Vers un développement des grandes chaînes et enseignes dans la vente de livres d’occasion

Ce n’est pas un secret, les ventes de livres sont plus que jamais dominées, au détriment des librairies indépendantes, par les grandes chaînes et enseignes comme Cultura, Fnac, Amazon, Decitre ou encore Momox. Leur point commun ? Toutes proposent de la vente de livres d’occasion en ligne ou en points de vente. Néanmoins, étant donné que ces grandes enseignes désormais maîtresses du marché du livre ont été conçues en premier lieux dans un but purement profitable, nous pouvons alors nous demander pour quelles raisons ont-elles décidé de se tourner vers le marché de l’occasion ?

L’importance du livre malgré son prix en hausse

Le livre, base de sources à la culture, est le symbole d’un bien commun. De ce fait, malgré l’ascension du numérique et de la hausse de son prix due aux coûts du papier, de l’énergie et du transport, le livre reste un besoin social, bien que soumis à des changements sociétaux. L’industrialisation de la culture avec sa surproduction et sa consommation de masse mise en place par les grandes chaînes de production et de vente a contraint les lecteurs à revoir leur pratiques d’achat et de consommation du livre. Ainsi, de plus en plus de lecteurs se tournent vers le livre d’occasion. En effet celui-ci, bien que implanté depuis des décennies comme chez Gibert « le leader de l’occasion depuis 1886 », tend à se développer, notamment en ligne, afin de pouvoir satisfaire une demande grandissante.

La responsabilité écologique de tout-un chacun

Cependant, bien que l’intérêt du marché de l’occasion soit associé à l’économie, il correspond également à un réel engagement écologique de la part des lecteurs et des grandes enseignes. En effet, les lecteurs prennent conscience de l’impact de l’industrie du livre sur le plan environnemental, notamment par les problèmes du pilon et de la surproduction. Consommer différemment n’est alors pas seulement une décision économique, mais écologique, dont la dimension est à la fois individuelle et collective. La chaîne du livre doit devenir durable pour perdurer au vue du réchauffement climatique aussi généré par son industrie polluante. En se tournant alors davantage vers le livre d’occasion, les lecteurs « obligent » les grandes enseignes ayant le plus d’impact à se tourner eux aussi vers ce marché non nouveau mais qu’il devient nécessaire de développer. En effet si l’on prend l’exemple de Cultura, l’enseigne encourage le « recyclage de livres » en proposant aux lecteurs de les déposer dans un kiosque à l’entrée du magasin pour soit s’en débarrasser gratuitement ou bien en échange d’une carte cadeau. C’est une action à la fois écologique et économique. La chaîne de librairies Decitre se tourne aussi peu à peu vers le marché de l’occasion. En effet, avec deux collègues, nous avons effectué un sondage concernant les « pratiques éco-responsables en librairie » et nous avons eu la surprise de constater un réel engagement de leur part. Decitre propose de plus en plus de livres d’occasion à l’entrée de magasins et sur leur site internet. Nous pouvons donc espérer en retrouver davantage directement au sein du magasin dans le futur si la demande des lecteurs continue d’accroître. Ces deux exemples démontrent également que cette stratégie écologique et économique permet d’approcher de nouveaux clients tout en gardant la clientèle déjà fidèle. Aussi, les lecteurs venant se débarrasser de leurs livres en achèteront sans doute d’autres sur place pour les remplacer. Cependant, l’enseigne qui a eu le plus d’impact ces dernières années sur le marché de l’occasion reste la Fnac. En effet, bien que déjà réputée pour miser sur ce marché, son partenariat avec Emmaüs et La Bourse Aux Livres pour que les lecteurs qui souhaitent revendre leurs livres obtiennent rapidement une estimations suivie d’une solution de vente en magasin ou par internet a permis en 2020 la revente de 350 000 ouvrages par des particuliers en France. Lorsque les livres sont vendus, la somme est reversée sous 7 jours avec un cadeau de 3 euros par carton. Ainsi, la Fnac encourage à la revente et engendre par cette politique un réel impact économique, social, solidaire et environnemental. On prouve la possibilité et les avantages d’une consommation plus responsable tout en permettant à chacun l’accès à un service de qualité.

L’occasion, un enjeu capitaliste ?

