Ensemble, créons plus de librairies hybrides à Grenoble !

Les librairies indépendantes sont confrontées à une concurrence significative de la part de divers acteurs tels que les sites en ligne et les grandes surfaces. Malgré cela, elles demeurent le principal réseau de vente de livres en France. Au cœur de Grenoble, une idée audacieuse émerge : les librairies hybrides. Cette proposition novatrice aspire à créer des espaces culturels ancrés dans le développement durable. Les librairies hybrides offrent une perspective inédite sur le rôle potentiel des espaces culturels dans nos communautés. L’idée sous-jacente à ces librairies va au-delà de la simple vente de livres. En se positionnant comme des lieux polyvalents, cette proposition vise à agir en tant que catalyseur social et économique.

Comment les librairies pourraient-elles devenir des foyers d’activités culturelles, tout en incarnant des pratiques respectueuses de l’environnement ?Explorez avec nous cette vision avant-gardiste du futur des librairies à Grenoble.

D’un lieu de consommation à une expérience culturelle

La création de librairies hybrides permet à l’expérience culturelle de prendre le pas sur la simple transaction commerciale qu’est devenue, malheureusement, la réalité de bon nombre de librairies. Ainsi, en transformant la librairie en un lieu de convergence sociale, elle cesse d’être simplement un point de vente pour devenir un espace de partage, d’apprentissage et de créativité. Elle suscite l’intérêt d’une clientèle qui ne se limite pas nécessairement à l’achat de livres, mais qui recherche un lieu convivial et sociable au sein de sa ville.

La passion de la lecture s’associe facilement à d’autres passions. Une librairie hybride propose un espace polyvalent, pouvant inclure cafés, coworking, expositions artistiques et événements communautaires. En effet, ces espaces se métamorphosent en lieux de rencontre et d’échange, où la lecture devient une porte d’entrée vers un monde d’activités culturelles diverses. L’objectif est de créer une expérience immersive favorisant l’échange intellectuel et la créativité, transformant ainsi la librairie en un lieu de convergence sociale et culturelle et renforçant l’attrait des librairies traditionnelles face à l’environnement concurrentiel actuel. D’après une étude de l’OBSOCO menée en juin 2019, 80 % des clients sont enthousiasmés par l’idée de découvrir au sein des librairies un espace multifonctionnel combinant la vente de livres, un café et une zone de lecture. La librairie devient une expérience culturelle de proximité.

Une solution écoresponsable face à la crise climatique actuelle

Sur le plan écoresponsable, ces librairies peuvent adopter des pratiques exemplaires. Par exemple, sélectionner soigneusement des matériaux de construction pour minimiser les déchets : l’utilisation du bois, une matière première typique de la région ; penser différemment le packaging pour réduire les déchets ; proposer des programmes de recyclage des livres pour encourager les lecteurs à échanger ou à donner leurs livres… La notion de commerce de proximité face à la tentation des grosses machines du net peut également favoriser la mobilité douce (accès facile en transports en commun, l’accès PMR et proposer un espace de stationnement de vélos, trottinettes, etc.) Par ailleurs, elles peuvent établir des partenariats avec des éditeurs locaux ou des initiatives axées sur l’impression écologique, favorisant ainsi une production de livres plus respectueuse de l’environnement.

Les librairies hybrides peuvent aussi favoriser les circuits courts en créant des espaces de vente directs entre les écrivains locaux et les lecteurs, mais aussi en collaborant avec des artistes locaux et en leur proposant la mise à disposition des lieux pour des activités culturelles. En réduisant les intermédiaires, les librairies hybrides renforcent les liens communautaires et encouragent une consommation locale, contribuant ainsi à une économie durable et à une appréciation directe du talent créatif régional.

Quelques exemples dans la région AURA

Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes (AURA), nous pouvons trouver plusieurs lieux hybrides autour du livre (librairies, médiathèques et bibliothèques). En voici cinq à visiter :

  • Luna (38000, Grenoble) : Luna est un café-librairie écoresponsable féminine et inclusive. Il propose également des animations culturelles (table ronde, rencontre, atelier de sérigraphie, etc.) et une salle de travail privatisable.
  • Le Remue-Méninges (42000, Saint-Étienne) : Le Remue-Méninges est un café-lecture associatif créé en 2007. Il organise des ateliers, des débats, des vernissages et des soirées ciné. Il met également à disposition des livres, magazines, etc.
  • La Licorne (63340, Saint Germain Lembron) : La Licorne est médiathèque qui propose tout au long de l’année académique des activités régulières, des séances ciné, des concerts, des spectacles…
  • Les Vinzelles (63530, Volvic) : Les Vinzelles est un tiers-lieu culturel composé d’une librairie généraliste indépendante, d’un café-restaurant qui privilégie les produits locaux et de saison, et d’un jardin. Il organise des apéros littéraires ainsi que des activités à l’extérieur.
  • La Bulle (74100, Annemasse) : La Bulle a reçu le Prix international de la bibliothèque innovante décerné par l’American Library Association en juin 2022. C’est un tiers-lieu proposant une zone de gaming, de jeux de société, de soirées jeux, de soirées lectures, de l’emprunt de livres et de liseuses, etc.

Ces exemples illustrent ainsi la diversité et la pertinence de ce modèle hybride et témoignent de la fusion réussie entre l’aspect écoresponsable et l’expérience culturelle.

