Les chiffres du pilon en France et certaines alternatives proposées

La mise au pilon en France

Le secteur du livre et ses acteurs sont comme beaucoup d’industries touchées par les problématiques environnementales, surtout concernant l’utilisation de ressources premières, notamment avec la pénurie de papier. C’est dans ce contexte que la pratique du pilonnage se voit pointer du doigt. En observant les chiffres du SNE, on se rend compte de l’ampleur du problème : 25 % des ouvrages produits et mis en distribution seront invendus et partiront pour la grande majorité en retour. En 2018, 46 898 tonnes de livres sont passées par ce procédé, soit 23,3 % du total des livres ayant été transportés vers les différents points de vente. Pour la même année, 28 367 tonnes seront pilonnées, soit 60,48 % des retours. De 2018 à 2020, on remarque que les pourcentages de retour et de mise au pilon subissent une chute constante, mais restent tout de même assez élevés (18,2 % de retour et 11,8 % de mise au pilon par rapport au total).

Le livre en France possède un statut particulier, une certaine aura, qui peut se constater au niveau légal avec les lois Lang et Darcos mais aussi au niveau culturel, pensé avec des normes de qualité bloquant certains changements. Selon le SNE, 100 % des livres pilonnés vont partir au recyclage. Ce papier recyclé voit une baisse de qualité après le procédé. Cette qualité moindre ne répond pas aux exigences des éditeurs qui craignent les critiques des lecteurs et redoutent en conséquence une baisse du nombre de ventes. L’achat de papier recyclé ne représente que 1 % du total en 2018, ce qui suit une baisse progressive depuis déjà plusieurs années. Pour les raisons citées plus tôt, l’acquisition de matières recyclées pour les livres n’est que de 0,3 % du total des livres fabriqués chez les éditeurs, les imprimeurs les devancent avec 3,1 % de leur achat total. Ces chiffres indiquent donc que même si la totalité des œuvres mises au pilon sont recyclées, très peu redeviendront des livres tant que la matière recyclée ne répond pas aux exigences des éditeurs, que ce soit par l’amélioration du recyclage ou l’abaissement de certains standards relatifs aux ouvrages littéraires.

Alternatives proposées

Pour un grand nombre d’acteurs du monde du livre, un tel gaspillage, mais aussi l’idée de destruction pure et simple de livres, parfois jamais lus, semble grotesque ou économiquement peu viable. Des solutions pour éviter le plus possible cette méthode ont donc vu et verront le jour.

Le numérique peut permettre de trouver comment écouler ces titres pour les éditeurs :

My fair Book travaille avec des maisons d’édition dans le but de proposer sur son site des livres délaissés toujours en commercialisation sans être sur les tables des librairies. L’objectif est d’accroître la visibilité et la durée de vie de ces œuvres en leur donnant une seconde chance. Les livres étant neufs, ils restent soumis à la loi Lang et ne sont commandés par My Fair book qu’une fois la vente effectuée pour éviter un surstockage.

Actes Sud a plusieurs fois retiré des librairies et effectué une mise en solde de livres en fin de cycle sur Vente-privée.com pour leur éviter le pilon et potentiellement leur donner une autre vie.

Des exemples d’alternatives ne sont pas qu’autour du numérique et interviennent aussi avec des solutions plus locales ou directement en point de vente :

La librairie O’merveilles propose des paquets mystères contenant trois livres présentant un intérêt littéraire, mais n’ayant pas trouvé d’acheteur. La valeur de la pochette équivaut celle du contenu et évite d’augmenter de beaucoup le nombre des retours d’œuvres tout en apportant un aspect ludique.

La maison d’édition MeMo a fait le choix du zéro pilon malgré les difficultés de gestion et les coûts que cela apporte, privilégiant le don à des associations plutôt que la destruction d’ouvrages de leur catalogue.

Les éditions Wildproject pour des soucis écologiques ont décidé de réduire le plus possible le pilon en proposant la mise en place de ventes à petit prix appelées « Sauvées du pilon ».

Pour les maisons d’édition, comme on peut le voir, ces alternatives représentent souvent un effort à la fois de gestion et financier. Le pilon est donc pour l’instant une alternative plus simple et économiquement intéressante. Même si les alternatives se développent, cet aspect peu pratique pousse des acteurs du milieu à la demande d’une réflexion et d’une refonte du système des retours et de la mise au pilon, certains proposant même l’interdiction de ce dernier si le livre est en bon état. La possibilité du pilonnage et de son recyclage total selon eux pousserait à ne pas s’inquiéter de la surproduction et de se trouver des excuses.

