Le lieu d’impression du livre est-il important aux yeux des lecteurs ?

Dans le cadre du projet « Décarboner le livre », les étudiants en première année de Master Métiers du livre et de l’édition de l’Université Grenoble-Alpes ont mis en place un sondage dans plusieurs librairies grenobloises, afin d’analyser les habitudes et les pratiques des clients en librairie.

Les étudiants avaient pour objectif de faire remplir un questionnaire à choix multiples aux clients volontaires pour participer à l’enquête.

L’une des librairies ayant accepté de participer au sondage était la librairie Momie Mangas de Grenoble, une librairie spécialisée dans les mangas (comme son nom l’indique).

Quarante-trois personnes ont accepté de participer au sondage.

L’une des catégories de questions concernait le lieu d’impression des livres. La quasi-totalité des personnes interrogées ont été surprises par ces questions.

Tout d’abord, il faut savoir qu’aujourd’hui, la grande majorité des livres vendus en France ne sont plus imprimés en Asie, mais en Europe – plus particulièrement en Italie. Et cela est d’autant plus vrai en ce qui concerne les mangas.

La première question avait pour but de savoir si les clients étaient attentifs au lieu d’impression du livre (qui est généralement indiqué à la fin). Sur les quarante-trois clients interrogés, seulement 14% (6 sur 43) ont déclarés être attentifs au lieu d’impression ; les 86 % restants (37 sur 43) déclarent quant à eux ne pas le regarder.

Nous avons ensuite posé la question « Est-ce que cela fait partie de vos critères dans le choix d’un livre ? » aux personnes se déclarant attentives au lieu d’impression. Sur les six personnes concernées, cinq (83.3%) ont déclaré que cela ne changeait absolument rien pour eux et qu’ils achèteraient le livre de toute façon ; et une seule personne (16.7%) a déclaré que le lieu d’impression faisait systématiquement partie de ses critères d’achat.

Il faut savoir que les clients ont ensuite déclaré ne pas regarder le lieu d’impression du livre qu’ils achètent, non pas parce que cela ne les intéressait pas, mais tout simplement parce qu’ils n’y pensaient pas.

Lorsque nous avons posé les questions sur le lieu l’impression des livres, nous avons pu constater que les clients avaient souvent tendance à culpabiliser, parce qu’ils pensaient avoir commis une faute – ce qui n’était pourtant pas le cas.

Plusieurs clients interrogés ont ensuite dit aux étudiants qu’à l’avenir, ils penseraient plus souvent à regarder le lieu d’impression, mais sans forcément que cela ait un impact sur leur choix d’acheter le livre ou non.

Beaucoup de personnes se sont aussi montrées intéressées par le projet mené par les étudiants et ont demandé davantage de renseignements.

Après cette expérience, je pense qu’il serait très intéressant de sensibiliser les lecteurs, de les informer que lieu d’impression est un élément important pour le projet de décarbonation du livre.

Yléana FARCY, étudiante en première année de Master Métiers du Livre et de l’Édition à l’Université Grenoble-Alpes.

Sources :

Résultats du sondage à Momie Mangas : https://s8hqlq09uhw.typeform.com/report/khc0vsJz/FePcmiovQzX0lRhM

« Glénat passe à un nouveau papier », GraphiLine, 17-11-2016 : https://www.graphiline.com/article/24426/glenat-passe-a-un-nouveau-papier#:~:text=Pr%C3%A8s%20de%208%20millions%20de,production%20est%20imprim%C3%A9e%20en%20Italie.

L’engagement des libraires face à la surproduction littéraire

L’Association pour l’écologie du livre, avec le soutien de libraires, entreprend une démarche de recherche-action autour du flux de nouveautés pour réorganiser le temps de travail des libraires et limiter le mode de reproduction de masse qui a un coût environnemental élevé.

Une surpoduction littéraire

Depuis plus de vingt ans, la chaîne du livre en France a connu une forte croissance des flux de nouveautés de livres. Le nombre de titres édités est passé de 81 268 en 2011 selon les chiffres ministère de la Culture, à 111 503 en 2022 (chiffres  du SNE, Syndicat National de l’Edition), ce qui représente une hausse de 37 % en une dizaine d’années. Ainsi, on a pu observer une émergence de l’uniformisation de la culture et plus particulièrement de la création littéraire avec des reproductions de best-sellers qui encombrent de plus en plus les étals des libraires. Cette puissante accélération a un coût écologique, économique et humain. L’utilisation de ressources papier, d’eau et de pétrole, augmente, et la tension que crée ce rythme de production effréné affaiblit aussi les économies des différents métiers. La vitesse est telle que les acteurs et actrices du livre ont de moins en moins de temps pour accomplir leur travail comme ils le voudraient.  

Qu’est ce que « la trêve des nouveautés » ?

Depuis 2019, l’Association pour l’écologie du livre réunit une cinquantaine de représentants et  représentantes du secteur du livre pour partager des réflexions collectives sur les modes de fonctionnement et les pratiques de tous les maillons de la chaîne du livre. Leur approche est d’allier l’expérimentation à la collecte des résultats afin de produire de l’information et de la réflexion sur un sujet donné.

L’association a annoncé la mise en place du dispositif de recherche-action Trêves de nouveautés pour les libraires qui aura lieu de janvier à juin 2024. Les libraires prennent l’initiative de prendre des pauses dans le travail des offices avec les diffuseurs, c’est-à-dire faire une pause sur l’achat des nouveautés à paraître.  La trêve ne signifie pas que les libraires doivent boycotter certains livres, mais en refusant, même temporairement, d’acheter de nouveaux titres, l’idée est de consacrer plus de temps pour mettre en valeur et exposer les livres déjà présents dans les rayons des librairies. De plus, en réduisant le temps de travail très chronophage avec les représentants de diffusion sur des bons de commandes, les libraires pourront bénéficier de plus de temps pour sensibiliser leurs clients sur les enjeux écologiques de la production littéraire, sur les délais de livraisons mais aussi sur l’écosystème du livre en général. 

Le préjudice des retours

L’initiative de l’Association pour l’écologie du livre fait échos à un questionnement de plus en plus présent auprès des libraires : les retours des livres invendus aux diffuseurs. En effet, le taux de retour observé en librairie est élevé, autour de 18 % en 2022 selon une étude du Syndicat de la librairie française. La question des retours est devenue une préoccupation majeure des libraires, notamment parce que plus le taux de retour est important, plus le chiffre d’affaires du magasin a tendance à diminuer. Établis autrefois pour permettre aux libraires de prendre des risques en achetant des titres d’auteurs peu connus, les retours sont aujourd’hui discutés car ils représentent un temps considérable pour les libraires, et de grandes manipulations de cartons qui arrivent et repartent sans arrêt. 

Par ailleurs, les retours représentent un coût important pour l’environnement : « avec un taux de retour de 20 %, ce sont environ 6700  livres retournés, 135 cartons de retours, 3900 livres pilonnés et 6,7 tonnes d’équivalent CO2 » qui en découlent, d’après l’organisation professionnelle du SNL. 

En temporisant les achats de nouveautés, les libraires auraient ainsi plus de temps pour mieux  connaître les livres de fond, mieux les exposer et ainsi mieux les vendre. Les taux de retours en seraient ainsi réduits, limitant les dégâts économiques et écologiques qu’ils représentent. Par ailleurs, cette trêve de nouveautés permettrait d’accorder une plus grande place à des titres de niche ou à des catalogues de petites maisons d’édition qui sont régulièrement noyées dans la production de masse des grands  groupes éditoriaux, et ainsi favoriser davantage la bibliodiversité. 

