L’inscription des bibliothèques dans les objectifs de développement durable

À l’instar de tous les rouages de la chaîne du livre, les bibliothèques sont sujettes aux questions de l’écologie. Les enjeux liés au développement durable sont progressivement entrés dans les mœurs et les bibliothèques, en constante mutation, doivent elles aussi penser ces problématiques. Le système de prêt du livre constitue déjà en lui-même un geste éco-responsable et il serait possible d’envisager que ces pratiques soient suffisantes. Pourtant, comme toute infrastructure, les bibliothèques émettent une empreinte carbone qu’il est important de prendre en compte. Quelles peuvent être alors les actions et les pistes de réflexions à instaurer en bibliothèque dans une démarche plus écologique ? 

Les enjeux écologiques des bibliothèques 

 La consommation des ressources telles que l’énergie, l’électricité ou encore l’eau, impacte l’empreinte carbone des bibliothèques de manière différente en fonction de la constitution des structures. Les constructions de ces bâtiments souvent datées n’ont pas nécessairement pris en considération la question écologique. Nombreuses sont les bibliothèques à être reconfigurées ou déménagées afin de tenir davantage  compte des besoins des usagers et des enjeux contemporains, dont celui du développement durable.  

L’empreinte carbone du livre n’est pas à négliger. La fabrication, l’impression et le transport du livre affectent son bilan carbone. Même en bibliothèque où le livre passe entre de nombreuses mains, il est sujet au désherbage.  La Bibliothèque publique d’information déclare désherber près de 18 000 livres chaque année. Nécessaire pour des questions de place et de visibilité, le désherbage concerne un grand nombre d’ouvrages qui ne sont, pour la plupart plus empruntés ou devenus obsolètes. Une fois sortie de la bibliothèque, une certaine part des livres sont détruits, l’empreinte carbone des livres est alors augmentée. Dans l’objectif de développement durable, il s’agit d’un enjeu essentiel à relever. 

La sobriété numérique en bibliothèque est un autre enjeu soulevé par le développement durable. Pour une bibliothèque plus verte, il faut réduire l’impact émis par le numérique, cet objectif nécessite de repenser les usages que nous faisons de l’informatique. Les bibliothèques ont un rôle à jouer en tant que modèle de référence auprès des usagers. 

Enfin, la mobilité pour se rendre en bibliothèque joue également sur l’empreinte carbone. Il n’existe pas de solution miracle, l’emplacement dans lequel s’implante la structure a une influence sur les modes de déplacements. La sensibilisation auprès des usagers peut être un moyen de les amener à réfléchir sur leur mobilité.  

Des accords pour des bibliothèques plus vertes 

En 2016, a été signé par les Nations Unies, l’Agenda 2030 avec 17 objectifs de développement durable à atteindre. Dans cette lignée, un site web spécifique sur l’Agenda 2030 axé bibliothèque a été créé afin de sensibiliser et de donner accès à des ressources clés pour les professionnels. Convaincus que les bibliothécaires doivent s’inscrire dans une démarche d’éco-responsabilité, les acteurs de référence, l’Association des bibliothèques de France,  la Bibliothèque publique d’information, l’ENSSIB et le comité français international bibliothèque et documentation sont à l’origine de ce partenariat. 

Améliorer la visibilité et la sensibilisation autour des questions de l’écologie envers les usagers est un des objectifs phares du présent projet. Les bibliothécaires sont eux aussi ciblés, ils n’ont pas assurément conscience que les enjeux du développement durable peuvent et doivent être mis en place au sein des bibliothèques. 

S’inscrivant dans ce même objectif, L’association des bibliothèques de France a fondé en 2022 la commission Bibliothèques Vertes. Les enjeux sont sensiblement les mêmes : proposer de la documentation, sensibiliser, accompagner la réflexion et la création, utiliser des matériaux éco-responsables, etc. La commission a pour but de mettre à disposition des professionnels, des ressources leur permettant de s’inscrire dans l’agenda 2030 et d’avoir une démarche plus vertueuse. 

Des exemples concrets d’actions déjà mises en place

Dans une logique écologique, des grainothèques ont été instaurées dans plusieurs bibliothèques. Basé sur le système du troc, il s’agit d’échanges de graines afin d’encourager la biodiversité. La bibliothèque Maurice Genevoix située à Paris dispose même d’un jardin où elle propose à ses usagers le prêt de parcelles et l’accès à un composteur. 

