées du pilon ».

Pour les maisons d’édition, comme on peut le voir, ces alternatives représentent souvent un effort à la fois de gestion et financier. Le pilon est donc pour l’instant une alternative plus simple et économiquement intéressante. Même si les alternatives se développent, cet aspect peu pratique pousse des acteurs du milieu à la demande d’une réflexion et d’une refonte du système des retours et de la mise au pilon, certains proposant même l’interdiction de ce dernier si le livre est en bon état. La possibilité du pilonnage et de son recyclage total selon eux pousserait à ne pas s’inquiéter de la surproduction et de se trouver des excuses.

Bibliographie :

-Actualitté, My Fair Book : une solution écologique contre la destruction de livres, (consulté en Novembre 2023)

-Actualitté, Vendre des livres sur vente-privée, « une alternative au pilon »,(consulté en Décembre 2023)

-Fédération internationale du livre et de la lecture, Quand les pros (re)font vivre les livres, (consulté en Décembre 2023)

-Syndicat National de l’Édition, Enquête sur les tonnages de livres transportés dans l’édition : retours, pilon et recyclage (2018-2020), PDF, 10 p.

-Syndicat National de l’Édition, Les achats de papier des éditeurs de livre en France -2017-2018, PDF, 13 p.

-WWF France, Rapport vers une économie plus circulaire dans le livre, PDF, 64 p

Décarbonons nos librairies : le cas des goodies

Les goodies sont des objets publicitaires personnalisés, généralement des produits dérivés d’un livre ou même d’une librairie. Les goodies c’est par exemple : un tote bag, un stylo, un mug, un carnet ou même un marque page portant le logo de la librairie qui les distribue. Ils portent un lourd bilan carbone et sont utilisés à des fins commerciales. La pertinence des goodies offerts en sortie de caisse, même ceux éco-responsables et solidaires, est à repenser. Il faut comprendre que ce sont des outils marketing et donc des outils publicitaires qui vont servir à promouvoir les entreprises, voire à les verdir. Ce geste commercial est une méthode stratégique pour attirer de nouveaux clients et il permet aussi de partager les valeurs d’une librairie. L’utilité des goodies est ainsi remise en question vis-à-vis des enjeux environnementaux et de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE).

On peut donc se demander si les valeurs d’une librairie peuvent se transmettre à travers la bonne image de qualité et de durabilité des goodies même si elle se mêle à une surconsommation non sollicitée. Mais surtout si les goodies sont réellement nécessaires dans les librairies.

Pour ce faire, nous allons baser notre étude sur l’enquête 2FPCO réalisée en 2017 par le CSA nommée « Perception des objets publicitaires par les français ». 

Ce graphique permet de répondre à notre question sur la pertinence des goodies. Comme on peut le voir ci-dessus, 67% des personnes conservent et utilisent ces goodies. Alors, si certaines personnes ne peuvent pas s’en passer, il serait plus intéressant de produire des goodies éco-responsables qui transmettent des valeurs de durabilité et de praticité, liés à la RSE, tout en sensibilisant les clients sur l’importance de limiter leur consommation.

Voici par exemple certaines alternatives éco-responsables possibles, en lien avec la décarbonation qui est un enjeu important dans les librairies. 

Les cartes et les stylos à planter des Éditions de mai

Plutôt qu’offrir un tote bag avec le logo de la librairie, les cartes et les stylos à planter des Éditions de Mai pourraient devenir des objets commerciaux qui permettraient de créer un réel impact social et surtout environnemental.

Le concept est simple : le stylo renferme une capsule biodégradable qui contient des graines de tournesol tandis que la carte possède des graines de fleurs des champs. Tous les matériaux utilisés sont 100% naturels, avec : un papier issu de forêts gérées durablement, des encres végétales, du bois de cèdre, tout cela sans colorants ni solvants toxiques et imprimé en France. Ainsi, quelques semaines après avoir planté la carte ou le stylo, une plante poussera tout en participant au développement et à la conservation de la biodiversité.

Ces cartes pourraient donner une nouvelle image de la librairie et donc de la RSE en transmettant des valeurs de protection de l’environnement et surtout en ré-utilisant des ressources.

La carte dématérialisée Éthi’kdo

Une autre alternative possible est la carte dématérialisée Éthi’kdo. C’est la première e-carte cadeau éco-responsable, qui a pour objectif de produire une transition écologique, en apportant une consommation avec un impact positif. Elle favorise par exemple les achats locaux, de seconde main comme des livres d’occasion, de cosmétiques biologiques, etc. Cette carte n’est pas directement liée aux librairies, mais elle permet de manière générale d’offrir une expérience écologique qui permet de sensibiliser les clients à une meilleure consommation.

Pour aller plus loin

On peut mentionner la librairie indépendante Le Failler à Rennes, qui propose une remise de 5% sur présentation d’une carte de transports en commun Korrigo. C’est une nouvelle façon d’envisager une publicité éco-responsable de la librairie, sans utiliser de goodies.

