Livres neufs mis au pilon et recyclage, une véritable solution ? 

Le pilon, une entreprise polluante.

Aujourd’hui, et de manière générale les livres invendus en librairie, les livres ayant des défauts d’impression ou les livres abîmés finissent « au pilon ». Cette expression commune du monde du livre désigne la destruction d’un livre, on utilise ce terme par analogie avec les machines qui servent à pilonner le livre. Lors d’une mise au pilon c’est l’éditeur qui décide de les détruire ou de les garder et en 2020, le Syndicat National des éditeurs (SNE) compte environ 22 500 tonnes de livres pilonnés. Or si 100% de ces livres sont recyclés pour faire du papier recyclé ou encore d’autres matières constituées de fibres telles que les serviettes hygiéniques ou le carton, c’est une entreprise très polluante. L’association The Shift Project souligne qu’un livre neuf peut émettre 1,8 kg de CO2 de sa production jusqu’à son recyclage, ce qui est déjà élevé et si nous arrêtions de pilonner les livres invendus ou légèrement abîmés cela permettrait d’éviter la production d’environ 47 000 tonnes de CO2 par an. Or pour faire une tonne de papier pour l’édition standard, il faut environ 1,2 tonne de papier issu du pilon[1]. Donc cela peut augmenter la production de CO2 d’un livre neuf. Mais il faut savoir que le papier recyclé ne représente que 1% des achats totaux des éditeurs en France comme le souligne le journaliste Antoine Oury, la cause serait la qualité du papier, étant amoindrie elle ne plairait pas réellement aux lecteurs.[2]

Trouver des alternatives : se tourner vers la seconde main.

Donc finalement on pourrait se demander si toute cette entreprise est réellement rentable écologiquement parlant. En effet, on pourrait plutôt penser à d’autres façon de donner une nouvelle vie à ces livres en s’inspirant par exemple de la manière dont les consommateurs s’occupent des livres qu’ils ne lisent plus. Les éditions de la Rue de l’échiquier ont innové en proposant de réinvestir les livres que les distributeurs leur ont renvoyé. Ces derniers ont décidé de revendre lors d’une braderie, organisée par la maison d’édition, les livres destinés à aller au pilon, les prix de ces livres sont compris entre 1 et 5 € et cela permet alors de remettre en circulation des livres dans une démarche plus écologique[3]. Même si la maison d’édition est connue pour être engagée écologiquement, c’est un moyen que d’autres pourraient mettre en place. On peut aussi penser à la possibilité de faire des dons, ou de revendre à prix cassés les livres aux différents organismes de seconde vie du livre comme les associations telles que Emmaüs ou encore les ressourceries à dispositions des habitants dans les villes. Cela permettrait dans un premier temps d’éviter une production trop polluante de livres et dans un second temps, cela permettrait aussi à différentes associations de se constituer une bibliothèque sans dépenser trop d’argent par exemple.

Le pilonnage des livres est un sujet d’actualité, c’est une grosse partie du monde du livre qui s’avère être très polluante malgré le réemploi des ressources, ainsi il devient urgent de mettre en place de nouvelles solutions. 

Chaizemartin-Devouassoux Eva,
M1 ALC, Littérature Critique et Création.


[1] MOURIER Thomas, « En moyenne 26 300 tonnes de livres partent au pilon chaque année en France », ART par Bubble, Juin 2021.
URLhttps://www.bubblebd.com/9emeart/bd/edito/en-moyenne-26-300-tonnes-de-livres-partent-au-pilon-chaque-annee-en-france# [consulté le 4 décembre 2023]

[2] OURY Antoine, « Écologie : faut-il interdire le recyclage des livres ? », Actualitté, juin 2023.
URL :https://actualitte.com/article/111454/edition/ecologie-faut-il-interdire-le-recyclage-des-livres [consulté le 4 décembre 2023]

[3] CORRÉARD Vlère, « Comment éviter que les livres finissent au pilon ? » [Document audio], Radio France, février 2018, 5 minutes. 
URL : https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/social-lab/comment-eviter-que-les-livres-finissent-au-pilon-9066184 [consulté le 4 décembre 2023]

Vers une nouvelle vie : les boîtes à livres

Apparues en France au début des années 2000, les boîtes à livres ont essaimé depuis une dizaine d’années dans nos villes, grandes et petites, mais aussi dans nos villages, colonisant différentes variétés d’espaces désaffectés, cabines téléphoniques, pigeonniers, voire armoires électriques, ou encore logeant leurs étagères dans de pimpantes cabanes construites à dessein. On y vient déposer des livres à l’intention d’autres lecteurs, en emprunter un qu’on ramènera après lecture pour en prendre peut-être un autre : « prenez, lisez, emportez, déposez des livres quand vous voulez, comme vous voulez », voilà le mode d’emploi parfois affiché dans ces micro-bibliothèques, comme une invitation au partage et à l’échange, gratuitement, sans contraintes ni intermédiaire, de lecteur à lecteur.

Kiosque T. Renaudot Villeneuvette Hérault

On y trouve sans ordre de classement, un peu de tout, cela dépend de l’arrivage. Peu de neuf cela va de soi et des livres parfois en bon état qui ont vécu, de la collection complète d’ « Angélique, Marquise des Anges » dans l’édition de France loisir, à des essais de journalistes qui ont quitté l’écran ou de politiques qui ont quitté la scène, mais encore des romans policiers et des classiques de la littérature française ou même étrangère. Cela sent un peu le désherbage privé, mais l’étagère garnie dans son petit écrin dit aussi qu’un livre ne se jette pas, qu’il doit poursuivre sa vie de livre dans les mains d’autres lecteurs, plutôt que d’achever son existence dans un container à papier. Les boîtes à livres connaissent des appellations différentes selon leur forme et leur lieu d’implantation, mais le passant qui s’arrête peut y reconnaître bien des vertus civiques en plus d’un livre à emporter ou à déposer :  partage de la lecture, culture du don et de l’échange, éco-geste et embellissement du lieu.