Ainsi, il semblerait que l’intérêt nouveau porté par les grandes enseignes pour le marché de l’occasion répond d’abord à des besoins sociaux, économiques et écologiques. Le principal objectif de ces acteurs est de satisfaire une demande. Pour se faire, les conditions actuelles du marché et de la société doivent être toutes deux prises en compte. Il semble désormais nécessaire pour toutes grandes enseignes souhaitant accroître leur chiffre d’affaires d’afficher un attrait pour le marché du livre d’occasion, celui-ci représentant 12 % du marché total de l’occasion en France en 2020, soit 888 millions d’euros. Seulement, l’occasion, autrefois perçue comme un mode de consommation secondaire intègre désormais le « capitalisme de plateforme ». Loin de proposer un modèle alternatif désintéressé, ces organisations ont des pratiques de vente qui apparaissent en contradiction avec leurs soi-disant engagements environnementaux, privilégiant en réalité la rentabilité économique.

Au final, une stratégie visionnaire en tout point

Finalement, le soutiens non désintéressé car répondant à la demande des lecteurs, mais tout de même croissant de la part d’acteurs aussi importants que Amazon, Fnac, Cultura, Decitre, ou Momox pour le marché du livre d’occasion malgré une construction initiale tendant vers une politique essentiellement économique, permet de se tourner de plus en plus vers une industrie et consommation du livre durable. Par conséquent, l’association des avantages économiques et écologiques pourrait considérablement diminuer les dangers environnementaux produits par l’industrie du livre. Il s’agit d’une innovation incrémentale qui maintient une certaine continuité avec un mode de vente déjà existant, mais amélioré dans le but d’un futur meilleur. Ainsi, ces stratégies visionnaires auront de grandes chances de s’inscrire dans la durée de l’industrie du livre et de profiter à tous.

PRAINITO Charline, M1 MDLE, parcours édition

Une sensibilisation de l’environnement à travers les mangas : une lecture utile et agréable

État des lieux du manga en France

Il est aujourd’hui connu de tous que le manga est un genre très apprécié dans le monde, et en particulier en France. Cette bande dessinée nippone fait maintenant partie du paysage culturel en France, qui est le 2e pays le plus consommateur de mangas juste derrière le Japon lui-même.

Ce genre a connu un succès inattendu lors de la crise du Covid et des confinements : en 2019, le manga représentait 6,5 % des ventes de BD, en 2021 c’est plus d’un quart.
En 2023, la chute peut paraître violente, puisque les ventes ont reculé de 18 % entre janvier en mai, un chiffre à relativiser puisque la vente des mangas reste encore deux fois supérieure à 2019, explique Mathieu Adment des Éditions Kana. Il s’agit plutôt d’un « retour à la normale » après un sursaut exponentiel des ventes. Notons également que le manga représente 10 % des revenus du secteur de l’édition.

Sociologie des lecteurs de mangas

Pendant plusieurs années, le manga était incompris en France, notamment à cause de ce qu’il pouvait se dire dessus sans réellement connaître ce genre venu d’ailleurs. Il a longtemps été reproché aux mangas d’être violents et sans vocabulaires. En 2010, personne ne croyait que cette nouvelle sorte de BD perdurerait.

Pourtant, le manga est aujourd’hui un genre qui arrive à toucher plusieurs générations, et s’il est vrai que les mangas sont un genre particulièrement apprécié des 11-13 ans, il est également assez présent chez une population plus âgée. Selon une étude du Centre National du Livre de 20204, près de la moitié des enfants de 13 ans ont lu un manga au cours des 12 derniers mois ; la lecture des mangas restent encore importante chez les 16-25 avec 32 %, avant de petit à petit décliner.
Parmi les enfants interrogés, 77 % disent lire des mangas, et 43 % pour les adultes (16-75 ans).
Ces chiffres datant de 2020 pourraient être remis en question aujourd’hui, après la vague de popularité connue en 2021, mais je n’ai trouvé aucune étude plus récente que 2020.

Ce serait même depuis le confinement que les très jeunes lecteurs s’intéressent de plus en plus à ce genre. Anthony Leseine, libraire dans un magasin spécialisé en mangas, témoigne de ce phénomène : « Le confinement a aidé. On plein de nouvelles têtes. Avant on avait des jeunes qui avaient la vingtaine, ou des quadras qui ont grandi avec le Club Dorothée. Là, on voit arriver toute une nouvelle génération de lecteurs qui ont entre 12 à 18 ans, ainsi que des plus jeunes de 6-8 ans. » . Le manga représente même pour cette très jeune génération l’une des premières entrées dans la lecture.

Les mangas comme nouveau biais d’information ?