Sources :

Sites annexes :

Margaux Fourcade-Amalric et Sarah Hottelart – M1 MDLE, parcours édition

La mise en place de labels éco-responsables : le pari des maisons d’édition

État des lieux de l’impact de l’industrie du livre sur l’environnement

Le rapport du Shift Project rend compte de l’impact carbone de l’industrie du livre. Nous le constatons particulièrement avec le bilan carbone de Hachette France. Le poste de production représente la plus grande part d’émissions avec 66% au total. Suivi du poste de distribution qui représente 19% des émissions. En somme, les postes de production, de distribution, de diffusion et de vie de bureau représentent au total 169 000 tonnes de CO2eq par an.

On se rend compte qu’il est urgent d’établir une transition vers de nouveaux modes de production pour réduire les émissions de CO2. Cela peut passer par une relocalisation des locaux, un transfert vers des modes de transports moins carbonés, se diriger vers une impression locale et à la demande. Tout cela en ralentissant le rythme et le volume de production.

Toutefois, une production industrielle capitaliste est incompatible avec une réduction des émissions. C’est avec cet environnement que des maisons d’édition se sont donné le pari de créer des labels éco-responsables. Ainsi, ces maisons sont sorties du triangle de l’inaction pour aller vers une sensibilisation plus écologique des modes de production afin de nous encourager à mieux consommer. Sachant que le triangle de l’inaction est représenté par trois pôles : le gouvernement, les entreprises et les citoyens, qui rejettent tous la faute sur l’autre et s’entraînent dans le cercle vicieux d’une inaction perpétuelle.

Le label Yliga des éditions de La Martinière et des Éditions Delachaux & Niestlé

Les éditions de La Martinière et les Éditions Delachaux & Niestlé ont lancé, en 2020, le label éco-responsable Yliga. Ce nom désigne, en langue moré, un arbre aux vertus médicinales qui sait s’adapter aux climats les plus hostiles. Il représente pour eux un symbole d’adaptation ainsi qu’« un exemple d’exploitation vertueuse des ressources naturelles ». De plus, ils s’inscrivent dans une démarche de traçabilité des ouvrages produits dans le respect de l’environnement. Ils portent même l’ambition d’étendre leur label à un tiers de leur production d’ici 2030. 

Ce label est défini par plusieurs critères spécifiques. Il certifie une optimisation de l’utilisation du papier avec des formats d’ouvrages adaptés. De plus, il implique une utilisation de papier certifié FSC et PEFC mais surtout d’utiliser moins de produits chimiques. Il promet des ouvrages sans couverture cartonnée et sans film plastique. Tout cela avec une impression à moins de 1000 kilomètres de leurs entrepôts. Ce label s’étend sur une gamme de titres abordant des sujets liés à l’environnement, aux enjeux socio-politiques et écologiques. 

Le label de Tana Éditions

Tana Éditions, qui appartient à Éditis, a mis en place en 2019 un label éco-responsable, visant à s’investir dans le respect de l’environnement. Ils ont choisi comme emblème un scarabée, symbole de croissance et de fertilité des sols, qui est un animal en voie d’extinction à cause du réchauffement climatique.

L’ensemble des ouvrages publiés sous ce label sont fabriqués à l’aide de papiers labellisés, imprimés en France. Ils sont aussi blanchis sans chlore et utilisent des encres certifiées d’origine végétale.

« Cet engagement militant, authentique et sincère est une évidence pour Tana Éditions, qui a vocation à être un label écoresponsable à l’écoute de la société et de son environnement, sans jamais renier ses fondamentaux d’éditeur éclectique, décalé et enthousiaste. L’engagement écologique n’est pas un sacrifice, et nous sommes persuadés que notre fraîcheur et notre inventivité sont de véritables atouts pour mettre du vert dans nos ouvrages et parler d’écologie auprès de nos lecteurs »

Suyapa Hammje, Directrice éditoriale de Tana Éditions

En somme, Tana Éditions a pour ambition de continuer d’expérimenter  afin de trouver de nouvelles solutions de production durable des ouvrages. C’est pourquoi ils travaillent désormais sur la création de couvertures sans pelliculage, pour réduire l’utilisation de plastique.

Sources :

Documents annexes :

Margaux Fourcade-Amalric et Sarah Hottelart – M1 MDLE, parcours édition.

Ensemble, créons plus de librairies hybrides à Grenoble !

Les librairies indépendantes sont confrontées à une concurrence significative de la part de divers acteurs tels que les sites en ligne et les grandes surfaces. Malgré cela, elles demeurent le principal réseau de vente de livres en France. Au cœur de Grenoble, une idée audacieuse émerge : les librairies hybrides. Cette proposition novatrice aspire à créer des espaces culturels ancrés dans le développement durable. Les librairies hybrides offrent une perspective inédite sur le rôle potentiel des espaces culturels dans nos communautés. L’idée sous-jacente à ces librairies va au-delà de la simple vente de livres. En se positionnant comme des lieux polyvalents, cette proposition vise à agir en tant que catalyseur social et économique.

