Vers une nouvelle vie : les boîtes à livres

Apparues en France au début des années 2000, les boîtes à livres ont essaimé depuis une dizaine d’années dans nos villes, grandes et petites, mais aussi dans nos villages, colonisant différentes variétés d’espaces désaffectés, cabines téléphoniques, pigeonniers, voire armoires électriques, ou encore logeant leurs étagères dans de pimpantes cabanes construites à dessein. On y vient déposer des livres à l’intention d’autres lecteurs, en emprunter un qu’on ramènera après lecture pour en prendre peut-être un autre : « prenez, lisez, emportez, déposez des livres quand vous voulez, comme vous voulez », voilà le mode d’emploi parfois affiché dans ces micro-bibliothèques, comme une invitation au partage et à l’échange, gratuitement, sans contraintes ni intermédiaire, de lecteur à lecteur.

Kiosque T. Renaudot Villeneuvette Hérault

On y trouve sans ordre de classement, un peu de tout, cela dépend de l’arrivage. Peu de neuf cela va de soi et des livres parfois en bon état qui ont vécu, de la collection complète d’ « Angélique, Marquise des Anges » dans l’édition de France loisir, à des essais de journalistes qui ont quitté l’écran ou de politiques qui ont quitté la scène, mais encore des romans policiers et des classiques de la littérature française ou même étrangère. Cela sent un peu le désherbage privé, mais l’étagère garnie dans son petit écrin dit aussi qu’un livre ne se jette pas, qu’il doit poursuivre sa vie de livre dans les mains d’autres lecteurs, plutôt que d’achever son existence dans un container à papier. Les boîtes à livres connaissent des appellations différentes selon leur forme et leur lieu d’implantation, mais le passant qui s’arrête peut y reconnaître bien des vertus civiques en plus d’un livre à emporter ou à déposer :  partage de la lecture, culture du don et de l’échange, éco-geste et embellissement du lieu.

Cette pratique, désormais bien répandue en France – plus de 9140 boîtes recensées sur le site boite-a-lire.com en décembre 2023, dont 59 dans l’agglomération grenobloise- trouve son origine en 1991 à Graz en Autriche avec l’installation dans les rues d’un quartier de la ville de 3 petites « bibliothèques ouvertes », « sans bibliothécaire ni surveillance », mais avec l’instruction trilingue (allemand, anglais, turc) suivante : « « Vous pouvez prendre des livres pour un temps limité. Dons de livres appréciés. ».

www.boite-a-lire.com

Il s’agissait à l’origine d’une démarche expérimentale de deux artistes en résidence, Michaël Clegg et Martin Guttman, curieux de savoir si la culture pouvait se désinstitutionnaliser en circulant du musée à la rue et de la rue au musée. Le résultat fut mitigé pour ce qui concerne la désacralisation du musée, mais les boîtes à livres connurent le succès et se répandirent ensuite. Le phénomène des boîtes à livres entretient une parenté étroite avec le Bookcrossing apparu en 2001 en Australie tout d’abord. Pure coïncidence ? Sans doute pas, car il consiste à abandonner dans un lieu de passage, un banc dans un parc, un siège dans un train etc, un livre que l’on a aimé pour laisser à d’autres la possibilité de le découvrir à leur tour.  Un système d’enregistrement numérique des livres permettait même de suivre leur périple de lecteur en lecteur et de partager en ligne ses impressions de lecture. « Libérer les livres », les faire voyager (« livre voyageur ») tel était le mot d’ordre de ses adeptes. Ces deux initiatives expriment peut-être le désir de cultiver une sociabilité à rebours de l’anonymat ambiant, par la médiation de la lecture, dont l’expérience touche à l’intime et ouvre au partage.

Le développement des boîtes à livres a en tout cas mobilisé bien des acteurs, en premier lieu des associations locales, souvent à l’initiative. Des partenaires économiques, des collectivités territoriales ont voulu accompagner et épauler un mouvement qui avait recueilli les faveurs du public, en sympathie avec les principes de l’économie circulaire, de la solidarité et d’un accès ouvert et informel à la culture.  Citons le groupe Recyclivre.com, qui revendique d’être le « premier vendeur français engagéde livres d’occasionen ligne ». Sa filiale, Boite à Lire, propose ainsi à la vente depuis en 2016 du mobilier de boîte à livres auprès des entreprises ou des collectivités. Le succès venant, la démarche s’est davantage institutionnalisée, la région Île de France en association avec la SNCF a ainsi installé une centaine de micro-bibliothèques aux abords des gares du francilien, tandis que l’association des Lions Club de France   chiffrait en 2019 à 1300 le nombre de boîtes posées pour aider à lutter contre l’illettrisme. Sont-elles moins achalandées que les autres ? Nul ne le sait, sauf à enquêter sur un phénomène devenu tendance par les valeurs qu’il porte et sans lesquelles il ne pourra survivre, car les boîtes ne peuvent vivre sans anges-gardiens qui veillent sur elles et les achalandent.

Leur succès témoigne en tout cas d’une belle vitalité de la lecture privée en mode partage, qui ne semble pas s’opposer aux institutions en charge de la lecture publique, bibliothèques et médiathèques, qui répondent de façon plus construite aux besoins de lecture, d’accès au savoir et à la culture.

Clara PASIAN – UGA M1 Métiers du livre Parcours Information, documentation, bibliothèque

Bibliographie:

https://actualitte.com/

https://www.boite-a-lire.com/

Des livres dans les boîtes, les boîtes dans les rues, Pages de Bretagne, n°44, https://www.calameo.com/books/0049094466a4b9eaf6b8b [consulté le 4 décembre 2023]

POISSENOT Claude , Le citoyen, la boîte à livres et les bibliothèques, Livreshebdo, 29/11/2017, https://www.livreshebdo.fr/  [consulté le 1 décembre 2023]

Une disponibilité insuffisante des ouvrages en langue étrangère dans les librairies d’Auvergne-Rhône-Alpes ? On vous en parle !

On fait l’éloge bien souvent la capitale française, Paris, pour sa diversité culturelle, notamment en termes de librairies spécialisées et d’ouvrages littéraires, tant en genres ou en langues, mais qu’en est-il à l’échelle régionale, plus particulièrement en Auvergne-Rhône-Alpes ? Paris prenant le monopole sur la disponibilité des livres en français et en langue étrangère, Auvergne-Rhône-Alpes possède des librairies – que ce soit de 1er niveau ou de 2ème niveau, ou encore de grandes surfaces spécialisées – avec une faible présence de littératures en langue d’origine (notamment en coréen, turc, japonais…). Posant ainsi plusieurs enjeux comme l’apprentissage d’une langue ciblée par les habitants de la région ou bien l’accessibilité à des ouvrages en V.O. (version originale) pour des étudiants en échange universitaire et autres. En effet, cette disponibilité insuffisante de ces ouvrages en librairies et en bibliothèques – par exemple, la Bibliothèque Municipale Internationale de Grenoble qui ne possède seulement que six langues étrangères, la langue anglaise étant favorisée depuis le début des années 2000 – entraîne des difficultés pour les personnes souhaitant améliorer leurs compétences dans une langue étrangère ou pour les étrangers désirant simplement lire. Démontrons cette problématique à travers des études de cas précis : Grenoble, Voiron et Lyon. 

