Une BD pour revenir à l’essentiel des thématiques climatiques 

D’après le site GFK, une société de collecte et d’analyse de données allemande, le livre le plus vendu de l’année 2022 en France est une bande-dessinée. En effet, Le monde sans fin apparaît en tête des ventes avec plus de 514 000 exemplaires vendus.  Elle est née à travers une collaboration entre un illustrateur, Christophe Blain, et un expert des domaines du climat, de l’énergie et de l’environnement, Jean-Marc Jancovici. Ce dernier est notamment connu pour sa capacité à vulgariser des idées et concepts complexes liés à la thématique du réchauffement climatique. Cette bande-dessinée est un projet qui amène à une réflexion sur le climat et la transition écologique à travers les illustrations de Christophe Blain qui prolongent la vision d’un auteur engagé.  

LA NAISSANCE DU PROJET 

Cette BD est le reflet des années de travail de Jean-Marc Jancovici sur les thématiques climatiques. À l’origine de la création de l’association Shift Project mais aussi du cabinet Carbone 4 de conseil en stratégie climat, Jancovici porte de nombreuses casquettes. Il est à la fois ingénieur, enseignant, conférencier et chef d’entreprise. Membre de cinq associations différentes engagées dans la lutte contre les dérèglements climatiques, il est un des plus gros acteurs de France sur ce sujet.  

Alors que la collaboration n’était initialement pas prévue, l’illustrateur Christophe Blain contacte Jean-Marc Jancovici afin de créer une bande-dessinée autour du thème du climat. Cette association entre scientifique et artiste a permis de créer une œuvre possédant à la fois des qualités esthétiques mais également des qualités rédactionnelles. Le sujet de la transition écologique, qui peut sembler complexe au premier abord, est ici abordé avec humour à travers une discussion entre l’illustrateur et l’auteur. Cela permet à tous les publics de s’intéresser et d’en savoir plus sur les enjeux environnementaux d’aujourd’hui. 

UN SUJET SERIEUX ET CAPITAL 

À travers des sujets comme l’économie, l’écologie et la société, cette BD est le témoignage d’un regard sur le monde. Un monde basé sur une économie des énergies fossiles, que l’on pensait inépuisables. Mais il s’avère que ce mode de fonctionnement n’est plus sans conséquences pour nous mais aussi, et avant tout, pour notre planète.  

Dans un récit sur le ton de l’humour mais livrant une histoire intelligente, ces deux collaborateurs nous offrent un livre qui nous concerne tous et qui permet de mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons. Cette lecture permet de se représenter les enjeux de la lutte contre le réchauffement climatique. Et, plus spécifiquement pour les acteurs du monde du livre, de connaître les bases de l’idée derrière le projet de la décarbonation des produits culturels. Ce projet est né pour lutter contre cette économie qui puise dans les ressources épuisables de notre planète.  

POINTS TECHNIQUES 

Qu’est-ce que le bilan carbone ? 

Dans les années 1990 vient l’idée du bilan carbone à Jean-Marc Jancovici. Il faut savoir que l’on peut l’effectuer de manière individuelle, mais il a été créé à la base pour mesurer l’émission de Co2 d’une organisation, due à son activité. Cette méthode du bilan carbone a émergé en 2000 et était une des deux seules connues à ce moment pour traiter ce sujet, à côté du GreenHouse Gas Protocol aux États-Unis. Le cabinet Carbone 4, dont Jancovici en est le directeur, propose aujourd’hui des services à la fois de calcul de bilan carbone mais aussi de plan d’action. Le bilan carbone sert à la fois à comprendre quels secteurs d’une entreprise sont les plus polluants mais aussi les solutions à envisager pour diminuer ce taux de rejet.  

  Le Shift quoi ? 