Conclusion

Cette évolution vers une expérience culturelle plus holistique définit une nouvelle ère pour les librairies, les positionnant comme des acteurs dynamiques dans le tissu social et culturel des villes, où chaque livre raconte une histoire bien au-delà de ses pages. En explorant ces initiatives régionales, il devient évident que les librairies hybrides offrent une plateforme unique pour célébrer la créativité locale tout en stimulant l’échange intellectuel et la conscience écologique. Elles se positionnent comme des acteurs clés dans la promotion de modes de vie durables et de la conscientisation environnementale.

Diana Tass-M1 MDLE (édition)

Sources

« 8 tiers-lieux écoresponsables à visiter en France ». Annuaire Permacole – Acteurs éthiques, éco-responsables et alternatives, 20 mai 2022, https://www.annuaire-permacole.fr/8-tiers-lieux-ecoresponsables-a-visiter-en-france/.

Berger, Amandine. « Démocratisation des tiers-lieux : succès durable ou mode passagère ? » Orient’Action, 4 avril 2021, https://www.orientaction.com/tiers-lieux-professionnels-collaboration-services-hybrides/.

« [Entretien avec] François Léotard : « Notre pays a besoin de librairies tiers-lieux dans ses centres-bourgs » ». Paroles d’élus, https://parolesdelus.com/actualites/citoyen-et-societe/entretien-avec-francois-leotard-notre-pays-a-besoin-de-librairies-tiers-lieux-dans-ses-centres-bourgs/.

Lagane, Romaric. Lieux3.0 : tiers-lieux, lieux hybrides et partagés, lieux pour réinventer demain, tiers espaces… 2018. Université Grenoble Alpes.

Les tiers-lieux culturels et / ou solidaires. Quelques adresses en région Auvergne-Rhône-Alpes. Fédération des acteurs de la solidarité Auvergne-Rhône-Alpes, 2023, p. 31.

« Quand les librairies deviennent hybrides ». ActuaLitté.com, https://actualitte.com/article/10407/distribution/quand-les-librairies-deviennent-hybrides.

Un modèle plus écologique de librairie est-il possible ?

On sait que le livre n’est pas écologique, sa fabrication consomme énormément de ressources, notamment de l’eau, et émet également une importante quantité de gaz à effet de serre. Les deux premiers postes d’émission sont la production de papier et l’impression. À cela s’ajoute le transport des matières premières, celui des livres finis, ainsi que les consommables pour les transporter : cartons, plastique, palettes, etc. Enfin, il ne faut pas oublier le problème du pilon : 14,7 % des livres produits sont pilonnés chaque année, ce qui représente environ 61 millions d’exemplaires. Ce sont autant de points sur lesquels s’améliorer tout au long de la chaîne du livre. Ce billet s’intéresse plus particulièrement aux librairies et à leur engagement dans cette thématique d’écologie du livre. Une étude de terrain sous forme de client mystère, afin de relever les éléments qui montrent un engagement écoresponsable, a été réalisée à la librairie Luna.

La librairie Luna est une librairie café féminine et inclusive rue Alsace-Lorraine, à Grenoble. La boutique est divisée en deux partie : une partie librairie « qui met l’accent sur le féminin et les diversités en tout genre » et une partie café, avec des tables et des canapés au milieu.

Dès l’entrée, un autocollant sur la porte indique l’utilisation de produits écoresponsables dans la partie café : « une attention particulière sera apportée à la qualité et la provenance des produits : local, bio et équitable seront des critères privilégiés pour notre approvisionnement. »

Dans la partie librairie, on peut voir qu’il y a tout un rayon destiné à l’écologie et au développement durable, ainsi qu’un rayon « nature writing » consacré aux livres en rapport avec la nature, quels que soient leur genre (roman, guide touristique, guide écologique, etc). Il y a également un rayon écologie dans la partie pour enfants. Ces rayons sont aussi fournis que les autres, et occupent une place centrale, que ce soit dans la partie pour les enfants ou dans celle pour les adultes.

En se penchant sur les livres en eux-même, on peut remarquer que les livres avec un label « Fabriqué en France » sont mis en avant. D’autres labels sont également présents, comme le label FSC (Forest Stewardship Council), qui garantit que les bois utilisés sont conformes aux procédures de gestion durable des forêts, le label KERO, qui s’engage pour l’environnement en réduisant l’empreinte carbone des livres, ou encore le label PEFC, qui garantit que le produit contient au moins 70 % de matières issues de forêts gérées durablement, ou de matières recyclées. Ce label est également présent sur certains jouets en vente dans la partie dédiée aux enfants.

La librairie propose également du matériel scolaire écoresponsable, fabriqué en France et en Europe. L’achat de certains produits permet un don de 50 centimes à la WWF. Les prospectus pour les fournitures écoresponsables sont imprimés sur du papier contenant des graines à planter.

Au niveau de la caisse, on peut trouver des cartes postales faites à partir de tissus recyclés, d’autres imprimées sur du papier recyclé à Grenoble.

La liste des points négatifs est bien plus courte, puisque le seul inconvénient notable est la présence de plantes en plastique.

Malgré les problèmes liés à la fabrication du livre, il est tout de même possible de rendre cet objet plus écologique, que ce soit lors du processus de fabrication, en réduisant les distances entre les imprimeurs et les libraires, ou encore en incitant les clients de consommer autrement. À l’instar de la librairie Luna, d’autres librairies s’engagent pour faire du livre un objet plus écologique, et prouvent que des solutions sont possibles pour réduire son empreinte environnementale.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search