Grenoble, une ville cosmopolite pour peu de disponibilités en littératures étrangères ?

La région Auvergne-Rhône-Alpes durant la période scolaire 2018/2019, a été la seconde région accueillant le plus d’étudiants étrangers ERASMUS, juste après la capitale.

De part une richesse culturelle enrichie notamment grâce au nombre très important d’étudiants ERASMUS, on pourrait imaginer que la culture littéraire étrangère de ces villes serait particulièrement prolifique. Or, pour la ville de Grenoble par exemple, pas une librairie proposant un catalogue exclusivement en langue étrangère, n’est active à ce jour. On peut trouver en ligne des archives liées à une librairie américaine, Just Book, qui a fermé en 1998, soit presque 25 ans après son ouverture. Toutefois, celle-ci reste la seule jamais ouverte sur Grenoble, selon les sources disponibles.

Sur des forums en ligne, des étudiants étrangers se renseignent et fouillent les sites web afin de pouvoir trouver des livres dans des langues qu’ils comprennent, tant bien que mal. Les seules vraies options disponibles restent les librairies qui offrent une sélection relativement restreinte et limitée d’ouvrages, comme les rayons en V.O. de Decitre, Fnac, Gibert Joseph ainsi que les multiples autres librairies indépendantes. Sur ces forums, les termes les plus mentionnés pour décrire les endroits où l’on retrouve ces livres sont « small section » ou « petite section » en français, reflétant un fond faible de ces titres. 

Qu’en est-il des librairies étrangères dans d’autres parties de la région ?

Pour étendre nos recherches dans cette région, parlons de la librairie Abrakadabra située à Voiron à une vingtaine de kilomètres de Grenoble. Créée en 2004 mais ouverte depuis 2019 en Isère, Abrakadabra est une entreprise spécialisée dans la découverte des langues étrangères. S’étant rendues sur place pour pouvoir mieux vous en parler, nous y avons découvert une librairie remplie de diversité culturelle à la fois pour la jeunesse, les adolescents et les adultes. Celle-ci propose une grande variété de livres avec plus d’une trentaine de langues disponibles telles que : l’Anglais, le Polonais, l’Espagnol, le Néerlandais, etc. 

Quant à Lyon, on peut y retrouver le café-librairie Damn Fine Bookstore, ouvert depuis 2020, qui propose des livres en anglais neufs et de secondes mains, ainsi que quelques choix de livres en allemand, espagnol et italien. C’est un lieu très convivial et calme où l’on peut siroter un café en lisant, tout en étant entouré de livres ! Les livres sont vendus à leur prix d’origine et il est même possible de commander n’importe quel livre, n’étant pas disponible dans le point de vente. Néanmoins, Lyon étant la troisième ville la plus habitée de France, elle possède tout de même quelques rayons de livres en langues étrangères dans différentes librairies de la métropole (Decitre, Fnac, librairies indépendantes…)

Si l’on revient quelques années auparavant, il n’y avait pas autant de pluralité dans les rayons en langues étrangères, mais seulement chez les livres les plus connus internationalement. On remarque ainsi que cela ne fait que de s’agrandir et que de plus en plus de personnes veulent acheter et lire des ouvrages en V.O.. Ainsi, bien qu’il n’y ait plus de librairies spécialisées en langues étrangères sur Grenoble, on observe qu’il y en a deux à proximité, facilement accessibles en transport en commun. 

La solution adéquate pour contrer le manque de disponibilité d’ouvrages en langues étrangères est d’ouvrir de nouveau et davantage de librairies spécialisées, pouvant subvenir aux besoins des usagers. Et le premier pas pour cela est de commencer par agrandir les rayons au sein des librairies qui existent d’ores et déjà, afin de fournir plus de livres en diverses langues. Quant aux plus passionnés de livres, il reste l’option de fouiller les points de ventes de seconde main en ville tels que Emmaüs, la Remise, etc. 

BEN-ABDA–LE-GOEL Camilia, NOËL Clélia et PERRET Ilona,

Étudiantes en M1 MDLE à Grenoble.

Bibliographie :

Les clients des librairies éprouvent-ils réellement un intérêt écologique ? : le cas d’étude de Momie BD Comics

Lors de la production d’un livre, chaque acteur joue un rôle important avec cependant de nombreux impacts nocifs sur la planète. Aujourd’hui afin de contrer cela, il y a une forte présence de divers moyens écologiques en France. En se concentrant sur les libraires, on remarque qu’ils ont mis en place des moyens écologiques pour participer au développement durable. Toutefois, la question est de savoir si ces démarches touchent et sensibilisent les clients au point qu’ils éprouvent un intérêt écologique lors de leurs achats pour participer à la durabilité de notre planète.  

De nos jours, les libraires portent une grande importance à l’engagement environnemental et souhaitent participer de manière active à l’écologie du livre. En effet, les nombreux points de vente proposent des solutions dites plus « vertes », pour se tourner vers un aspect plus écologique. Par exemple, la vente de sacs plastiques a été interdite avec une loi qui a pris effet le 1er juillet 2016 et depuis plusieurs années avant sa mise en place, des sacs réutilisables étaient mis en vente afin de réduire les déchets et d’inciter les clients à se déplacer avec leur propre sac. Nonobstant, si l’on se penche sur le système de papiers cadeaux et des offres de goodies gratuits en librairies, beaucoup de personnes ne sont toujours pas prêtes à y refuser. De cette manière, existe-t-il réellement un intérêt éco-responsable de la part des clients surtout à l’approche des fêtes comme Noël, les anniversaires… 