La sensibilisation auprès des usagers est aussi un moyen efficace et peu compliqué à mettre en place. Des bibliothèques installent des espaces thématiques en lien avec l’écologie où elles prescrivent divers documents pour encourager leur public à s’engager dans une démarche éco-responsable. 

L’organisation d’animations, de journées d’étude ou encore de colloques afin de sensibiliser tous les publics comme les bibliothécaires, sont des pistes intéressantes de sensibilisation. C’est par exemple le cas lors d’une journée d’étude : Pour des bibliothèques (vraiment) vertes ?” organisé par la médiathèque départementale de la Loire qui organisait des séances de réflexions et des animations. Une animation portait sur le désherbage et des brainstorming ont été réalisés afin de lister différentes pistes et exemples des actions pouvant être mises en place. 

La bibliothèque universitaire centrale du Havre ou celle de la médiathèque Alpha d’Angoulême dont les infrastructures ont été conçues de sorte à diminuer leur empreinte carbone, constituent les bibliothèques de l’avenir. 

Des bibliothèques peuvent être rénovées uniquement avec des meubles de récupérations, comme c’est le cas de la médiathèque de Châtelaillon. 

Ainsi des actions existent et doivent se poursuivre afin  d’inscrire les bibliothèques dans une démarche de développement durable.

Mathilde Signoret– M1 Métiers du livre Parcours bibliothèque

BIBLIOGRAPHIE

ABF Bibliothèques Vertes [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://bib.vertes.abf.asso.fr/ 

Accueil, agenda2030bib [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://agenda2030bibfr.wixsite.com/agenda2030bib 

Bibliothèques de la Ville de Paris – Des grainothèques dans les bibliothèques[en ligne]. Disponible à l’adresse : https://bibliotheques.paris.fr/des-grainotheques-dans-les-bibliotheques.aspx?_lg=fr-FR 

Bibliothèques vertes – Association des Bibliothécaires de France [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://www.abf.asso.fr/4/210/981/ABF/bibliotheques-vertes 

Ecologie : quand les bibliothèques passent au vert, Archimag [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://www.archimag.com/bibliotheque-edition/2020/06/26/ecologie-bibliotheques-vert 

Journée de réflexion et d’échanges « Pour des bibliothèques (vraiment) vertes ? », Auvergne-Rhône-Alpes livre et lecture [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://auvergnerhonealpes-livre-lecture.org/articles/journee-de-reflexion-et-d-echanges-pour-des-bibliotheques-vraiment-vertes 

Lecture durable : les bibliothèques se mettent au vert [en ligne].  Disponible à l’adresse : https://www.culture.gouv.fr/Actualites/Lecture-durable-les-bibliotheques-se-mettent-au-vert 

MÉDIATHÈQUE DÉPARTEMENTALE DE LA LOIRE, 2023. Que fait-on des livres désherbés ? Auvergne Rhône-Alpes livre et lecture [en ligne]. 2023. Disponible à l’adresse : https://auvergnerhonealpes-livre-lecture.org/files/79f1d7df/que_fait_on_des_livres_desherbes.pdf 

Une disponibilité insuffisante des ouvrages en langue étrangère dans les librairies d’Auvergne-Rhône-Alpes ? On vous en parle !

On fait l’éloge bien souvent la capitale française, Paris, pour sa diversité culturelle, notamment en termes de librairies spécialisées et d’ouvrages littéraires, tant en genres ou en langues, mais qu’en est-il à l’échelle régionale, plus particulièrement en Auvergne-Rhône-Alpes ? Paris prenant le monopole sur la disponibilité des livres en français et en langue étrangère, Auvergne-Rhône-Alpes possède des librairies – que ce soit de 1er niveau ou de 2ème niveau, ou encore de grandes surfaces spécialisées – avec une faible présence de littératures en langue d’origine (notamment en coréen, turc, japonais…). Posant ainsi plusieurs enjeux comme l’apprentissage d’une langue ciblée par les habitants de la région ou bien l’accessibilité à des ouvrages en V.O. (version originale) pour des étudiants en échange universitaire et autres. En effet, cette disponibilité insuffisante de ces ouvrages en librairies et en bibliothèques – par exemple, la Bibliothèque Municipale Internationale de Grenoble qui ne possède seulement que six langues étrangères, la langue anglaise étant favorisée depuis le début des années 2000 – entraîne des difficultés pour les personnes souhaitant améliorer leurs compétences dans une langue étrangère ou pour les étrangers désirant simplement lire. Démontrons cette problématique à travers des études de cas précis : Grenoble, Voiron et Lyon. 