Le Shift Project a été créé en 2010. Dans l’onglet Ambition de leur site internet, on peut retrouver les termes qui le définit les mieux, à savoir un « think thank qui œuvre en faveur d’une économie libérée de la contrainte carbone ». C’est un groupe de réflexion basé sur les thématiques de lutte contre le réchauffement climatique, et agissant en proposant des idées de nouveaux plans d’économie française, moins polluants et plus durables car « fondée depuis deux siècles sur l’utilisation croissante de ressources historiquement considérées comme infinies (ce qui se retrouve dans les bases de l’économie classique), notre économie bute désormais de manière répétée sur les limites physiques de la planète. »  

Cette bande-dessinée est un point clé pour comprendre les thématiques actuelles et notamment celles qui touchent le monde de l’édition. Afin de ne pas se lancer tête baissée dans la résolution des questionnements actuels, il faut d’abord comprendre quelle est l’origine des préoccupations d’aujourd’hui et comment l’on peut maintenant changer les choses. L’intention de l’auteur est de « toucher des gens qui n’ont jamais lu d’essai sur le sujet, et jamais vu une conférence ». Ce choix de représentation par la bande-dessinée permet de toucher un plus large publique et de vulgariser de manière beaucoup plus ludique qu’un livre. Ce qui peut expliquer son nombre considérable de vente. C’est aujourd’hui un sujet important dont on doit se préoccuper, et on peut se renseigner en prenant du plaisir à la lecture, sans être noyés sous des chiffres et des schémas inexpliqués. 

Rédigé par Pierre Cabanal, Lucile Barrier et Coline Robert

SOURCES 

“Meilleures ventes de livres: 2022 imprime sa marque” : https://www.gfk.com/fr/insights/meilleures-ventes-de-livre-2022-imprime-sa-marque 

Le Monde Sans Fin : https://jancovici.com/publications-et-co/livres/le-monde-sans-fin/ 

The Shift Project, “Qui sommes-nous ?” rubrique Ambition : https://theshiftproject.org/ambition/ 

Qu’est-ce qu’un bilan carbone neutre et comment l’obtenir ? : https://institut-superieur-environnement.com/blog/quest-ce-quun-bilan-carbone-neutre-et-comment-lobtenir/ 

Carbone 4, Précision et ambition climatique : https://www.carbone4.com/  

Wikipédia, Jean-Marc Jancovici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Marc_Jancovici  

Wikipédia, Christophe Blain : https://fr.wikipedia.org/wiki/Christophe_Blain 

Les tablettes rentrent dans les cartables des collégiens : une initiative écologique ?

Soure : Adobe Stock

En Seine Maritime, dans le département de la Normandie, les nouveaux collégiens ainsi que toute l’équipe éducative ont reçu des tablettes Ipad à partir de la rentrée scolaire 2022. Ce type d’équipement représente de nombreux avantages pour les élèves, dont la possibilité de réunir ses cours dans un seul appareil, de visionner des vidéos et des enregistrements du cours, de pouvoir communiquer avec l’enseignant, ainsi que d’autres actions bien pratiques pour poursuivre ses études. Le collégien pourra à terme garder sa tablette pendant une durée de 3 ans, jusqu’en 3e. Prenant trace à partir du lancement en 2016 de l’espace de travail numérique Arsene76 et poussée par la venue de la crise sanitaire en 2020, la transition numérique du Département prend un nouvel ampleur avec cette initiative des manuels scolaires électroniques. Une site dédiée au foire aux questions a été mis à disposition à l’occasion de cette initiative. Ainsi, on peut y voir tous types de questions liées à l’introduction des tablettes dans la vie collégienne, preuve d’une attention particulière de la part du Département à l’égard de ce nouvel outil. Mettant à disposition un nombre total de 18500 unités, cet action permet non seulement de lutter contre l’égalité sociale mais surtout de réduire efficacement la production du papier. Depuis l’abattage des arbres jusqu’au transport des pâtes à papier, ces étapes demandent une quantité considérable d’énergie qui laisse des traces non négligeable d’empreinte carbone. La transition vers une école numérique s’avère donc assez prometteuse tant que sur le plan ludique que sur le plan écologique.