Prenons comme exemple les résultats d’un sondage traitant de l’éco-responsabilité en librairies que nous, étudiantes, avons réalisé auprès des clients de la librairie Momie BD Comics (51 personnes interrogées sur place), située dans le centre de Grenoble. Nous allons surtout nous appuyer sur la réaction des consommateurs ainsi que sur la divergence de leurs intérêts, propre à chacun, par rapport à la question d’offres plus écologiques ou non au sein de la librairie. Ces offres comprenant des sacs pour transporter les achats, des papiers cadeaux en période de fête ou encore des cadeaux dits « bonus » lors d’un achat, sont vues comme des déchets aux yeux de l’écologie. Lors de ce sondage, nous avons constaté qu’un grand nombre de clients, surtout les plus jeunes générations (15-29 ans), n’adhèrent pas à la suppression des cadeaux, autrement appelés goodies. En effet, 35,29% (soit 18 sur 51 personnes) des personnes interviewées ne souhaitent pas renoncer à cette offre, contre 17,65% (soit 9 personnes) souhaitent une solution plus écologique avec un changement au niveau des matières premières. Cependant, il y a tout de même 41,18% de personnes (soit 21 personnes) qui sont prêtes à renoncer à cette option de goodies. En ce qui concerne l’offre des papiers cadeaux en période de fête (par exemple Noël avec la question des emballages cadeaux), 45,10% des personnes (soit 23 personnes) sont prêtes à y renoncer totalement, contre 21,57% (soit 11 personnes) qui n’y adhèrent pas déjà. Et pour finir, la question des sacs proposés lors du passage en caisse; 90,20% des gens (soit 46 personnes), c’est-à-dire la quasi totalité des personnes interviewées, n’acceptent pas ces sacs, et optent pour une option plus écologique – amener leur propre sac (tote bags, sacs recyclés, etc.) avec eux. 

Ainsi, on observe que dans la majorité des cas, les gens éprouvent un assez fort intérêt pour la question de l’éco-responsabilité en librairie, que ce soit à titre personnel ou communautaire. Cette problématique est donc déjà bien intégrée dans le quotidien des clients de la librairie Momie BD Comics.  

Afin de pouvoir changer les différentes habitudes éco-responsables – ou même en créer, dans certains cas – des librairies sur Grenoble, de multiples solutions s’offrent à nous. Il est possible de complètement changer ses habitudes en passant par de mineures modifications quant aux routines de ventes, comme par exemple le remplacement de sacs plastiques par des sacs en tissus réutilisables qui pourrait, par la même occasion, servir de merchandising pour les librairies. Ou encore l’addition de goodies en matériaux recyclés et recyclables. On peut également mentionner l’option des papiers cadeaux mise à disposition par la plupart des librairies. 

En se basant sur le cas d’étude précédemment cité, on tire facilement les conclusions suivantes : les clients ne sont pas particulièrement ouverts à ce que leurs habitudes changent ou à renoncer à certaines offres proposées en librairies. On constate notamment que les sacs pourraient être abandonnés par la quasi-totalité des clients, sans regret. Mais concernant les goodies (marques pages, posters…), les clients sont toujours réticents à l’idée de les supprimer même si une alternative plus verte est possible. À l’opposé, les clients restent plus ouverts à l’abandon du service d’emballage cadeau lors de leurs achats. La réaction de la clientèle a été assez surprenante lors de notre enquête en lien avec les offres fournies par les librairies. Ils ne sont pas fermés à des changements dans le but d’être plus éco-responsables, mais seulement et seulement si leurs habitudes et leurs bonus demeurent à peu près inchangés.

BEN-ABDA–LE-GOEL Camilia, NOËL Clélia et PERRET Ilona,

Étudiantes en M1 MDLE à Grenoble.

Bibliographie : 

La seconde main en constante évolution…

Aujourd’hui, le monde semble se tourner petit à petit vers le marché de l’occasion. Après les magasins de vêtements de seconde main, aussi appelés “friperies”, c’est au tour du livre de s’intéresser à cette nouvelle mode. Les bouquineries et les rayons “dernière chance” dans les librairies sont de plus en plus courants. Donner une seconde vie à un livre, c’est avoir une empreinte carbone 3,5 fois moins importante, c’est agir contre les 26 300 tonnes de livres pilonnés chaque année en France. Acheter un ouvrage d’occasion, c’est prolonger la durée de vie du livre et de la planète. Seulement, cette tendance de l’occasion traduit-elle une cause écologique ou financière ? 

Points clefs du marché du livre d’occasion.

Le livre d’occasion est une solution incomparable pour tout lecteur souhaitant à la fois lire régulièrement, faire des économies, rester éco-responsable dans sa consommation et offrir une seconde vie à une œuvre d’art. Chaque page d’un livre d’occasion raconte une histoire déjà aimée, offre une lecture durable et des trésors littéraires à portée de main. De plus, l’occasion est en moyenne 60% moins chère que le neuf. Grâce à tous ces points forts, le marché du livre d’occasion connaît depuis peu un fort développement qui n’est pas près de ralentir. Il y a toujours plus d’offres sur internet et de nouveaux dispositifs sont mis en place comme des alertes et comparateurs de prix. 40% des acheteurs attendent que le livre soit disponible en occasion pour l’acheter. En parallèle, 48% des acheteurs d’occasion achètent le livre d’occasion même lorsqu’ils avaient originalement prévu de l’acheter neuf.

Toutefois, cette nouvelle branche du marché de la vente du livre connaît aussi, évidemment, certaines difficultés. La montée en popularité de la seconde main fait que le prix moyen d’achat du livre d’occasion augmente plus vite que le prix moyen d’achat du livre neuf. Nous pouvons également identifier trois problèmes essentiels auquel doit faire face le livre d’occasion. La monopolisation du marché : entre 2014 et 2016, six enseignes se partageaient 50% du marché du livre d’occasion, à savoir la Fnac, LeBonCoin, Gibert Joseph, PriceMinister, eBay et Amazon. La diversité des titres : dans la vente d’occasion en ligne, le nombre de titres est toujours inférieur au nombre d’offres. Pour 18 millions d’offres de livres parfaitement identifiés, il y a seulement 603 mille titres différents. Enfin, le sous-développement des lieux physiques dans cette part du marché du livre : l’achat d’occasion est de plus en plus prévu et facile grâce aux différentes plateformes sur internet ; 60% des achats d’occasion se font sur internet, 18% en brocantes et uniquement 6% en librairies.

Afin de comprendre adéquatement le paysage du marché du livre d’occasion, il semble nécessaire de garder ces chiffres en tête, qui révèlent que malgré la prospérité et la popularité de ce secteur, cela reste une économie fragile qui a encore de beaux jours devant elle, mais qui doit encore dépasser un certain nombre d’obstacles.

Des chiffres encourageants.

De plus en plus présente sur le marché, nous assistons à une démocratisation de la seconde main. Cette forte hausse est également présente dans le monde du livre. De fait, certains organismes ont décidé de s’intéresser davantage aux habitudes de consommation des lecteurs français. L’étude menée en 2022 par le ministère de la Culture en collaboration avec la SOFIA (Société Française des Intérêts des Auteurs de l’écrit) nous permet de mieux comprendre le marché du livre d’occasion français. 

