Lecture écoresponsable : enquête auprès des librairies grenobloises

Face au numérique, la tendance est de penser le papier comme l’alternative la plus écologique. Si cela a sa part de vérité, le livre papier est-il réellement écologique ? Depuis la création de papier jusqu’à la vente du livre fini, les pratiques polluantes sont nombreuses. Nous sommes allés dans les librairies de la métropole grenobloise afin d’observer leurs pratiques, écoresponsables ou non, et de se demander si, et comment, il serait possible de faire mieux.

Du positif et du négatif

Ce qui nous a marqué de ces enquêtes, c’est qu’à vrai dire, il est compliqué de remarquer le négatif. En effet, ces aspects font tellement partie de notre quotidien, de notre « normal », que nous y serions aveugles. C’est bien là le souci de cette crise climatique, et la raison pour laquelle il paraît si difficile de se sortir de notre modèle polluant. Nous pouvons classer nos observations en trois catégories : la décoration, la vente de produits complémentaires et la gestion des livres.

Au niveau de la décoration, ce qui nous a frappés ce sont les fausses plantes, en plastique, présentes même dans les librairies autrement très écoresponsables. Si cela reste assez anecdotique, nous avons trouvé curieux leur usage répété dans presque toutes les librairies. Il ne nous semblait pas très difficile de mettre de vraies plantes ou alors de décorer autrement.

En dehors des livres, ce sont les produits complémentaires qui ont tranché sur l’aspect écologique ou non des librairies. Jeux de société, papèteries, figurines, tee-shirts et tote bags, nombreux sont ceux qui affichent leur « Made in China ». Il serait peut-être temps de passer à des alternatives locales et plus écoresponsables pour ce genre de produits.

Pour finir, attaquons-nous au cœur du métier de libraire : les livres. Tout d’abord, les livres affichant des labels écologiques tels que PEFC ne font pas toujours la majorité. De plus, peu de librairies offrent un rayon « écologie ». Les livres de ce thème ne sont donc pas vraiment mis en avant dans celles-ci. Enfin, toutes les librairies n’offrent pas de livres d’occasion, parfois uniquement des livres neufs.

Cependant, là où certains ignorent les alternatives plus éthiques, tant pour les produits vendus que pour l’agencement de leur librairie, d’autres fournissent des efforts. Des livres et produits complémentaires labellisés PEFC ou encore « Fabriqué en France » ; des cartes avec des graines à planter ; une mise en avant des livres sur le thème de l’écologie grâce à des rayons spécifiques ou encore des reventes de livres d’occasion (qui ont l’avantage d’être économiques en plus d’être écologiques), chacun y met sa patte. Pour autant, peu s’engagent réellement vers une librairie verte. Dans la très grande majorité, ce n’est qu’un premier pas dans cette direction. Ces efforts sont toutefois à saluer et à encourager.

Un bon espoir : la librairie Luna

Ouverte cette année, la librairie Luna se décrit comme une « librairie féminine et inclusive », avec un « coffee shop écoresponsable ». Et effectivement, dès l’entrée est affiché un autocollant qui indique l’utilisation de produits écoresponsables dans la partie café. Pour ce qui est de la décoration, les étagères et les meubles ont l’air soit récupérés soit construits dans des matériaux naturels, cependant nous n’avons pas pu vérifier cela lors de nos observations. Le point négatif majeur de cette librairie serait ses plantes en plastique, ce que nous avons trouvé dommage mais qui peut rester anecdotique, comme vu plus tôt.

Un rayon « écologie » est mis en avant et ce n’est pas le seul sur le sujet : il y a également un rayon « nature writing » ou encore une étagère « écologie » dans le rayon jeunesse, pour initier les enfants dès le plus jeune âge. Sur une des tables de la librairie était exposée une collection de livres « fabriqué en France ».

Enfin, la librairie vend également des cartes postales imprimées sur du papier recyclé à Grenoble, des jeux (et livres) avec le label PEFC ou encore du matériel scolaire écoresponsable, dont notamment un agenda écoconçu dont 50 centimes sont renversé à l’association WWF pour chaque achat.