Bibliographie :

-Actualitté, My Fair Book : une solution écologique contre la destruction de livres, (consulté en Novembre 2023)

-Actualitté, Vendre des livres sur vente-privée, « une alternative au pilon »,(consulté en Décembre 2023)

-Fédération internationale du livre et de la lecture, Quand les pros (re)font vivre les livres, (consulté en Décembre 2023)

-Syndicat National de l’Édition, Enquête sur les tonnages de livres transportés dans l’édition : retours, pilon et recyclage (2018-2020), PDF, 10 p.

-Syndicat National de l’Édition, Les achats de papier des éditeurs de livre en France -2017-2018, PDF, 13 p.

-WWF France, Rapport vers une économie plus circulaire dans le livre, PDF, 64 p

Livres neufs mis au pilon et recyclage, une véritable solution ? 

Le pilon, une entreprise polluante.

Aujourd’hui, et de manière générale les livres invendus en librairie, les livres ayant des défauts d’impression ou les livres abîmés finissent « au pilon ». Cette expression commune du monde du livre désigne la destruction d’un livre, on utilise ce terme par analogie avec les machines qui servent à pilonner le livre. Lors d’une mise au pilon c’est l’éditeur qui décide de les détruire ou de les garder et en 2020, le Syndicat National des éditeurs (SNE) compte environ 22 500 tonnes de livres pilonnés. Or si 100% de ces livres sont recyclés pour faire du papier recyclé ou encore d’autres matières constituées de fibres telles que les serviettes hygiéniques ou le carton, c’est une entreprise très polluante. L’association The Shift Project souligne qu’un livre neuf peut émettre 1,8 kg de CO2 de sa production jusqu’à son recyclage, ce qui est déjà élevé et si nous arrêtions de pilonner les livres invendus ou légèrement abîmés cela permettrait d’éviter la production d’environ 47 000 tonnes de CO2 par an. Or pour faire une tonne de papier pour l’édition standard, il faut environ 1,2 tonne de papier issu du pilon[1]. Donc cela peut augmenter la production de CO2 d’un livre neuf. Mais il faut savoir que le papier recyclé ne représente que 1% des achats totaux des éditeurs en France comme le souligne le journaliste Antoine Oury, la cause serait la qualité du papier, étant amoindrie elle ne plairait pas réellement aux lecteurs.[2]

Trouver des alternatives : se tourner vers la seconde main.

Donc finalement on pourrait se demander si toute cette entreprise est réellement rentable écologiquement parlant. En effet, on pourrait plutôt penser à d’autres façon de donner une nouvelle vie à ces livres en s’inspirant par exemple de la manière dont les consommateurs s’occupent des livres qu’ils ne lisent plus. Les éditions de la Rue de l’échiquier ont innové en proposant de réinvestir les livres que les distributeurs leur ont renvoyé. Ces derniers ont décidé de revendre lors d’une braderie, organisée par la maison d’édition, les livres destinés à aller au pilon, les prix de ces livres sont compris entre 1 et 5 € et cela permet alors de remettre en circulation des livres dans une démarche plus écologique[3]. Même si la maison d’édition est connue pour être engagée écologiquement, c’est un moyen que d’autres pourraient mettre en place. On peut aussi penser à la possibilité de faire des dons, ou de revendre à prix cassés les livres aux différents organismes de seconde vie du livre comme les associations telles que Emmaüs ou encore les ressourceries à dispositions des habitants dans les villes. Cela permettrait dans un premier temps d’éviter une production trop polluante de livres et dans un second temps, cela permettrait aussi à différentes associations de se constituer une bibliothèque sans dépenser trop d’argent par exemple.

Le pilonnage des livres est un sujet d’actualité, c’est une grosse partie du monde du livre qui s’avère être très polluante malgré le réemploi des ressources, ainsi il devient urgent de mettre en place de nouvelles solutions. 

Chaizemartin-Devouassoux Eva,
M1 ALC, Littérature Critique et Création.