En effet, cette étude nous montre que la France compte environ 9 millions d’acheteurs de livres d’occasion, ce qui correspond à un peu plus d’un tiers des acheteurs de livre. Traduisant une hausse d’acheteur d’occasion de 11% en cinq ans, ces données démontrent une ouverture certaine des Français à la seconde vie du livre. Cela transparaît aussi à travers la quantité d’ouvrage d’occasion vendue en 2022 qui a semblablement augmenté de 38% en cinq ans, permettant la vente de 80 millions de livres de seconde main. 

Cependant, il semble évident qu’avec autant d’acheteur d’occasion, certains profils se démarquent. Le ministère de la Culture a donc tenté de définir les modèles de consommation du livre à travers les données récoltées lors des différentes enquêtes plus ou moins récentes. Il apparaît donc qu’en parallèle des 70% des acquéreurs de livres achetant uniquement des livres neufs, un peu plus de 25% décident de combiner les différentes pratiques de consommation, c’est-à-dire le livre neuf, celui d’occasion ainsi que le numérique. Toutefois, chacun choisit une combinaison différente. En effet, 21% associent l’achat du livre neuf à celui d’occasion, 4% mélangent le livre neuf et le livre numérique, tandis que 2% des acheteurs optent pour les trois consommations simultanées. L’assemblage du numérique et de l’occasion demeure quasiment inexistant. Malgré une forte augmentation du livre d’occasion, seulement 2% utilisent exclusivement ce mode de consommation. Ce phénomène peut s’expliquer par le manque de diversité des titres dans le secteur. 

Une nouvelle optique de sensibilisation. 

En 2022, le marché du livre d’occasion a connu une hausse des ventes de 38%. Actuellement, environ 1 acheteur sur 2 achète de l’occasion. Cette tendance peut être perçue comme une menace pour les métiers du livre et de l’édition. A contrario, les livres d’occasion devraient devenir des alliés pour lutter contre les tonnes de papier brûlé chaque année et ainsi réduire l’empreinte carbone qu’ils ont consommée. Cependant, les livres de seconde main sont encore loin de faire l’unanimité. Les personnes attachées à l’objet lui-même sont plus enclines à acheter des livres neufs afin de trouver des couvertures et des pages en très bon état. Contrairement à ce que l’on pourrait présumer, l’aspect écologique n’est pas la raison principale de la hausse de l’occasion en France. Elle est principalement dûe à une crise économique et à la facilité d’accès grâce aux nombreux sites internet. Aujourd’hui, le monde prend conscience de l’urgence écologique dans laquelle nous vivons. Le marché du livre et ses acheteurs commencent à faire leurs premiers pas dans ce nouveau combat, notamment en dédiant une place spéciale aux livres d’occasion comme au Livre Voyageur, une bouquinerie Grenobloise. (cf. article La seconde vie du livre, plus qu’une seconde chance !). Néanmoins, le monde du livre a encore beaucoup à faire concernant l’écologie.

Calafato S., Maifret M., Stehlin O.
M1 MDLE, parcours édition.

Sources principales :
– Étude sur le livre d’occasion : les résultats du Ministère de la Culture et SOFIA. Disponible en ligne : Etude sur le livre d’occasion : les résultats – Sofia (la-sofia.org)
La Bourse aux Livres : culture et écologie, l’occasion de lire mieux, Infos 75, 17 janvier 2023. Disponible en ligne : La Bourse aux Livres : Culture et écologie, l’occasion de lire mieux ! – Infos 75 La Bourse aux Livres (infos-75.com)

La seconde vie du livre, plus qu’une seconde chance ! 

Et si le livre avait plusieurs vies ?

  1. Perspective historique 

Gibert Joseph, important réseau de librairies en France, marque le point de départ du marché du livre d’occasion en 1888. Alors que ce commerce n’intéressait au départ que les étudiants par ses prix faibles sur les livres scolaires, au fil des années, l’enseigne se développe en province. Au final, Gibert Joseph s’installe comme l’enseigne nationale de référence dans l’achat et la vente de livres d’occasion, réalisant, en 2022, plus de 70 millions d’euros de chiffre d’affaires grâce aux livres, dont un tiers provenant de l’occasion. 

Au début des années 2000, le marché de l’occasion connaît un développement exponentiel, majoritairement via la vente en ligne avec la création de Momox, une des nombreuses plateformes de vente d’occasion. Elle a su se démarquer et occuper une place sur le marché français qui n’était, à cette époque, pas encore occupée. En 2020, ce géant berlinois percevait 49 millions d’euros de chiffre d’affaires grâce à la vente de livres d’occasion français, ce qui représentait 90% de ses ventes totales de livres.

  1. L’élargissement de ce marché

Le marché de l’occasion se développe et se réinvente continuellement. Celui du livre n’y fait pas exception. Bien au contraire, d’après une étude réalisée en 2022 par la SOFIA (Société Française des Intérêts des Auteurs de l’écrit) et le Ministère de la Culture, le chiffre d’affaires du livre d’occasion a été estimé à 350 millions d’euros en France, ce qui représente une augmentation de 49% sur les cinq dernières années. De plus, le nombre d’acheteurs d’occasion a, lui aussi, augmenté de 11% en cinq ans. Cela marque une réelle tendance au sein du marché du livre d’occasion qui connaît un essor constant et soutenu. Ce phénomène s’explique largement par des raisons économiques. D’après cette même étude, la motivation principale de 76% des acheteurs de livres d’occasion est de faire des économies. Les considérations écologiques, notamment, passent en arrière-plan. Ainsi, dans un contexte économique où les inégalités économiques et sociales ne cessent de se creuser depuis une quarantaine d’années, l’achat de livres d’occasion s’installe durablement dans les pratiques des lecteurs et occupe une place de plus en plus importante sur le marché du livre (9%). Il se trouve, en effet, que 53 % des acheteurs de livres papiers achètent également d’occasion. Parmi eux, 44% de personnes achètent tant de l’occasion que du neuf et 9% achètent uniquement de l’occasion. Pourtant, seulement 20% des librairies vendent des livres d’occasion, ce qui laisse l’opportunité à ce marché de se développer davantage.

  1. L’exemple de La Bourse aux Livres

Au sein de ce développement constant de l’occasion sur les plateformes en ligne, La Bourse aux Livres (BAL) prend son envol et s’inscrit comme une des meilleures plateformes d’occasion de livres dès son lancement en 2020. 