Grenoble, une ville cosmopolite pour peu de disponibilités en littératures étrangères ?

La région Auvergne-Rhône-Alpes durant la période scolaire 2018/2019, a été la seconde région accueillant le plus d’étudiants étrangers ERASMUS, juste après la capitale.

De part une richesse culturelle enrichie notamment grâce au nombre très important d’étudiants ERASMUS, on pourrait imaginer que la culture littéraire étrangère de ces villes serait particulièrement prolifique. Or, pour la ville de Grenoble par exemple, pas une librairie proposant un catalogue exclusivement en langue étrangère, n’est active à ce jour. On peut trouver en ligne des archives liées à une librairie américaine, Just Book, qui a fermé en 1998, soit presque 25 ans après son ouverture. Toutefois, celle-ci reste la seule jamais ouverte sur Grenoble, selon les sources disponibles.

Sur des forums en ligne, des étudiants étrangers se renseignent et fouillent les sites web afin de pouvoir trouver des livres dans des langues qu’ils comprennent, tant bien que mal. Les seules vraies options disponibles restent les librairies qui offrent une sélection relativement restreinte et limitée d’ouvrages, comme les rayons en V.O. de Decitre, Fnac, Gibert Joseph ainsi que les multiples autres librairies indépendantes. Sur ces forums, les termes les plus mentionnés pour décrire les endroits où l’on retrouve ces livres sont « small section » ou « petite section » en français, reflétant un fond faible de ces titres. 

Qu’en est-il des librairies étrangères dans d’autres parties de la région ?

Pour étendre nos recherches dans cette région, parlons de la librairie Abrakadabra située à Voiron à une vingtaine de kilomètres de Grenoble. Créée en 2004 mais ouverte depuis 2019 en Isère, Abrakadabra est une entreprise spécialisée dans la découverte des langues étrangères. S’étant rendues sur place pour pouvoir mieux vous en parler, nous y avons découvert une librairie remplie de diversité culturelle à la fois pour la jeunesse, les adolescents et les adultes. Celle-ci propose une grande variété de livres avec plus d’une trentaine de langues disponibles telles que : l’Anglais, le Polonais, l’Espagnol, le Néerlandais, etc. 

Quant à Lyon, on peut y retrouver le café-librairie Damn Fine Bookstore, ouvert depuis 2020, qui propose des livres en anglais neufs et de secondes mains, ainsi que quelques choix de livres en allemand, espagnol et italien. C’est un lieu très convivial et calme où l’on peut siroter un café en lisant, tout en étant entouré de livres ! Les livres sont vendus à leur prix d’origine et il est même possible de commander n’importe quel livre, n’étant pas disponible dans le point de vente. Néanmoins, Lyon étant la troisième ville la plus habitée de France, elle possède tout de même quelques rayons de livres en langues étrangères dans différentes librairies de la métropole (Decitre, Fnac, librairies indépendantes…)

Si l’on revient quelques années auparavant, il n’y avait pas autant de pluralité dans les rayons en langues étrangères, mais seulement chez les livres les plus connus internationalement. On remarque ainsi que cela ne fait que de s’agrandir et que de plus en plus de personnes veulent acheter et lire des ouvrages en V.O.. Ainsi, bien qu’il n’y ait plus de librairies spécialisées en langues étrangères sur Grenoble, on observe qu’il y en a deux à proximité, facilement accessibles en transport en commun. 

La solution adéquate pour contrer le manque de disponibilité d’ouvrages en langues étrangères est d’ouvrir de nouveau et davantage de librairies spécialisées, pouvant subvenir aux besoins des usagers. Et le premier pas pour cela est de commencer par agrandir les rayons au sein des librairies qui existent d’ores et déjà, afin de fournir plus de livres en diverses langues. Quant aux plus passionnés de livres, il reste l’option de fouiller les points de ventes de seconde main en ville tels que Emmaüs, la Remise, etc. 

