Le rôle important de l’éditeur et du choix du catalogue dans la problématique écologique de la bibliodiversité

Dans un monde confronté à des défis climatiques sans précédent, l’industrie du livre et son immense réseau de production, de distribution et de consommation, n’est pas immunisée face aux enjeux environnementaux. La chaîne du livre génère une empreinte carbone significative depuis la récolte des matières premières jusqu’à la distribution des ouvrages. L’utilisation intensive du papier, les procédés d’impression, et la logistique complexe de la distribution contribuent à cette empreinte. 

C’est au cœur de cette dynamique que l’éditeur se dresse comme un acteur central, jusqu’à devenir le catalyseur d’une transformation nécessaire au sein de l’industrie du livre. D’abord en tant que gardien de la création et du choix éditorial, mais aussi en guidant les choix de production, en favorisant l’utilisation de matériaux durables, et en encourageant des modèles de distribution respectueux de l’environnement.

Ainsi, nous allons voir que le rôle de l’éditeur peut devenir fondamental pour influencer positivement cette problématique climatique au sein de l’industrie du livre.

Être éditeur, un métier de choix

En effet, bien que les chaînes de fabrication du livre et de la distribution soient au centre des problèmes concernant l’impact écologique du monde de l’édition, l’éditeur a aussi son rôle important à jouer. Que ce soit dans sa fonction entrepreneuriale, focalisée dans la responsabilité de gestion et des conditions de production ainsi que de diffusion des ouvrages, ou bien dans sa fonction éditoriale, consacrée à la sélection des ouvrages à publier, au développement des manuscrits et à l’accompagnement des auteurs, les choix de l’éditeur seront fondamentaux dans la direction de sa maison d’édition.

Le choix du catalogue

Le choix du catalogue par un éditeur revêt une importance cruciale, agissant comme une vitrine qui reflète à la fois son identité et ses valeurs, mais également comme un moyen de propager des idées précises à ses lecteurs. En sélectionnant des auteurs et des textes à publier, l’éditeur contribue à consacrer ces auteurs tout en construisant sa propre réputation au sein du marché littéraire. Le catalogue, qui représente l’ensemble des ouvrages d’une maison d’édition, incarne cette dualité entre des valeurs économiques et culturelles. Il témoigne du parcours intellectuel, de la personnalité et des intérêts de l’éditeur, qu’ils soient artistiques, techniques, économiques ou littéraires. Ces choix esthétiques et idéologiques définissent la ligne éditoriale et impactent grandement le processus de sélection des ouvrages. 

À titre d’exemples concrets, les Éditions du Seuil affichent une ambition claire de publier des ouvrages qui reflètent les enjeux contemporains et le devenir du monde, avec une diversité de genres littéraires et scientifiques qui témoignent de cette vision.

De même, Actes Sud, à travers ses catégories d’ouvrages sur sa page web, met en avant quatre catégories d’ouvrages, dont une spécifique à la nature, révélant ainsi une orientation éditoriale vers des thématiques environnementales. 

Ces exemples illustrent comment les choix éditoriaux déterminent la composition du catalogue et la façon dont une maison d’édition façonne son identité et répond aux attentes de son public.

Des choix techniques au coeur de l’enjeu

Les choix techniques de production d’un livre par l’éditeur représentent également une part importante du métier, s’inscrivant alors au cœur de l’enjeu éditorial. Ces décisions, telles que la sélection du papier, le choix des encres, le format, la couverture et le mode d’impression, sont des éléments fondamentaux dans la matérialisation de la vision éditoriale. 

Un exemple concret est fourni par les Éditions La Plage, qui intègrent une démarche éthique et écologique tant dans le contenu que dans la fabrication de leurs livres. En alignement avec leur engagement, tous leurs ouvrages sont fabriqués à partir de papier recyclé ou issu de forêts gérées durablement, imprimés avec des encres végétales et sans vernis chimique. L’optimisation des formats sans gaspillage de papier contribue à minimiser l’impact environnemental, tandis que le bilan carbone est maîtrisé grâce à une impression réalisée en France, dans le nord de l’Espagne et le nord de l’Italie. 

Ces choix réfléchis ne se limitent pas à des considérations écologiques, mais témoignent également d’une vision éditoriale à long terme. Les Éditions La Plage privilégient des tirages maîtrisés, évitant la mise au pilon systématique des livres non vendus.  