À la fin de sa première année sur le marché, cette nouvelle start-up, entièrement française et créée par trois jeunes entrepreneurs lillois (Lovera D., Castano T., Taillandier A.), avait déjà revendu 280 000 ouvrages des 420 000 livres qu’elle avait collectés. Lors de la création, ils souhaitaient, à l’origine, centrer leur activité sur la revente des livres scolaires et universitaires. Cependant, face à l’engouement et l’opportunité du secteur, ils ont décidé de se développer en élargissant leur catalogue. D’après Alexandre Taillandier, le but principal de leur plateforme est de « faire de l’occasion une norme » sans pour autant concurrencer les librairies. À l’avenir, ils espèrent même pouvoir travailler en partenariat avec des libraires. En permettant un achat rapide de livre d’occasion, la BAL permet de se démarquer, notamment auprès des jeunes qui sont les plus sensibles à la question écologique et qui sont, de fait, plus enclins à acheter d’occasion.

Étant l’un des seuls acteurs français au sein de cette activité basée sur l’occasion du livre, la BAL a une réelle volonté écologique. Leur but premier était de revaloriser le plus grand nombre d’ouvrages d’occasion possible tout en aidant les consommateurs à réduire leur impact environnemental sans avoir à fournir d’effort particulier. Fonctionnant sur le modèle du dépôt-vente, la BAL se présente comme étant « la plateforme qui offre une seconde vie à vos livres ». De plus, la plateforme promet la revente des ouvrages au bout d’un an maximum, ce qui est généralement le cas puisque 93% des livres présents sur leur site sont revendus. Lorsque le livre envoyé n’est pas revendu dans l’année, nous avons le choix entre le récupérer en payant les frais de port (4€) ou le laisser à l’entreprise qui en fait don à l’association Bibliothèques sans Frontières. Leur volonté écologique transparaît également lors de la sensibilisation qu’ils effectuent au sein de leur application et de leur site. Lors d’un achat ou d’une vente en partenariat avec la Bourse aux Livres, chaque usager voit l’empreinte carbone qu’il a permis d’économiser en offrant une seconde vie aux livres. 

  1. Le livre voyage jusqu’à Grenoble

Le marché du livre de seconde main commence à s’étendre, notamment sur internet, mais qu’en est-il des boutiques physiques ? 

Aujourd’hui, rares sont les librairies de seconde main. Gibert Joseph, bien que faisant partie de ce marché, est principalement vendeur de livres neufs. Cependant, à Grenoble, nous avons trouvé la perle rare : le Livre voyageur, une librairie d’occasion tenue par Sylviane Clier. La gérante a su saisir l’opportunité de reprendre La Bouquinerie juste avant sa fermeture afin de lui laisser une seconde chance. Le principe est simple : acheter les livres que tout un chacun propose et les revendre à petit prix en fonction de l’état, de l’ancienneté et du format du livre. Ce petit lieu original et chaleureux est rempli d’une large gamme de livres, passant de la poésie à la littérature contemporaine, des livres anciens aux livres féministes, sans parler des innombrables romans. Mais l’on trouve surtout, selon Sylviane Clier, « ce que l’on n’était pas venu chercher ». Un endroit qui ravit les bibliophiles, les porte-monnaies et la planète.

Nous observons que malgré un essor majeur du livre d’occasion sur internet, les librairies d’occasion ont du mal à s’imposer. Qu’attendons-nous pour nous questionner sur ce contraste et agir sur cette situation ?

Calafato S., Maifret M., Stehlin O.
M1 MDLE, parcours édition

Sources principales :

Un modèle plus écologique de librairie est-il possible ?

On sait que le livre n’est pas écologique, sa fabrication consomme énormément de ressources, notamment de l’eau, et émet également une importante quantité de gaz à effet de serre. Les deux premiers postes d’émission sont la production de papier et l’impression. À cela s’ajoute le transport des matières premières, celui des livres finis, ainsi que les consommables pour les transporter : cartons, plastique, palettes, etc. Enfin, il ne faut pas oublier le problème du pilon : 14,7 % des livres produits sont pilonnés chaque année, ce qui représente environ 61 millions d’exemplaires. Ce sont autant de points sur lesquels s’améliorer tout au long de la chaîne du livre. Ce billet s’intéresse plus particulièrement aux librairies et à leur engagement dans cette thématique d’écologie du livre. Une étude de terrain sous forme de client mystère, afin de relever les éléments qui montrent un engagement écoresponsable, a été réalisée à la librairie Luna.

La librairie Luna est une librairie café féminine et inclusive rue Alsace-Lorraine, à Grenoble. La boutique est divisée en deux partie : une partie librairie « qui met l’accent sur le féminin et les diversités en tout genre » et une partie café, avec des tables et des canapés au milieu.

Dès l’entrée, un autocollant sur la porte indique l’utilisation de produits écoresponsables dans la partie café : « une attention particulière sera apportée à la qualité et la provenance des produits : local, bio et équitable seront des critères privilégiés pour notre approvisionnement. »

Dans la partie librairie, on peut voir qu’il y a tout un rayon destiné à l’écologie et au développement durable, ainsi qu’un rayon « nature writing » consacré aux livres en rapport avec la nature, quels que soient leur genre (roman, guide touristique, guide écologique, etc). Il y a également un rayon écologie dans la partie pour enfants. Ces rayons sont aussi fournis que les autres, et occupent une place centrale, que ce soit dans la partie pour les enfants ou dans celle pour les adultes.

En se penchant sur les livres en eux-même, on peut remarquer que les livres avec un label « Fabriqué en France » sont mis en avant. D’autres labels sont également présents, comme le label FSC (Forest Stewardship Council), qui garantit que les bois utilisés sont conformes aux procédures de gestion durable des forêts, le label KERO, qui s’engage pour l’environnement en réduisant l’empreinte carbone des livres, ou encore le label PEFC, qui garantit que le produit contient au moins 70 % de matières issues de forêts gérées durablement, ou de matières recyclées. Ce label est également présent sur certains jouets en vente dans la partie dédiée aux enfants.

La librairie propose également du matériel scolaire écoresponsable, fabriqué en France et en Europe. L’achat de certains produits permet un don de 50 centimes à la WWF. Les prospectus pour les fournitures écoresponsables sont imprimés sur du papier contenant des graines à planter.

Au niveau de la caisse, on peut trouver des cartes postales faites à partir de tissus recyclés, d’autres imprimées sur du papier recyclé à Grenoble.

La liste des points négatifs est bien plus courte, puisque le seul inconvénient notable est la présence de plantes en plastique.

Malgré les problèmes liés à la fabrication du livre, il est tout de même possible de rendre cet objet plus écologique, que ce soit lors du processus de fabrication, en réduisant les distances entre les imprimeurs et les libraires, ou encore en incitant les clients de consommer autrement. À l’instar de la librairie Luna, d’autres librairies s’engagent pour faire du livre un objet plus écologique, et prouvent que des solutions sont possibles pour réduire son empreinte environnementale.