Cette nouvelle manière de penser le métier de libraire permet à la fois d’améliorer leur condition de travail, l’économie des librairies mais aussi et surtout l’impact carbone de celles-ci, avec des livres vendus et non retournés. 

Les libraires ne sont pas les seuls à agir contre la surproduction littéraire, la maison d’édition Le Tripode a aussi décidé de faire une « trêve littéraire » en ne publiant aucune nouveauté en janvier 2024. Ces initiatives sont la preuve d’une prise de conscience des professionnels de l’écosystème du livre sur l’impact environnemental et social du système éditorial traditionnel. L’enjeu des différentes entreprises comme celles-ci est de tenter de bâtir une chaîne du livre écoresponsable adaptée à une société qui se veut plus écologique, par le biais d’innovations collectives et soutenables.

DE FRANCESCO Tina – M1 MDLE

Sources :

« Écologie : face à la surproduction en librairie, trêves de plaisanteries ». (2023, 6 décembre). ActuaLitté. https://actualitte.com/article/114611/librairie/ecologie-face-a-la-surproduction-en-librairie-treves-de-plaisanteries

Le Livre est-il écologique ?, Association pour l’écologie du livre (Wildproject), 2019, pp-89-90

La « trêve littéraire » des éditions Le Tripode

Le Tripode, maison d’édition fondée et dirigée par Frédéric Martin, ancien éditeur chez Viviane Hamy et fraîchement nommé au conseil d’administration de la bibliothèque public d’information, a annoncé par le biais de ses réseaux sociaux la décision de procéder à « une trêve littéraire ».

Publication Instagram de la maison d’édition Le Tripode 31/08/23

La structure parisienne, crée il y a un peu plus de 10 ans, a choisi de repousser les sorties de janvier 2024 aux mois de février et mars. Fait rare pour une maison de ce standing, présentant des chiffres de ventes importants et un catalogue prestigieux, cette initiative semble mêler volonté d’éviter une surchauffe des équipes et prise de conscience des impacts de la production éditoriale sur l’environnement et les conditions de travail des acteurs du livre. Qu’est ce qui a motivé cette initiative ? S’agit-il d’une « innovation de rupture » comme certains semblent la considérer ? Cette trêve s’inscrit-elle dans un mouvement plus vaste de reconsidération des usages industriels liés au livre ?

Une industrie en surchauffe

La logique de surproduction centrée autour de la nouveauté est une pratique assumée de l’industrie du livre. Pour les éditeurs, multiplier les publications permet d’éparpiller le risque d’échec et de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. L’importance des tirages dans une dynamique de stock, et non de flux, liée au besoin de réduire les coûts à l’impression et de prendre de la place sur les tables des libraires est un autre usage répandu de ce secteur. Comme celui du cinéma ou de la musique, le monde du livre répond depuis l’après-guerre à une logique industrielle ou le système du plébiscite prime. La légitimation de marché (promotion d’un livre en exposant, ou en feignant son succès) est l’outil de marketing principal des producteurs. Paradoxalement, pour vendre un livre, il faut montrer qu’il se vend, et ainsi le distribuer partout. De ce fait, chaque année, plus de livres sont produits que consommée, et une bonne part des nouveautés, environ 60 millions d’ouvrages par an, finissent au pilon (les livres non vendus sont pour la plupart détruit et recyclé en papier toilettes et en carton qui vont servir… à transporter des livres). Des statistiques facilement accessibles sur le site du SNE (syndicat national de l’édition) permettent de se rendre compte de l’ampleur du gâchis. En 2022, 536,9 millions de livres étaient fabriqués et imprimés, et seulement 448,5 millions vendus. Malgré une baisse du nombre de livre produit comparée à une année 2021 hors norme en termes de consommation (486,1 millions d’unités vendues) et de production (554 millions d’exemplaires imprimés), les chiffres de 2022 sont en augmentation par rapport à 2019 (435,1 et 516,8) considérée par les professionnels du secteur comme la dernière année normale pré-pandémie. En 2018 et en 2019, plus de 28 000 tonnes de livres étaient pilonnés pour être recyclé, c’est à dire à peu près 14% de la production totale des ouvrages sur chacune des deux années. Une simple visite sur le site internet de grandes maisons d’éditions généraliste permet de se rendre compte de ces logiques de production jusqu’à l’épuisement. Grasset prévoit par exemple la sortie de 27 titres le mois prochain (nouveautés et réimpressions). Chez Gallimard, c’est 92 ouvrages qui verront le jour sur la seule période du mois de janvier 2024. Ainsi, en 2022, plus de 111 000 titres (nouveauté ou réimpression) ont été édités. C’est dans ce contexte que des maisons indépendantes, plus modestes et plus au fait, peut-être, des réalités du terrain, font preuve d’initiatives afin d’enrayer la machine.

Un geste en rupture

C’est par le biais d’un post Instagram que Le Tripode a annoncé sa volonté de ne pas publier de livre en janvier 2024, mois qui représente la deuxième rentrée littéraire de l’année après celle de la fin d’été. Dans une sorte de cri du cœur, la maison indique s’interroger « sur le rythme de [leurs] métiers, autrement dit le risque de surchauffe ». Contactée par mail, Aglaé de Chalus, responsable des relations médias au sein de la structure, nous a précisé les raisons d’une décision mûrement réfléchie. En premier lieu, il s’agit d’une attention portée au bien-être des libraires qui sont confrontés chaque année entre juillet et janvier à une arrivée quasi quotidienne et permanente de cartons de nouveautés. La période de janvier qui conclut ce marathon est « souvent peu appréciée » par ces derniers. L’idée est de les soulager en repoussant les publications à février et mars, périodes plus calmes. L’éditrice nous assure cependant qu’il n’existe « pas de burnout ni d’épuisement » au sein de son équipe, mais plutôt une envie de « s’offrir [du] temps pour accompagner au mieux les succès passés et les nouveautés à paraître en 2024 ». Au-delà de l’allègement de la charge des libraires, faire une pause des publications serait alors un moyen de s’organiser autrement et plus librement pour « faire les choses le mieux possible ». L’éditrice constate ainsi l’accélération des rythmes de publications et « une production de livres qui n’en finit pas de grossir ». Dans ce contexte, l’annonce des éditions Le Tripode représente une rupture avec l’industrie du livre, ses usages traditionnels, et sa quête de croissance permanente. Il paraît cependant nécessaire de mettre en perspective cette initiative avec le succès commercial de la maison et sa bonne santé financière. Aglaé De Chalus parle ainsi « d’une année [2023] exceptionnelle à tous point de vue » marqué par des succès critiques et commerciaux important, notamment l’ouvrage Attaquer la terre et le soleil de Mathieu Belezi, récompensé par le prix du livre Inter et objet d’un important succès en librairie. Le risque financier d’une telle trêve est ainsi « mesuré » et considéré par l’entreprise comme « minime comparé au temps gagné » et au renforcement de liens déjà étroits avec les libraires, premiers bénéficiaires de cette initiative. La question se pose alors quant à la faisabilité d’une telle entreprise de la part d’une maison d’édition aux finances plus modestes.