[1] MOURIER Thomas, « En moyenne 26 300 tonnes de livres partent au pilon chaque année en France », ART par Bubble, Juin 2021.
URLhttps://www.bubblebd.com/9emeart/bd/edito/en-moyenne-26-300-tonnes-de-livres-partent-au-pilon-chaque-annee-en-france# [consulté le 4 décembre 2023]

[2] OURY Antoine, « Écologie : faut-il interdire le recyclage des livres ? », Actualitté, juin 2023.
URL :https://actualitte.com/article/111454/edition/ecologie-faut-il-interdire-le-recyclage-des-livres [consulté le 4 décembre 2023]

[3] CORRÉARD Vlère, « Comment éviter que les livres finissent au pilon ? » [Document audio], Radio France, février 2018, 5 minutes. 
URL : https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/social-lab/comment-eviter-que-les-livres-finissent-au-pilon-9066184 [consulté le 4 décembre 2023]

Le manga d’occasion, ce livre de luxe

Autrefois secteur de niche, le manga est aujourd’hui un acteur majeur du marché du livre en France. Une croissance soudaine ayant des répercussions sur le stock en circulation des exemplaires d’occasion, qui, lié à la popularisation des plateformes de vente en ligne, fait s’enflammer les prix lorsque la quantité est limitée.

Photographie de l'intégral du Garçon d’à côté mis en vente à 500 € sur Vinted
Intégral du Garçon d’à côté mis en vente à 500 € sur Vinted

Qui ne connaît pas les mangas de nos jours ? Depuis le confinement, son marché a doublé de valeur, une BD vendue sur deux est un manga et les éditeurs s’engagent aujourd’hui vers des plateformes légales de lecture en ligne. Une situation particulière en France qui est le deuxième marché dans le monde derrière le Japon. Malgré son importance, son impact écologique est encore assez peu évalué. On peut estimer que la bande dessinée est moins efficace que le livre traditionnel : moins d’information par page, des processus d’impression plus lourds, et une préférence pour le format série. Cependant, le manga traditionnellement en noir et blanc est ainsi peu gourmand en encre et autres processus complexes. De plus, le manga tend à être imprimé localement comme en France ou en Italie.


Cette croissance coïncide avec une multiplication des plateformes de vente d’objets d’occasion : Le Bon Coin, mais aussi Vinted, Amazon Marketplace, ou Rakuten. C’est ainsi que les particuliers peuvent s’insérer dans le marché du livre d’occasion. Un commerce a priori vertueux : le livre obtient une seconde vie et l’objet culturel s’échange à bas prix. Un manga valant 6.50€ en magasin peut se revendre 2.50€ sur Vinted. Car en effet, bien qu’initialement pensé pour le secteur du prêt-à-porter, ce site devient un plateforme majeure du manga d’occasion. Particulièrement prisé, celui-ci se promeut facilement et se vend plus vite qu’un vêtement. Une charge en moins pour les vendeurs, mais ce n’est pas tout.


Un manga d’occasion peut également être vendu à un prix plus élevé qu’à son achat initial. C’est le cas de certains ouvrages ayant plus de 5 ans, sortis du cycle d’impression mais dont l’œuvre est devenue populaire avec le temps. Un exemple parlant : les tomes du Garçon d’à côté, sorti en 2009 et adapté en animé en 2012, se vendent aujourd’hui jusqu’à 190€ l’unité chez Manga-Shop, vendeur “pro” chez Vinted. Ce n’est pas un secret pour les acheteurs (souvent amateurs) que l’œuvre est aisément trouvable dématérialisée (en streaming ou en téléchargement, sous forme de scan ou de vidéo de son adaptation animée, légale ou non). Les ventes de ces mangas surévalués sont donc provoquées par d’autres facteurs que le contenu : l’objet pour les collectionneurs et l’espérance d’une marge pour les revendeurs.


Cette inflation n’est pas réservée aux mangas “anciens”, mais également aux ouvrages dit “collectors” : des mangas spéciaux, au format de qualité, avec un contenu et des objets exclusifs, et non destinés à être réimprimés. Une mine d’or pour les vendeurs dont les pratiques s’apparentent alors à du dropshipping : achat en gros d’ouvrages neufs dans le but de générer une plus-value. Une pratique pouvant provoquer des ruptures de stock en quelques heures, permettant de revendre ces éditions spéciales au prix fort. Deux positions opposées se forment donc chez les acteurs traditionnels. Les libraires tendent à rejeter le dropshipping, perçu comme immoral car inégal et frustrant pour leurs clients non vendeurs, et les reléguant à un rôle de sous-distributeur. Pour les éditeurs, les collectors permettent de créer un engouement pour une série, et donc de pousser à l’achat : un ouvrage dont le support est plus important que le contenu ne peut pas être piraté. Cependant, la pratique est problématique : la production des goodies, impossible en France, est délocalisée en Chine ; les plateformes de l’occasion, initialement vertueuses, sont détournés en zone d’achat-revente pour spéculateurs et passionnés ; et les collectors, initialement destinés aux fans, deviennent des marchandises surconsommé par spéculation.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search