Papiers PEFC ou papier FSC : l’assurance d’une meilleure empreinte carbone ?

Logo du label FSC et du label PEFC

 

Trois quarts du bilan carbone du livre : voilà ce que représente la part de la fabrication du papier dans la production d’ouvrages. Ainsi, son optimisation est un facteur important auquel les éditeurs doivent prêter attention afin de réduire leur impact environnemental, notamment par la diminution de leur taux d’émissions de carbone lié à la création du papier. 

Tout d’abord, on pourrait s’interroger sur la manière dont est fabriqué le papier. Le papier est élaboré à partir de fibre de bois -aussi appelé fibre vierge- et donc de l’exploitation de forêts, d’une importante quantité d’eau, d’énergie et enfin de produits chimiques. 

Cependant, depuis quelques années, l’Europe s’inscrit de plus en plus dans une logique écologique, notamment en favorisant l’utilisation de papier recyclé. Néanmoins, le papier recyclé agit seulement sur la biodiversité étant donné la limitation de nouvelles coupes de bois et par une moindre consommation d’eau et d’énergie. Par conséquent, le papier recyclé ne réduit pas pour autant l’émission de carbone et reste très écotoxique notamment par son processus de désencrage. De plus, celui-ci ne peut être recyclé que cinq fois tout au plus avant de perdre en qualité. 

Toutefois, l’utilisation de papier recyclé ne représente que 2% de la production de livres en France. Néanmoins, dans une démarche écologique, les éditeurs favorisent l’utilisation de papier provenant de forêts européennes ou de papier dits labellisés : les papiers PEFC ou FSC. 

Ces deux labels de certification forestière possèdent deux origines différentes : 

Le label FSC -Forest Stewardship Council- est une organisation à but non-lucratif créée en 1993 par des associations environnementales et est basé à Bonn en Allemagne. Celle-ci est soutenue par de nombreuses ONG et a certifié environ quatre-vingt-dix millions d’hectares de forêts dans le monde. Ainsi, cette labellisation permet de s’assurer que les matériaux proviennent d’une forêt gérée de manière durable et responsable. 

Le label PEFC -Programme européen de certification forestière-, a été créé par des industriels et des associations de protection de l’environnement en 1998. Ce label, quant à lui, est basé au Luxembourg et cherche à assurer que le papier a été produit à partir de pâte composée de fibre de bois provenant de forêts gérées durablement. C’est également une organisation à but non-lucratif qui regroupe environ deux cents millions d’hectares de forêt. 

Cependant, on constate que ces deux labellisations ne concernent que la gestion de forêt, c’est-à-dire la provenance des fibres de bois et non leur fabrication. 

Ainsi, les papetiers labellisés PEFC et FSC certifient utiliser des fibres de bois issus de forêts gérées de manière responsable et durable, collectent les déchets des scieries, améliorent le traitement des rejets, réduisent l’utilisation d’arbres provenant de milieu naturel, interdisent l’utilisation de pesticides et encadrent davantage l’utilisation des produits phytosanitaires. 

Finalement, ces labels permettent aux éditeurs de montrer qu’ils s’engagent peu à peu dans une démarche écologique en fonction de leurs moyens et de leurs ressources tout en s’assurant de la provenance de leurs matériaux. Qui plus est, sur la quatrième de couverture des livres, on peut constater qu’ils ne sont pas tous labellisés de la même manière. Voici les trois formes de certification que l’on retrouve majoritairement : 

  • Label 100% : le papier n’est composé que de matériaux provenant de forêts gérées durablement.
  • Label mixte : le papier est composé de matériaux certifiés et d’autres produits contrôlés.
  • Label recyclé : les matériaux forestiers que l’on retrouve dans ce produit ont été recyclés. 

Ainsi, lorsque les maisons d’édition s’interrogent sur la provenance de leurs matériaux comme cela est le cas avec les certifications forestières PEFC et FSC. Elles n’assurent pas une empreinte carbone plus faible, mais tendent à une logique écologique en préservant davantage les forêts à travers un choix plus responsable et durable.

GIBAUDAN Camille, M1 MDLE

Source : 

 

 

 

 

Cycle de conférences: “décarboner le livre”

Ces conférences s’adressent aux étudiants en formation ainsi qu’aux professionnels en activité qui souhaitent s’engager dans la transformation des pratiques qu’impose la décarbonation des activités dans le secteur des métiers du livre et de l’édition.
Ces conférences seront proposées une fois par mois durant les six prochains mois sur le site de l’Université de Grenoble Alpes en présentiel ou via la plateforme Zoom.
Les intervenants pressentis sont des acteurs et observateurs privilégiés de la transformation en cours dans la chaine du livre et viendront rendre compte de leurs expériences et des enseignements qu’ils en tirent. Au travers de ces témoignages, l’objectif est de saisir les différents contextes, d’identifier la nature des obstacles rencontrés et les conditions de réussite de tels projets afin d’en tirer les enseignements nécessaires pour élaborer un savoir-faire commun et encourager d’autres initiatives.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search