Greenwashing : vers des éditions plus vertes ou simple technique commerciale ?

image : stocklib

Le GIEC, le groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat, est formel : la concentration de CO² dans l’air augmente, provoquant un dérèglement climatique. On observe donc une prise de conscience collective, qui passe par des initiatives écologiques, et le secteur du livre ne fait pas exception à la règle. Cependant, est-ce que toutes les entreprises jouent le jeu ?

Le greenwashing, qu’est-ce que c’est ?

L’écoblanchiment, terme français du greenwashing, est, selon le dictionnaire Le Robert, un « fait, pour une entreprise ou un organisme, de se donner une image responsable à l’égard de l’environnement ». Dans d’autres mots, le greenwashing sert à tromper le consommateur soucieux de l’environnement en lui faisant croire une implication écologique de la part de l’entreprise, alors que cette dernière n’a qu’un très léger impact carbone positif (voire parfois même un impact carbone négatif).

Le greenwashing, qui passe souvent par de la publicité mensongère et de faux labels, utilise souvent les mêmes règles : 

  • La couleur verte, symbole de la nature et des produits naturels
  • Les images utilisées sont regroupées autour de cette même couleur : paysage, nature, forêt, plantes, fleurs etc.
  • Le texte est également mûrement réfléchi, avec notamment l’utilisation du champ lexical de l’écologie (en exemple « naturellement vôtre »)

Le greenwashing est présent dans de nombreux secteurs : mode, industries du tabac etc. Mais est-il présent dans le secteur du livre ?

L’impact carbone des métiers de l’édition : l’exemple de Hachette livre

L’impact carbone des métiers de l’édition peut être compliqué à calculer puisque seul Hachette Livre nous transmet son bilan carbone. Premier groupe français (Hachette livre détient des maisons d’édition aussi diverses que variés, comme Hachette Jeunesse, Larousse, Hatier, Rageot, Le livre de Poche, Calmann-Lévy, etc.), Hachette Livre avait un bilan carbone de 240 kilotonnes en 2009 (pour un chiffre d’affaires d’environ 700 millions d’euros). En 2012, trois ans après ce bilan carbone, on voit déjà une baisse de 21,25%, soit un total de 189 kilotonnes. En 2015, les émissions ont également baissé de 10%, soit 169 kilotonnes.

Dans toute cette production de carbone, une grande majorité vient de la production des ouvrages : en 2015, environ 66% du bilan carbone venait de la production (soit 112 kilotonnes). Cependant, aujourd’hui, 20 à 25% des livres envoyés aux libraires sont retournés à l’éditeur. Tous ces livres ne sont pas détruits, mais la majorité de ces invendus sont envoyés au pilon, qui a un véritable coût environnemental (la production du livre, puis sa distribution, donc l’aller-retour du libraire, et finalement son trajet final vers le pilon). Cependant, on note du côté de Hachette une légère amélioration : 167 millions de livres ont été confectionnés en 2012, contre 155 millions en 2015, soit une baisse de 7%

En conclusion, nous pouvons noter une amélioration et des efforts chez Hachette livre. Cependant, la diminution de l’impact écologique sur notre planète reste faible. Il faut également rester vigilants, puisque de nombreux groupes n’ont pas transmis leurs données. 

Camille Tondeur, M1 MDLE

Sources :
Dictionnaire LE ROBERT, « écoblanchiment », URL : https://dictionnaire.lerobert.com/definition/ecoblanchiment
Hachette, Notre Démarche,  URL : https://www.hachette-durable.fr/notre-demarche
NGUYEN, Marie,  C’est quoi le greenwashing, 22 septembre 2022, URL : https://www.wedressfair.fr/blog/le-greenwashing
Hachette, Bilan Carbone, URL : https://hachette.com/wp-content/uploads/2017/06/bilan-carbone.pdf

Les maisons d’édition écologiques : une utopie ?

Nombreuses sont les nouvelles maisons d’édition tentant de proposer une alternative, aussi bien en termes de publication que de production. Parmi elles, La Mer Salée, une maison indépendante nantaise fondée par Sandrine Roudaut, ancienne publicitaire, et Yannick Roudaut, ancien journaliste financier. Mais encore faut-il voir les limites entre les actions réalisées et les engagements annoncés.