Cette pratique, désormais bien répandue en France – plus de 9140 boîtes recensées sur le site boite-a-lire.com en décembre 2023, dont 59 dans l’agglomération grenobloise- trouve son origine en 1991 à Graz en Autriche avec l’installation dans les rues d’un quartier de la ville de 3 petites « bibliothèques ouvertes », « sans bibliothécaire ni surveillance », mais avec l’instruction trilingue (allemand, anglais, turc) suivante : « « Vous pouvez prendre des livres pour un temps limité. Dons de livres appréciés. ».

www.boite-a-lire.com

Il s’agissait à l’origine d’une démarche expérimentale de deux artistes en résidence, Michaël Clegg et Martin Guttman, curieux de savoir si la culture pouvait se désinstitutionnaliser en circulant du musée à la rue et de la rue au musée. Le résultat fut mitigé pour ce qui concerne la désacralisation du musée, mais les boîtes à livres connurent le succès et se répandirent ensuite. Le phénomène des boîtes à livres entretient une parenté étroite avec le Bookcrossing apparu en 2001 en Australie tout d’abord. Pure coïncidence ? Sans doute pas, car il consiste à abandonner dans un lieu de passage, un banc dans un parc, un siège dans un train etc, un livre que l’on a aimé pour laisser à d’autres la possibilité de le découvrir à leur tour.  Un système d’enregistrement numérique des livres permettait même de suivre leur périple de lecteur en lecteur et de partager en ligne ses impressions de lecture. « Libérer les livres », les faire voyager (« livre voyageur ») tel était le mot d’ordre de ses adeptes. Ces deux initiatives expriment peut-être le désir de cultiver une sociabilité à rebours de l’anonymat ambiant, par la médiation de la lecture, dont l’expérience touche à l’intime et ouvre au partage.

Le développement des boîtes à livres a en tout cas mobilisé bien des acteurs, en premier lieu des associations locales, souvent à l’initiative. Des partenaires économiques, des collectivités territoriales ont voulu accompagner et épauler un mouvement qui avait recueilli les faveurs du public, en sympathie avec les principes de l’économie circulaire, de la solidarité et d’un accès ouvert et informel à la culture.  Citons le groupe Recyclivre.com, qui revendique d’être le « premier vendeur français engagéde livres d’occasionen ligne ». Sa filiale, Boite à Lire, propose ainsi à la vente depuis en 2016 du mobilier de boîte à livres auprès des entreprises ou des collectivités. Le succès venant, la démarche s’est davantage institutionnalisée, la région Île de France en association avec la SNCF a ainsi installé une centaine de micro-bibliothèques aux abords des gares du francilien, tandis que l’association des Lions Club de France   chiffrait en 2019 à 1300 le nombre de boîtes posées pour aider à lutter contre l’illettrisme. Sont-elles moins achalandées que les autres ? Nul ne le sait, sauf à enquêter sur un phénomène devenu tendance par les valeurs qu’il porte et sans lesquelles il ne pourra survivre, car les boîtes ne peuvent vivre sans anges-gardiens qui veillent sur elles et les achalandent.

Leur succès témoigne en tout cas d’une belle vitalité de la lecture privée en mode partage, qui ne semble pas s’opposer aux institutions en charge de la lecture publique, bibliothèques et médiathèques, qui répondent de façon plus construite aux besoins de lecture, d’accès au savoir et à la culture.

Clara PASIAN – UGA M1 Métiers du livre Parcours Information, documentation, bibliothèque

Bibliographie:

https://actualitte.com/

https://www.boite-a-lire.com/

Des livres dans les boîtes, les boîtes dans les rues, Pages de Bretagne, n°44, https://www.calameo.com/books/0049094466a4b9eaf6b8b [consulté le 4 décembre 2023]

POISSENOT Claude , Le citoyen, la boîte à livres et les bibliothèques, Livreshebdo, 29/11/2017, https://www.livreshebdo.fr/  [consulté le 1 décembre 2023]

La seconde main en constante évolution…

Aujourd’hui, le monde semble se tourner petit à petit vers le marché de l’occasion. Après les magasins de vêtements de seconde main, aussi appelés “friperies”, c’est au tour du livre de s’intéresser à cette nouvelle mode. Les bouquineries et les rayons “dernière chance” dans les librairies sont de plus en plus courants. Donner une seconde vie à un livre, c’est avoir une empreinte carbone 3,5 fois moins importante, c’est agir contre les 26 300 tonnes de livres pilonnés chaque année en France. Acheter un ouvrage d’occasion, c’est prolonger la durée de vie du livre et de la planète. Seulement, cette tendance de l’occasion traduit-elle une cause écologique ou financière ? 

Points clefs du marché du livre d’occasion.

Le livre d’occasion est une solution incomparable pour tout lecteur souhaitant à la fois lire régulièrement, faire des économies, rester éco-responsable dans sa consommation et offrir une seconde vie à une œuvre d’art. Chaque page d’un livre d’occasion raconte une histoire déjà aimée, offre une lecture durable et des trésors littéraires à portée de main. De plus, l’occasion est en moyenne 60% moins chère que le neuf. Grâce à tous ces points forts, le marché du livre d’occasion connaît depuis peu un fort développement qui n’est pas près de ralentir. Il y a toujours plus d’offres sur internet et de nouveaux dispositifs sont mis en place comme des alertes et comparateurs de prix. 40% des acheteurs attendent que le livre soit disponible en occasion pour l’acheter. En parallèle, 48% des acheteurs d’occasion achètent le livre d’occasion même lorsqu’ils avaient originalement prévu de l’acheter neuf.