Comment les librairies pourraient-elles devenir des foyers d’activités culturelles, tout en incarnant des pratiques respectueuses de l’environnement ?Explorez avec nous cette vision avant-gardiste du futur des librairies à Grenoble.

D’un lieu de consommation à une expérience culturelle

La création de librairies hybrides permet à l’expérience culturelle de prendre le pas sur la simple transaction commerciale qu’est devenue, malheureusement, la réalité de bon nombre de librairies. Ainsi, en transformant la librairie en un lieu de convergence sociale, elle cesse d’être simplement un point de vente pour devenir un espace de partage, d’apprentissage et de créativité. Elle suscite l’intérêt d’une clientèle qui ne se limite pas nécessairement à l’achat de livres, mais qui recherche un lieu convivial et sociable au sein de sa ville.

La passion de la lecture s’associe facilement à d’autres passions. Une librairie hybride propose un espace polyvalent, pouvant inclure cafés, coworking, expositions artistiques et événements communautaires. En effet, ces espaces se métamorphosent en lieux de rencontre et d’échange, où la lecture devient une porte d’entrée vers un monde d’activités culturelles diverses. L’objectif est de créer une expérience immersive favorisant l’échange intellectuel et la créativité, transformant ainsi la librairie en un lieu de convergence sociale et culturelle et renforçant l’attrait des librairies traditionnelles face à l’environnement concurrentiel actuel. D’après une étude de l’OBSOCO menée en juin 2019, 80 % des clients sont enthousiasmés par l’idée de découvrir au sein des librairies un espace multifonctionnel combinant la vente de livres, un café et une zone de lecture. La librairie devient une expérience culturelle de proximité.

Une solution écoresponsable face à la crise climatique actuelle

Sur le plan écoresponsable, ces librairies peuvent adopter des pratiques exemplaires. Par exemple, sélectionner soigneusement des matériaux de construction pour minimiser les déchets : l’utilisation du bois, une matière première typique de la région ; penser différemment le packaging pour réduire les déchets ; proposer des programmes de recyclage des livres pour encourager les lecteurs à échanger ou à donner leurs livres… La notion de commerce de proximité face à la tentation des grosses machines du net peut également favoriser la mobilité douce (accès facile en transports en commun, l’accès PMR et proposer un espace de stationnement de vélos, trottinettes, etc.) Par ailleurs, elles peuvent établir des partenariats avec des éditeurs locaux ou des initiatives axées sur l’impression écologique, favorisant ainsi une production de livres plus respectueuse de l’environnement.

Les librairies hybrides peuvent aussi favoriser les circuits courts en créant des espaces de vente directs entre les écrivains locaux et les lecteurs, mais aussi en collaborant avec des artistes locaux et en leur proposant la mise à disposition des lieux pour des activités culturelles. En réduisant les intermédiaires, les librairies hybrides renforcent les liens communautaires et encouragent une consommation locale, contribuant ainsi à une économie durable et à une appréciation directe du talent créatif régional.

Quelques exemples dans la région AURA

Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes (AURA), nous pouvons trouver plusieurs lieux hybrides autour du livre (librairies, médiathèques et bibliothèques). En voici cinq à visiter :

  • Luna (38000, Grenoble) : Luna est un café-librairie écoresponsable féminine et inclusive. Il propose également des animations culturelles (table ronde, rencontre, atelier de sérigraphie, etc.) et une salle de travail privatisable.
  • Le Remue-Méninges (42000, Saint-Étienne) : Le Remue-Méninges est un café-lecture associatif créé en 2007. Il organise des ateliers, des débats, des vernissages et des soirées ciné. Il met également à disposition des livres, magazines, etc.
  • La Licorne (63340, Saint Germain Lembron) : La Licorne est médiathèque qui propose tout au long de l’année académique des activités régulières, des séances ciné, des concerts, des spectacles…
  • Les Vinzelles (63530, Volvic) : Les Vinzelles est un tiers-lieu culturel composé d’une librairie généraliste indépendante, d’un café-restaurant qui privilégie les produits locaux et de saison, et d’un jardin. Il organise des apéros littéraires ainsi que des activités à l’extérieur.
  • La Bulle (74100, Annemasse) : La Bulle a reçu le Prix international de la bibliothèque innovante décerné par l’American Library Association en juin 2022. C’est un tiers-lieu proposant une zone de gaming, de jeux de société, de soirées jeux, de soirées lectures, de l’emprunt de livres et de liseuses, etc.

Ces exemples illustrent ainsi la diversité et la pertinence de ce modèle hybride et témoignent de la fusion réussie entre l’aspect écoresponsable et l’expérience culturelle.

Conclusion

Cette évolution vers une expérience culturelle plus holistique définit une nouvelle ère pour les librairies, les positionnant comme des acteurs dynamiques dans le tissu social et culturel des villes, où chaque livre raconte une histoire bien au-delà de ses pages. En explorant ces initiatives régionales, il devient évident que les librairies hybrides offrent une plateforme unique pour célébrer la créativité locale tout en stimulant l’échange intellectuel et la conscience écologique. Elles se positionnent comme des acteurs clés dans la promotion de modes de vie durables et de la conscientisation environnementale.