Le manga est donc un genre particulièrement apprécié des jeunes lecteurs, à un âge où tout est encore à apprendre. Et le manga est connu pour transmettre certaines valeurs à travers ces histoires. Outre la notion d’amitié, de courage, de surpassement de soi ou encore d’amour, certains mangas peuvent traiter de sujet très sérieux tout en restant ludique à lire.

Nous pouvons donc nous interroger sur la possibilité de transmettre des valeurs environnementales et écologiques aux jeunes générations, via un genre de lecture qu’ils aiment et consomment déjà.

Nausicaä de la Vallée du Vent, Hayao Miyazaki

Hayao Miyazaki est surtout connu pour ses films d’animation japonais, mais il est également mangaka. Son œuvre, Nausicaä de la Vallée du Vent (1982-1994) est son quatrième manga, et le premier qu’il adapte en film d’animation (1984).

L’histoire de Nausicaä se déroule dans un monde où la terre a été ravagée par la pollution humaine et la société industrielle. La planète est alors presque entièrement recouverte d’une forêt au gaz toxique, irrespirable par l’homme. Dans ce monde post-apocalyptique, où l’homme ne peut que survivre en subissant les conséquences des actions des générations précédentes, la guerre, les conflits et la haine continuent pourtant de ronger le cœur humain.
Les différents peuplent ne s’entraident pas, ils sont même capables de réveiller la force monstrueuse (des géants) qui a décimé la terre dans le seul but de s’emparer du plus de puissance possible, afin de faire plier tous les hommes.
Parmi eux pourtant, se trouve Nausicaä, jeune princesse d’une région pacifiste, qui aime la nature malgré sa dangerosité, qui l’étudie, et qui sait encore voir de la beauté au milieu de ce chaos. Elle ne combat pas la nature, elle la protège, et c’est d’ailleurs ce qui la sauve

“C’est beau, mais sans masque, on meurt d’asphyxie dans cette forêt” – Nausicaä

Nausicaä de la Vallée du Vent

Cette histoire à la croisée de la fable, de l’odyssée et de la poésie date des années 80, pourtant elle fait plus qu’écho à notre époque présente. Elle montre des hommes qui n’ont rien appris de leurs erreurs, et plutôt que de former une nation unie, continuent à se battre les uns contre les autres.
Une fiction qui pourrait bien devenir réalité, dans un monde où les intérêts de chaque nation passent avant l’état de l’environnement.
C’est donc un manga intéressant de mise en garde, mais aussi d’espoir, puisque Nausicaä entrevoit la possibilité de sauver le monde. En effet, la forêt n’est finalement pas la responsable du gaz toxique, mais celle qui purge l’air de toute la pollution humaine. La morale semble donc montrer que si l’on n’écoute pas la nature, nous courrons à notre perte.

The Promised Neverland, Kaiu Shirai et Posuka Demizu

Ce manga un peu plus mature s’adressera plutôt aux jeunes collégien.nes et lycéen.nes.
L’intrigue commence dans un orphelinat aux allures idylliques : les enfants reçoivent beaucoup d’amour de leur mère et une éducation irréprochable. Seulement, tout cela n’est qu’une façade pour cacher l’horrible réalité : le monde est en réalité régit par des démons se nourrissant du cerveau humain, qui, plus il est cultivé, meilleur il est. Les enfants se trouvent dans une ferme d’élevage de luxe, destinés à nourrir ces créatures après avoir reçu une éducation telle qu’ils deviennent les mets les plus convoités.
Le parallèle avec notre consommation de viande est sans équivoque, et si certains avaient encore du mal à éprouver de la compassion pour les animaux d’élevage, voir des enfants servir de bétail ne pourra laisser personne insensible.

Ce manga a la force de traiter beaucoup d’aspects de notre mode de consommation de viande :

  • D’abord l’élevage « éthique », que l’on retrouve dans les orphelinats où les enfants reçoivent une éducation et vivent décemment jusqu’à leur « livraison » aux démons. Bien qu’ils soient heureux, il ne vivent pas plus de 12 ans, bien souvent ils sont livrés autour des 8-10 ans. De plus, ils n’ont absolument pas conscience de leur destin, et s’ils se sentent libres, ils ne le sont en réalité pas du tout.
  • Il y a aussi l’élevage intensif, le destin subit par la majorité. Les enfants des fermes intensives n’ont pas d’éducation, ne jouent pas, ne s’amusent pas. Ils reçoivent le stricts minimum qui leur permet de grandir et de survivre. Ils sont dans un état amorphe, entre la vie et la mort. Car les élevages de luxes sont réservés à la noblesse démone, et ceux qui n’ont pas les moyens (encore une fois la majorité) doivent se contenter de viande bon marché.
  • Enfin, il y a la chasse. Certains démons très riches organisent un passe-temps très cruel : ils achètent des enfants, et les chassent dans un temps limité et sur une zone définie. Les enfants attrapés sont tués et dévorés.