Toutefois, cette nouvelle branche du marché de la vente du livre connaît aussi, évidemment, certaines difficultés. La montée en popularité de la seconde main fait que le prix moyen d’achat du livre d’occasion augmente plus vite que le prix moyen d’achat du livre neuf. Nous pouvons également identifier trois problèmes essentiels auquel doit faire face le livre d’occasion. La monopolisation du marché : entre 2014 et 2016, six enseignes se partageaient 50% du marché du livre d’occasion, à savoir la Fnac, LeBonCoin, Gibert Joseph, PriceMinister, eBay et Amazon. La diversité des titres : dans la vente d’occasion en ligne, le nombre de titres est toujours inférieur au nombre d’offres. Pour 18 millions d’offres de livres parfaitement identifiés, il y a seulement 603 mille titres différents. Enfin, le sous-développement des lieux physiques dans cette part du marché du livre : l’achat d’occasion est de plus en plus prévu et facile grâce aux différentes plateformes sur internet ; 60% des achats d’occasion se font sur internet, 18% en brocantes et uniquement 6% en librairies.

Afin de comprendre adéquatement le paysage du marché du livre d’occasion, il semble nécessaire de garder ces chiffres en tête, qui révèlent que malgré la prospérité et la popularité de ce secteur, cela reste une économie fragile qui a encore de beaux jours devant elle, mais qui doit encore dépasser un certain nombre d’obstacles.

Des chiffres encourageants.

De plus en plus présente sur le marché, nous assistons à une démocratisation de la seconde main. Cette forte hausse est également présente dans le monde du livre. De fait, certains organismes ont décidé de s’intéresser davantage aux habitudes de consommation des lecteurs français. L’étude menée en 2022 par le ministère de la Culture en collaboration avec la SOFIA (Société Française des Intérêts des Auteurs de l’écrit) nous permet de mieux comprendre le marché du livre d’occasion français. 

En effet, cette étude nous montre que la France compte environ 9 millions d’acheteurs de livres d’occasion, ce qui correspond à un peu plus d’un tiers des acheteurs de livre. Traduisant une hausse d’acheteur d’occasion de 11% en cinq ans, ces données démontrent une ouverture certaine des Français à la seconde vie du livre. Cela transparaît aussi à travers la quantité d’ouvrage d’occasion vendue en 2022 qui a semblablement augmenté de 38% en cinq ans, permettant la vente de 80 millions de livres de seconde main. 

Cependant, il semble évident qu’avec autant d’acheteur d’occasion, certains profils se démarquent. Le ministère de la Culture a donc tenté de définir les modèles de consommation du livre à travers les données récoltées lors des différentes enquêtes plus ou moins récentes. Il apparaît donc qu’en parallèle des 70% des acquéreurs de livres achetant uniquement des livres neufs, un peu plus de 25% décident de combiner les différentes pratiques de consommation, c’est-à-dire le livre neuf, celui d’occasion ainsi que le numérique. Toutefois, chacun choisit une combinaison différente. En effet, 21% associent l’achat du livre neuf à celui d’occasion, 4% mélangent le livre neuf et le livre numérique, tandis que 2% des acheteurs optent pour les trois consommations simultanées. L’assemblage du numérique et de l’occasion demeure quasiment inexistant. Malgré une forte augmentation du livre d’occasion, seulement 2% utilisent exclusivement ce mode de consommation. Ce phénomène peut s’expliquer par le manque de diversité des titres dans le secteur. 

Une nouvelle optique de sensibilisation. 

En 2022, le marché du livre d’occasion a connu une hausse des ventes de 38%. Actuellement, environ 1 acheteur sur 2 achète de l’occasion. Cette tendance peut être perçue comme une menace pour les métiers du livre et de l’édition. A contrario, les livres d’occasion devraient devenir des alliés pour lutter contre les tonnes de papier brûlé chaque année et ainsi réduire l’empreinte carbone qu’ils ont consommée. Cependant, les livres de seconde main sont encore loin de faire l’unanimité. Les personnes attachées à l’objet lui-même sont plus enclines à acheter des livres neufs afin de trouver des couvertures et des pages en très bon état. Contrairement à ce que l’on pourrait présumer, l’aspect écologique n’est pas la raison principale de la hausse de l’occasion en France. Elle est principalement dûe à une crise économique et à la facilité d’accès grâce aux nombreux sites internet. Aujourd’hui, le monde prend conscience de l’urgence écologique dans laquelle nous vivons. Le marché du livre et ses acheteurs commencent à faire leurs premiers pas dans ce nouveau combat, notamment en dédiant une place spéciale aux livres d’occasion comme au Livre Voyageur, une bouquinerie Grenobloise. (cf. article La seconde vie du livre, plus qu’une seconde chance !). Néanmoins, le monde du livre a encore beaucoup à faire concernant l’écologie.

Calafato S., Maifret M., Stehlin O.
M1 MDLE, parcours édition.

Sources principales :
– Étude sur le livre d’occasion : les résultats du Ministère de la Culture et SOFIA. Disponible en ligne : Etude sur le livre d’occasion : les résultats – Sofia (la-sofia.org)
La Bourse aux Livres : culture et écologie, l’occasion de lire mieux, Infos 75, 17 janvier 2023. Disponible en ligne : La Bourse aux Livres : Culture et écologie, l’occasion de lire mieux ! – Infos 75 La Bourse aux Livres (infos-75.com)

La seconde vie du livre, plus qu’une seconde chance ! 

Et si le livre avait plusieurs vies ?

  1. Perspective historique 

Gibert Joseph, important réseau de librairies en France, marque le point de départ du marché du livre d’occasion en 1888. Alors que ce commerce n’intéressait au départ que les étudiants par ses prix faibles sur les livres scolaires, au fil des années, l’enseigne se développe en province. Au final, Gibert Joseph s’installe comme l’enseigne nationale de référence dans l’achat et la vente de livres d’occasion, réalisant, en 2022, plus de 70 millions d’euros de chiffre d’affaires grâce aux livres, dont un tiers provenant de l’occasion. 

Au début des années 2000, le marché de l’occasion connaît un développement exponentiel, majoritairement via la vente en ligne avec la création de Momox, une des nombreuses plateformes de vente d’occasion. Elle a su se démarquer et occuper une place sur le marché français qui n’était, à cette époque, pas encore occupée. En 2020, ce géant berlinois percevait 49 millions d’euros de chiffre d’affaires grâce à la vente de livres d’occasion français, ce qui représentait 90% de ses ventes totales de livres.