Diana Tass-M1 MDLE (édition)

Sources

« 8 tiers-lieux écoresponsables à visiter en France ». Annuaire Permacole – Acteurs éthiques, éco-responsables et alternatives, 20 mai 2022, https://www.annuaire-permacole.fr/8-tiers-lieux-ecoresponsables-a-visiter-en-france/.

Berger, Amandine. « Démocratisation des tiers-lieux : succès durable ou mode passagère ? » Orient’Action, 4 avril 2021, https://www.orientaction.com/tiers-lieux-professionnels-collaboration-services-hybrides/.

« [Entretien avec] François Léotard : « Notre pays a besoin de librairies tiers-lieux dans ses centres-bourgs » ». Paroles d’élus, https://parolesdelus.com/actualites/citoyen-et-societe/entretien-avec-francois-leotard-notre-pays-a-besoin-de-librairies-tiers-lieux-dans-ses-centres-bourgs/.

Lagane, Romaric. Lieux3.0 : tiers-lieux, lieux hybrides et partagés, lieux pour réinventer demain, tiers espaces… 2018. Université Grenoble Alpes.

Les tiers-lieux culturels et / ou solidaires. Quelques adresses en région Auvergne-Rhône-Alpes. Fédération des acteurs de la solidarité Auvergne-Rhône-Alpes, 2023, p. 31.

« Quand les librairies deviennent hybrides ». ActuaLitté.com, https://actualitte.com/article/10407/distribution/quand-les-librairies-deviennent-hybrides.

Le livre d’occasion, un marché émergent

            En France, le marché du livre et de l’édition est en pleine mutation avec l’émergence du numérique. Cependant, les publications de livres papier ne semblent pas diminuer. La surproduction perdure et favorise le nombre de livres détruits. Mais que peut faire un lecteur pour ne pas encourager cette pratique ? En étant en bout de la chaine du livre, c’est lui qui décide comment il consomme. En cela, il peut se tourner vers une solution proposée par de plus en plus de structures : le livre d’occasion.

Le livre d’occasion, un enjeu économique grandissant

            Dans un marché où le prix du livre neuf de cesse d’augmenter, le lecteur doit trouver des solutions pour contourner cette difficulté. Le livre d’occasion peut être une solution car son prix n’est pas assujetti à la loi Lang de 1981 relative au prix du livre, imposant un prix unique en France. Ainsi, le lecteur peut trouver son compte dans ces prix réduits. Il s’agit là d’un livre ayant déjà été acheté et ayant déjà vécu auprès d’un particulier. C’est un réel enjeu également pour les professionnels dans la mesure où le prix est attractif et attire de nouveaux clients. Le prix étant réduit, le potentiel futur lecteur aura moins de mal à passer l’étape de l’achat et sera moins critique vis-à-vis du livre, car il n’aura pas payé de tarif d’un livre neuf.

Acheter un livre d’occasion, c’est lui donner une seconde vie

            Acheter un livre d’occasion, ce n’est pas seulement bénéficier d’un tarif réduit, mais surtout faire vivre un objet qui aurait pu être détruit s’il n’avait pas été revendu. Tout le monde est gagnant dans l’équation, puisque le vendeur, que ce soit un particulier ou un professionnel, crée du bénéfice dans cette vente, et l’acheteur l’obtient moins cher et permet la réutilisation d’un livre. Le livre lui aussi garde la vie sauve, passant de main en main. Cette solution du livre de seconde main est un enjeu écologique essentiel. En plus d’allonger la durée de vie d’un livre, il peut, dans une certaine mesure, inciter les éditeurs à réduire le rythme élevé de publication. Hypothétiquement, si cette mesure était effective, elle permettrait de diminuer le taux de retour effectué par les libraires. Il en découlerait également une forte réduction du coût du transport, qui occupe une part importante dans le budget d’une librairie, mais aussi une baisse des livres destinés au pilon : c’est « près de 165 000 livres neufs détruits chaque jour », selon les chiffres du SNE (Syndicat National de l’Édition), de 2021.

Une multiplication des acteurs de la vente en ligne

            On sait que les librairies indépendantes et les grandes chaînes comme Amazon, Cultura ou encore la Fnac proposent principalement des livres neufs, mais désormais aussi des livres d’occasion. Ces grandes enseignes veulent se faire une place dans un marché en plein essor. Or, ils ne sont pas les seuls puisque des sites spécialisés sur l’offre d’occasion en ligne sont déjà bien installés tels Ebay, Leboncoin, Decitre et Gibert. Mais, avec la démocratisation du numérique, de nombreux nouveaux acteurs émergent et se développent rapidement tels La bourse aux livres, Momox ou Vinted. La multiplication de ces sites de ventes d’occasion prouve qu’il y a une forte demande des lecteurs. En France, « 53% des acheteurs de livres achètent de l’occasion » (Secteur du livre).

L’occasion, une solution durable ?