Méthodologie personnelle pour obtenir des réponses lors du sondage « Projet S »

Méthodologie

Avec mes deux précédents billets, j’ai couvert deux observations que j’ai faîtes, par rapport aux individus qui m’ont répondu et avec qui j’ai pu conversé quelques minutes, au cours d’un sondage présenté comme le « Projet S ».

Durant le premier semestre de l’année scolaire 2023-2024, une enquête à été menée par les étudiants du Master 1 Métiers du Livres et de l’Édition, de l’Université Grenoble-Alpes, auprès des librairies de Grenoble. Elle a eu lieu dans le cadre du Projet “Décarboner le livre et l’édition”, porté par l’université Grenoble-Alpes et la coopérative Oxalis, et financée par la Caisse des Dépôts – Projets d’investissement pour l’avenir. La désignation « Projet S » ne couvre que cette étape, celle du sondage dans des lieux liés au livre, généralement des librairies, mené par les étudiants auprès des clients. Le but étant de récolter des données sur les pratiques écologiques des lieux liés aux livres.

La méthodologie générale consistait à demander aux clients de répondre à un questionnaire à choix multiple fourni par l’université1 . Le questionnaire se trouvait sur une page web, dans mon cas ouverte sur mon téléphone personnel, rechargée chaque fois que le sondage auprès d’un individu était fini. J’ai lu les questions et les réponses possibles étaient lues à haute-voix, et les sondés indiquaient la ou les réponse(s) qu’ils choisissaient.

Le magasin Momie Manga de Grenoble a accepté de laisser notre groupe de travail interroger les clients de leur magasin. Les deux autres membres du groupe y sont allées ensemble, le 18 octobre 2023. Personnellement, je m’y suis rendu le 19 octobre. Je suis arrivé à 15h, comme convenu avec la gérante, et je suis reparti à la fermeture de la boutique, à 19h. J’ai pu interroger 22 personnes, et j’ai récupéré les réponses de 21 d’entre-elles, soit autant que mes deux camarades de groupe ensemble.

J’ai interrogé spécifiquement les clients qui n’avaient pas les bras chargés, pas d’écouteur, qui ne semblaient pas déjà savoir ce qu’ils venaient chercher, et de préférence ceux qui étaient seuls, en leur précisant bien que la durée prévue pour compléter le sondage était de 3 minutes, afin d’augmenter les chances qu’ils acceptent de répondre. De fait, une seule personne a refusé de répondre. À la demande de la gérante, lors de notre rencontre de la semaine précédente, j’ai évité d’interroger les clients qui se dirigeaient vers les caisses ou qui en sortaient.

N’étant pas moi-même un gros lecteur de mangas, et m’étant très peu souvent rendu dans des magasins spécialisés ou de la chaîne Momie, je ne suis pas un habitué de ce genre d’établissements et de leur clientèle. J’ai passé l’après-midi à marcher dans les différentes salles du magasin en évitant de m’approcher trop de la caisse, et à interroger le profil décrit ci-dessus. Je pense être passé inaperçu auprès de la majorité des clients. Premièrement car les employés ou la direction n’ont fait aucune reproche. Et ensuite, parce qu’après être resté l’après-midi entière en magasin avec un carnet de notes en plus de mon téléphone à la main, quatre fois des clients m’ont confondu avec un vendeur et sont venus me demander de l’aide ; et venant de passer l’après-midi dans le magasin, j’ai pu effectivement leur indiquer où était rangées la référence qu’ils cherchaient dans deux cas.

Synthèse

Je pense pouvoir synthétiser ma méthodologie dans le tableau ci-après :

Temps passé en boutique :4H
Personnes abordées :22
Réponses récupérées :21
Refus de répondre :1
Taux de réponse :95.45%
Aspects que j’estime positifs:Très fort taux de réponse
Conversation engagée avec plusieurs personnes interrogées, ce qui a permis de faire remonter les sujets de mes deux précédents billets
Intérêt suscité chez certains clients autour de la question du lieu d’impression et du transport des livres → identification d’un potentiel levier pour décarboner l’industrie du livre
Aspects que j’estime négatifs:Impossibilité de choisir un échantillon représentatifs
Impossibilité de généraliser les résultats en-dehors de l’agglomération de Grenoble
En soit, n’ayant enquêté que dans une librairie en particulier une seule après-midi, aucune garantie de pouvoir reproduire ces résultats, un autre jour dans un autre lieu.

Arnaud BOISNARD, étudiant en Master 1 Métiers du Livres et de l’Édition, à l’Université Grenoble-Alpes.

Liens

1Lien vers le questionnaire : https://s8hqlq09uhw.typeform.com/to/khc0vsJz

Lien vers mes autres articles :

Le manga n’est pas considéré comme un livre par le lectorat grenoblois, y compris par les gros lecteurs de manga.

Les lecteurs grenoblois ne s’intéressent pas au lieu d’impression de leurs ouvrages, pas par désintérêt « actif », mais parce qu’ils n’y pensent pas.

Sensibilisation du client à l’écologie dans sa librairie : combat perdu d’avance ou premier pas essentiel ?

“Madame, auriez-vous un moment pour parler de l’écologie en librairie—” La fin de la phrase n’aura jamais lieu, la cliente a vivement secoué la tête au moment où le mot ‘écologie’ a franchi nos lèvres. Avec consternation, notre groupe l’observe partir au loin sans même nous accorder une seconde de plus. C’est un scénario que nous avons vécu encore et encore, soulignant le défi que représente la sensibilisation à l’écologie dans un environnement de librairie.

Un bastion à mauvaise réputation

L’écologie est un sujet qui est apparu et resté en force dans l’espace publique depuis peu. La première conférence internationale sur l’environnement humain s’est tenue en 1972 à Stockholm, et le sujet est entré dans le domaine éducatif dans la même période. Le public n’est donc pas ignorant sur cette question, mais la majorité ne semble pas y être concernée. Une étude du gouvernement, demandant aux Français de noter leurs sensibilités environnementales de 1 à 7, atteint une moyenne de 4,94 en 2021.

La SLF (Syndicat de la Librairie Française), offre quelques conseils pour sensibiliser les clients comme « développer son rayon écologie/développement durable », « communiquer sur les actions de la librairie » et « organiser des événements sur le thème de l’écologie ». Ses petites ou grandes actions sont un moyen de rendre le sujet plus accessible, moins effrayant aux clients les plus réfractaires à s’intéresser à la cause.