Couverture du livre de Sandrine Roudaut L'utopie, mode d'emploi, La Mer Salée, 2014
Couverture du livre de Sandrine Roudaut L’utopie, mode d’emploi, La Mer Salée, 2014

« La pureté, ça n’existe pas » indique avec justesse Yannick Roudaut, cofondateur avec Sandrine Roudaut de La Mer Salée. Créée en 2013, cette maison d’édition accueille en son sein une douzaine d’auteurs, tous engagés écologiquement. À ce jour, cette édition a publié une quinzaine d’essais et fictions portant sur l’écologie, le féminisme, les utopies. Ce que nos filles ont à nous dire par exemple, leur dernière publication écrite par Florence Pagneux, expose dans une enquête les questions touchant les filles de 13 à 20 ans, comme le harcèlement de rue ou encore leurs revendications politiques. 

Mais en plus d’écrits engagés, la maison cherche à produire autrement. Souhaitant être locale et soutenable écologiquement, La Mer Salée s’engage à respecter « un écosystème à moins de cent kilomètres depuis le départ ». Pour cela, plutôt que de faire imprimer en Asie, la maison d’édition fait appel aux entreprises PCA-CMB situé à Rezé pour le façonnage et Offset 5 dont les ateliers d’impression se trouvent à la Mothe Achard. Cela fait d’ailleurs partie de la communication de la maison : avec la requête « maison d’édition écologique » la Mer Salée arrive en deuxième position sur Google, une stratégie SEO réussie. On trouve sur leur site des rappels de leur engagement : le fait qu’ils utilisent pour leurs livres du papier « FSC™ (issu de forêts européennes gérées durablement) », emploient des encres « à base d’huiles végétales venant d’Allemagne » et suppriment « tout pelliculage ».

« [L’idéal] ça serait des centrales de distribution régionales […] comme le fait la grande distribution. »

Yannick Roudaut

Cependant, il est intéressant d’apporter une nuance à ce discours. Certes les encres à base d’huiles végétales sont plus bénéfiques écologiquement que les encres à huiles minérales, puisqu’elles sont biodégradables, renouvelables et réduisent le gaspillage de papier lors de l’impression. Mais c’est justement pour leur efficacité que ces encres sont employées par la plupart des imprimeurs, hors journaux et magazines ; leur emploi n’a donc rien d’exceptionnel. De plus, ces encres sont composées à 70 % d’huile végétale, souvent de palme et dont la provenance est difficilement traçable. Similairement, le papier FSC™ – qui est la part la plus importante d’émission de CO2 de la chaîne du livre d’après le bilan carbone d’Hachette – est souvent produit en Europe de l’est et malheureusement acheminé par camion. D’autres problèmes peuvent être relevés du côté de l’imprimeur Offset 5, certifié Imprim’vert, dont la filiale Color 26 se développe en Côte d’Ivoire sous la direction de Jean-Philippe Girou. De la papeterie de luxe est donc transportée de la France à la Côte d’Ivoire par un « ex-officier des armées [ayant] séjourné plus de vingt années sur le continent africain » dont les « engagements opérationnels tout comme ses postes à responsabilités au sein des ambassades françaises et des organisations internationales ont fait acquérir de solides connaissances de tous ces milieux et territoires. » Des compétences guerrières que l’on attendrait pas nécessairement mise ainsi au premier plan pour un vendeur de papier sauf dans un contexte néocolonial.  On peut s’interroger également sur le choix du distributeur Harmonia Mundi dont les entrepôts d’Arles font voyager les livres depuis la Mothe Achard jusqu’à la mer Méditerranée sur 880 kilomètres avant d’être redistribué à travers la France. Un problème relevé par Yannick Roudaut, qui regrette l’organisation de la distribution de livres en France : « [L’idéal] ça serait des centrales de distribution régionales […] comme le fait la grande distribution. » Enfin, la Maison d’Édition s’engage à reverser leurs invendus à Recyclivre et à des ressourceries en cas de retour de livre au lieu d’être pilonné et normalement recyclé. Bémol : d’après Vincent Chabault dans son article “Du livre-déchet au livre vendu”, le premier client des ressourceries est le géant allemand Momox. Les livres sont donc expédiés en Allemagne avant d’être éventuellement renvoyés en France, ce qui est source de nouvelles émissions. 

Malgré toutes ces faiblesses, il convient de nuancer la critique, La Mer Salée pourrait faire imprimer en Asie, comme le font bien des éditeurs ayant pourtant une puissance financière nettement plus importante. Au final, la maison reste contrainte par les conditions matérielles dans laquelle elle se trouve : un contexte de délocalisation de l’industrie du livre et un système économique poussant les éditeurs à se créer une identité parmi la masse afin d’être rentable, quitte à paraître plus écologique qu’ils ne le sont.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search