BEN-ABDA–LE-GOEL Camilia, NOËL Clélia et PERRET Ilona,

Étudiantes en M1 MDLE à Grenoble.

Bibliographie :

La Bibliothèque Nationale de France (BNF), un exemple dans l’engagement écologique ?

La plus importante bibliothèque de France s’est lancée dans le programme ambitieux depuis les années 2000, d’agir pour la cause environnementale. Ce plan touche tous les acteurs, que ce soit les professionnels ou les lecteurs. Différentes actions sont mises en place afin de réduire l’empreinte carbone de cette grande institution. 

L’engagement de la BNF est formalisé dans différents documents officiels comme  la «Charte développement durable des établissements publics et entreprises publiques», dont elle est signataire depuis avril 2008. Cet écrit fixe plusieurs objectifs et principes, auxquels la BNF tente de se conformer. La Charte de l’Environnement (2005) a donné une valeur constitutionnelle à cette bataille pour la planète. La BNF s’est engagée aussi en devenant un partenaire de l’ADEME (Agence de la transition écologique) depuis 2003.

Cette politique de développement durable rejoint la politique globale de cette structure publique. Les actions mises en place visent à réduire les émissions de gaz à effet de serre, préserver les ressources en eau et en biodiversité et à consommer de façon responsable, en prenant compte du tri sélectif. 

Tous les services, toutes les missions ainsi que les lecteurs et les visiteurs sont concernés par cette politique de développement durable. Cette stratégie globale se traduit par différentes actions : diffuser les informations sur le développement durable, diversifier et étendre ces publics et participer au développement de la culture et des savoirs. On peut prendre l’exemple de l’exposition permanente de la BNF sur son jardin, présentant la faune et la flore présentes dans ces espaces de verdure. 

Lorsque l’on voit l’engagement de la BNF dans ce combat pour la planète, on ne peut qu’espérer que les autres bibliothèques (petites, moyennes et grandes) suivent cet exemple, s’en inspirent et s’engagent à leur tour dans cette cause. 

Canopée, une « naturothèque » au cœur de Paris

Lumineux, branché, vert et écologique… quel meilleur endroit pour placer une médiathèque que Canopée-La Fontaine ? Perchée au-dessus des Halles de Paris, son équipe de 23 personnes œuvre de tout cœur pour créer un espace accueillant avec l’empreinte carbone la plus faible possible. Elle mérite bien son nom aux connotations naturelles !

Source : blog Vélib Métropole

Des graines où germent les idées

De nombreuses médiathèques en France pratiquent le prêt de graines ou de boutures : ce système d’origine américaine qui permet d’apporter des semences, et de repartir avec d’autres. Cette pratique innovative permet de favoriser le jardinage personnel, la culture locale, et de décarboner l’air tout en verdissant la ville. À Canopée, ce n’est que le début des nombreuses facettes de l’engagement environnemental. Depuis son lancement en mai 2016, la grainothèque fleurit, et se transforme même en bouturothèque ! Selon le communiqué sur leur blog, « les semences constituent un patrimoine millénaire qui s’est développé par le biais du partage de graines entre paysans ». Il est donc approprié et nécessaire que les institutions de préservation du patrimoine contribuent à son développement. La médiathèque privilégie les espèces locales qui ne nécessitent pas un arrosage intensif ou l’utilisation d’engrais néfastes à la biodiversité.

La bouturothèque de Canopée-La Fontaine

Le B.A.-BA de la bibliothèque verte

Canouille, la mascotte de Canopée

En février 2021, Canopée publie son Guide de la bibliothèque verte, issu de la formation d’un groupe de travail avec le but de constituer un dossier complet sur l’impact et les actions environnementaux de la médiathèque. Construit sous la forme d’infographies, il est divisé en 5 parties, chacune listant les actions existantes et celles envisagées pour le futur :

1) L’environnement de travail : trajets en vélo, sobriété énergétique, optimisation et rationnement des impressions, jusqu’à la récupération du marc de café pour fertiliser les plantes… Tout est mis en œuvre pour favoriser un mode de vie sain et peu énergivore. De la responsabilité personnelle aux actions collectives, Canopée désire montrer l’exemple à tous les niveaux.