  1. L’élargissement de ce marché

Le marché de l’occasion se développe et se réinvente continuellement. Celui du livre n’y fait pas exception. Bien au contraire, d’après une étude réalisée en 2022 par la SOFIA (Société Française des Intérêts des Auteurs de l’écrit) et le Ministère de la Culture, le chiffre d’affaires du livre d’occasion a été estimé à 350 millions d’euros en France, ce qui représente une augmentation de 49% sur les cinq dernières années. De plus, le nombre d’acheteurs d’occasion a, lui aussi, augmenté de 11% en cinq ans. Cela marque une réelle tendance au sein du marché du livre d’occasion qui connaît un essor constant et soutenu. Ce phénomène s’explique largement par des raisons économiques. D’après cette même étude, la motivation principale de 76% des acheteurs de livres d’occasion est de faire des économies. Les considérations écologiques, notamment, passent en arrière-plan. Ainsi, dans un contexte économique où les inégalités économiques et sociales ne cessent de se creuser depuis une quarantaine d’années, l’achat de livres d’occasion s’installe durablement dans les pratiques des lecteurs et occupe une place de plus en plus importante sur le marché du livre (9%). Il se trouve, en effet, que 53 % des acheteurs de livres papiers achètent également d’occasion. Parmi eux, 44% de personnes achètent tant de l’occasion que du neuf et 9% achètent uniquement de l’occasion. Pourtant, seulement 20% des librairies vendent des livres d’occasion, ce qui laisse l’opportunité à ce marché de se développer davantage.

  1. L’exemple de La Bourse aux Livres

Au sein de ce développement constant de l’occasion sur les plateformes en ligne, La Bourse aux Livres (BAL) prend son envol et s’inscrit comme une des meilleures plateformes d’occasion de livres dès son lancement en 2020. 

À la fin de sa première année sur le marché, cette nouvelle start-up, entièrement française et créée par trois jeunes entrepreneurs lillois (Lovera D., Castano T., Taillandier A.), avait déjà revendu 280 000 ouvrages des 420 000 livres qu’elle avait collectés. Lors de la création, ils souhaitaient, à l’origine, centrer leur activité sur la revente des livres scolaires et universitaires. Cependant, face à l’engouement et l’opportunité du secteur, ils ont décidé de se développer en élargissant leur catalogue. D’après Alexandre Taillandier, le but principal de leur plateforme est de « faire de l’occasion une norme » sans pour autant concurrencer les librairies. À l’avenir, ils espèrent même pouvoir travailler en partenariat avec des libraires. En permettant un achat rapide de livre d’occasion, la BAL permet de se démarquer, notamment auprès des jeunes qui sont les plus sensibles à la question écologique et qui sont, de fait, plus enclins à acheter d’occasion.

Étant l’un des seuls acteurs français au sein de cette activité basée sur l’occasion du livre, la BAL a une réelle volonté écologique. Leur but premier était de revaloriser le plus grand nombre d’ouvrages d’occasion possible tout en aidant les consommateurs à réduire leur impact environnemental sans avoir à fournir d’effort particulier. Fonctionnant sur le modèle du dépôt-vente, la BAL se présente comme étant « la plateforme qui offre une seconde vie à vos livres ». De plus, la plateforme promet la revente des ouvrages au bout d’un an maximum, ce qui est généralement le cas puisque 93% des livres présents sur leur site sont revendus. Lorsque le livre envoyé n’est pas revendu dans l’année, nous avons le choix entre le récupérer en payant les frais de port (4€) ou le laisser à l’entreprise qui en fait don à l’association Bibliothèques sans Frontières. Leur volonté écologique transparaît également lors de la sensibilisation qu’ils effectuent au sein de leur application et de leur site. Lors d’un achat ou d’une vente en partenariat avec la Bourse aux Livres, chaque usager voit l’empreinte carbone qu’il a permis d’économiser en offrant une seconde vie aux livres. 

  1. Le livre voyage jusqu’à Grenoble

Le marché du livre de seconde main commence à s’étendre, notamment sur internet, mais qu’en est-il des boutiques physiques ? 

Aujourd’hui, rares sont les librairies de seconde main. Gibert Joseph, bien que faisant partie de ce marché, est principalement vendeur de livres neufs. Cependant, à Grenoble, nous avons trouvé la perle rare : le Livre voyageur, une librairie d’occasion tenue par Sylviane Clier. La gérante a su saisir l’opportunité de reprendre La Bouquinerie juste avant sa fermeture afin de lui laisser une seconde chance. Le principe est simple : acheter les livres que tout un chacun propose et les revendre à petit prix en fonction de l’état, de l’ancienneté et du format du livre. Ce petit lieu original et chaleureux est rempli d’une large gamme de livres, passant de la poésie à la littérature contemporaine, des livres anciens aux livres féministes, sans parler des innombrables romans. Mais l’on trouve surtout, selon Sylviane Clier, « ce que l’on n’était pas venu chercher ». Un endroit qui ravit les bibliophiles, les porte-monnaies et la planète.

Nous observons que malgré un essor majeur du livre d’occasion sur internet, les librairies d’occasion ont du mal à s’imposer. Qu’attendons-nous pour nous questionner sur ce contraste et agir sur cette situation ?

Calafato S., Maifret M., Stehlin O.
M1 MDLE, parcours édition

Sources principales :

Un modèle plus écologique de librairie est-il possible ?

On sait que le livre n’est pas écologique, sa fabrication consomme énormément de ressources, notamment de l’eau, et émet également une importante quantité de gaz à effet de serre. Les deux premiers postes d’émission sont la production de papier et l’impression. À cela s’ajoute le transport des matières premières, celui des livres finis, ainsi que les consommables pour les transporter : cartons, plastique, palettes, etc. Enfin, il ne faut pas oublier le problème du pilon : 14,7 % des livres produits sont pilonnés chaque année, ce qui représente environ 61 millions d’exemplaires. Ce sont autant de points sur lesquels s’améliorer tout au long de la chaîne du livre. Ce billet s’intéresse plus particulièrement aux librairies et à leur engagement dans cette thématique d’écologie du livre. Une étude de terrain sous forme de client mystère, afin de relever les éléments qui montrent un engagement écoresponsable, a été réalisée à la librairie Luna.