Tout cela donne donc espoir pour des pratiques écoresponsables en librairie, sans pour autant être suffisant dans l’état actuel des choses. Nous ne pouvons qu’espérer une démocratisation des efforts produits dans toutes les librairies, à Grenoble et ailleurs.

Manon Louédec – M1 MDLE Parcours Edition

Ensemble, créons plus de librairies hybrides à Grenoble !

Les librairies indépendantes sont confrontées à une concurrence significative de la part de divers acteurs tels que les sites en ligne et les grandes surfaces. Malgré cela, elles demeurent le principal réseau de vente de livres en France. Au cœur de Grenoble, une idée audacieuse émerge : les librairies hybrides. Cette proposition novatrice aspire à créer des espaces culturels ancrés dans le développement durable. Les librairies hybrides offrent une perspective inédite sur le rôle potentiel des espaces culturels dans nos communautés. L’idée sous-jacente à ces librairies va au-delà de la simple vente de livres. En se positionnant comme des lieux polyvalents, cette proposition vise à agir en tant que catalyseur social et économique.

Comment les librairies pourraient-elles devenir des foyers d’activités culturelles, tout en incarnant des pratiques respectueuses de l’environnement ?Explorez avec nous cette vision avant-gardiste du futur des librairies à Grenoble.

D’un lieu de consommation à une expérience culturelle

La création de librairies hybrides permet à l’expérience culturelle de prendre le pas sur la simple transaction commerciale qu’est devenue, malheureusement, la réalité de bon nombre de librairies. Ainsi, en transformant la librairie en un lieu de convergence sociale, elle cesse d’être simplement un point de vente pour devenir un espace de partage, d’apprentissage et de créativité. Elle suscite l’intérêt d’une clientèle qui ne se limite pas nécessairement à l’achat de livres, mais qui recherche un lieu convivial et sociable au sein de sa ville.

La passion de la lecture s’associe facilement à d’autres passions. Une librairie hybride propose un espace polyvalent, pouvant inclure cafés, coworking, expositions artistiques et événements communautaires. En effet, ces espaces se métamorphosent en lieux de rencontre et d’échange, où la lecture devient une porte d’entrée vers un monde d’activités culturelles diverses. L’objectif est de créer une expérience immersive favorisant l’échange intellectuel et la créativité, transformant ainsi la librairie en un lieu de convergence sociale et culturelle et renforçant l’attrait des librairies traditionnelles face à l’environnement concurrentiel actuel. D’après une étude de l’OBSOCO menée en juin 2019, 80 % des clients sont enthousiasmés par l’idée de découvrir au sein des librairies un espace multifonctionnel combinant la vente de livres, un café et une zone de lecture. La librairie devient une expérience culturelle de proximité.

Une solution écoresponsable face à la crise climatique actuelle

Sur le plan écoresponsable, ces librairies peuvent adopter des pratiques exemplaires. Par exemple, sélectionner soigneusement des matériaux de construction pour minimiser les déchets : l’utilisation du bois, une matière première typique de la région ; penser différemment le packaging pour réduire les déchets ; proposer des programmes de recyclage des livres pour encourager les lecteurs à échanger ou à donner leurs livres… La notion de commerce de proximité face à la tentation des grosses machines du net peut également favoriser la mobilité douce (accès facile en transports en commun, l’accès PMR et proposer un espace de stationnement de vélos, trottinettes, etc.) Par ailleurs, elles peuvent établir des partenariats avec des éditeurs locaux ou des initiatives axées sur l’impression écologique, favorisant ainsi une production de livres plus respectueuse de l’environnement.

Les librairies hybrides peuvent aussi favoriser les circuits courts en créant des espaces de vente directs entre les écrivains locaux et les lecteurs, mais aussi en collaborant avec des artistes locaux et en leur proposant la mise à disposition des lieux pour des activités culturelles. En réduisant les intermédiaires, les librairies hybrides renforcent les liens communautaires et encouragent une consommation locale, contribuant ainsi à une économie durable et à une appréciation directe du talent créatif régional.