            Au final, le marché du livre d’occasion répond à de nombreux enjeux, qu’ils soient économiques ou écologiques. Mais, est-ce vraiment une solution pérenne ? C’est le lecteur seul qui décide de faire cette démarche pour soutenir le livre de seconde main et ne pas consommer de livres neufs quand d’autres exemplaires sont déjà disponibles. La question principale va plus s’orienter vers les acteurs de la chaine du livre. Des solutions existent déjà et proposent de réduire la production de masse et mettre en place des « éco-gestes et des mesures de diminution des émissions basées sur les économies d’énergie » (The Shift Project). En cela, si ces mesures sont mises en place, elles pourraient diminuer considérablement les risques environnementaux et favoriser le développement durable dans le secteur du livre.

FOUQUE Clément – M1 MDLE (IDB)

Sources

The Shift Project, Décarbonons la culture !, 2021

CHABAULT Vincent, La cote internet contre le savoir-faire. La formation des prix sur le marché du livre d’occasion, 2019, p.359-375

TALBOT Louie, Vincent Chabault, Le Livre d’occasion. Sociologie d’un commerce en transition, 2023, p.499-502

Secteur du livre, Le marché du livre ancien et d’occasion en  2023, Expodif.fr, 2023

Loi n° 81-766 du 10 août 1981 relative au prix du livre

Les labels « verts » de l’industrie du livre : véritable prise de conscience écologique ou greenwashing opportuniste?

Vous est-il déjà arrivé de remettre en question l’authenticité et la fiabilité des petits logos et étiquettes qui se trouvent inscrits dans les pages des livres que vous consommez ? Il est probable que non. Cependant, il est important de ne pas se laisser désinformer par une industrie dont les acteurs ne font pas forcément toujours preuve, comme nous allons le voir plus tard, de sincérité envers leurs consommateurs. Sans bien sûr oublier de se réjouir des progrès effectués, il faut continuer à se préoccuper des déficiences écologiques présentes dans l’écosystème du livre sans se reposer sur les actions qui ont déjà cours.

Des labels écologiques trompeurs brandis comme des fanions

Il est important de bien définir ce que l’on entend par greenwashing. Selon le dictionnaire Larousse, le terme renvoie à celui d’écoblanchiment, ce mot se définit de la façon suivante : « Utilisation fallacieuse d’arguments faisant état de bonnes pratiques écologiques dans des opérations de marketing ou de communication. » mais peut aussi se traduire par « blanchiment vert ». Grâce à l’utilisation de labels, les maisons d’édition et les imprimeurs mettent en valeur une démarche positive de leur part. Ce processus a pour conséquence de tendre à minimiser les impacts négatifs, encore nombreux, qui sont présents dans l’industrie du livre, en mettant l’accent uniquement sur les actions en faveur de l’environnement qui sont menées.

Certains sigles peuvent nous faire croire, par leur forme ou par leur couleur (le vert est beaucoup utilisé), qu’il s’agit de labels qui sous-entendent une pratique écologiquement responsable. La majorité des acheteurs n’ayant pas une connaissance aboutie en matière de labels, la confusion peut vite arriver. L’utilisation de ces symboles est tout à fait légale puisqu’ils sont reconnus en tant que sigles, mais il n’en reste pas moins qu’ils induisent parfois en erreur. Par exemple, un sigle qui indique que le papier qui a été utilisé pour le livre est recyclable ne signifie pas pour autant que le livre à été fait à partir de papier recyclé…

Duplicité des intentions

Il existe différents labels utilisés dans l’industrie du livre, chacun ciblant des pratiques variées. Quelques labels reconnus sont les suivants : les labels FSC et PEFC, Imprim’Vert, L’étiquetage Carbone, la charte des éditeurs écolo-compatibles… Ces labels sont officiels et garantissent certaines pratiques écologiques responsables par les maisons d’édition et imprimeurs qui les utilisent. Cependant, il est tout de même intéressant de se questionner sur les raisons qui poussent ces acteurs à agir pour obtenir ces derniers. En effet, même si ces labels sont officiels, il n’en reste pas moins qu’un aspect marketing fort en découle. Les livres qui les portent donnent instantanément une bonne image éthique et commerciale à ceux qui les ont produits, ce dont ces derniers ont conscience. Le bénéfice écologique est présent et la création de ces labels reste un progrès considérable, il demeure cependant nécessaire que l’aspect commercial et la recherche du profit ne restent pas les premières préoccupations de l’industrie.