Avec une cohésion entre le choix du catalogue et le choix des techniques de production, la conception de livres destinés à perdurer dans leur catalogue pendant plusieurs années, voire décennies, renforce l’engagement de l’éditeur envers des publications significatives, choisies avec soin, et contribue ainsi à la durabilité tant sur le plan écologique que littéraire.

Une lueur d’espoir visible dans le monde

Les choix éditoriaux conscients et les pratiques respectueuses de l’environnement sont des moteurs puissants pour la durabilité d’une maison d’édition. Les exemples étrangers tels que Chelsea Green, Greystone Books et New Society Publishers ont tracé la voie depuis des décennies. Chelsea Green, a établi depuis 1984 un modèle solide en promouvant des publications écologiques et une action régénératrice, démontrant que la durabilité peut être une stratégie gagnante.

De même, Greystone Books a prospéré en mettant en avant des sujets naturels, scientifiques et de santé tout en réduisant son empreinte environnementale, témoignant qu’une vision à long terme n’entrave pas la réussite commerciale. Tandis que pendant plus de 40 ans, New Society Publishers a maintenu un engagement ferme envers la durabilité, intégrant des pratiques écologiques sans compromettre sa croissance.

Ces éditeurs étrangers offrent des exemples inspirants pour d’autres, illustrant que la durabilité peut aller de pair avec le succès commercial. Leur succès démontre qu’une approche responsable peut non seulement préserver la planète mais aussi assurer la pérennité de l’entreprise. Ils servent de modèles encourageants pour les maisons d’édition aspirant à intégrer des pratiques durables, soulignant ainsi que la transition vers une industrie du livre respectueuse de l’environnement est non seulement souhaitable, mais tout à fait réalisable.

Rédigé par Pierre Cabanal, Lucile Barrier et Coline Robert

Liens

Bibliographie

Poirier, P., & Genêt, P. 2014. Chapitre 1. La fonction éditoriale et ses défis. In Vitali-Rosati, M., & Sinatra, M. E. (Eds.), Pratiques de l’édition numérique. Presses de l’Université de Montréal. doi :10.4000/books.pum.312

La « trêve littéraire » : une solution à la surproduction ?

Le problème des retours

L’un des problèmes majeurs dans l’industrie du livre, c’est celui des invendus, ces livres retournés à l’éditeur via le diffuseur, pour la grande majorité pilonnés (détruits) dans un souci d’économies. En effet, afin de permettre aux libraires de prendre des risques dans leurs commandes de livres et ainsi de garantir une diversité littéraire (autrement appelée bibliodiversité), la France a opté pour ce système de retour. Si celui-ci a ses avantages, que dire de ses inconvénients ? A la charge des libraires et des éditeurs, seuls les diffuseurs s’en tirent gagnants économiquement. Mais surtout se pose la question de l’écologie : multiplier les transports avec des véhicules polluants pour des livres qui seront détruits par la suite semble assez inutile.

La source du problème : la surproduction

On peut se demander pourquoi il y a autant de retours. Ne peut-on pas produire moins de livres ? C’est sûrement ce qu’il faudrait faire, en effet, mais pas facile : une fois publiés, les livres répondent à la demande. Les éditeurs comme les libraires ne peuvent se permettre d’arrêter la production d’un best-seller. De plus, lors de l’impression initiale, chaque éditeur imprime suffisamment pour pouvoir rentabiliser les coûts de production de l’ouvrage, dans l’espoir que ces livres soient vendus. C’est bien là le problème du monde du livre : les succès sont souvent imprévisibles et il faut prendre des risques si l’on ne veut pas tomber dans un schéma d’industrialisation toujours plus intensive du livre, avec des lectures toutes similaires les unes aux autres.

Des solutions possibles

  • Le retour des libraires-imprimeurs : afin d’éliminer le transport et la surproduction. Les libraires pourraient ainsi imprimer les livres « à la demande », à condition que ceux-ci soient tous dans un format classique, ce qui imposent des contraintes éditoriales.
  • Abolir le système des retours : cela ferait porter la responsabilité des ventes sur les libraires. Mais se pose donc la question de la diversité littéraire sur les étagères des librairies. Et que faire alors des diffuseurs ?
  • Faire une « trêve littéraire » : c’est-à-dire arrêter de recevoir des nouveautés pendant un moment afin de laisser plus de temps aux livres déjà sortis, de leur donner une meilleure chance au succès.

La « trêve littéraire », qu’est-ce que c’est et pourquoi ?