Quelques exemples dans la région AURA

Dans la région Auvergne-Rhône-Alpes (AURA), nous pouvons trouver plusieurs lieux hybrides autour du livre (librairies, médiathèques et bibliothèques). En voici cinq à visiter :

  • Luna (38000, Grenoble) : Luna est un café-librairie écoresponsable féminine et inclusive. Il propose également des animations culturelles (table ronde, rencontre, atelier de sérigraphie, etc.) et une salle de travail privatisable.
  • Le Remue-Méninges (42000, Saint-Étienne) : Le Remue-Méninges est un café-lecture associatif créé en 2007. Il organise des ateliers, des débats, des vernissages et des soirées ciné. Il met également à disposition des livres, magazines, etc.
  • La Licorne (63340, Saint Germain Lembron) : La Licorne est médiathèque qui propose tout au long de l’année académique des activités régulières, des séances ciné, des concerts, des spectacles…
  • Les Vinzelles (63530, Volvic) : Les Vinzelles est un tiers-lieu culturel composé d’une librairie généraliste indépendante, d’un café-restaurant qui privilégie les produits locaux et de saison, et d’un jardin. Il organise des apéros littéraires ainsi que des activités à l’extérieur.
  • La Bulle (74100, Annemasse) : La Bulle a reçu le Prix international de la bibliothèque innovante décerné par l’American Library Association en juin 2022. C’est un tiers-lieu proposant une zone de gaming, de jeux de société, de soirées jeux, de soirées lectures, de l’emprunt de livres et de liseuses, etc.

Ces exemples illustrent ainsi la diversité et la pertinence de ce modèle hybride et témoignent de la fusion réussie entre l’aspect écoresponsable et l’expérience culturelle.

Conclusion

Cette évolution vers une expérience culturelle plus holistique définit une nouvelle ère pour les librairies, les positionnant comme des acteurs dynamiques dans le tissu social et culturel des villes, où chaque livre raconte une histoire bien au-delà de ses pages. En explorant ces initiatives régionales, il devient évident que les librairies hybrides offrent une plateforme unique pour célébrer la créativité locale tout en stimulant l’échange intellectuel et la conscience écologique. Elles se positionnent comme des acteurs clés dans la promotion de modes de vie durables et de la conscientisation environnementale.

Diana Tass-M1 MDLE (édition)

Sources

« 8 tiers-lieux écoresponsables à visiter en France ». Annuaire Permacole – Acteurs éthiques, éco-responsables et alternatives, 20 mai 2022, https://www.annuaire-permacole.fr/8-tiers-lieux-ecoresponsables-a-visiter-en-france/.

Berger, Amandine. « Démocratisation des tiers-lieux : succès durable ou mode passagère ? » Orient’Action, 4 avril 2021, https://www.orientaction.com/tiers-lieux-professionnels-collaboration-services-hybrides/.

« [Entretien avec] François Léotard : « Notre pays a besoin de librairies tiers-lieux dans ses centres-bourgs » ». Paroles d’élus, https://parolesdelus.com/actualites/citoyen-et-societe/entretien-avec-francois-leotard-notre-pays-a-besoin-de-librairies-tiers-lieux-dans-ses-centres-bourgs/.

Lagane, Romaric. Lieux3.0 : tiers-lieux, lieux hybrides et partagés, lieux pour réinventer demain, tiers espaces… 2018. Université Grenoble Alpes.

Les tiers-lieux culturels et / ou solidaires. Quelques adresses en région Auvergne-Rhône-Alpes. Fédération des acteurs de la solidarité Auvergne-Rhône-Alpes, 2023, p. 31.

« Quand les librairies deviennent hybrides ». ActuaLitté.com, https://actualitte.com/article/10407/distribution/quand-les-librairies-deviennent-hybrides.

