L’inscription des bibliothèques dans les objectifs de développement durable

À l’instar de tous les rouages de la chaîne du livre, les bibliothèques sont sujettes aux questions de l’écologie. Les enjeux liés au développement durable sont progressivement entrés dans les mœurs et les bibliothèques, en constante mutation, doivent elles aussi penser ces problématiques. Le système de prêt du livre constitue déjà en lui-même un geste éco-responsable et il serait possible d’envisager que ces pratiques soient suffisantes. Pourtant, comme toute infrastructure, les bibliothèques émettent une empreinte carbone qu’il est important de prendre en compte. Quelles peuvent être alors les actions et les pistes de réflexions à instaurer en bibliothèque dans une démarche plus écologique ? 

Les enjeux écologiques des bibliothèques 

 La consommation des ressources telles que l’énergie, l’électricité ou encore l’eau, impacte l’empreinte carbone des bibliothèques de manière différente en fonction de la constitution des structures. Les constructions de ces bâtiments souvent datées n’ont pas nécessairement pris en considération la question écologique. Nombreuses sont les bibliothèques à être reconfigurées ou déménagées afin de tenir davantage  compte des besoins des usagers et des enjeux contemporains, dont celui du développement durable.  

L’empreinte carbone du livre n’est pas à négliger. La fabrication, l’impression et le transport du livre affectent son bilan carbone. Même en bibliothèque où le livre passe entre de nombreuses mains, il est sujet au désherbage.  La Bibliothèque publique d’information déclare désherber près de 18 000 livres chaque année. Nécessaire pour des questions de place et de visibilité, le désherbage concerne un grand nombre d’ouvrages qui ne sont, pour la plupart plus empruntés ou devenus obsolètes. Une fois sortie de la bibliothèque, une certaine part des livres sont détruits, l’empreinte carbone des livres est alors augmentée. Dans l’objectif de développement durable, il s’agit d’un enjeu essentiel à relever. 

La sobriété numérique en bibliothèque est un autre enjeu soulevé par le développement durable. Pour une bibliothèque plus verte, il faut réduire l’impact émis par le numérique, cet objectif nécessite de repenser les usages que nous faisons de l’informatique. Les bibliothèques ont un rôle à jouer en tant que modèle de référence auprès des usagers. 

Enfin, la mobilité pour se rendre en bibliothèque joue également sur l’empreinte carbone. Il n’existe pas de solution miracle, l’emplacement dans lequel s’implante la structure a une influence sur les modes de déplacements. La sensibilisation auprès des usagers peut être un moyen de les amener à réfléchir sur leur mobilité.  

Des accords pour des bibliothèques plus vertes 

En 2016, a été signé par les Nations Unies, l’Agenda 2030 avec 17 objectifs de développement durable à atteindre. Dans cette lignée, un site web spécifique sur l’Agenda 2030 axé bibliothèque a été créé afin de sensibiliser et de donner accès à des ressources clés pour les professionnels. Convaincus que les bibliothécaires doivent s’inscrire dans une démarche d’éco-responsabilité, les acteurs de référence, l’Association des bibliothèques de France,  la Bibliothèque publique d’information, l’ENSSIB et le comité français international bibliothèque et documentation sont à l’origine de ce partenariat. 

Améliorer la visibilité et la sensibilisation autour des questions de l’écologie envers les usagers est un des objectifs phares du présent projet. Les bibliothécaires sont eux aussi ciblés, ils n’ont pas assurément conscience que les enjeux du développement durable peuvent et doivent être mis en place au sein des bibliothèques. 

S’inscrivant dans ce même objectif, L’association des bibliothèques de France a fondé en 2022 la commission Bibliothèques Vertes. Les enjeux sont sensiblement les mêmes : proposer de la documentation, sensibiliser, accompagner la réflexion et la création, utiliser des matériaux éco-responsables, etc. La commission a pour but de mettre à disposition des professionnels, des ressources leur permettant de s’inscrire dans l’agenda 2030 et d’avoir une démarche plus vertueuse. 

Des exemples concrets d’actions déjà mises en place

Dans une logique écologique, des grainothèques ont été instaurées dans plusieurs bibliothèques. Basé sur le système du troc, il s’agit d’échanges de graines afin d’encourager la biodiversité. La bibliothèque Maurice Genevoix située à Paris dispose même d’un jardin où elle propose à ses usagers le prêt de parcelles et l’accès à un composteur. 

La sensibilisation auprès des usagers est aussi un moyen efficace et peu compliqué à mettre en place. Des bibliothèques installent des espaces thématiques en lien avec l’écologie où elles prescrivent divers documents pour encourager leur public à s’engager dans une démarche éco-responsable. 

L’organisation d’animations, de journées d’étude ou encore de colloques afin de sensibiliser tous les publics comme les bibliothécaires, sont des pistes intéressantes de sensibilisation. C’est par exemple le cas lors d’une journée d’étude : Pour des bibliothèques (vraiment) vertes ?” organisé par la médiathèque départementale de la Loire qui organisait des séances de réflexions et des animations. Une animation portait sur le désherbage et des brainstorming ont été réalisés afin de lister différentes pistes et exemples des actions pouvant être mises en place. 