Des acteurs pourtant essentiels

Dans le rapport de The Shift Project, Décarbonons la Culture, les chiffres nous montrent que le client n’est pas exempt des émissions de co2 dans la chaîne du livre. En effet, les déplacements de clients vers la librairie constituent plus de 10% des émissions moyennes par livre. Un sondage de 2021 montrait que presque la moitié (45%) des clients venaient en voiture à la librairie. Pourtant, selon une étude du gouvernement en 2022, seulement 15% des réponses désignent ‘les ménages’ comme devant agir en priorité pour la protection de l’environnement.

Nous arrivons alors dans un cercle vicieux, où la responsabilité de l’action écologique est continuellement rejetée les uns sur les autres, sans que personne ne prenne l’initiative d’agir de façon nécessaire. Le fameux « triangle de l’inaction » prend tout son sens ici, avec les maisons d’éditions qui refusent ne serait-ce que d’essayer de parler d’écologie, et des clients qui ne se sentent pas concernés. Il est évident que l’industrie elle-même doit changer de système, et rapidement. Mais il est essentiel pour les consommateurs de se sentir inclus dans ce combat, sans se sentir culpabiliser.

Doucement mais sûrement… mais quand sera-t-il trop tard?

A ménager les sensibilités de chacun, un combat comme celui de l’écologie peine à avancer. Le monde se dirige dangereusement vers un réchauffement des températures de 2,8 degrés Celsius, il est donc impératif de réduire nos émissions. La COP 28 qui se déroule actuellement à Dubaï fera compte des avancées, ou non, des objectifs pour la planète. Il est indispensable que le monde du livre évolue avec son temps et opte pour de nouvelles règles, sous peine d’être laissé sur le banc de touche. Le but n’est pas un monde sans livres ni production de ceux-ci, mais bien une évolution de notre système actuel. Le lecteur, client de librairie ou de livre numérique, se doit d’avoir une conscience et une consommation éthique.

Il est à remarquer tout de même que les librairies semblent l’acteur qui s’implique le plus dans le combat écologique dans le monde du livre, contrairement aux maisons d’éditions ou aux fabricants. Que ce soit par mettre en avant des livres parlant du sujet ou éco-responsable, par des conférences organisées, ou par un choix de catalogue et de livre fabriqués de façon responsable ou de seconde main, les libraires sont indispensables dans le processus. Il est donc temps que l’ensemble de ce monde suive le mouvement, pour un futur en paix et parsemé de livres.

BARRAL Eva, M1 MDLE parcours Edition

Sources

  • PAUTARD, Eric. « Opinions Des Français Sur l’environnement En 2022. » Données et Études Statistiques Pour Le Changement Climatique, l’énergie, l’environnement, Le Logement, et Les Transports, Ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires, 23 février 2023, www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/opinions-des-francais-sur-lenvironnement-en-2022#:~:text=prot%C3%A9ger%20l%27environnement.-,Les%20Fran%C3%A7ais%20toujours%20plus%20inquiets%20face%20au%20changement%20climatique,sujet%20atteint%20un%20niveau%20record
  • Syndicat de la librairie française, « Bonnes pratiques en librairie », 20 septembre 2022, https://guide.syndicat-librairie.fr/developpement-durable/bonnes-pratiques-en-librairie
  • The Shift Project, Décabornons la Culture !, 2021

Les lecteurs grenoblois ne s’intéressent pas au lieu d’impression de leurs ouvrages, pas par désintérêt « actif », mais parce qu’ils n’y pensent pas.

Le 19 octobre 2023 après-midi, dans le cadre d’une démarche appelée « Projet S », qui consistait en un sondage sous forme de questionnaire à choix multiples1 auprès des clients d’un point de vente de livres, afin de les interroger sur des pratiques écologiques liés à ces lieux, je me suis rendu au Momie Manga de Grenoble. J’ai obtenu 21 réponses en 4 heures.

Une des questions était « Lorsque vous achetez un livre, êtes-vous attentif au lieu d’impression ? (Réponse facultative) ». Les réponses possibles étaient : « Oui, j’y suis attentif.ve », « Oui, je m’y intéresse mais ne trouve pas l’information » ou « Non, je ne m’y intéresse pas. ».

La réponse donnée a été quasi-systématiquement, à deux exceptions près, « Non, je ne m’y intéresse pas. ». Toutefois, il s’agit de la question qui a suscité le plus d’interrogations auprès des sondés. C’est celle qui a suscité le plus de conversations, plusieurs clients ayant déjà remarqués qu’il y avait relativement peu de livres imprimés en France, mais n’avaient pas poussé plus loin, sans chercher plus loin. Les autres déclaraient tout simplement n’avoir jamais réfléchi sur ce sujet, mais se sont montrés intéressés. Leurs réactions tendaient à alterner entre soulagement d’apprendre que de moins en moins de livres vendus en France étaient imprimés en Chine et que la plupart l’étaient plutôt en Europe, et l’agacement que peu de livres soient imprimés directement en France. Ceux qui avaient entamés la conversation sur ce sujet semblaient présenter une réelle curiosité. Un jeune homme interrogé nous a même donné son adresse mail, car il se disait intéressé par le projet de décarbonation de l’économie du livre – l’origine du sondage « Projet S » –, qu’il venait pourtant de découvrir, et aimerait recevoir les articles à ce sujet après leur publication.

L’échantillon était réduit et peu représentatif : il n’y a eu que 21 individus tous interrogés la même après-midi, les moins de 50 ans étaient surreprésentés, ils venaient tous d’Isère et presque tous de l’agglomération de Grenoble… De plus, je n’ai pas eu les résultats exacts des réponses aux questionnaires remplis avec les clients – les résultats étaient enregistrés directement sur internet sur une page à laquelle je n’ai pas accès et non sur le smartphone que j’utilisais pour transmettre les réponses – ni aux résultats globaux de l’enquête auxquelles d’autres personnes ont participé, et j’écris donc sur la base de ma mémoire et des quelques notes que j’ai prises sur le terrain. Ce billet n’a donc que la valeur d’un témoignage isolé, et non la fiabilité d’un processus de recherche complet en sciences sociales. Il est donc difficile et déconseillé de tirer des conclusions généralisables sur cette seule base.

Cependant, les personnes interrogées admettaient être très peu informées sur le bilan carbone du transport du livre entre son lieu de production et son lieu de vente, mais lorsque le sujet était abordé, montraient de l’intérêt et déjà une forme d’investissement émotionnel. Puisque nous ne pouvons pas suivre les individus sondés sur la durée, il nous est impossible de savoir si cet intérêt a perduré dans le temps, et s’ils se sont informés sur cette thématique de leur côté. Mais déjà, nous pouvons affirmer qu’en soit c’est un sujet qui peut attirer l’attention des lecteurs. Et donc, un potentiel levier de décarbonation du livre, au moins pour les points de vente de l’agglomération de Grenoble.