La librairie Luna est une librairie café féminine et inclusive rue Alsace-Lorraine, à Grenoble. La boutique est divisée en deux partie : une partie librairie « qui met l’accent sur le féminin et les diversités en tout genre » et une partie café, avec des tables et des canapés au milieu.

Dès l’entrée, un autocollant sur la porte indique l’utilisation de produits écoresponsables dans la partie café : « une attention particulière sera apportée à la qualité et la provenance des produits : local, bio et équitable seront des critères privilégiés pour notre approvisionnement. »

Dans la partie librairie, on peut voir qu’il y a tout un rayon destiné à l’écologie et au développement durable, ainsi qu’un rayon « nature writing » consacré aux livres en rapport avec la nature, quels que soient leur genre (roman, guide touristique, guide écologique, etc). Il y a également un rayon écologie dans la partie pour enfants. Ces rayons sont aussi fournis que les autres, et occupent une place centrale, que ce soit dans la partie pour les enfants ou dans celle pour les adultes.

En se penchant sur les livres en eux-même, on peut remarquer que les livres avec un label « Fabriqué en France » sont mis en avant. D’autres labels sont également présents, comme le label FSC (Forest Stewardship Council), qui garantit que les bois utilisés sont conformes aux procédures de gestion durable des forêts, le label KERO, qui s’engage pour l’environnement en réduisant l’empreinte carbone des livres, ou encore le label PEFC, qui garantit que le produit contient au moins 70 % de matières issues de forêts gérées durablement, ou de matières recyclées. Ce label est également présent sur certains jouets en vente dans la partie dédiée aux enfants.

La librairie propose également du matériel scolaire écoresponsable, fabriqué en France et en Europe. L’achat de certains produits permet un don de 50 centimes à la WWF. Les prospectus pour les fournitures écoresponsables sont imprimés sur du papier contenant des graines à planter.

Au niveau de la caisse, on peut trouver des cartes postales faites à partir de tissus recyclés, d’autres imprimées sur du papier recyclé à Grenoble.

La liste des points négatifs est bien plus courte, puisque le seul inconvénient notable est la présence de plantes en plastique.

Malgré les problèmes liés à la fabrication du livre, il est tout de même possible de rendre cet objet plus écologique, que ce soit lors du processus de fabrication, en réduisant les distances entre les imprimeurs et les libraires, ou encore en incitant les clients de consommer autrement. À l’instar de la librairie Luna, d’autres librairies s’engagent pour faire du livre un objet plus écologique, et prouvent que des solutions sont possibles pour réduire son empreinte environnementale.

Sensibilisation du client à l’écologie dans sa librairie : combat perdu d’avance ou premier pas essentiel ?

“Madame, auriez-vous un moment pour parler de l’écologie en librairie—” La fin de la phrase n’aura jamais lieu, la cliente a vivement secoué la tête au moment où le mot ‘écologie’ a franchi nos lèvres. Avec consternation, notre groupe l’observe partir au loin sans même nous accorder une seconde de plus. C’est un scénario que nous avons vécu encore et encore, soulignant le défi que représente la sensibilisation à l’écologie dans un environnement de librairie.

Un bastion à mauvaise réputation

L’écologie est un sujet qui est apparu et resté en force dans l’espace publique depuis peu. La première conférence internationale sur l’environnement humain s’est tenue en 1972 à Stockholm, et le sujet est entré dans le domaine éducatif dans la même période. Le public n’est donc pas ignorant sur cette question, mais la majorité ne semble pas y être concernée. Une étude du gouvernement, demandant aux Français de noter leurs sensibilités environnementales de 1 à 7, atteint une moyenne de 4,94 en 2021.

La SLF (Syndicat de la Librairie Française), offre quelques conseils pour sensibiliser les clients comme « développer son rayon écologie/développement durable », « communiquer sur les actions de la librairie » et « organiser des événements sur le thème de l’écologie ». Ses petites ou grandes actions sont un moyen de rendre le sujet plus accessible, moins effrayant aux clients les plus réfractaires à s’intéresser à la cause.

Des acteurs pourtant essentiels

Dans le rapport de The Shift Project, Décarbonons la Culture, les chiffres nous montrent que le client n’est pas exempt des émissions de co2 dans la chaîne du livre. En effet, les déplacements de clients vers la librairie constituent plus de 10% des émissions moyennes par livre. Un sondage de 2021 montrait que presque la moitié (45%) des clients venaient en voiture à la librairie. Pourtant, selon une étude du gouvernement en 2022, seulement 15% des réponses désignent ‘les ménages’ comme devant agir en priorité pour la protection de l’environnement.

Nous arrivons alors dans un cercle vicieux, où la responsabilité de l’action écologique est continuellement rejetée les uns sur les autres, sans que personne ne prenne l’initiative d’agir de façon nécessaire. Le fameux « triangle de l’inaction » prend tout son sens ici, avec les maisons d’éditions qui refusent ne serait-ce que d’essayer de parler d’écologie, et des clients qui ne se sentent pas concernés. Il est évident que l’industrie elle-même doit changer de système, et rapidement. Mais il est essentiel pour les consommateurs de se sentir inclus dans ce combat, sans se sentir culpabiliser.

Doucement mais sûrement… mais quand sera-t-il trop tard?