La bibliothèque universitaire centrale du Havre ou celle de la médiathèque Alpha d’Angoulême dont les infrastructures ont été conçues de sorte à diminuer leur empreinte carbone, constituent les bibliothèques de l’avenir. 

Des bibliothèques peuvent être rénovées uniquement avec des meubles de récupérations, comme c’est le cas de la médiathèque de Châtelaillon. 

Ainsi des actions existent et doivent se poursuivre afin  d’inscrire les bibliothèques dans une démarche de développement durable.

Mathilde Signoret– M1 Métiers du livre Parcours bibliothèque

BIBLIOGRAPHIE

ABF Bibliothèques Vertes [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://bib.vertes.abf.asso.fr/ 

Accueil, agenda2030bib [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://agenda2030bibfr.wixsite.com/agenda2030bib 

Bibliothèques de la Ville de Paris – Des grainothèques dans les bibliothèques[en ligne]. Disponible à l’adresse : https://bibliotheques.paris.fr/des-grainotheques-dans-les-bibliotheques.aspx?_lg=fr-FR 

Bibliothèques vertes – Association des Bibliothécaires de France [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://www.abf.asso.fr/4/210/981/ABF/bibliotheques-vertes 

Ecologie : quand les bibliothèques passent au vert, Archimag [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://www.archimag.com/bibliotheque-edition/2020/06/26/ecologie-bibliotheques-vert 

Journée de réflexion et d’échanges « Pour des bibliothèques (vraiment) vertes ? », Auvergne-Rhône-Alpes livre et lecture [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://auvergnerhonealpes-livre-lecture.org/articles/journee-de-reflexion-et-d-echanges-pour-des-bibliotheques-vraiment-vertes 

Lecture durable : les bibliothèques se mettent au vert [en ligne].  Disponible à l’adresse : https://www.culture.gouv.fr/Actualites/Lecture-durable-les-bibliotheques-se-mettent-au-vert 

MÉDIATHÈQUE DÉPARTEMENTALE DE LA LOIRE, 2023. Que fait-on des livres désherbés ? Auvergne Rhône-Alpes livre et lecture [en ligne]. 2023. Disponible à l’adresse : https://auvergnerhonealpes-livre-lecture.org/files/79f1d7df/que_fait_on_des_livres_desherbes.pdf 

Décarbonons nos librairies : le cas des goodies

Les goodies sont des objets publicitaires personnalisés, généralement des produits dérivés d’un livre ou même d’une librairie. Les goodies c’est par exemple : un tote bag, un stylo, un mug, un carnet ou même un marque page portant le logo de la librairie qui les distribue. Ils portent un lourd bilan carbone et sont utilisés à des fins commerciales. La pertinence des goodies offerts en sortie de caisse, même ceux éco-responsables et solidaires, est à repenser. Il faut comprendre que ce sont des outils marketing et donc des outils publicitaires qui vont servir à promouvoir les entreprises, voire à les verdir. Ce geste commercial est une méthode stratégique pour attirer de nouveaux clients et il permet aussi de partager les valeurs d’une librairie. L’utilité des goodies est ainsi remise en question vis-à-vis des enjeux environnementaux et de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE).

On peut donc se demander si les valeurs d’une librairie peuvent se transmettre à travers la bonne image de qualité et de durabilité des goodies même si elle se mêle à une surconsommation non sollicitée. Mais surtout si les goodies sont réellement nécessaires dans les librairies.

Pour ce faire, nous allons baser notre étude sur l’enquête 2FPCO réalisée en 2017 par le CSA nommée « Perception des objets publicitaires par les français ». 

Ce graphique permet de répondre à notre question sur la pertinence des goodies. Comme on peut le voir ci-dessus, 67% des personnes conservent et utilisent ces goodies. Alors, si certaines personnes ne peuvent pas s’en passer, il serait plus intéressant de produire des goodies éco-responsables qui transmettent des valeurs de durabilité et de praticité, liés à la RSE, tout en sensibilisant les clients sur l’importance de limiter leur consommation.

Voici par exemple certaines alternatives éco-responsables possibles, en lien avec la décarbonation qui est un enjeu important dans les librairies. 

Les cartes et les stylos à planter des Éditions de mai

Plutôt qu’offrir un tote bag avec le logo de la librairie, les cartes et les stylos à planter des Éditions de Mai pourraient devenir des objets commerciaux qui permettraient de créer un réel impact social et surtout environnemental.

Le concept est simple : le stylo renferme une capsule biodégradable qui contient des graines de tournesol tandis que la carte possède des graines de fleurs des champs. Tous les matériaux utilisés sont 100% naturels, avec : un papier issu de forêts gérées durablement, des encres végétales, du bois de cèdre, tout cela sans colorants ni solvants toxiques et imprimé en France. Ainsi, quelques semaines après avoir planté la carte ou le stylo, une plante poussera tout en participant au développement et à la conservation de la biodiversité.

Ces cartes pourraient donner une nouvelle image de la librairie et donc de la RSE en transmettant des valeurs de protection de l’environnement et surtout en ré-utilisant des ressources.