Quelques exemples de titres publiés aux éditions Le Tripode

« Reprendre la main »

Attention portée aux conditions de travail des libraires et à un meilleur accompagnement des auteurs, volonté de s’éloigner de l’engrenage toxique de la dépendance aux nouveautés et de l’accélération de la production éditoriale, amélioration et ré-humanisation de la relation libraire-éditeur : la trêve littéraire des éditions Le Tripode correspond bien à un geste politique en rupture avec le fonctionnement de l’industrie du livre. Pour autant, loin d’eux l’idée de changer les choses en profondeurs avec une simple annonce, Aglaé De Chalus précise ainsi qu’il s’agit d’un succès si l’initiative « fait réfléchir et fait parler » et affirme avoir reçu « un raz-de-marée de messages, […] tous très encourageants et positifs ». Dans un même mouvement, l’association pour l’écologie du livre appelle les libraires à opérer à une trêve des nouveautés dans un processus de recherche-action à mener entre les mois de janvier et juin 2024. Cette initiative vise à « reprendre la main sur l’offre de nos librairies dites indépendantes » et à « entamer un dialogue constructif sur ces questions de décélérations entre les différents acteurs et actrices du livre ». Ces innovations, semblables dans leur remise en question du fonctionnement d’une industrie en retard sur sa transition écologique, le sont également par l’indépendance des acteurs qui les mettent en place. Reste donc à convaincre les autres, grands groupes industriels et consommateurs en tête. Mais Aglaé de Chalus en est convaincu, « nous sommes sur la bonne voie ».

Zacharie COCO-MANTOVANI – M1 MDLE Parcours édition

Sources et liens externes :

Le livre d’occasion, un marché émergent

            En France, le marché du livre et de l’édition est en pleine mutation avec l’émergence du numérique. Cependant, les publications de livres papier ne semblent pas diminuer. La surproduction perdure et favorise le nombre de livres détruits. Mais que peut faire un lecteur pour ne pas encourager cette pratique ? En étant en bout de la chaine du livre, c’est lui qui décide comment il consomme. En cela, il peut se tourner vers une solution proposée par de plus en plus de structures : le livre d’occasion.

Le livre d’occasion, un enjeu économique grandissant

            Dans un marché où le prix du livre neuf de cesse d’augmenter, le lecteur doit trouver des solutions pour contourner cette difficulté. Le livre d’occasion peut être une solution car son prix n’est pas assujetti à la loi Lang de 1981 relative au prix du livre, imposant un prix unique en France. Ainsi, le lecteur peut trouver son compte dans ces prix réduits. Il s’agit là d’un livre ayant déjà été acheté et ayant déjà vécu auprès d’un particulier. C’est un réel enjeu également pour les professionnels dans la mesure où le prix est attractif et attire de nouveaux clients. Le prix étant réduit, le potentiel futur lecteur aura moins de mal à passer l’étape de l’achat et sera moins critique vis-à-vis du livre, car il n’aura pas payé de tarif d’un livre neuf.

Acheter un livre d’occasion, c’est lui donner une seconde vie

            Acheter un livre d’occasion, ce n’est pas seulement bénéficier d’un tarif réduit, mais surtout faire vivre un objet qui aurait pu être détruit s’il n’avait pas été revendu. Tout le monde est gagnant dans l’équation, puisque le vendeur, que ce soit un particulier ou un professionnel, crée du bénéfice dans cette vente, et l’acheteur l’obtient moins cher et permet la réutilisation d’un livre. Le livre lui aussi garde la vie sauve, passant de main en main. Cette solution du livre de seconde main est un enjeu écologique essentiel. En plus d’allonger la durée de vie d’un livre, il peut, dans une certaine mesure, inciter les éditeurs à réduire le rythme élevé de publication. Hypothétiquement, si cette mesure était effective, elle permettrait de diminuer le taux de retour effectué par les libraires. Il en découlerait également une forte réduction du coût du transport, qui occupe une part importante dans le budget d’une librairie, mais aussi une baisse des livres destinés au pilon : c’est « près de 165 000 livres neufs détruits chaque jour », selon les chiffres du SNE (Syndicat National de l’Édition), de 2021.

Une multiplication des acteurs de la vente en ligne

            On sait que les librairies indépendantes et les grandes chaînes comme Amazon, Cultura ou encore la Fnac proposent principalement des livres neufs, mais désormais aussi des livres d’occasion. Ces grandes enseignes veulent se faire une place dans un marché en plein essor. Or, ils ne sont pas les seuls puisque des sites spécialisés sur l’offre d’occasion en ligne sont déjà bien installés tels Ebay, Leboncoin, Decitre et Gibert. Mais, avec la démocratisation du numérique, de nombreux nouveaux acteurs émergent et se développent rapidement tels La bourse aux livres, Momox ou Vinted. La multiplication de ces sites de ventes d’occasion prouve qu’il y a une forte demande des lecteurs. En France, « 53% des acheteurs de livres achètent de l’occasion » (Secteur du livre).

L’occasion, une solution durable ?

            Au final, le marché du livre d’occasion répond à de nombreux enjeux, qu’ils soient économiques ou écologiques. Mais, est-ce vraiment une solution pérenne ? C’est le lecteur seul qui décide de faire cette démarche pour soutenir le livre de seconde main et ne pas consommer de livres neufs quand d’autres exemplaires sont déjà disponibles. La question principale va plus s’orienter vers les acteurs de la chaine du livre. Des solutions existent déjà et proposent de réduire la production de masse et mettre en place des « éco-gestes et des mesures de diminution des émissions basées sur les économies d’énergie » (The Shift Project). En cela, si ces mesures sont mises en place, elles pourraient diminuer considérablement les risques environnementaux et favoriser le développement durable dans le secteur du livre.

FOUQUE Clément – M1 MDLE (IDB)

Sources

The Shift Project, Décarbonons la culture !, 2021

CHABAULT Vincent, La cote internet contre le savoir-faire. La formation des prix sur le marché du livre d’occasion, 2019, p.359-375

TALBOT Louie, Vincent Chabault, Le Livre d’occasion. Sociologie d’un commerce en transition, 2023, p.499-502

Secteur du livre, Le marché du livre ancien et d’occasion en  2023, Expodif.fr, 2023

Loi n° 81-766 du 10 août 1981 relative au prix du livre

Vers un développement des grandes chaînes et enseignes dans la vente de livres d’occasion

Ce n’est pas un secret, les ventes de livres sont plus que jamais dominées, au détriment des librairies indépendantes, par les grandes chaînes et enseignes comme Cultura, Fnac, Amazon, Decitre ou encore Momox. Leur point commun ? Toutes proposent de la vente de livres d’occasion en ligne ou en points de vente. Néanmoins, étant donné que ces grandes enseignes désormais maîtresses du marché du livre ont été conçues en premier lieux dans un but purement profitable, nous pouvons alors nous demander pour quelles raisons ont-elles décidé de se tourner vers le marché de l’occasion ?

L’importance du livre malgré son prix en hausse

Le livre, base de sources à la culture, est le symbole d’un bien commun. De ce fait, malgré l’ascension du numérique et de la hausse de son prix due aux coûts du papier, de l’énergie et du transport, le livre reste un besoin social, bien que soumis à des changements sociétaux. L’industrialisation de la culture avec sa surproduction et sa consommation de masse mise en place par les grandes chaînes de production et de vente a contraint les lecteurs à revoir leur pratiques d’achat et de consommation du livre. Ainsi, de plus en plus de lecteurs se tournent vers le livre d’occasion. En effet celui-ci, bien que implanté depuis des décennies comme chez Gibert « le leader de l’occasion depuis 1886 », tend à se développer, notamment en ligne, afin de pouvoir satisfaire une demande grandissante.