Les faux semblant du monde du livre

Comme nous l’avons déjà exprimé plus en amont dans cet article, grâce aux labels notamment, les maisons d’édition et imprimeurs valorisent les actions qu’ils font en faveur de l’environnement… en oubliant de communiquer les chiffres concernant leur impact sur l’environnement. Il est vrai qu’il existe cependant une exception, le groupe Hachette communique directement son bilan carbone de manière détaillée. Les autres maisons d’édition ne faisant pas preuve de cette même honnêteté, cela nous conduit inévitablement à remettre en question leur bonne foi. En effet, la plupart des labels concernent la gestion des forêts dont est issu le papier. Cependant, comme on le voit dans le bilan carbone d’Hachette, la préservation du milieu naturel forestier n’est pas le seul problème qui se pose lorsque l’on produit le papier. 66% des émissions de CO2 du groupe Hachette sont dues à la fabrication du papier. L’exploitation forestière en elle-même concerne environ 38% des émissions de CO2. Cet exemple montre bien que le problème s’est déplacé et perdure ailleurs, la gestion durable des forêts est un enjeu important mais il faut désormais regarder vers la prochaine étape : décarboner la production de livres. Ainsi, ces labels ne devraient plus être mis en avant comme un engagement écoresponsable car ils invisibilisent de plus gros problèmes et, surtout, la gestion durable des forêts devrait être perçue comme relevant du bon sens et non plus comme une innovation écologique majeure.

Pour conclure, bien qu’il semble que le terme de greenwashing paraisse un peu fort, nous pouvons bel et bien dire que les labels donnent à voir une image des acteurs de la chaîne du livre comme plus concernés par le sort de l’environnement que ce qu’ils ne le sont en réalité. Sous couvert des progrès effectués au sein de l’écosystème du livre, certaines problématiques écologiques tendent à être minorées voire ignorées. Enfin, ces labels trompent les acheteurs qui s’imaginent participer à une industrie plus verte, sans pour autant que ce soit le cas.

BORY André – THURY-BOUVET Marine, M1 MDLE

Sources :

Des propositions pour une économie du livre plus circulaire

Alors que le monde se tourne vers la question de l’écologie, certains professionnels de la chaîne du livre ne sont pas suffisamment sensibilisés à l’écologie du livre, que ce soit par manque d’accompagnement, de budget ou ne sachant pas par où commencer. Alors que 83 millions de livres invendus sont pilonnés par an, il est nécessaire de trouver des pistes d’amélioration de cette chaîne du livre pour la rendre plus écologique. 

Des recommandations de démarches – Rapport  du WWF

Dans son rapport de 2019 intitulé “Vers une économie plus circulaire dans le livre”, l’ONG internationale WWF propose 14 recommandations à destinations des professionnels dans le monde du livre, mais également aux pouvoirs publics et aux lecteurs.

Pour rappel, l’économie circulaire est basée sur le principe de donner une seconde vie aux ressources en réutilisant ce qui a servi à la production.

Dans ce rapport du WWF, une première partie est centrée sur le fait de donner des chiffres face à la production et à la gestion de la chaîne du livre à plusieurs étapes clefs. Dans une deuxième partie, le rapport présente des propositions de solutions avec notamment 14 recommandations pour aller vers une économie du livre circulaire. 

Parmi ces recommandations, on retrouve notamment la proposition de “faire œuvre de transparence sur les pratiques environnementales”. De ce fait, on peut s’appuyer notamment sur les rapports d’éditeurs, ou autres professionnels de la chaîne du livre, sur leurs pratiques pour s’en inspirer et mettre en place des pratiques plus raisonnées. On peut retrouver par exemple l’engagement environnemental et social (RSE) de Clic Logistic qui met en avant point par point ce qu’ils font d’un point de vue environnemental et social. 

Un autre point clef est la gestion des livres lors des désherbages, que ce soit pour les bibliothèques ou pour l’équivalent chez les libraires avec les retours. On peut voir aujourd’hui certaines médiathèques ou réseaux de bibliothèques qui mettent en place des ventes de livres désherbés à bas prix une fois par an. C’est le cas des médiathèques de Grenoble qui font une vente annuelle de documents déclassés afin d’offrir aux livres désherbés une seconde vie à très bas prix. 

Néanmoins, étant parfois compliqué de savoir par quoi commencer, des ressources et formations sont disponibles pour aider les professionnels.

Des ressources et formations – L’association Pour l’Ecologie du Livre, l’ARALL et l’Agenda 2030

L’association Pour l’Ecologie du Livre, créée en 2019, propose des ressources phares liées à l’écologie du livre comme le rapport du WWF vu ci-dessus mais aussi “Décarbonons la culture !” du Shift Project ou le manifeste “Le livre est-il écologique ?” du Wildproject. Le site met en avant également des Podcasts comme le “Dlivrable”, spécialisé pour les professionnels du livre, ou le podcast “la mécanique du livre”. 

En dehors de ces ressources, l’association  propose surtout des formations, groupes de recherche, tribunes et ateliers tous les ans afin de promouvoir et d’accompagner à l’écologie du livre auprès de la francophonie. 

A partir de 2024, l’association proposera également une gazette physique dans les librairies nommée “Le Papier Déchaîné”, déjà disponible en format numérique sur leur site. Cette gazette aura pour objectif de sensibiliser les lecteurs en leur donnant les chiffres clés des différentes étapes de la vie du livre, de sa production à sa destruction ou sa seconde vie.