La carte dématérialisée Éthi’kdo

Une autre alternative possible est la carte dématérialisée Éthi’kdo. C’est la première e-carte cadeau éco-responsable, qui a pour objectif de produire une transition écologique, en apportant une consommation avec un impact positif. Elle favorise par exemple les achats locaux, de seconde main comme des livres d’occasion, de cosmétiques biologiques, etc. Cette carte n’est pas directement liée aux librairies, mais elle permet de manière générale d’offrir une expérience écologique qui permet de sensibiliser les clients à une meilleure consommation.

Pour aller plus loin

On peut mentionner la librairie indépendante Le Failler à Rennes, qui propose une remise de 5% sur présentation d’une carte de transports en commun Korrigo. C’est une nouvelle façon d’envisager une publicité éco-responsable de la librairie, sans utiliser de goodies.

Sources :

Sites annexes :

Margaux Fourcade-Amalric et Sarah Hottelart – M1 MDLE, parcours édition

La mise en place de labels éco-responsables : le pari des maisons d’édition

État des lieux de l’impact de l’industrie du livre sur l’environnement

Le rapport du Shift Project rend compte de l’impact carbone de l’industrie du livre. Nous le constatons particulièrement avec le bilan carbone de Hachette France. Le poste de production représente la plus grande part d’émissions avec 66% au total. Suivi du poste de distribution qui représente 19% des émissions. En somme, les postes de production, de distribution, de diffusion et de vie de bureau représentent au total 169 000 tonnes de CO2eq par an.

On se rend compte qu’il est urgent d’établir une transition vers de nouveaux modes de production pour réduire les émissions de CO2. Cela peut passer par une relocalisation des locaux, un transfert vers des modes de transports moins carbonés, se diriger vers une impression locale et à la demande. Tout cela en ralentissant le rythme et le volume de production.

Toutefois, une production industrielle capitaliste est incompatible avec une réduction des émissions. C’est avec cet environnement que des maisons d’édition se sont donné le pari de créer des labels éco-responsables. Ainsi, ces maisons sont sorties du triangle de l’inaction pour aller vers une sensibilisation plus écologique des modes de production afin de nous encourager à mieux consommer. Sachant que le triangle de l’inaction est représenté par trois pôles : le gouvernement, les entreprises et les citoyens, qui rejettent tous la faute sur l’autre et s’entraînent dans le cercle vicieux d’une inaction perpétuelle.

Le label Yliga des éditions de La Martinière et des Éditions Delachaux & Niestlé

Les éditions de La Martinière et les Éditions Delachaux & Niestlé ont lancé, en 2020, le label éco-responsable Yliga. Ce nom désigne, en langue moré, un arbre aux vertus médicinales qui sait s’adapter aux climats les plus hostiles. Il représente pour eux un symbole d’adaptation ainsi qu’« un exemple d’exploitation vertueuse des ressources naturelles ». De plus, ils s’inscrivent dans une démarche de traçabilité des ouvrages produits dans le respect de l’environnement. Ils portent même l’ambition d’étendre leur label à un tiers de leur production d’ici 2030. 

Ce label est défini par plusieurs critères spécifiques. Il certifie une optimisation de l’utilisation du papier avec des formats d’ouvrages adaptés. De plus, il implique une utilisation de papier certifié FSC et PEFC mais surtout d’utiliser moins de produits chimiques. Il promet des ouvrages sans couverture cartonnée et sans film plastique. Tout cela avec une impression à moins de 1000 kilomètres de leurs entrepôts. Ce label s’étend sur une gamme de titres abordant des sujets liés à l’environnement, aux enjeux socio-politiques et écologiques. 

Le label de Tana Éditions

Tana Éditions, qui appartient à Éditis, a mis en place en 2019 un label éco-responsable, visant à s’investir dans le respect de l’environnement. Ils ont choisi comme emblème un scarabée, symbole de croissance et de fertilité des sols, qui est un animal en voie d’extinction à cause du réchauffement climatique.

L’ensemble des ouvrages publiés sous ce label sont fabriqués à l’aide de papiers labellisés, imprimés en France. Ils sont aussi blanchis sans chlore et utilisent des encres certifiées d’origine végétale.

« Cet engagement militant, authentique et sincère est une évidence pour Tana Éditions, qui a vocation à être un label écoresponsable à l’écoute de la société et de son environnement, sans jamais renier ses fondamentaux d’éditeur éclectique, décalé et enthousiaste. L’engagement écologique n’est pas un sacrifice, et nous sommes persuadés que notre fraîcheur et notre inventivité sont de véritables atouts pour mettre du vert dans nos ouvrages et parler d’écologie auprès de nos lecteurs »

Suyapa Hammje, Directrice éditoriale de Tana Éditions

En somme, Tana Éditions a pour ambition de continuer d’expérimenter  afin de trouver de nouvelles solutions de production durable des ouvrages. C’est pourquoi ils travaillent désormais sur la création de couvertures sans pelliculage, pour réduire l’utilisation de plastique.

Sources :

Documents annexes :

Margaux Fourcade-Amalric et Sarah Hottelart – M1 MDLE, parcours édition.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search