La responsabilité écologique de tout-un chacun

Cependant, bien que l’intérêt du marché de l’occasion soit associé à l’économie, il correspond également à un réel engagement écologique de la part des lecteurs et des grandes enseignes. En effet, les lecteurs prennent conscience de l’impact de l’industrie du livre sur le plan environnemental, notamment par les problèmes du pilon et de la surproduction. Consommer différemment n’est alors pas seulement une décision économique, mais écologique, dont la dimension est à la fois individuelle et collective. La chaîne du livre doit devenir durable pour perdurer au vue du réchauffement climatique aussi généré par son industrie polluante. En se tournant alors davantage vers le livre d’occasion, les lecteurs « obligent » les grandes enseignes ayant le plus d’impact à se tourner eux aussi vers ce marché non nouveau mais qu’il devient nécessaire de développer. En effet si l’on prend l’exemple de Cultura, l’enseigne encourage le « recyclage de livres » en proposant aux lecteurs de les déposer dans un kiosque à l’entrée du magasin pour soit s’en débarrasser gratuitement ou bien en échange d’une carte cadeau. C’est une action à la fois écologique et économique. La chaîne de librairies Decitre se tourne aussi peu à peu vers le marché de l’occasion. En effet, avec deux collègues, nous avons effectué un sondage concernant les « pratiques éco-responsables en librairie » et nous avons eu la surprise de constater un réel engagement de leur part. Decitre propose de plus en plus de livres d’occasion à l’entrée de magasins et sur leur site internet. Nous pouvons donc espérer en retrouver davantage directement au sein du magasin dans le futur si la demande des lecteurs continue d’accroître. Ces deux exemples démontrent également que cette stratégie écologique et économique permet d’approcher de nouveaux clients tout en gardant la clientèle déjà fidèle. Aussi, les lecteurs venant se débarrasser de leurs livres en achèteront sans doute d’autres sur place pour les remplacer. Cependant, l’enseigne qui a eu le plus d’impact ces dernières années sur le marché de l’occasion reste la Fnac. En effet, bien que déjà réputée pour miser sur ce marché, son partenariat avec Emmaüs et La Bourse Aux Livres pour que les lecteurs qui souhaitent revendre leurs livres obtiennent rapidement une estimations suivie d’une solution de vente en magasin ou par internet a permis en 2020 la revente de 350 000 ouvrages par des particuliers en France. Lorsque les livres sont vendus, la somme est reversée sous 7 jours avec un cadeau de 3 euros par carton. Ainsi, la Fnac encourage à la revente et engendre par cette politique un réel impact économique, social, solidaire et environnemental. On prouve la possibilité et les avantages d’une consommation plus responsable tout en permettant à chacun l’accès à un service de qualité.

L’occasion, un enjeu capitaliste ?

Ainsi, il semblerait que l’intérêt nouveau porté par les grandes enseignes pour le marché de l’occasion répond d’abord à des besoins sociaux, économiques et écologiques. Le principal objectif de ces acteurs est de satisfaire une demande. Pour se faire, les conditions actuelles du marché et de la société doivent être toutes deux prises en compte. Il semble désormais nécessaire pour toutes grandes enseignes souhaitant accroître leur chiffre d’affaires d’afficher un attrait pour le marché du livre d’occasion, celui-ci représentant 12 % du marché total de l’occasion en France en 2020, soit 888 millions d’euros. Seulement, l’occasion, autrefois perçue comme un mode de consommation secondaire intègre désormais le « capitalisme de plateforme ». Loin de proposer un modèle alternatif désintéressé, ces organisations ont des pratiques de vente qui apparaissent en contradiction avec leurs soi-disant engagements environnementaux, privilégiant en réalité la rentabilité économique.

Au final, une stratégie visionnaire en tout point

Finalement, le soutiens non désintéressé car répondant à la demande des lecteurs, mais tout de même croissant de la part d’acteurs aussi importants que Amazon, Fnac, Cultura, Decitre, ou Momox pour le marché du livre d’occasion malgré une construction initiale tendant vers une politique essentiellement économique, permet de se tourner de plus en plus vers une industrie et consommation du livre durable. Par conséquent, l’association des avantages économiques et écologiques pourrait considérablement diminuer les dangers environnementaux produits par l’industrie du livre. Il s’agit d’une innovation incrémentale qui maintient une certaine continuité avec un mode de vente déjà existant, mais amélioré dans le but d’un futur meilleur. Ainsi, ces stratégies visionnaires auront de grandes chances de s’inscrire dans la durée de l’industrie du livre et de profiter à tous.

PRAINITO Charline, M1 MDLE, parcours édition

Les gestes verts des librairies grenobloises

Réduire son empreinte écologique est un sujet très actuel qui touche chacun de nous. Il s’agit également d’un enjeu important pour tout secteur d’entreprise comme par exemple le secteur du livre. Le cycle du livre dans sa totalité possède un impact non négligeable sur la pollution et sur l’utilisation de ressources comme le papier, de même que l’encre qui sont très polluantes. Afin d’arriver à une industrie plus verte, chaque acteur se doit de faire des efforts aussi bien directement mais aussi passer par la sensibilisation du public. Les acteurs les plus proches du consommateur sont les librairies et c’est donc majoritairement par elles que passe une certaine sensibilisation écologique pour le public. 

Grenoble, élue capitale verte européenne 2022, est une ville pionnière sur la question de l’écologie notamment dans le secteur littéraire et cela s’observe à travers ses nombreuses librairies et les actions qu’elles peuvent mener. Les librairies se revendiquant écoresponsables s’y multiplient et mettent en place des actions pour limiter leur empreinte carbone. Certaines librairies, comme le Luna café-librairie arborent fièrement la mention “éco-responsable” écrite sur la vitrine, transformant ainsi leur statut en un véritable argument de vente. Dans un contexte où la sensibilité environnementale gagne en importance chez les consommateurs, cette reconnaissance contribue à la fidélisation d’une clientèle de plus en plus soucieuse des enjeux écologiques. 

Le circuit court à Grenoble et la sensibilisation à la cause écologique

Lors d’une escale dans une librairie Grenobloise, vous aurez de fortes chances d’y retrouver plusieurs initiatives écologiques mises en place par ses établissements. Mettant en avant la philosophie du circuit court,  du local. Des librairies tel que Les Modernes mettent un point d’honneur à promouvoir activement des auteurs locaux ainsi que des maisons d’éditions indépendantes. C’est la devise de cette librairie qui va d’autant plus loin en installant une galerie d’art d’artistes locaux à l’étage supérieur soulignant ainsi l’importance accordée à la visibilité des acteurs indépendants.  L’engagement en faveur du local et du circuit court est d’une importance cruciale, puisqu’il contribue à réduire les émissions carbones liées aux transports et aux voyages des livres. Cela limite en effet la distance entre la production, la distribution et la consommation des livres tout en soutenant l’économie locale et ces librairies participent alors activement à la construction d’une économie du livre plus durable. Au-delà de la vente de livres, plusieurs librairies endossent également une fonction éducative en mettant en avant des sections entières dédiées à la cause écologique. Ce qui va de pair avec la sensibilisation de son public par diverses initiatives tels que des événements ou la vente de produits locaux comme des “pochettes à livre” comme on peut en retrouver à la librairie La Nouvelle Dérive.