Les gestes verts des librairies grenobloises

Réduire son empreinte écologique est un sujet très actuel qui touche chacun de nous. Il s’agit également d’un enjeu important pour tout secteur d’entreprise comme par exemple le secteur du livre. Le cycle du livre dans sa totalité possède un impact non négligeable sur la pollution et sur l’utilisation de ressources comme le papier, de même que l’encre qui sont très polluantes. Afin d’arriver à une industrie plus verte, chaque acteur se doit de faire des efforts aussi bien directement mais aussi passer par la sensibilisation du public. Les acteurs les plus proches du consommateur sont les librairies et c’est donc majoritairement par elles que passe une certaine sensibilisation écologique pour le public. 

Grenoble, élue capitale verte européenne 2022, est une ville pionnière sur la question de l’écologie notamment dans le secteur littéraire et cela s’observe à travers ses nombreuses librairies et les actions qu’elles peuvent mener. Les librairies se revendiquant écoresponsables s’y multiplient et mettent en place des actions pour limiter leur empreinte carbone. Certaines librairies, comme le Luna café-librairie arborent fièrement la mention “éco-responsable” écrite sur la vitrine, transformant ainsi leur statut en un véritable argument de vente. Dans un contexte où la sensibilité environnementale gagne en importance chez les consommateurs, cette reconnaissance contribue à la fidélisation d’une clientèle de plus en plus soucieuse des enjeux écologiques. 

Le circuit court à Grenoble et la sensibilisation à la cause écologique

Lors d’une escale dans une librairie Grenobloise, vous aurez de fortes chances d’y retrouver plusieurs initiatives écologiques mises en place par ses établissements. Mettant en avant la philosophie du circuit court,  du local. Des librairies tel que Les Modernes mettent un point d’honneur à promouvoir activement des auteurs locaux ainsi que des maisons d’éditions indépendantes. C’est la devise de cette librairie qui va d’autant plus loin en installant une galerie d’art d’artistes locaux à l’étage supérieur soulignant ainsi l’importance accordée à la visibilité des acteurs indépendants.  L’engagement en faveur du local et du circuit court est d’une importance cruciale, puisqu’il contribue à réduire les émissions carbones liées aux transports et aux voyages des livres. Cela limite en effet la distance entre la production, la distribution et la consommation des livres tout en soutenant l’économie locale et ces librairies participent alors activement à la construction d’une économie du livre plus durable. Au-delà de la vente de livres, plusieurs librairies endossent également une fonction éducative en mettant en avant des sections entières dédiées à la cause écologique. Ce qui va de pair avec la sensibilisation de son public par diverses initiatives tels que des événements ou la vente de produits locaux comme des “pochettes à livre” comme on peut en retrouver à la librairie La Nouvelle Dérive.

Le livre d’occasion : un réel impact positif 

La sensibilisation ne s’arrête pas à la vente de livres à thématique écologique, plusieurs librairies grenobloises ont établies un système de vente de livres d’occasion. C’est le cas des librairies Momies (manga et bande-dessiné) ou encore de Gibert-Joseph, leaders du marché livre neuf et d’occasion. Selon les données récentes, plus d’un livre sur cinq se vend d’occasion en France. La popularité croissante du livre d’occasion est confirmée par une étude SOFINCO, indiquant que 43% des français ont profité du marché du livre d’occasion en 2012. De plus, les études économiques Xerfi parue en 2015 montrent que la France est le pays d’Europe où la pratique de l’achat d’occasion progresse le plus vite.  La vente de livres d’occasion offre une alternative plus durable en limitant la demande de nouveaux livres, en économisant des ressources, en réduisant les déchets, et en contribuant à une économie circulaire.