2) Circuit du document : centraux à l’activité bibliothécaire, le document et son traitement sont aussi examinés par le dossier. C’est pourquoi Canopée a renoncé à équiper leurs ouvrages à durée courte (revues, magazines…) avec des films en plastique, qui empêcheraient leur recyclage. De plus, ils réutilisent leurs puces RFID et se forment à des méthodes de réparation plus durables telles que la reliure chinoise.

3) Services aux usagers : les tests abondent pour proposer des services durables et écologiques. Ainsi, une redistribution à vélo vers d’autres bibliothèques se profile, ainsi que la présence d’une AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) à la médiathèque.

4) Activités et évènements : la médiathèque propose de nombreuses activités de revalorisation de déchets, de recettes « anti-gaspi », ou bien de jardinage. En partenariat avec des écoles, elle fait figure de force éducative dans la lutte pour la décarbonation. Toutes ses activités sont pensées dans l’approche générant le moins de déchets possible.

5) Communication : dans une optique de formation et de préservation du papier, Canopée limite la communication papier et crée des affiches réutilisables. Dans le cas de la communication interne, elle se soucie de la taille des fichiers envoyés, ainsi que du nombre de mails, plus friands en énergie qu’on ne le pense.

Et demain ?

Grâce à toutes ces actions, la médiathèque Canopée-La Fontaine a obtenu en 2022 le prix du Meilleur projet mondial de la bibliothèque verte de la part de l’Ifla (fédération internationale des associations de bibliothécaires). Mais cela ne veut pas dire que l’effort est terminé ! L’équipe regorge d’idées pour continuer son développement écologique. Avec un objectif zéro plastique, une mutualisation des ressources auprès d’autres établissements, et l’installation de panneaux solaires, Canopée a du pain sur la planche. Leurs projets incluent des partenariats avec des associations locales, ainsi que d’assurer un SME (système de management environnemental) afin d’impliquer directement la question environnementale dans chacune de leurs décisions. Rendez-vous sur leur blog, où ils publient leurs avancées. Il y a de quoi inspirer les pairs !

Sources :

https://www.archimag.com/bibliotheque-edition/2022/07/26/mediatheque-la-canopee-recoit-prix-ifla-meilleur-projet-mondial

https://bibliothequecanopee.wordpress.com/

https://bibliothequecanopee.wordpress.com/2021/03/26/le-guide-de-la-bibliotheque-verte/

https://bibliothequecanopee.wordpress.com/2021/01/05/integrer-la-question-environnementale-dans-une-mediatheque-le-cas-du-systeme-de-management-environnemental/

Estelle WALLIS

Le partage, c’est du vol ?

L’ebook et sa diffusion ont longtemps été réprimés par les éditeurs, qualifiant l’acte de partage de “piratage”. Pourtant, aujourd’hui, ces pratiques pourraient bien être essentielles afin de répondre aux nouvelles crises sociales et écologiques.

Peinture par Pyle nommée An Attack on a Galleon, 1905
Pyle, An Attack on a Galleon, 1905

“Le piratage, c’est du vol” affirmait en 2000 le clip de prévention contre le piratage créé par la Motion Picture Association of America. Neuf ans plus tard, l’État fondait l’Hadopi dont la mission était de prévenir et contrôler le téléchargement illégal, du moins en peer-to-peer. Limitée par ce dernier point et souvent moquée pour la faiblesse de ses sanctions (des lettres d’avertissements), l’Hadopi aura coûté 82 millions d’euros en dix ans pour un résultat mitigé et restera un symbole de l’impuissance des pouvoirs publics face aux pratiques numériques. 

Mais le piratage est-il du vol ? En vingt-deux ans, de nouveaux acteurs associatifs remettant en question cette affirmation ont émergé. La Quadrature du Net, par exemple, rappelle que la diffusion d’un fichier numérique ne peut être comparée au vol d’une voiture, étant donné que le fichier d’origine est intact et volontairement partagé par son utilisateur. C’est le principe d’un bien non-rival. De plus, le terme “piratage” en soi est critiquable : popularisé dans les années 80 par des lobbies d’éditeurs comme la FAST ou la MPAA afin de porter l’infamie sur le partage d’œuvre, celui-ci n’a aucune base légale contrairement à “contrefaçon” ou bien “atteinte au droit d’auteur”. Il a néanmoins contribué à créer une identité politique revendiquée, comme celle du parti Pirate fondé en réaction à la loi relative au droit d’auteur de 2006. 