Le livre d’occasion : un réel impact positif 

La sensibilisation ne s’arrête pas à la vente de livres à thématique écologique, plusieurs librairies grenobloises ont établies un système de vente de livres d’occasion. C’est le cas des librairies Momies (manga et bande-dessiné) ou encore de Gibert-Joseph, leaders du marché livre neuf et d’occasion. Selon les données récentes, plus d’un livre sur cinq se vend d’occasion en France. La popularité croissante du livre d’occasion est confirmée par une étude SOFINCO, indiquant que 43% des français ont profité du marché du livre d’occasion en 2012. De plus, les études économiques Xerfi parue en 2015 montrent que la France est le pays d’Europe où la pratique de l’achat d’occasion progresse le plus vite.  La vente de livres d’occasion offre une alternative plus durable en limitant la demande de nouveaux livres, en économisant des ressources, en réduisant les déchets, et en contribuant à une économie circulaire.

Un papier recyclé et une impression française

Une idée qui ressort souvent quand nous pensons à écologie et librairie est la production de livres écoresponsables. A l’échelle d’une librairie, cela implique de privilégier différents labels ou de faire attention au lieu d’impression. Le papier étant l’une des industries les plus polluantes et sa consommation s’étant multiplié par dix en France, de plus en plus de mentions sont mises en place quant à la qualité du papier. Le plus récurrent est le label FSC. C’est un label, présent sur bon nombre d’ouvrages,  qui promeut une gestion responsable des forêts et ainsi une meilleure maîtrise de la production de papier. Le système de certification forestière s’accompagne de 3 labels distincts : FSC 100%, FSC Recyclé et celui qui concerne directement l’industrie du livre le FSC Mixte. Grâce à l’utilisation de ces labels, cela permet aux librairies de mieux contrôler la sélection de livres qu’elles proposent. 

Ces labels peuvent aussi s’accompagner d’un contrôle du lieu d’impression. Aujourd’hui l’imprimerie est de plus en plus relocalisée en France, ainsi la proximité revient à l’honneur et le choix de livres imprimés en France est bien plus conséquent, il est donc plus aisé pour les librairies de faire le choix de l’impression locale. Selon Pascal Lenoir, président de la commission Environnement et Fabrication du SNE  “70 % des livres sont imprimés en France, pour les romans, d’après l’étude de la DGE et de l’UNIIC”. Le choix de livres imprimés en France pour les romans est donc conséquent. Cependant, des efforts restent à faire concernant les livres pour enfants qui sont encore imprimés en Asie par manque de main d’œuvre française.

Que retenir ? 

Les librairies grenobloises se démarquent par leurs initiatives écologiques notables, visant à réduire l’empreinte carbone du secteur du livre. En favorisant le papier recyclé, en privilégiant l’impression française, en encourageant le circuit court et en mettant en avant des auteurs locaux, ces établissements contribuent activement à façonner une économie du livre plus durable. Des actions concrètes, telles que la livraison à vélo, l’extinction des lumières nocturnes et la promotion de la vente de livres d’occasion, témoignent de leur engagement authentique en faveur de l’éco-responsabilité, dépassant ainsi les attentes traditionnelles du simple commerce de livres. Dans un contexte où la conscience environnementale des consommateurs prend de l’ampleur, cette démarche vise à fidéliser une clientèle de plus en plus soucieuse des enjeux écologiques. 

Annouck Belaid, Juliette Loriot, M1 Métiers du Livre et de l’Édition

SOURCES

CHARTIER, François. “Pour le papier recyclé.” (2006).

CONSEIL, Intendance forestière. Forest Stewardship Council – À propos du FSC. Critères et indicateurs malaisiens pour la certification de la gestion forestière (MC&I 2011) (Kuala Lumpur, 2011) p , 2007, vol. 50. 

OURY Antoine, environnement : “70 % des romans sont imprimés en France”, 2017. ActuaLitté.com. [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://actualitte.com/article/22045/interviews/l-edition-et-l-environnement-70-des-romans-sont-imprimes-en-france#:~:text=Pascal%20Lenoir%20%3A%2070%20%25%20des%20livres,d%C3%A8s%20que%20cela%20est%20possible 

GARCIA Trevor | DCB25 | Mémoire d’étude – Le livre d’occasion | janvier 2017, URL : https://core.ac.uk/download/pdf/83607071.pdf   

BESSARD-BANQUY Olivier, « Recyclage, transmission, don et contre-don. Le livre et ses nouvelles vies d’occasion », Communication & langages, 2021/1 (N° 207), p. 109-128. DOI : 10.3917/comla1.207.0109. URL : https://www-cairn-info.sid2nomade-2.grenet.fr/revue-communication-et-langages-2021-1-page-109.htm 

TAVERNIER Julien, KING Lisa, KACPRZAK Juliette, VALLAUR Daniel, « Rapport vers une économie plus circulaire das le livre », WWF rapport, 2019 URL : https://www.wwf.fr/sites/default/files/doc-2019-12/20191125_Rapport_Vers-une-economie-plus-circulaire-dans-le-livre_WWF_min.pdf

La politique de retours : Une aberration écologique

 Dans une industrie qui présente toujours plus de livres chaque année, on peut se demander comment font les librairies pour effectuer leur sélection de titres. La proposition exponentielle d’ouvrage augmente drastiquement les risques pour un libraire de se tromper et de manquer les intérêts de son public. Mais que faire, en cas d’erreur, de son stock d’invendus ?  

Une pratique commune à toutes les librairies quelle que soit leur taille est la politique de retour. Il s’agit d’un point essentiel dans l’activité d’une librairie. Mais derrière des apparences séduisantes sur le plan économique, on trouve également un enjeu écologique préoccupant. 

Lors de sa création, la politique des retour est perçue comme avantageuse pour l’économie d’une librairie. Cela permet des prises de risques pour diversifier la proposition littéraire sans crainte que cela encombre l’espace si les espérances de ventes ne sont pas atteintes. De plus, renvoyer les livres invendus permet de gagner de la place pour les titres qui se vendent le mieux. Le consommateur y trouve également son compte en pouvant retourner un livre sans motif valable. 

Un impact écologique à tous les niveaux 

Cependant, avec la crise écologique, la politique des retour dévoile un sérieux impact environnemental. Cela se ressent surtout au niveau d’une logistique importante déployée pour chaque livre retourné au distributeur. En premier lieu, les transports nécessaires pour retourner les livres augmentent de manière significative le bilan carbone d’une librairie. Le taux de retour d’une librairie indépendante, en 2022, équivaut à 20%. Bien que ce chiffre stagne depuis des années, il reste néanmoins trop élevé si l’on prend en compte son coût en transport mais aussi à la production de déchets que cela implique. Retourner des livres c’est aussi les emballer de nouveau dans des emballages plastiques et des cartons. Cette utilisation massive d’emballages supplémentaires dégrade l’environnement et accélère l’épuisement de ressource naturelle même en cas d’utilisation d’emballage éco-responsable.

Un autre impact écologique des retours est également ce que deviennent les livres retournés. On estime que le taux de pilon moyen est de 59% des retours. Il s’agit de livres neufs dont plus de la moitié sont donc détruits. Détruire des livres neufs en grande quantité est un indicateur d’une surconsommation et d’une surproduction évidente. Afin de pallier d’éventuels retours, les librairies commandent des quantités d’ouvrage plus importantes que nécessaires. Ces commandes trop volumineuses encouragent la surproduction qui gaspille ainsi le papier, l’énergie et les ressources nécessaires à la fabrication. Il en résulte un cercle vicieux où le fruit de la surproduction finit détruit, ce qui amplifie là aussi la production de déchets. 