A ménager les sensibilités de chacun, un combat comme celui de l’écologie peine à avancer. Le monde se dirige dangereusement vers un réchauffement des températures de 2,8 degrés Celsius, il est donc impératif de réduire nos émissions. La COP 28 qui se déroule actuellement à Dubaï fera compte des avancées, ou non, des objectifs pour la planète. Il est indispensable que le monde du livre évolue avec son temps et opte pour de nouvelles règles, sous peine d’être laissé sur le banc de touche. Le but n’est pas un monde sans livres ni production de ceux-ci, mais bien une évolution de notre système actuel. Le lecteur, client de librairie ou de livre numérique, se doit d’avoir une conscience et une consommation éthique.

Il est à remarquer tout de même que les librairies semblent l’acteur qui s’implique le plus dans le combat écologique dans le monde du livre, contrairement aux maisons d’éditions ou aux fabricants. Que ce soit par mettre en avant des livres parlant du sujet ou éco-responsable, par des conférences organisées, ou par un choix de catalogue et de livre fabriqués de façon responsable ou de seconde main, les libraires sont indispensables dans le processus. Il est donc temps que l’ensemble de ce monde suive le mouvement, pour un futur en paix et parsemé de livres.

BARRAL Eva, M1 MDLE parcours Edition

Sources

  • PAUTARD, Eric. « Opinions Des Français Sur l’environnement En 2022. » Données et Études Statistiques Pour Le Changement Climatique, l’énergie, l’environnement, Le Logement, et Les Transports, Ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires, 23 février 2023, www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/opinions-des-francais-sur-lenvironnement-en-2022#:~:text=prot%C3%A9ger%20l%27environnement.-,Les%20Fran%C3%A7ais%20toujours%20plus%20inquiets%20face%20au%20changement%20climatique,sujet%20atteint%20un%20niveau%20record
  • Syndicat de la librairie française, « Bonnes pratiques en librairie », 20 septembre 2022, https://guide.syndicat-librairie.fr/developpement-durable/bonnes-pratiques-en-librairie
  • The Shift Project, Décabornons la Culture !, 2021

Les lecteurs grenoblois ne s’intéressent pas au lieu d’impression de leurs ouvrages, pas par désintérêt « actif », mais parce qu’ils n’y pensent pas.

Le 19 octobre 2023 après-midi, dans le cadre d’une démarche appelée « Projet S », qui consistait en un sondage sous forme de questionnaire à choix multiples1 auprès des clients d’un point de vente de livres, afin de les interroger sur des pratiques écologiques liés à ces lieux, je me suis rendu au Momie Manga de Grenoble. J’ai obtenu 21 réponses en 4 heures.

Une des questions était « Lorsque vous achetez un livre, êtes-vous attentif au lieu d’impression ? (Réponse facultative) ». Les réponses possibles étaient : « Oui, j’y suis attentif.ve », « Oui, je m’y intéresse mais ne trouve pas l’information » ou « Non, je ne m’y intéresse pas. ».

La réponse donnée a été quasi-systématiquement, à deux exceptions près, « Non, je ne m’y intéresse pas. ». Toutefois, il s’agit de la question qui a suscité le plus d’interrogations auprès des sondés. C’est celle qui a suscité le plus de conversations, plusieurs clients ayant déjà remarqués qu’il y avait relativement peu de livres imprimés en France, mais n’avaient pas poussé plus loin, sans chercher plus loin. Les autres déclaraient tout simplement n’avoir jamais réfléchi sur ce sujet, mais se sont montrés intéressés. Leurs réactions tendaient à alterner entre soulagement d’apprendre que de moins en moins de livres vendus en France étaient imprimés en Chine et que la plupart l’étaient plutôt en Europe, et l’agacement que peu de livres soient imprimés directement en France. Ceux qui avaient entamés la conversation sur ce sujet semblaient présenter une réelle curiosité. Un jeune homme interrogé nous a même donné son adresse mail, car il se disait intéressé par le projet de décarbonation de l’économie du livre – l’origine du sondage « Projet S » –, qu’il venait pourtant de découvrir, et aimerait recevoir les articles à ce sujet après leur publication.

L’échantillon était réduit et peu représentatif : il n’y a eu que 21 individus tous interrogés la même après-midi, les moins de 50 ans étaient surreprésentés, ils venaient tous d’Isère et presque tous de l’agglomération de Grenoble… De plus, je n’ai pas eu les résultats exacts des réponses aux questionnaires remplis avec les clients – les résultats étaient enregistrés directement sur internet sur une page à laquelle je n’ai pas accès et non sur le smartphone que j’utilisais pour transmettre les réponses – ni aux résultats globaux de l’enquête auxquelles d’autres personnes ont participé, et j’écris donc sur la base de ma mémoire et des quelques notes que j’ai prises sur le terrain. Ce billet n’a donc que la valeur d’un témoignage isolé, et non la fiabilité d’un processus de recherche complet en sciences sociales. Il est donc difficile et déconseillé de tirer des conclusions généralisables sur cette seule base.

Cependant, les personnes interrogées admettaient être très peu informées sur le bilan carbone du transport du livre entre son lieu de production et son lieu de vente, mais lorsque le sujet était abordé, montraient de l’intérêt et déjà une forme d’investissement émotionnel. Puisque nous ne pouvons pas suivre les individus sondés sur la durée, il nous est impossible de savoir si cet intérêt a perduré dans le temps, et s’ils se sont informés sur cette thématique de leur côté. Mais déjà, nous pouvons affirmer qu’en soit c’est un sujet qui peut attirer l’attention des lecteurs. Et donc, un potentiel levier de décarbonation du livre, au moins pour les points de vente de l’agglomération de Grenoble.

Arnaud BOISNARD, étudiant en Master 1 Métiers du Livres et de l’Édition, à l’Université Grenoble-Alpes.

1Lien vers le questionnaire : https://s8hqlq09uhw.typeform.com/to/khc0vsJz

Le nouveau rôle des Maisons d’Edition Cartoneras

Nous savons tous que la phase de fabrication du livre concentre l’essentiel des problématiques environnementales. Face à cette réalité, des maisons d’éditions ont choisi une nouvelle méthode de fabrication pour continuer d’éditer leurs livres de manière plus responsable : l’utilisation de carton récupéré dans les commerces et dans les rues.