Arnaud BOISNARD, étudiant en Master 1 Métiers du Livres et de l’Édition, à l’Université Grenoble-Alpes.

1Lien vers le questionnaire : https://s8hqlq09uhw.typeform.com/to/khc0vsJz

Le manga n’est pas considéré comme un livre par le lectorat grenoblois, y compris par les gros lecteurs de manga

Le 19 octobre 2023 après-midi, dans le cadre d’une démarche appelée « Projet S », qui consistait en un sondage sous forme de questionnaire à choix multiples1 auprès des clients d’un point de vente de livres, afin de les interroger sur des pratiques écologiques liés à ces lieux, je me suis rendu au Momie Manga de Grenoble. J’ai obtenu 21 réponses en 4 heures. La plupart des individus interrogés ont indiqué qu’ils étaient des gros lecteurs de mangas, ce qui est logique dans une librairie spécialisée dans la vente de ce format. Or, je me suis rendu compte que même les gros lecteurs de mangas l’excluaient spontanément de la définition du livre.

Une des questions posées dans le sondage était « En moyenne, combien de livres lisez-vous par an ? ». Ils devaient choisir entre une des cinq réponses suivantes : « Entre 0 et 5 livres », « Entre 5 et 20 livres », « Entre 20 et 50 livres », « Entre 50 et 100 livres » ou « Plus de 100 livres ».

Je n’ai pas tenu de compte exact de combien de personnes ont fait une réflexion ou ont demandé une clarification à cette question. Quelques-uns ont demandé de définir ce qui comptait comme un livre. J’ai improvisé la définition de « livres en format papier avec une couverture en-dehors des manuels techniques ». D’autres ont demandé si les livres numériques comptaient, ce à quoi j’ai répondu que non.

Cependant, la demande de clarification qui revenait le plus souvent était de savoir si les bande-dessinées et les mangas comptaient comme livres, ce à quoi j’ai répondu que oui. La plupart des personnes ayant demandé si les BD et mangas comptaient sont alors généralement revenus sur leur réponse sur le nombre de livres qu’ils lisaient par an, pour la remplacer par celle immédiatement supérieure : généralement, ils sont passés de « entre 20 et 50 livres » à « Entre 50 livres et 100 livres », et dans deux cas ils sont passés de « Entre 50 livres et 100 livres » à « Plus de 100 livres ».

J’en profite pour signaler à propos de cette question, et plus spécifiquement à propos de la réponse « Plus de 100 livres », qu’à une seule exception près, les quelques personnes qui ont choisi cette option ont toutes précisées qu’elles avaient atteint un chiffre aussi haut en lisant principalement des mangas. Le sondage étant conduit dans un magasin spécialisé dans la vente de mangas, il n’y a rien d’étonnant à ce que presque tous les individus ayant donné cette réponse soient de gros lecteurs de ce type de bande-dessinée. Et le fait qu’ils soient une minorité au sein d’un échantillon très réduit de 21 individus doit nous indiquer qu’il serait très hasardeux de tirer des conclusions avec aussi peu de données. Cependant, la plupart des mangas étant conçus pour pouvoir être lus rapidement, et devant la diminution globale du nombre de gros lecteurs de livres de texte en France1, il est possible d’émettre l’hypothèse que les lecteurs principalement de BD et mangas deviennent, s’ils ne le sont pas déjà, les plus gros lecteurs de livres au format physique de France. Nous ne pouvons cependant rien affirmer sans avoir mené une enquête dédiée à cette question.

Après la première heure, je me suis mis à préciser systématiquement à chaque nouvelle personne interrogée que les BD et les mangas comptaient comme des livres, afin de gagner du temps. Ceci semble indiquer que même pour les individus qui sont de gros consommateurs de BD et de mangas au format physique, la majorité rejette spontanément et inconsciemment ce type d’ouvrages de leur définition du livre.

Je dois toutefois préciser que je n’ai pas eu les résultats exacts des réponses aux questionnaires remplis avec les clients – les résultats étaient enregistrés directement sur internet sur une page à laquelle je n’ai pas accès et non sur le smartphone que j’utilisais pour transmettre les réponses – ni aux résultats globaux de l’enquête auxquelles d’autres personnes ont participé. Il serait hasardeux de tirer des conclusions et des généralisations sur la base d’un échantillon de 21 clients non sélectionnés donc non-représentatifs (les moins de 50 ans étaient surreprésentés, ils venaient tous d’Isère et presque tous de l’agglomération de Grenoble…), interrogés une seule après-midi dans une seule librairie.

Mais le fait que la plupart des gros lecteurs de BD et mangas croisés ici excluent d’eux-mêmes leurs ouvrages favoris de la définition du livre semble indiquer que culturellement beaucoup d’individus ne les considèrent pas non plus comme des livres. Quand bien-même la bande-dessinée est devenue le deuxième type de livre le plus vendu en France, qu’elle est de moins en moins considérée comme un art mineur, et que le public français est souvent considéré comme le deuxième plus gros marché pour le manga au monde après le Japon1. Malgré le succès du manga en France, désormais bien installé dans l’économie du livre française, il semble donc toujours souffrir de biais internalisés qui ne lui reconnaissent pas la légitimité souvent accordée aux objets livres de textes, et ce, y compris auprès de son principal public, qui a priori doit en avoir une opinion positive puisque c’en sont de gros consommateurs. Sur la base d’un seul magasin, auprès de clients isérois et très majoritairement de l’agglomération de Grenoble, nous ne pouvons pas affirmer que cette perception du lectorat grenoblois peut être généralisée au lectorat français en général. Mais nous n’avons à l’heure actuelle pas de raison concrète de penser que ce ne soit pas le cas.

Arnaud BOISNARD, étudiant en Master 1 Métiers du Livres et de l’Édition, à l’Université Grenoble-Alpes.

Sources :

1Lien vers le questionnaire : https://s8hqlq09uhw.typeform.com/to/khc0vsJz

1Philippe Lombardo, Loup Wolff, Cinquante ans de pratique culturelle en France, publication du Ministère de la Culture, collection culture étude, juillet 2020, A noter deux choses importantes. Premièrement, le rapport note également une baisse de la lecture de la BD. Et deuxièmement, il analyse les chiffres de 2018 ; or, depuis la pandémie de covid-19, les données remontées des librairies semblent indiquer une hausse des ventes de livres de texte comme de BD.

1« La France, plus que jamais, deuxième pays du manga », ActuaLitté, 02/12/2022, consulté le 30/11/2023

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search