L’ARALL (Auvergne-Rhône-Alpes Livre et Lecture) propose également des ressources sur son site, classées par secteur d’activité (auteurs, éditeurs, bibliothèques, librairies, actions culturelles et territoriales etc). On peut y retrouver notamment des guides, des rapports d’enquêtes et des fiches thématiques afin de savoir comment se positionner face à la question de l’écologie et ce que les professionnels peuvent réaliser.

Concernant les bibliothèques, il existe des ressources spécifiques sur le site Agenda 2030 et Bibliothèques de France. Ce site et ces informations sont proposés par l’Enssib, le Cfibd, la BPI et l’ABF, 4 grands acteurs dans la vie des bibliothèques en France, afin de prendre celles-ci en compte dans les 17 objectifs de l’Agenda 2030 de l’ONU. Il a été notamment mis en avant par le site du ministère de la culture sur sa page “Lecture durable : les bibliothèques se mettent au vert”. On peut y retrouver des témoignages de professionnels ayant mis en place des actions dans leur structure, que ce soit une une économie de la chaîne du livre  plus circulaire ou pour sensibiliser les professionnels et les lecteurs. Les actions proposées ont eu lieu en 2019 mais les ressources restent disponibles sur leur site avec des affiches, des ressources documentaires des 4 acteurs présentés, des vidéos, des supports d’interventions etc. Cela peut ainsi permettre aux bibliothèques de s’en inspirer et d’appréhender le sujet. 

Bien que ces ressources existent et puissent permettre d’aider des professionnels de la chaîne du livre à se tourner vers une économie plus circulaire, il est nécessaire, et primordial, que ces références soient mises en avant et diffusées au plus grand nombre afin de les faire connaître pour faire avancer les choses. 

 

Célie MONTEL – M1 Métiers du livre Parcours Information, documentation, bibliothèque

Sources

Accueil, agenda2030bib [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://agenda2030bibfr.wixsite.com/agenda2030bib.

Auvergne Rhône-Alpes – Livre et lecture, 2023 Auvergne-Rhône-Alpes – Livre et lecture [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://auvergnerhonealpes-livre-lecture.org/.

Économie circulaire, RECYC-QUÉBEC [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://www.recyc-quebec.gouv.qc.ca/entreprises-organismes/mieux-gerer/economie-circulaire/.

L’Association pour l’écologie du livre lance sa gazette – Livres Hebdo, [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://www.livreshebdo.fr/article/lassociation-pour-lecologie-du-livre-lance-sa-gazette.

LAGUEL, Romane, 2022. La vente des documents déclassés de la Bibliothèque municipale de Grenoble se tiendra du 5 au 7 mai 2022. Place Gre’net [en ligne]. 3 mai 2022. Disponible à l’adresse : https://www.placegrenet.fr/2022/05/03/la-vente-des-documents-declasses-de-la-bibliotheque-municipale-de-grenoble-se-tiendra-du-5-au-7-mai-2022/567217.

Lecture durable : les bibliothèques se mettent au vert, [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://www.culture.gouv.fr/Actualites/Lecture-durable-les-bibliotheques-se-mettent-au-vert.

Logistique du livre, Clic Logistic [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://www.clic-logistic.com/solutions-metiers/logistique-du-livre/.

RESSOURCES | Pour l’Écologie du Livre, 2022 [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://ecologiedulivre.org/ressources-2/.

TAVERNIER, Julien et al. VERS UNE ÉCONOMIE PLUS CIRCULAIRE DANS LE LIVRE ?

La liseuse est-elle écologique ?

L’ebook est aujourd’hui une alternative à l’industrie du livre imprimé. Les avantages à lire un livre numérique sont nombreux, mais qu’en est-il de son impact sur l’environnement ? 

Le cabinet français de conseil Carbone 4, spécialiste de la transition énergétique pour les entreprises, affirme qu’une liseuse a un impact carbone plus important qu’un livre papier, si le nombre de livres lus à l’année est inférieur à 80. Or, les Français lisent en moyenne 22 livres par an, selon une étude menée par le Centre National du Livre en 2023. Le livre numérique est par conséquent, trop polluant par rapport à la consommation globale des Français. 

Aussi, la fabrication d’une liseuse est très néfaste pour la planète : il faut en effet extraire des matériaux rares et non-renouvelables et les méthodes impactent fortement l’écosystème. 

Par ailleurs, le transport de ces liseuses jusqu’aux chaînes de magasins spécialisées dans la distribution d’électroménager est dans la majorité des cas préjudiciable à l’environnement : nombre de liseuses sont créées depuis la Chine, la Corée du Sud ou bien encore Taiwan. Bien que de multiples entreprises françaises ou européennes se lancent dans une production locale, elles restent minoritaires sur le marché. 

Enfin, tout support numérique (liseuse, téléphone, ordinateur portable, tablette) où l’on peut lire un livre nécessite d’être branché fréquemment pour fonctionner, impliquant une haute consommation électrique. 

Il faut aussi rappeler que la durée de vie d’une liseuse est d’environ deux ans et que les matériaux qui la constituent sont pour la plupart non-renouvelables. 

Ainsi, acquérir une liseuse est nocif pour l’environnement de par la faible utilité que l’on en fait, sa fabrication et son transport, sa consommation d’énergie et sa faible durée de vie.