Cette initiative s‘inscrit dans une continuité de l’objectif « zéro papier » lancée par le gouvernement et du plan numérique initié par François Hollande en 2015. Les éditeurs des manuels scolaires font alors face à des changements importantes qui s’illustrent principalement par une transformation de support. De nombreuses réformes qui suivront vont alors encourager la numérisation des manuels scolaires sur le plan national. L’efficacité de cette initiative sur le plan écologique semble néanmoins assez mitigée. La production des manuels physiques a certes diminué, il ne faut cependant pas négliger la production de ces tablettes, qui demandent un fort coût énergétique. Cela requiert la production de ces matériaux, la mise en place de ces infrastructures, la construction de ces appareils pour n’en citer que quelques exemples. Ces derniers ne réduisent pas pour autant l’empreinte carbone du secteur de l’éducation en France. Il est aussi question des coûts énergétiques des services en ligne. Selon un rapport du Digital Power Cloud, la consommation de l’énergie pour le numérique représente 10 % de l’électricité mondiale, sans compter l’installation des data-center, des ondes, des bornes Wi-Fi et d’autres infrastructures permettant le bon fonctionnement du système numérique.

Les initiatives du gouvernement visant à réduire l’impact écologique peuvent alors nous sembler minimes en voyant le résultat des empreintes carbones. Est-ce qu’il est alors possible d’atteindre un objectif visant à baisser l’empreinte carbone ? Oui, il reste tout à fait possible, et plusieurs leviers nous sont à disposition. Par exemple, réduire l’empreinte carbone sur la production des appareils électroniques, ou bien prolonger la vie de ces appareils. Le numérique est avant tout un des principaux leviers de la transition écologique, comme l’indique Véronique Torner, la Présidente d’Alter Way et responsable en charge de Planet Tech’Care.

Yi-Jun YANG, M1 MDLE

Sources

Conférence : Les enjeux climatiques en bibliothèque

3ème conférence du cycle “Décarboner le livre” : Rencontre avec Raphaëlle Bats, co-responsable de l’Urfist de Bordeaux.
Elle interviendra sur la manière dont les bibliothèques prennent en compte au quotidien les changements climatiques et peuvent s’engager pour un développement plus durable.

Raphaëlle Bats a participé au numéro de la revue Bibliothèque(s) de l’ABF intitulé “Vert-ueuses bibliothèques” paru en  décembre 2020 : “L’Agenda 2030 : un outil stratégique pour les bibliothèques” (p.45-47).


Informations pratiques :

Mercredi 18 janvier 2023 à 12h15 : intervention en visio-conférence.

  • Retransmission à l’université de Grenoble Alpes, bâtiment Michel Dubois, salle A103.
  • Webinaire accessible après inscription en ligne :

Les écrivains peuvent-ils défendre la cause environnementale ?

Ces deux couvertures montrent deux livres écrits au XIXème siècle et au XXIème siècle mais qui portent tous les deux une forte préoccupation environnementale. L’un est une œuvre de fiction sur un retour à la nature possible malgré une industrialisation galopante. L’autre est un travail collectif de cents experts, écrivains et scientifiques à propos de l’impact climatique en général.

Depuis quand les auteurs se soucient-ils de l’environnement ? Une origine possible est l’année 1866. C’est en effet à cette date que le mot “écologie” est utilisé pour la première fois par le biologiste allemand Ernst Haeckel dans un de ces ouvrages. Ce n’est certes pas la première fois que les écrivains se soucient de l’environnement mais c’est à partir de là qu’ils vont pouvoir le qualifier précisément à travers le terme d’écologie. On peut partir des textes de David Thoreau au milieu du XIXème siècle et aller jusqu’aux écrits actuels produits par des activistes écrivains comme Le grand livre du climat paru en octobre 2022 et dirigé par Greta Thunberg.