Ces différents acteurs et pirates ont pour point commun le rejet de la propriété intellectuelle patrimoniale, comme la Quadrature du Net, qui milite pour la mise en place d’une caisse finançant un document non-marchand. Cette position se base sur une défiance face aux groupes éditoriaux qui empêchent l’accès libre à la connaissance dans un but lucratif. Cette dénonciation est particulièrement forte dans les milieux de la recherche, où l’on reproche à ces groupes de profiter injustement de recherches dont le financement est parfois public, et de rendre la publication et l’accès à ces études particulièrement cher, nuisant alors à la science. D’où l’émergence de bibliothèques pirates comme Library Genesis ou Sci-hub, proposant des articles et livres académiques, et dont le fonctionnement repose sur des donations. 

Du fait de la réticence des éditeurs à développer l’ebook, le domaine du livre a longtemps été peu touché par le piratage. La numérisation de livres protégé par le droit d’auteur a donc été initiée par des équipe de pirates, comme la Team AlexandriZ, un groupe s’occupant alors de la numérisation et diffusion de livres, et qui fut dissoute en 2013 suite à une action en justice du SNE et de grands groupes d’éditeurs. Afin d’empêcher la diffusion illégale d’œuvre, les éditeurs ont également conçu des systèmes de verrouillage d’ebook, appelées DRM, permettant de limiter l’exemplaire à un lecteur. Cependant, ceux-ci sont critiqués même par les acheteurs, car ils risquent de rendre inutilisable un exemplaire trop ancien et empêchent le prêt.

C’est pourtant multiplier le nombre de lecteurs par livre qui devrait être la priorité, d’un point de vue culturel mais également écologique. D’après le rapport du Shift Project, la transition écologique du monde du livre ne peut se faire seulement par une optimisation de la production, mais également par une baisse même de la production de livres physiques. En effet, environ 13% des livres sont envoyés au pilon, et leur production est délocalisée dans des pays où la main-d’œuvre est moins chère. Pourtant, les lecteurs sont toujours plus soucieux de l’image écologique et sociale des entreprises, et n’ont pas d’intérêt à soutenir une entreprise productiviste, polluante et proposant des conditions de travail précaire, tout comme ils sont prêts à récompenser une maison d’édition vertueuse. La diffusion illégale d’œuvre devient alors pour les lecteurs un moyen de réappropriation des questions écologiques et sociales.

Les Bibliothèques et la Haute Qualité Environnementale

Les bibliothèques ont aussi une empreinte écologique. Comme toute organisation, elles consomment de l’énergie pour remplir leurs missions. L’énergie, à côté des déchets et des achats de documents, représente le facteur le plus émissif dans le bilan carbone d’une bibliothèque. Par conséquent, plusieurs projets ont été pensés de façon à réduire la consommation énergétique en bibliothèque, parmi lesquels, la démarche Haute Qualité Environnementale (HQE).

Ce modèle (HQE) a pour objectif à la fois de maîtriser les impacts d’un bâtiment sur l’environnement extérieur mais aussi créer un espace intérieur confortable et saint. Cette démarche (HQE) apparait donc comme une solution structurée et complète pour maîtriser l’impact environnemental des bâtiments des bibliothèques. De ce fait, un projet bibliothèque HQE a été lancé dans les années 1990 en France et depuis, plusieurs bibliothèques sont inspirées de ce modèle qui vise, entre autres, l’écoconception du bâtiment ainsi que la gestion de l’énergie.

Arrivé aux années 2000, le modèle HQE est déjà largement appliqué dans les bibliothèques et ne cesse de s’étendre en France. Parmi les premières bibliothèques qui ont doublé leurs préoccupations environnementales, la médiathèque de Mouans-Sartoux, la médiathèque de Sainte-Luce-sur-Loire et les bibliothèques universitaires de Caen, du Havre et de Reims. Cette dernière, la bibliothèque universitaire Reims Champagne Ardenne, présente un profil environnemental ambitieux et illustre le cas d’un projet HQE satisfaisant.