Nada Kebaili – Gwenaelle Freydier – Assia Sebdaoui

Sitographie : 

Bibliographie : 

  • RODHAIN Florence, « Chronique 19. Il faut 30 ans pour amortir une liseuse… Le livre papier plus écologique que le livre numérique », dans : , La nouvelle religion du numérique. Le numérique est-il écologique , sous la direction de RODHAIN Florence. Caen, EMS Editions, « Versus », 2019, p. 72-74. URL : https://www.cairn.info/la-nouvelle-religion-du-numerique–9782376872924-page-72.htm

Analyse des avantages et des inconvénients du livre numérique

L’apparition du livre numérique commercial dans la fin des années 1990 a bouleversé notre manière de consommer la lecture, venant concurrencer les livres imprimés traditionnels. Les livres numériques, également appelés “ebook”, peuvent constituer une alternative à la lecture imprimée traditionnelle. Certains lecteurs privilégient le côté pratique et fonctionnel des ebook, tandis que d’autres préfèrent posséder physiquement le livre, cela dépend essentiellement des goûts et des usages individuels que l’on fait de la lecture. En 2020, le Syndicat National de l’Édition, la SOFIA et la Société des Gens de Lettres mènent une enquête qui affirme que 26 % des Français ont déjà lu un livre numérique, et que 50 % de la tranche d’âge 15-24 ans a également lu un livre numérique. Bien que l’édition numérique soit marquée comme une révolution dans le secteur du livre, la jeune génération s’est davantage appropriée le phénomène. Pour comprendre les préférences de chacun, une analyse des avantages et des faiblesses du livre numérique se révèle intéressante. 

L’un des principaux avantages de la lecture numérique est le gain de place considérable que l’on peut faire chez soi. En effet, nos bibliothèques sont rapidement remplies par les livres que l’on désire garder, ce qui crée une accumulation de livres pouvant amener au désordre. Les liseuses, par exemple, offrent un moyen efficace de lire sans nous soucier de son impact physique ; de plus, les liseuses sont facilement transportables en voyage, contrairement aux livres. 

Également, l’accessibilité à des milliers de nouveaux titres grâce au téléchargement immédiat, est un avantage que les livres sur support papier ne peuvent pas procurer. À tout moment que ce soit, il est possible de commencer la lecture d’un nouveau livre, sans se déplacer en librairie ou sans passer de commande en ligne. 

Par ailleurs, la taille des caractères des livres numériques peut être modifiée selon la volonté du lecteur, pouvant ainsi s’adapter à la vue de chacun. Il en est de même avec la luminosité de nos écrans, qui se règle selon les préférences individuelles, permettant aussi de lire la nuit.

 Aussi, le prix des livres ebook est généralement moins cher que les livres imprimés : en moyenne, la réduction s’élève à 5.19 € par livre. Certes, l’achat d’une liseuse ou d’une tablette peut être coûteux, mais il est estimé que trente ebook achetés sont rentables sur la durée. Il est donc intéressant, voire avantageux, pour les lecteurs de prévoir sur le long terme en achetant un livre numérique. 

Néanmoins, les inconvénients sont tout aussi nombreux que les avantages. L’une des premières faiblesses du livre numérique est la qualité et la résistance du support choisi par les lecteurs. En effet, le smartphone, l’ordinateur portable, la liseuse et la tablette peuvent rencontrer un dysfonctionnement, subir une défaillance ou tout simplement ne plus avoir de batterie. Le prix de ces supports numériques est élevé, et il est possible que des coûts de réparation soient aussi ajoutés. 

De plus, les écrans numériques sont néfastes pour nos yeux, entraînant parfois une fatigue oculaire. En moyenne, les Français regardent 32 heures les écrans par semaine, ce qui représente un chiffre considérable, variant aussi selon la tranche d’âge. Le livre numérique accentue davantage ce phénomène, pouvant même devenir une dépendance pour les plus jeunes générations et qui inquiète les professionnels de la santé. 

Enfin, de nombreux lecteurs adeptes de la lecture imprimée affirment que la sensation de posséder, de sentir un livre est unique. Le sociologue Vincent Chabault affirme dans son ouvrage Eloge du magasin. Contre l’amazonisation, que l’odeur des livres est une stratégie utile et nécessaire pour faire acheter les clients des livres. Sans aucun doute, le livre papier permet de créer un attachement plus intense avec le lecteur, contrairement au ebook.

Les avantages et les inconvénients du livre numérique dépendent donc essentiellement des préférences individuelles des lecteurs et de la manière dont chacun consomme la lecture.

Nada Kebaili – Gwenaelle Freydier – Assia Sebdaoui

Bibliographie

  • CHABAULT Vincent, Éloge du magasin. Contre l’amazonisation. Contre l’amazonisation. Gallimard, « Le Débat », 2020, ISBN : 9782072879487. URL : https://www.cairn.info/eloge-du-magasin-contre-l-amazonisation–9782072879487.htm

Sitographie

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search