La littérature peut paraître inutile lorsque l’on mesure l’ampleur du défi climatique actuel. En effet, en quoi peut-elle nous aider à agir concrètement pour l’environnement ? Les écrits peuvent par nature être théoriques. Néanmoins, ils portent une représentation du monde et ont un potentiel d’influence. La lecture peut toucher, et aller jusqu’à convaincre dans certains cas. Des œuvres de fiction mais également philosophiques ont très tôt pris le parti de la cause environnementale. Elles s’interrogent sur les limites des ressources naturelles à notre disposition, par exemple l’auteur Frank Herbert dans son roman Dune publié en 1965. Il imagine une planète disposant d’une seule richesse pour laquelle les personnages vont se battre : l’épice. Un des personnages principaux du livre est d’ailleurs un écologiste admiratif de la capacité des autochtones à tirer tout ce qu’il leur faut des profondeurs du sol, notamment de l’humidité transformée en eau. Une citation de ce roman est d’ailleurs riche de sens : « La véritable richesse d’une planète est dans ses paysages, dans le rôle que nous jouons dans cette source primordiale de civilisation : l’agriculture ». Un autre roman, Ecotopia, écrit en 1975, raconte le choix radical de trois états ouest américains qui décident de faire sécession du pouvoir central pour fonder une société écologique radicale (les moteurs à explosion sont ainsi interdits et les produits manufacturés doivent être entièrement recyclables…). L’auteur Ernest Callenbach montre toutefois que ces choix se font au prix d’un repli sur soi et d’un communautarisme de mois en moins acceptable. Défendre l’environnement nécessiterait donc d’être prêt à faire d’importantes concessions comme par exemple de restreindre nos libertés individuelles et d’accepter une directive centrale forte dans toutes nos activités. Ces ouvrages posent ainsi une question centrale : jusqu’où sommes nous prêts à aller pour concrétiser nos attentes en matière d’environnement ?

Ainsi, la science-fiction a été très importante dans la naissance d’une pensée écologique puisque elle ouvre un champ de possibilités inédits qui font de la résolution de la crise écologique un objectif de l’écrivain. Le pouvoir de guérison de l’écriture peut se conjuguer à celui d’un rôle à jouer dans la transition écologique. Aujourd’hui, la fiction reste un genre souvent utilisé pour parler de la cause climatique. En 2011, on parle de climate fiction pour désigner les écrits fictionnels ayant pour but de « toucher un public qui ne lirait pas forcément les rapports du GIEC ou des articles scientifiques » (selon Yann Quero, auteur de deux romans de climate fiction).

Mais, les réseaux sociaux sont peut être en passe de devenir plus percutants que les livres. C’est d’ailleurs le choix de nombreux activistes tels que Camille Étienne, originaire de Peisey Nancroix en Savoie, qui utilise principalement les réseaux Tik tok et Instagram pour s’adresser à un public jeune. Elle reste toutefois convaincue par l’influence du livre puisqu’elle a participé à l’écriture d’un ouvrage 10 idées reçues sur le climat. A travers ses actes et ses écrits, la jeune femme se propose de convaincre de la pertinence du qualificatif d’urgence écologique et de la nécessité de ne « plus rien laisser passer ».

Sources :

-https://www-cairn-info.sid2nomade-1.grenet.fr/article.php?ID_ARTICLE=ESPRI_1801_0184

-https://www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Sciences-et-ethique/science-fiction-climate-fiction-romans-penser-changement-climatique-2020-05-04-1201092529

-https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/science-fiction-dune-roman-ecologique-precurseur-93518/

-https://www.lemonde.fr/planete/video/2021/12/10/camille-etienne-quand-le-reel-devient-intolerable-il-faut-prendre-en-main-l-histoire-pour-la-devier_6105469_3244.html

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search