Janvier 2024, aucun livre ne paraîtra chez les éditions Tripode. Les livres prévus ce mois-ci sont repoussés à une date ultérieure. L’occasion pour la maison d’édition de faire le point sur « le rythme de nos métiers » et sur « un risque de surchauffe ». En effet, le rythme de publication de nouveautés s’est intensifié ces dernières années, avec une hausse de 37% des titres édités entre 2011 et 2022. Les éditions Tripode, dépassés par le succès de certains de leurs auteurs, ont souhaité prendre le temps, un mois pour se permettre de travailler sur d’autres projets et d’approfondir ceux en cours ; en clair de briser cette cadence effrénée vers toujours plus de nouveautés. L’Association pour l’écologie du livre soutient cette reprise en main du temps de travail et encourage également les libraires à prendre une pause dans le « travail des offices », c’est-à-dire le travail fait en amont de la vente avec les diffuseurs ; et ainsi à refuser les nouveautés pendant un temps. Nous assistons ainsi à une remise en question de cette recherche constante du nouveau best-seller, du nouveau prix Goncourt ou Femina ou autre ; en bref du nouveau succès qui renflouera les caisses. Et si on se contentait de plusieurs bons livres, bien travaillés et originaux, plutôt que d’une sélection de gros succès ?

Manon Louédec – M1 MDLE Parcours Edition

Sources :

« Écologie : face à la surproduction en librairie, trêves de plaisanteries ». (2023, 6 décembre). ActuaLitté. https://actualitte.com/article/114611/librairie/ecologie-face-a-la-surproduction-en-librairie-treves-de-plaisanteries

Tiniscopa, A. (2023, août 30). « Le Tripode fait une « trêve littéraire » en janvier 2024 ». Livres Hebdo. https://www.livreshebdo.fr/article/le-tripode-fait-une-treve-litteraire-en-janvier-2024

« Vente de livres : prix de vente, droit de retour, label ». (2023, 7 octobre). Entreprendre Service-Public.fr. https://entreprendre.service-public.fr/vosdroits/F22713

Une librairie virtuelle sauve des ouvrages… et la planète!

“My Fair Book” est la nouvelle plateforme de vente qui lutte contre le gaspillage de livres. En invitant un comité de lecteurs à s’intéresser à des titres éclipsés, faute de diffusion, elle rentre dans l’économie circulaire du livre et offre une alternative à l’inéluctable pilon.

Chaque année en France, un livre papier sur quatre est détruit (25% de la production est menacée de pilon selon le rapport de 2019 de WWF France). Ces ouvrages sont pour la plupart neufs et directement remplacés par d’autres nouveautés dans un système de surproduction éditoriale. Cette dynamique du livre éphémère nuit à la bibliodiversité malgré les efforts des professionnels, ainsi qu’à l’écologie (comptons près de 700 000 arbres sacrifiés).

En réaction à ce coulage, “My Fair Book”, plateforme de vente de livres neufs en ligne, se présente comme une librairie virtuelle qui déniche des ouvrages soustraits du paysage médiatique et les revend après sélection. Les fondatrices Patricia Farnier et Julie Rovero ont ouvert le site ce 12 octobre.

Son fonctionnement repose sur le référencement des catalogues. La plateforme soumet des titres à un comité de lecture comportant journalistes, libraires ou étudiants en édition, et les écrits choisis sont ensuite répertoriés en thématiques et en genres dans l’architecture du site. D’après ses fondatrices, cette structure permettrait “d’aiguiller au mieux les lecteurs dans leurs choix de lecture, tout en offrant un nouveau coup de projecteur aux auteurs ainsi qu’aux maisons d’édition”. Ce faisant, le projet adhère à la bibliodiversité souhaitée aujourd’hui, et rentre dans une logique d’économie circulaire et vertueuse.

Ce concept est soutenu par divers partenaires comme la Bibliothèque Public d’Information et par le groupe “Les Canaux” qui le compte parmi ses lauréats 2022 au programme d’orientation des porteurs de projets à l’impact social et environnemental. Mais surtout, “My Fair Book” est membre de l’Association pour l’Écologie du Livre.

Cette librairie en ligne est un bel exemple d’action à mener contre le pilonnage au profit d’un bilan carbone optimiste pour le monde du livre. Ses fondatrices rappellent que ce gaspillage est un “véritable gâchis et une aberration économique et écologique alors même que la responsabilité est au coeur des préoccupations de tous”. En effet, il est bon de rappeler que le livre n’est pas un objet de consommation éphémère, et qu’il n’a pas de date de péremption.

Emma Bellier, M1 MDLE

Sources

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search