Que faire ? 

Afin de réduire le gaspillage et l’empreinte carbone du secteur du livre, il est important de diminuer drastiquement les retours. Tous les acteurs du livre ont un rôle à jouer et il existe des solutions qui pourraient aider à amorcer une transition vers la suppression de la politique des retours. Les libraires sont encouragés à évaluer avec plus de justesse les habitudes de consommation de sa clientèle afin de procéder à un réassort de la librairie plus fidèle aux ventes qu’il va réaliser. Donner une seconde vie au livre pourrait être une solution envisageable. Les libraires pourraient adhérer à des programmes visant à rendre plus accessible culture, en donnant par exemple les invendus à des associations caritatives. Changer les habitudes de consommation passe également par une sensibilisation. Il faut encourager la réflexion avant l’achat plutôt que de se reposer sur la solution qu’offrent les retours.

Afin de décarboner l’industrie littéraire, commencer par repenser la question des retours est primordial, notamment face à l’enjeu écologique actuel. La politique des retours n’est plus le reflet des préoccupations actuelles. Malgré les avantages qu’elle a à offrir, elle soulève désormais bien plus de problèmes. La solution pourrait pourtant se trouver au sein de chaque acteur du livre, éditeur, libraire et même consommateur. Il faut encourager les actions de mise en place d’alternatives respectueuses de l’environnement et repenser sa manière de consommer. La politique de retour est un point d’entrée vers une industrie du livre plus éthique et écoresponsable mais chaque petit geste vert que peut offrir une librairie est à encourager. 

Juliette Loriot, Annouck Belaid M1 Métiers du livre et de l’édition

Sources

Étude : Chez les libraires, Les éternels retours, 2023. ActuaLitté.com. [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://actualitte.com/article/114158/librairie/etude-chez-les-libraires-les-eternels-retours

Les retours en librairie, 2023. Syndicat de la librairie française. [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://guide.syndicat-librairie.fr/economie-et-gestion/les-retours-en-librairie

L’Observatoire de la librairie, Etude sur les retours, Octobre 2023

Vers une librairie plus écoresponsable !

Les thématiques écologiques deviennent de plus en plus centrales dans la filière du livre. De nombreuses associations et commissions autour de ce sujet voient le jour, comme l’Association pour l’écologie du livre fondée en 2019, qui œuvre à la diffusion d’idées au sujet de l’écologie auprès de l’ensemble des acteurs du livre. Les librairies notamment, tentent d’agir à leur échelle afin de réduire l’empreinte carbone de leur activité et au-delà, celle de l’industrie du livre. Elles sont accompagnées dans leurs démarches par le SLF (le syndicat de la librairie française), qui propose, au travers de sa Commission écologie, plusieurs actions durables à mettre en place au sein des librairies. Ces pistes de travail adressées aux libraires concernent trois grands piliers de l’écologie : environnement, économie, social. Les champs d’action et de réflexion sont divers : écogestes, formation et management, information aux clients, transport, PLV, politiques d’achats et de retours, circuits courts, enjeux sociaux, RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises). Les librairies peuvent agir et participer à cette évolution souhaitée par l’écosystème du livre, mais que peuvent-elles mettre en place concrètement ?

L’écologie en librairie : quelles actions ?

Une meilleure gestion de la librairie et des choix écoresponsables.

Les achats de livres et de toutes les autres fournitures ainsi que leur transport représentent le poste de coûts le plus important pour une librairie et sont également l’un des postes les plus polluants. Afin d’agir pour l’écologie, les librairies peuvent tenter d’optimiser au maximum leurs achats et les transports qui y sont liés. Cette première action passe par un bon choix de fournisseur : provenance, transport, fabrication, tout rentre en compte dans la prise de décision. L’information sur ces fournisseurs et leur fonctionnement doit être plus transparente et exigeante afin d’aider les libraires dans ce choix. Il peut être intéressant par exemple, de privilégier des fournisseurs proches, proposant un transport en véhicule moins polluant, comme un véhicule électrique ou même un vélo lorsque cela est réalisable. Cette optimisation des achats peut aussi passer par des achats plus groupés et en nombre réduit afin de réduire les livraisons et donc les transports ou encore par des commandes et livraisons groupées entre libraires d’un même secteur géographique. A terme, cette optimisation des achats peut permettre également de réduire le nombre de retours et de pilons qui ajoutent encore à l’empreinte carbone d’une librairie. Une action peut également être mise en place concernant le choix des produits et fournitures pour les librairies en favorisant l’achat et la vente de sacs en tissu/recyclés/kraft, du papier-cadeau écologique ou encore en choisissant des produits d’entretien certifiés écoresponsables. La réduction des tickets de caisse est une autre action, facile à mettre en place, lorsque ces derniers ne sont pas nécessaires au client (en effet, les tickets de caisse ne sont obligatoires qu’à partir de 25€). Tous ces petits gestes permettent déjà de créer une grande différence et représentent des premiers pas vers une librairie plus écoresponsable, des pas qui sont plus ou moins accessibles selon les librairies et leur marge d’action.

Un aménagement et un travail d’équipe adaptés.

L’évolution vers une librairie plus écologique passe également par un aménagement intérieur adapté. Certaines actions sont facilement réalisables, tant d’un côté pratique que d’un côté économique, comme par exemple l’installation d’ampoules basses consommation ou LED afin de réduire les consommations d’électricité. Le choix du lieu et notamment du local pour une librairie qui ne serait pas encore implantée a également son importance. En effet, un lieu bien isolé consommera naturellement moins. Si cette action n’est pas accessible à tous, il est possible cependant d’utiliser de façon adaptée les appareils de chauffage/climatisation ainsi que les appareils numériques de la librairie afin de réduire encore une fois la consommation autant que possible. Il existe des gestes simples et efficaces, connus depuis longtemps, comme par exemple éteindre les appareils la nuit et les jours de fermeture, quand ils n’ont pas d’utilité, ou encore réparer et réutiliser les appareils déjà disponibles. La réduction de l’empreinte d’une librairie peut également passer par le choix de matériaux durables et écoresponsables pour le mobilier accueillant les livres. Et bien sûr le tri des déchets, le recyclage et l’élimination des déchets plastiques à usage unique reste un incontournable qui ne demande pas trop d’engagement. Une autre piste de réflexion intéressante est celle du don lorsque cela est possible, notamment pour les cartons, les livres non retournables, les matériaux de calage, afin de réduire au minimum les déchets et d’offrir une seconde vie aux objets. De plus en plus de livres de seconde main sont également proposés à la vente dans les librairies, c’est un nouveau marché qui possède déjà une clientèle importante et qui prend de plus en plus d’ampleur. La mobilisation du libraire est importante mais doit bien sûr être accompagnée de la participation de toute l’équipe de la librairie, qui peut être sensibilisée à la cause lors de réunions autour du sujet ou bien au travers de formations à l’écologie et au développement durable. Tout comme pour les transports et livraisons, l’usage de mobilités douces est à privilégier par l’ensemble de l’équipe lorsque cela est possible (vélo, transport en commun, co-voiturage, etc). Enfin, il est important d’encourager les initiatives de tout à chacun afin de favoriser un effort collectif et durable.

Une sensibilisation et une action à grande échelle.