Les fermes dites “intensives”.

The Promised Neverland

Alors que les démons ont tout pour être détestés, la mangaka a la prouesse de nous mettre face à nos propres contradictions. Les démons ont un besoin vital de manger des humains, et ils ne font que survivre, exactement comme nous lorsque nous consommons de la viande. Mais il existe tout de même une alternative dans le manga, qui existe aussi dans la réalité.
Ce manga arrive donc bien à nous questionner sur nos actions, et sur les excuses que nous nous donnons tandis qu’il y a toujours une solution.

Conclusion

Il existe encore bien des mangas traitant d’écologie, que ce soit à travers nos modes de vie, les risques de catastrophes naturelles, les scenarii post-apocalyptiques.
Le manga est alors un genre à ne sûrement pas négliger dans sa capacité à transmettre des messages et des valeurs aux générations les plus jeunes, qui seront le plus touchés par le dérèglement climatique. Sur fond d’histoires héroïques, les combats des mangas sont parfois aussi nos combats.

Grasset Cécile – M1 MDLE, parcours édition

Bibliographie

L’édition, une industrie sous le diktat de la nouveauté 

Ralentir le rythme ne ferait peut-être pas de mal aux éditeurs… et à l’environnement aussi ! Pour faire face aux enjeux climatiques, produire moins pour gagner plus pourrait être la solution. 

Ralentir le rythme ne ferait peut-être pas de mal aux éditeurs… et à l’environnement aussi ! Pour faire face aux enjeux climatiques, produire moins pour gagner plus pourrait être la solution. 

Chaque année, des centaines de milliers de livres sont édités et vendus par les nombreuses maisons d’édition en France et dans le monde. Cette production croissante de titres marque le passage du livre comme oeuvre littéraire à un simple objet de consommation qui crée du profit. L’industrie du livre semble prise dans les rouages d’une économie basée sur la nouveauté, c’est-à-dire une économie où l’intérêt du consommateur est continuellement stimulé par de nouveaux produits. 

Dans cette économie de la nouveauté, les maisons d’édition sont incitées à produire toujours plus afin de rester compétitives. En effet, en 2019 c’était 107 143 titres produits dont 44 660 nouveautés, contre 63 052 titres en 2009, dont 38 445 nouveautés (selon les rapports du SNE). Ce phénomène a entraîné un changement dans notre mode de consommation. En effet, en éditant davantage de titres, les lecteurs sont enclins à en acheter toujours plus pour suivre les tendances, et ce, quitte à avoir une pile à lire (PAL) qui s’allonge un peu plus chaque jour. Ces livres ne seront très souvent pas lu dans les mois, voire les années qui suivent leur achat. Un terme japonais existe d’ailleurs pour décrire ce phénomène : c’est le tsundoku. Cela représente le fait d’acheter et d’accumuler des livres sans jamais les lire (source : Huffpost). Ainsi, cette course à la publication s’est totalement imposée dans le monde du livre, entraînant des pénuries de papier et plus généralement des conséquences graves pour l’environnement.

Une course à la publication nocive !

La production, et donc consommation, excessive de livres est problématique pour le livre en tant qu’oeuvre littéraire, mais également pour l’environnement. Acheter des livres pour ne jamais les lire revient à gaspiller les ressources nécessaires à leur production ainsi qu’à émettre des gaz à effet de serre (GES) inutilement. De plus, si l’on se réfère à la théorie du paradoxe du choix, au plus un consommateur a de choix, au plus il aura du mal à choisir et sera insatisfait (Barry Schwartz). Le lecteur va plus facilement porter son choix sur des ouvrages bien marketés. Par conséquent, une grande quantité des livres invendus sont destinés au pilon. Selon une étude de la commission Environnement et Fabrication du SNE, « les tonnages destinés au pilon représentent 13,2% » de la production littéraire, soit « en moyenne 26 300 tonnes de livres par an. » Cette destruction représente des émissions supplémentaire de GES (que ce soit au niveau de la fabrication du livre ou de sa destruction) et est donc néfaste pour l’environnement. 

Pour une décroissance économique ?