D’abords, le bâtiment de cette bibliothèque a été construit avec des produits et matériaux choisis sur une base de notices détaillées prouvant leurs aptitudes à l’emploi. Par exemple, ses façades en bois bakélisé, en plus d’être faciles à entretenir, elles sont durables en offrant une bonne résistance aux intempéries et aux variations climatiques.

Du point de vue de consommation d’énergie, le fonctionnement du bâtiment a également été pensée de manière écologique. L’énergie de climatisation et de chauffage est le facteur le plus émissif en bibliothèque. En effet, ce bâtiment possède de nombreuses protections solaires intérieures et extérieures. Cela permet une bonne isolation qui crée un confort l’hiver.  Pour l’été, ce système est aussi complété par un dispositif de ventilation naturelle pour éviter le recours à la climatisation.

Pour réduire la consommation d’énergie de l’éclairage, un système de complémentarité entre lumière naturelle et lumière artificielle a été effectué dans les espaces intérieurs. Les lumières artificielles sont donc mises en place en fonction des zones et des besoins. Ce mode d’adaptation à l’utilisation effective des locaux permet de générer d’importantes économies d’énergie.

Pour conclure, il est aujourd’hui évident qu’aucun organisme n’est exclus du développement durable. Les bibliothèques, bien qu’elles ne soient pas les établissements les plus émissifs, elles adoptent, de plus en plus, des actions en lien avec l’environnement. La démarche HQE porte des leviers importants notamment sur la construction du bâtiment et la gestion d’énergie. Cependant, d’autres actions et pratiques existent, selon la taille et le type de la bibliothèque, dans la perspective du respect de la nature.

Tinhinane DJEBRA, M1 MDLE

Les métiers du livre en Afrique face aux enjeux écologiques

Sur plusieurs continents de par le monde, les différents acteurs du monde du livre prennent conscience des enjeux écologiques pour les générations futures. Au travers de projets innovants, ils essayent des approches de solution en vue de répondre à ces enjeux.

L’Afrique penne à sauter le pas. En effet, jusqu’ici, les acteurs du monde du livre n’ont mené aucun projet allant dans ce sens. À l’exception d’un projet architectural très prometteur annoncé il y a un peu plus d’un an en Afrique du Sud. 

En effet, le gouvernement sud africain a fait appel au grand architecte Ghanéen Britannique Sir Davis Adjaye Obe pour proposer un modèle architectural innovant dans le cadre du projet de rénovation de la bibliothèque présidentielle Thabo Mbeki de Johannesburg. Selon l’architecte, l’ensemble de la bibliothèque sera construit en terre compressée sous forme de briques qui est moins énergivore que le béton. Grâce aux panneaux photovoltaïques qui seront déployés pour l’alimentation énergétique et l’utilisation en grande majorité de matériel local, l’émission carbone de l’ensemble de l’infrastructure sera considérablement réduite à court et à long terme. De plus, le système de régulation de la température interne des locaux est constitué d’un système géothermique fonctionnant de concert avec la masse thermique des parois. L’innovation de ce projet repose sur le fait qu’en s’appuyant sur des habitudes traditionnelles, elle se positionne face aux défis actuels et futurs.  Un tel projet n’est pas passé inaperçu. Il a valu à cet architecte de recevoir le 27 ème prix Crystal durant le forum économique de Davos en 2021.

Plus d’un an après l’annonce de ce projet, symbole d’une Afrique qui s’intéresse aux enjeux écologiques, même pas l’ombre d’une fondation. Il paraît donc pertinent de s’interroger sur les raisons qui freinent la réalisation du projet. Qu’attendent les leaders africains pour sauter le pas ? N’est-il pas temps de poser des actes concrets ?

Gédéon SEHOLOU, M1 MDLE

Sources :

  • https://www.dezeen.com/2020/11/25/adjaye-associates-thabo-mbeki-presidential-library-south-africa-architecture/#

Conférence : Les enjeux climatiques en bibliothèque

3ème conférence du cycle “Décarboner le livre” : Rencontre avec Raphaëlle Bats, co-responsable de l’Urfist de Bordeaux.
Elle interviendra sur la manière dont les bibliothèques prennent en compte au quotidien les changements climatiques et peuvent s’engager pour un développement plus durable.