Cet effort collectif peut aussi concerner, dans une certaine mesure, les clients de la librairie. En effet, leur façon de consommer a également un impact sur les librairies, le monde du livre et leur transition écologique. La sensibilisation du public au sujet de l’écologie du livre est l’une des responsabilités du libraire, en développant par exemple un rayon à ce sujet dans la librairie ou bien en communiquant autour des actions de la librairie pour l’écologie. Il est également possible d’organiser des événements afin de sensibiliser les clients sur ce thème ou bien de s’engager sur le sujet, au travers d’actions locales ou régionales, au sein de librairies, de bibliothèques, d’associations diverses ou encore avec d’autres commerçants du quartier et/ou de la ville. L’idée étant de développer des actions ayant un impact positif sur la société dans son ensemble, dépassant le cadre de la librairie et permettant la création de liens plus forts entre les commerçants dans une démarche d’entraide écologique. La librairie, en tant que commerce implanté dans un environnement, a un rôle à jouer dans la valorisation de l’attractivité écoresponsable de la ville auprès des clients et dans la mise en place d’un dialogue efficace avec les pouvoirs publics afin de mettre en place des initiatives encourageant un comportement plus écologique et responsable.

Une librairie grenobloise qui montre l’exemple : la librairie Luna.

La librairie Luna, située à Grenoble, rue Alsace-Loraine, propose un concept de librairie-café féministe et inclusive. Son engagement écologique est clairement affiché : plusieurs rayons dédiés aux livres abordant les questions d’écologie et de développement durable sont mis en avant ; il y a une majorité de livres imprimés en France ou labellisés, marquant un engagement écologique (Forest Stewardship Concil, KERO, PEFC) ; des fournitures écoresponsables sont mises en vente ; un autocollant informe au sujet de l’utilisation de produits écoresponsables. La librairie Luna fait preuve d’un engagement écologique fort, au travers de plusieurs actions visibles et mises en avant auprès des clients.

Nous l’avons compris, afin de réduire l’empreinte carbone de leur activité, les libraires peuvent agir sur différents axes : une meilleure gestion des commandes, des fournitures et de leurs livraisons, un local et des comportements adaptés pour une plus grande sobriété énergétique, une meilleure gestion des déchets, un travail d’équipe et de sensibilisation auprès des publics, une participation à un effort collectif qui va au-delà du cadre de la librairie et même de l’écosystème de livre. Les pistes d’amélioration sont nombreuses et certaines sont très accessibles et faciles à mettre en place du fait de leur simplicité. D’autres peuvent prendre plus de temps, demander plus d’efforts, ne pas être réalisables pour tous d’un point de vue technique ou encore économique, mais tout le monde peut participer à sa façon, dans la mesure du possible, à la création d’un écosystème du livre plus écologique et responsable. Il tient à chacun d’ajouter sa pierre à l’édifice.

Pellu Vanina, étudiante en M1 Métiers du livre et de l’édition, parcours édition.

Bibliographie

– Une librairie écoresponsable : bonnes pratiques et démarches d’amélioration. (2022, 16 juillet). ActuaLitté.com. https://actualitte.com/article/106807/tribunes/une-librairie-ecoresponsable-bonnes-pratiques-et-demarches-d-amelioration

– L’Association pour l’écologie du livre veut penser l’avenir de la lecture. (2020, 28 février). ActuaLitté.com. https://actualitte.com/article/8833/distribution/l-association-pour-l-ecologie-du-livre-veut-penser-l-avenir-de-la-lecture

Bonnes pratiques en librairie. (2022, 20 septembre). Syndicat de la librairie française. https://guide.syndicat-librairie.fr/developpement-durable/bonnes-pratiques-en-librairie

S’engager en faveur de l’écologie. (2023, 1 février). Syndicat de la librairie française. https://www.syndicat-librairie.fr/nos-actions/sengager-en-faveur-de-lecologie

Label Emmaüs : un e-shop militant

“Une deuxième vie pour les objets, une seconde chance pour les hommes et un bel avenir pour la planète”.

En 2015, Emmaüs France lance une étude de faisabilité sur la vente en ligne pour les groupes Emmaüs. C’est alors qu’en 2016, Emmaüs France créé la Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) Label Emmaüs et lance la Marketplace label-emmaus.com avec vingt-trois vendeurs. Le but de cette plateforme est de lutter contre les injustices, la pauvreté, les diverses formes d’exclusion, le gaspillage et l’industrie du neuf. Leur démarche engagée passe par le numérique et le web, qui sont des outils nécessaires et essentiels dans notre société. A travers le web, Emmaüs France souhaite œuvrer pour l’insertion, la formation et le réemploi solidaire, en adaptant les modèles essentiels de solidarité.

Sur la plateforme Label Emmaüs, le catalogue compte 2 millions de livres d’occasion dont presque 1 million de références. La majorité de ces livres ont plus de 2 ans donc Emmaüs insiste sur le fait qu’ils ne font pas de la concurrence aux maisons d’édition ou aux librairies. Ces livres proviennent des dons faits par des particuliers dans les différents Emmaüs que l’on trouve en France.  Près de 30 millions de livres sont donnés et vendus dans les 500 points de vente Emmaüs. Si les livres donnés ne sont pas achetés physiquement, ils sont récupérés par des plateformes régionales qui les trient et les mettent en ligne sur Label Emmaüs. Chaque plateforme emploie des opérateur‧rices e-commerce en insertion professionnelle. Ces emplois ne demandent pas de qualification académique particulière. De plus, ils ne sont pas délocalisables et ne sont pas des métiers en tension dans la logistique et le numérique.

Les livres représentent 93% des produits vendus sur la marketplace Label Emmaüs. Parmi ces livres, plus de 100 000 sont à moins de 2€. Plus de 160 tonnes de livres sont collectés et 300 000 livres sont réutilisés chaque année, par l’entrepôt qui se trouve en Île-de-France. Emmaüs France possède deux entrepôts dédiés à l’activité de revalorisation et revente du livre (dans le 93 et le 47). Il faut noter que 100% des bénéfices sont réinvestis dans l’outil de travail, commun à 180 structures de l’Économie Sociale et Solidaire qui vendent sur le site (Croix-Rouge, Emmaüs, ressourceries…). La plateforme met aussi en œuvre des actions afin d’aider les consommateurs. Par exemple, lors de la rentrée scolaire 2023, la plateforme a offert les frais de ports, a fait des réductions sur certains ouvrages et des prix-mini. Ainsi, ce label lutte contre la précarité des étudiants. Cette plateforme propose aussi des cartes cadeaux allant de 20 euros à 100 euros : un bon moyen d’offrir un cadeau éthique.

Dans un entretien, Maude Sarda, co-fondatrice et directrice de Label Emmaüs revient sur le problème du pilon en France : « On les appelle les livres mort-nés : entre 140 et 145 millions de livres, fraîchement édités, sont pilonnés en France par an, soit 1/4 de la production littéraire. Ou encore 700.000 à 1 million d’arbres ». Label Emmaüs s’inscrit donc dans le paysage du e-commerce, comme un véritable contre-modèle aux grandes plateformes de vente en ligne. Cette plateforme s’engage aussi concrètement pour la préservation de l’environnement, en ne proposant que des articles de seconde-main.  