Cette initiative voit le jour en Argentine dans les années 2000. A cette époque de nombreux pays sont en pleine récession et le marché du papier connait une pénurie. En réponse à cette problématique, Santiago Vega décide d’ouvrir en 2003 la première maison d’édition cartoneras à Buenos Aires : Eloísa Cartonera. Aujourd’hui son catalogue compte plus de 200 titres.

Le carton étant une matière première économique que l’on peut trouver facilement, c’est une bonne façon de fabriquer des livres de manière plus écologique mais aussi économique. Les maisons d’éditions cartoneras collectent elles-mêmes leurs cartons ou les achètent aux récupérateurs de rues.

Ces maisons d’éditions cartoneras allient une dimension sociale, culturelle et écologique dans leur démarche éditoriale. L’objectif étant de revaloriser le carton au vue du prix très élevé du papier et de l’existence d’une matière première déjà existante. Ainsi, les maisons d’édition récupèrent du carton en bon état pour l’utiliser en tant que support pour la création d’ouvrages.

Cette initiative a aussi une facette culturelle et sociale puisque les maisons d’éditions qui s’inscrivent dans cette lignée veulent mettre en valeur des auteurs peu connus et sensibiliser les écoles et les centres culturels à la pratique culturelle. Leur intérêt premier n’était pas de créer un projet à but lucratif.

Elles sont aujourd’hui présentes dans de nombreux pays même s’il n’est pas possible d’en connaitre le nombre exact puisqu’elles ne sont pas inscrites dans un registre officiel. Entre 2003 et 2018, D. Canosa en a dénombré 280 principalement en Amérique latine mais également en France et en Espagne. Ce projet a donc connu un rayonnement international.

On peut prendre l’exemple de la maison d’édition alternative Cosette Cartonera, fondée en 2016 par Alicia Cuerva à Clermont-Ferrand. Dans cette maison d’édition chaque livre est fabriqué grâce à des cartons de récupération et les couvertures sont peintes à la main.

Cette méthode de fabrication du livre à base de carton revalorisé propose une alternative à la pensée productiviste et industrielle qui marque encore la chaine du livre. Elle a un impact positif sur la production du livre, cependant, elle reste minoritaire et peu présente en réalité sur le marché du livre.

Manon MERCIER – M1 MDLE

SOURCES :

Collectif . (2021). Les alternatives: écologie, économie sociale et solidaire : l’avenir du livre ?

Kudaibergen, J. (2020, 1 janvier). Las editoriales cartoneras mexicanas y la democratización de la cultura : retos y propuestas de la edición alternativa.

Le papier de pierre, une révolution verte de l’industrie papetière ?

Nous savons tous que le bois est la principale matière première utilisée pour la fabrication du papier. Cependant notre consommation de papier actuelle engendre de graves conséquences en termes de déforestation. On estime qu’au niveau mondial, environ 13 millions d’hectares de bois bruts disparaissent chaque année. Des chiffres inquiétants qui ne tendent pas à diminuer. A cela s’ajoute les quantités considérables d’eau utilisées pour la production du papier.

Pour contrer cette problématique, des ingénieurs taïwanais de la Taïwan Lung Meng Tecnology Corporation ont mis au point une vraie nouveauté dans le monde du papier : le papier de pierre.

Ce papier est fabriqué à partir de roche calcaire et de polyéthylène non toxique. Le processus de fabrication ne requiert aucun acide, blanchiment (le carbonate de calcium qui la compose la rend blanche naturellement), ni alcali (solution aux propriétés basiques) et ne rejette aucun déchet dans la nature. Il préserve la qualité des eaux et des sols en contournant l’emploi d’agents blanchissants polluants (souvent à base de chlore ou d’eau de Javel).

À titre de comparaison, la production d’une tonne de pâte à papier classique nécessite l’utilisation de 2 à 3 tonnes de bois et l’usage de plus 60 000 à 100 000L d’eau (cf. image ci-dessous). Le procédé total dégage environ une tonne d’émissions de CO². En plus de résoudre les problèmes de déforestation, le papier de pierre résout également la problématique de l’eau puisqu’aucune goutte n’est utilisée dans son processus de fabrication. C’est un progrès écologique conséquent.

Ce processus de fabrication permet au pays n’ayant plus suffisamment de bois ni d’eau de continuer de produire du papier. Cette alternative permet par la même occasion de préserver une partie de nos forêts et de notre eau.

Le papier de pierre étant un papier fait de roche et de résine, il est étanche et résiste au temps. Il peut être utilisé de différentes manières telles que pour la fabrication de livres, d’affiches, de carton et peut même remplacer certains emballages plastiques. Il peut être aussi intéressant d’utiliser ce papier comme support pour les œuvres, ce qui permettrait d’éviter leur dégradation dû à l’humidité.  L’un des autres avantages du papier de pierre est qu’il est peu absorbant, il consomme jusqu’à 20 à 30 % d’encre en moins qu’un papier classique.

Le but n’est pas de remplacer complètement le papier « classique » par du papier minéral. En effet le papier « classique » n’a pas qu’une empreinte négative sur l’environnement puisqu’il peut être fabriqué à partir de forêts gérées durablement et peut être facilement recyclé à condition d’ajouter de nouvelles fibres de bois vierges, dont l’extraction consomme des milliers de litres d’eau. Ce n’est pas le cas du papier minéral qui, faute d’utilisation suffisante en France, n’a pas d’entreprise spécialisées pour son recyclage et doit donc être transporté jusqu’en Asie pour connaître une seconde utilisation.

On remarque donc que chaque progrès écologique a ses limites et qu’il est préférable de les combiner pour permettre une décarbonation du monde du livre.

Manon MERCIER

SOURCES:

Papier Ecologique en remplacement des supports 100 % plastiques-Mineral Paper. (s. d.).

Le papier de pierre : révolutionnaire et écologique. (2018, 21 septembre). Kaizen. 