Pour pallier ces problèmes environnementaux liés à un rythme de production effréné, il existe une théorie qui semble s’accorder avec les évènements actuels : celle de la décroissance économique. Elle « vise à réduire la production de biens et de services afin de préserver l’environnement » (source : géoconfluences lyon). Ce système économique serait particulièrement bénéfique pour l’environnement au sein de l’industrie du livre. Il permettrait de réduire le nombre d’ouvrages imprimés, entraînant ainsi une diminution des émissions de GES, mais également de mieux faire face à la crise du papier. De plus, moins de livres seraient invendus et donc mis au pilon. En effet, toujours selon le paradoxe du choix, une diminution du nombre de titres rendrait le choix plus limité, donnant ainsi plus de chance à chaque titre d’être vendu. Enfin, les livres auraient également plus de chance d’être réellement lu, et non de servir de simple décoration dans une bibliothèque, ou de prendre la poussière dans la PAL. 

Ainsi, la théorie de la décroissance semble être une approche adéquate de l’économie en ce qui concerne l’industrie du livre. Produire moins permettrait de sauver le livre en tant qu’oeuvre littéraire, tout en protégeant et respectant l’environnement. Cependant, cette démarche demande un réel effort collectif, mais surtout, la nouveauté ne semble pas prête à relâcher son contrôle… 

Emma SAHRAOUI – M1 MDLE

L’importance des derniers kilomètres : comment redonner de l’air à nos centres-villes ?

En France, beaucoup de municipalités choisissent de plus en plus d’interdire leur centre-ville aux véhicules polluants ou de limiter leur circulation. Il se trouve que les camions de livraison sont parmi les plus pollueurs.
En effet, on estime que les livraisons (toutes marchandises confondues) représentent 25% des déplacements carbonés dans les centres-villes, et 30% des émissions de gaz à effets de serre.
Quelles solutions peut-on envisager pour diminuer cette pollution ?

Intéressons-nous au fonctionnement des livraisons dans l’industrie du livre. Les entrepôts des plus grands distributeurs (Hachette Livre, Interforum, Sodis…) sont exclusivement situés en région parisienne. Si la librairie est en région parisienne, les livraisons se font directement du distributeur au point de vente. Si elle est en province, les commandes passent par la plateforme PRISME (située aussi en région parisienne) avant d’arriver en librairie. Il y a donc beaucoup de flux, beaucoup de kilomètres parcourus.

Agir sur les véhicules

Le problème majeur est la pollution que génèrent ces véhicules. Plusieurs solutions sont envisagées pour y remédier et certaines sont même déjà en place. En région parisienne, la livraison de nuit se généralise peu à peu. (label CERTIBRUIT) Elle permet la décongestion du trafic et la baisse des émissions de Gaz à Effet de Serre. On remplace aussi petit à petit les camions diesel par des véhicules électriques ou fonctionnant au Gaz Naturel, moins énergivore que le carburant. Le développement de la cyclo logistique (vélo cargo, triporteur, bi porteur…) est une alternative encore plus intéressante. En effet, si on prend l’exemple du vélo cargo, il a un bilan carbone de 0 (ou très faible en cas d’assistance électrique), il peut transporter de grosses charges (plusieurs centaines de kg pour certains), il est facilement maniable et circule aisément en ville. On évoque aussi la possibilité d’utiliser des tram frets qui seraient dédiés exclusivement aux livraisons et pourraient donc transporter des charges beaucoup plus lourdes.

Réduire les kilomètres

On peut agir directement sur le nombre de kilomètres parcourus. Se pose notamment la question de relocaliser les grands entrepôts des distributeurs. Si on décide d’implanter des entrepôts dans chaque grande région française, on permet de raccourcir les trajets et de dynamiser l’emploi au sein des régions en mettant fin au monopole de la région parisienne sur le secteur de la distribution. En élargissant cette relocalisation aux autres secteurs commerciaux, on peut développer la mutualisation des flux et donc un remplissage optimal des camions.


Changer nos habitudes

Enfin, il semble essentiel de se questionner sur nos habitudes de consommation : ces dernières années le recours au e-commerce a explosé et nous avons pris l’habitude d’être livré en 24 ou 48h. Le monde du livre n’y a pas échappé et ce sont les grandes entreprises qui en ont profité. Ne sommes-nous pas capables d’une forme de résilience qui profiterait à la planète, aux libraires, et à nous-mêmes ? Réapprendre à savourer le goût de l’attente d’un livre commandé, ou le goût de la surprise provoquée par la lecture d’un livre inconnu conseillé par le libraire. Des choses simples mais trop souvent oubliées dans notre société…

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search