Un papier recyclé et une impression française

Une idée qui ressort souvent quand nous pensons à écologie et librairie est la production de livres écoresponsables. A l’échelle d’une librairie, cela implique de privilégier différents labels ou de faire attention au lieu d’impression. Le papier étant l’une des industries les plus polluantes et sa consommation s’étant multiplié par dix en France, de plus en plus de mentions sont mises en place quant à la qualité du papier. Le plus récurrent est le label FSC. C’est un label, présent sur bon nombre d’ouvrages,  qui promeut une gestion responsable des forêts et ainsi une meilleure maîtrise de la production de papier. Le système de certification forestière s’accompagne de 3 labels distincts : FSC 100%, FSC Recyclé et celui qui concerne directement l’industrie du livre le FSC Mixte. Grâce à l’utilisation de ces labels, cela permet aux librairies de mieux contrôler la sélection de livres qu’elles proposent. 

Ces labels peuvent aussi s’accompagner d’un contrôle du lieu d’impression. Aujourd’hui l’imprimerie est de plus en plus relocalisée en France, ainsi la proximité revient à l’honneur et le choix de livres imprimés en France est bien plus conséquent, il est donc plus aisé pour les librairies de faire le choix de l’impression locale. Selon Pascal Lenoir, président de la commission Environnement et Fabrication du SNE  “70 % des livres sont imprimés en France, pour les romans, d’après l’étude de la DGE et de l’UNIIC”. Le choix de livres imprimés en France pour les romans est donc conséquent. Cependant, des efforts restent à faire concernant les livres pour enfants qui sont encore imprimés en Asie par manque de main d’œuvre française.

Que retenir ? 

Les librairies grenobloises se démarquent par leurs initiatives écologiques notables, visant à réduire l’empreinte carbone du secteur du livre. En favorisant le papier recyclé, en privilégiant l’impression française, en encourageant le circuit court et en mettant en avant des auteurs locaux, ces établissements contribuent activement à façonner une économie du livre plus durable. Des actions concrètes, telles que la livraison à vélo, l’extinction des lumières nocturnes et la promotion de la vente de livres d’occasion, témoignent de leur engagement authentique en faveur de l’éco-responsabilité, dépassant ainsi les attentes traditionnelles du simple commerce de livres. Dans un contexte où la conscience environnementale des consommateurs prend de l’ampleur, cette démarche vise à fidéliser une clientèle de plus en plus soucieuse des enjeux écologiques. 

Annouck Belaid, Juliette Loriot, M1 Métiers du Livre et de l’Édition

SOURCES

CHARTIER, François. “Pour le papier recyclé.” (2006).

CONSEIL, Intendance forestière. Forest Stewardship Council – À propos du FSC. Critères et indicateurs malaisiens pour la certification de la gestion forestière (MC&I 2011) (Kuala Lumpur, 2011) p , 2007, vol. 50. 

OURY Antoine, environnement : “70 % des romans sont imprimés en France”, 2017. ActuaLitté.com. [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://actualitte.com/article/22045/interviews/l-edition-et-l-environnement-70-des-romans-sont-imprimes-en-france#:~:text=Pascal%20Lenoir%20%3A%2070%20%25%20des%20livres,d%C3%A8s%20que%20cela%20est%20possible 

GARCIA Trevor | DCB25 | Mémoire d’étude – Le livre d’occasion | janvier 2017, URL : https://core.ac.uk/download/pdf/83607071.pdf   

BESSARD-BANQUY Olivier, « Recyclage, transmission, don et contre-don. Le livre et ses nouvelles vies d’occasion », Communication & langages, 2021/1 (N° 207), p. 109-128. DOI : 10.3917/comla1.207.0109. URL : https://www-cairn-info.sid2nomade-2.grenet.fr/revue-communication-et-langages-2021-1-page-109.htm 

TAVERNIER Julien, KING Lisa, KACPRZAK Juliette, VALLAUR Daniel, « Rapport vers une économie plus circulaire das le livre », WWF rapport, 2019 URL : https://www.wwf.fr/sites/default/files/doc-2019-12/20191125_Rapport_Vers-une-economie-plus-circulaire-dans-le-livre_WWF_min.pdf

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search