Pionnier et leader : le perpétuel combat d’Hachette Livre contre la décarbonation

En prime d’être le leader des maisons d’édition française, Hachette Livre s’instaure, depuis 2009, également comme pionnier de la gestion environnementale durable. En effet, cela fait 12 ans qu’Hachette Livre a mené ses premières actions en faveur de l’environnement, ils ont su identifier et réduire leurs émissions de gaz à effet de serre d’environ 20%. Ce qui les place en tête des maisons d’édition engagées dans la décarbonation de la chaîne du livre. 

Pour mener à bien cette volonté d’engagement dans l’écologie, le groupe n’a pas hésité à collaborer avec Carbone 4, un cabinet de conseil de référence sur les enjeux environnementaux. 

Depuis 2009, Hachette Livre a mené de nombreuses actions pour limiter leur taux de carbone tels que s’entourer de collaborateurs soucieux de l’environnement, investir dans un papier certifié, mais encore sensibiliser les acteurs du groupe à ce projet, etc. Cependant, face à l’amplification de la crise énergétique, Hachette Livre a décidé d’intensifier sa politique et le nombre d’actions mises en place afin de restreindre au mieux sa consommation d’énergie et son empreinte carbone et environnementale. 

Ainsi, d’après le communiqué de presse qu’ils ont publié le 21 décembre 2022, le groupe a instauré la « stratégie 30/30 ». 

« Stratégie 30/30 » qu’est-ce que ça signifie ? 

À travers cette stratégie, Hachette Livre cherche à s’engager davantage dans une volonté de réduction de 30% de ses émissions globales d’ici 2030 ce qui lui permettra d’accroître ses actions de décarbonation. Ce plan d’action est en corrélation avec celui mis en place par le groupe Lagardère qui repose sur une approche SBTi (Science-based targets initiative). 

            Conceptualiser en coopération avec le cabinet Carbone 4, ils ont su identifier les différentes sources d’émissions de gaz à effet de serre et par conséquent, concevoir des actions concrètes, mesurables et traçables sur plusieurs domaines de travail tels que le papier, la surfabrication, la fabrication et le travail, d’un point de vue français ou international. 

« Engagement inédit dans le monde de l’édition, de par son envergure internationale et de par sa modélisation intégrant les 3 scopes, avec un objectif de réduction de 30% des émissions liées à ses activités d’ici 2030, soit une réduction de 2,5% par an » – Communiqué de presse d’Hachette Livre. 

Avec cette stratégie, le groupe est le premier dans le monde de l’édition à proposer un plan de décarbonation audacieux basé sur des efforts de réduction de ses émissions. 

Très bien, mais qu’est-ce que les 3 scopes ? 

  • Scope 1 et 2 : émissions directes, c’est-à-dire les véhicules et bâtiments (consommation de combustibles fossiles, électricité, fuite de gaz réfrigérants, etc.). L’ensemble de ces deux scopes correspond à 3% des émissions de l’ensemble du groupe. 
  • Scope 3 : concerne la production de papier, l’impression-façonnage, le transport amont-aval et la fin de vie des produits. Celui-ci, quant à lui, renvoie à 97% des émissions du groupe. 

Hachette Livre va donc introduire de nouvelles actions dans l’objectif de réduire ses taux, notamment le taux du Scope 3 sur lequel il va se centrer. 

Cependant, en quoi cela consiste concrètement ? 

Concernant les scopes 1 et 2, Hachette Livre vise à instaurer une nouvelle politique de flotte de véhicules, un passage du fioul ou du gaz à l’électricité ou à la biomasse, à l’installation de panneaux solaires, à la formation des salariés à l’éco-conduite, à la mise en place d’un système de pilotage de l’énergie et vise à tendre vers une consommation d’énergie 100% renouvelables dès 2026. 

À propos du scope 3, Hachette Livre a décidé de s’orienter sur 4 grands axes de travail :

  • – 30% du taux de livres pilonnés (Pillon des retours ou du sur stock) ;
    • Développement des outils pour l’optimisation de la visibilité sur les stocks de l’ensemble de la chaîne ;
    • Utilisation de la data pour permettre aux éditeurs et aux équipes commerciales d’optimiser aux mieux les tirages et réduire les retours ;
  • -26% d’intensité carbone liée à la production de papier ;
    • Renforcer la prise en compte des critères environnementaux dans le choix des fournisseurs de papier ;
    • Favoriser de manière systématique des papetiers les moins émissifs et établir des objectifs d’intensité carbone annuels ;
  • -18% d’intensité carbone des activités d’impression-façonnage ;
    • Renforcer la prise en compte des critères environnementaux pour la sélection des imprimeurs et relieurs dans les appels d’offre ;
    • Favoriser des imprimeurs et des relieurs moins émissifs et établir des objectifs d’intensité carbone annuels ;

Sur une dimension annuelle, le groupe vise à réduire de 1% le fret amont et de 1,5% le fret aval. 

  • Essayer de remplacer le fret aérien par du fret maritime ou routier 
    • Challenger les fournisseurs pour optimiser leurs livraisons 
    • Réduire les volumes de produits 
    • Identifier les produits qui pourraient être fabriqués localement 
    • Inclure les performances environnementales dans les appels à projets 
    • Grouper les livraisons à l’international 

Avec cette « stratégie 30/30 », le groupe Hachette Livre s’impose indéniablement comme le leader environnemental des maisons d’éditions avec des actions diverses et variées de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Dans une vision plus globale du projet, le groupe cherche également à associer ses collaborateurs à cette initiative, à travers la mise en place de green week, d’éco conception, ou encore d’éco-challenge. De plus, la sensibilisation prend une grande place dans leur projet de décarbonation, pour cela, chaque nouvel acteur de l’entreprise suivra une formation de sensibilisation aux enjeux environnementaux. Par conséquent, Hachette Livre consacre une grande partie de leur réflexion autour des questions environnementales. Ils sont continuellement à la recherche de nouvelles innovations afin de décarboner au mieux leurs ouvrages et leur groupe. 

Camille Gibaudan, MDLE 

Source :

RSE
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search