Emmaüs France ne cesse de se développer et compte aujourd’hui cinq activités distinctes représentés par quatre labels : le label Emmaüs, deux label plateforme, le label école et le label transition. Ces labels œuvrent pour la réinsertion, la formation et la lutte contre la fracture numérique. Label Emmaüs crée et développe des activités locales qui sont des sources d’emploi et de revenus pour le territoire français. Grâce au label plateforme, c’est notamment 39 000 livres qui sont donnés à des écoles du département.

Label Emmaüs est aussi une plateforme militante et cela passe par des actions concrètes. C’est notamment ce qu’a fait la plateforme, en 2019, en soutenant le mouvement Green Friday en opposition au Black Friday. Des militants se sont exposés devant des vitrines de mode à Paris avec un portant mobile transformé en fenêtre web du site e-commerce. Le curseur se trouvait sur les articles neufs des vitrines avec un message qui ne laisse pas indifférent : “existe aussi en version recyclée et solidaire”.

De même, en 2019, Emmaüs Label a mis en place l’action « Seconde main sous le sapin ».  A cette occasion, un calendrier de l’avent a été mis en place à travers la plateforme Instagram. En participant au concours, il était possible de gagner un objet de seconde-main chez l’un des vendeurs ou offert par une influenceuse partenaire.

Ainsi, ce label pousse les consommateurs à agir de manière plus raisonnée : acheter moins mais mieux. En agissant lors de période de grande consommation, comme la période de Noël, Emmaüs label veut montrer qu’il est possible de trouver des alternatives à l’achat neuf et à la fast fashion.

En 2017, le nombre de personnes formait au e-commerce représentait 85. En 2022, c’est 1 800 personnes qui sont formées au e-commerce.

On peut dire que ce e-commerce réussit son pari puisque depuis 2017, le nombre de produits réemployés sur la plateforme a considérablement augmenté. Comme l’indique le schéma, les produits réemployés sont passés de 11 000 en 2017 à 1,1 millions en 2022 : un bel essor !

Léotine Pralong – Laureen Lantheaume – M1 MDLE

Source:

ActuaLitté.com. « Chez Label Emmaüs, des livres à petits prix et de la solidarité ». https://actualitte.com/dossier/408/chez-label-emmaus-des-livres-a-petits-prix-et-de-la-solidarite

Label Emmaüs. https://www.label-emmaus.co/fr/univers/livres-et-papeterie/

Calypso et Focus, les nouvelles vedettes de la librairie indépendante ? 

Dans les années 2000, avec l’arrivée des premières liseuses, le marché du livre numérique se développe aux Etats-Unis. Plusieurs entreprises sortent leurs liseuses, comme Bookeen, PocketBook, Kindle, Kobo ou encore Vivlio. Ainsi, cet outil numérique est largement répandu aujourd’hui et assez bien intégré dans la routine des lecteurs, pour tous les avantages qu’on lui attribue généralement. Il semblerait que nous n’ayons plus rien à attendre de la liseuse en matière d’innovation… et pourtant. 

Depuis le 11 décembre dernier, de nouvelles liseuses sont apparues sur le marché du numérique. Ces dernières sont nées d’un accord entre la plateforme “ePagine” qui regroupe un réseau privilégié de près de 1500 librairies indépendantes et qui est à la fois distributeur français et le leader européen sur le marché des livres numériques et de la plus grande société fabricante de liseuses : InkBook. InkBook Calypso Plus et InkBook Focus font désormais partie du marché de la liseuse. Les liseuses InkBook ne sont pas n’importe quelles tablettes numériques. En effet, les créateurs ont décidé de vendre leurs nouveaux produits exclusivement aux librairies indépendantes et aux particuliers. Ceci est un exemple de réel engagement pour les petits commerçants comme les librairies indépendantes. Cela place cette nouvelle liseuse dans la conscience d’une meilleure consommation, qui anime de plus en plus notre société. De plus, cela incite les acheteurs à préserver les structures fragilisées par l’arrivée des grands groupes, les mettant en lumière pour leur redonner une place importante dans la vie des consommateurs. La génération Z revendique vouloir consommer mieux, c’est le besoin auquel répondent Calypso et Focus et en cela elles font partie des innovations qui pourraient changer notre société. 

Commandées par les librairies indépendantes telle que la librairie « Le Divan » depuis le 5 décembre dernier, ces liseuses sont, depuis peu de temps, dévoilées auprès des acheteurs. Elles sont pratiques d’utilisation car il est possible de transférer rapidement des titres achetés depuis un téléphone. Cela est possible grâce à un QRCode, que l’on récupère directement sur le téléphone. A l’aide d’un compte, les utilisateurs peuvent avoir leurs titres achetés précédemment partout et directement classés dans une bibliothèque. Ceci est très pratique si les utilisateurs changent de version de liseuse, ils ne perdent en aucun cas leur investissement. 

De plus, l’entreprise s’engage à présenter un système de documentation sur les livres numériques ainsi qu’à porter assistance à tous ses utilisateurs six jours sur sept en cas de bug ou problème quelconque. C’est un point fort, l’entreprise fait du client sa priorité, en étant si proche de ses lecteurs, elle pourrait s’attirer la sympathie d’un grand nombre. Cela renvoie l’image d’une société dynamique et prête à changer les choses. 

Ces technologies sont bien pensées puisqu’elles sont capables d’accueillir des applications de livres audios ainsi que des mangas car elles utilisent le système d’exploitation d’Android.  Elles sont aussi équipées du Bluetooth, les utilisateurs peuvent donc surfer sur Internet mais aussi écouter leurs livres audios. Ces appareils peuvent lire les éléments fermés par une DRM ou une DRM LCP₁. Ce qui signifie que chacun peut profiter du catalogue numérique disponible et ce, sans limite. Ceci porte à croire qu’elles seront potentiellement les liseuses numériques les plus avancées de l’année. 

D’un point de vue économique, cette liseuse est à un prix raisonnable sachant toutes les caractéristiques qu’elle possède. La liseuse Calypso Plus est à 129€ ; elle dispose d’un écran de 6 pouces, avec une fonction d’éclairage intégrée. Dotée de 16GO de stockage et d’un lecteur de carte MicroSD, elle permet de télécharger des milliers de livres numériques. L’Inkbook Focus quant à elle est au prix de 229€, car elle est un plus grande et plus évoluée. L’écran est de 7.8 pouces, elle aussi dispose de 16GO de stockage ajouté à un lecteur de carte MicroSD. L’éclairage est aussi intégré, elle a une fonction de lecture avancée, c’est un modèle haut de gamme qui plaira aux lecteurs plus réguliers. Ces deux modèles correspondent à un large panel de lecteurs ; du petit lecteur, au lecteur plus avancé. Cette technologie arrive juste avant les fêtes, de quoi se faire une place sous le sapin ! 

Même si nous n’avons pas encore assez de recul sur cette nouvelle liseuse, on peut facilement imaginer qu’étant donné leurs prix compétitifs et leurs atouts indéniables, Calypso et Focus seront peut-être à la hauteur des fameuses Kindle.  

_________________

₁ : La DRM (Digital Rights Management ou Gestion des droits numériques en français) est une protection technique des livres numériques contre les reproductions ou les rééditions.  

Laureen Lantheaume – Léotine Pralong – M1 MDLE

Bibliographie : 

ActuaLitté.com. « Des liseuses vendues dans les librairies indépendantes de France ». https://actualitte.com/article/114628/technologie/des-liseuses-vendues-dans-les-librairis-independantes-de-france

ePagine. « Liseuses ePagine inkBOOK ». https://www.epagine.fr/liseuses/ssh-10271 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search