Raphaëlle Bats a participé au numéro de la revue Bibliothèque(s) de l’ABF intitulé “Vert-ueuses bibliothèques” paru en  décembre 2020 : “L’Agenda 2030 : un outil stratégique pour les bibliothèques” (p.45-47).


Informations pratiques :

Mercredi 18 janvier 2023 à 12h15 : intervention en visio-conférence.

  • Retransmission à l’université de Grenoble Alpes, bâtiment Michel Dubois, salle A103.
  • Webinaire accessible après inscription en ligne :

Bibliothèques : architectures innovantes

En France, de nombreuses bibliothèques ont décidé de prendre en main la question écologique. Faisant preuve d’inventivité elles essaient de réduire leur empreinte environnementale et d’inscrire leurs actions dans un projet de développement durable.

Par nature, la mission de prêt des bibliothèques participe déjà d’une démarche de livre durable. Mais certaines vont plus loin en intégrant la durabilité dans leur programme, notamment par leur architecture et la recherche de haute qualité environnementale (HQE).

Voyons quelques éléments notables de ces démarches éco-responsables et innovantes.

  • Construite dans le nouvel éco-quartier de la ville en 2015, l’architecture des façades de la médiathèque Montaigne à Frontignan a été pensée afin que le soleil ne rentre pas directement par les fenêtres. Cela permet des économies d’énergie de chauffage et de climatisation tout au long de l’année. Cette médiathèque se veut exemplaire et dispose de nombreuses certifications : HQE, Bâtiment Basse Consommation et Bâtiments Durables Méditerranéens. Mais ses objectifs vont plus loin en intégrant des actions de sensibilisation au développement durable et à la protection de l’environnement (jardinage, herbier, grainothèque, rencontres, etc.).
  • Autosuffisante sur le plan énergétique, la bibliothèque Mériadeck à Bordeaux, s’inscrit dans une démarche éco-responsable grâce à des panneaux solaires produisant de l’électricité pour la bibliothèque et l’école attenante, et ce depuis début 2022. Un système d’éclairage moins énergivore a également été déployé et un système de pompe à chaleur permet de contrôler au mieux les températures intérieures tout au long de l’année.
  • Un toit végétalisé filtre l’eau de pluie pour la médiathèque René Goscinny à Sainte-Luce-sur-loire.
  • A l’étranger enfin, les initiatives ne manquent pas : exemple avec la bibliothèque de Varennes Jacques-Lemoyne-de-Sainte-Marie (Québec). Ayant fait l’objet d’une reconstruction, 75 % des déchets liés à la destruction de son précédent bâtiment ont été réutilisés. En outre, différentes technologies utilisées dans sa construction permettent de réduire ses émissions de gaz à effet de serres, mais également de réduire sa consommation d’eau potable de 40 à 50 %. L’architecture stratégique du bâtiment et l’utilisation de panneaux photovoltaïques permettent une consommation nette zéro (elle produit autant d’énergie qu’elle en consomme), le surplus alimentant le réseau d’Hydro-Québec . C’est le premier bâtiment à obtenir la certification nette zéro dès 2016 au Québec.

TURC Éléa, M1 MDLE IDB

Sources :

– “Bibliothèques vertes : de l’écologie au développement durable”. (2022, 27 avril). Bibliothèque publique d’information – Centre Pompidou. https://pro.bpi.fr/bibliotheques-vertes-de-lecologie-au-developpement-durable

– Conférence Shift Project de Fanny Valembois

-Texier, B. (2020, 26 juin). “Ecologie : quand les bibliothèques passent au vert”. Archimag. https://www.archimag.com/bibliotheque-edition/2020/06/26/ecologie-bibliotheques-vert

– “Bibliothèque de Varennes”. (2021, 10 mai). Wikipédia. https://fr.wikipedia.org/wiki/Biblioth%C3%A8que_de_Varennes

Bibliothèques : le plan sobriété, “à la fois une opportunité et un risque”

Le site Actualité propose un entretien avec la Commission Bibliothèque Verte de l’Association des Bibliothécaires de France, autour des enjeux énergie-climat pour les Bibliothèques.

Lire l’article complet sur le site Actualitté.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search