L’imprimerie à la demande : quels pas pour le livre vert ?

Alors que les études sur l’impact écologique de l’industrie du livre soulignent l’émission superflue de gaz à effets de serre lors de leur transport à l’unité ou en faible quantité, l’imprimerie à la demande semble présenter une solution durable. Comment s’articule cette manière alternative de diffusion et de distribution de livres ? Est-elle réellement plus respectueuse de l’environnement, et à quel niveau est-elle applicable ?

L’exemple de Lightning Source

L’imprimeur Lightning Source France, fondé en 2009, dit par exemple entreprendre une approche éco-responsable en implémentant un système d’impression à la demande. Cette technique d’impressions individuelles ou par petits tirages, utilisée notamment par plusieurs petits éditeurs, permettrait d’éviter les retours en masse de livres invendus, et ainsi leur mise au pilon et le coût économique important de leur stockage. Bien que cette innovation ne soit pas forcément récente, son expansion l’est : en 2021, Lightning Source a augmenté son chiffre d’affaires de 27,2%.

Une distribution à petite échelle ?

Il existe plusieurs manières pour ce système de fonctionner, qui s’articulent autour d’acteurs de différents niveaux de la chaîne du livre. Au niveau de la distribution voient le jour des plateformes proposant une politique de commandes en petites quantités, c’est-à-dire en moins de cent exemplaires. C’est le cas par exemple de la marque Union Distribution, issue du groupe Flammarion. Cette enseigne présente également la particularité d’assurer une impression française, privilégiant ainsi un circuit plus court que la sollicitation des imprimeurs principaux tels que la Chine ou l’Europe de l’Est.

Demande et commande : laquelle choisir ?

Deux principaux modes d’impression alternative se font connaître. L’impression à la demande consiste en une réduction de la grosseur du tirage. Cela permet un meilleur contrôle dans la gestion des stocks. Elle implique en général une action de collaboration entre l’imprimeur et l’éditeur, et peut aussi représenter un avantage économique et écologique pour un auteur auto-édité. On peut trouver comme exemple le service d’impression proposé par Librinova, qui offre des tarifs dégressifs selon le nombre de livres souhaités. L’impression à la commande, quant à elle, s’effectue à l’unité, par exemple lorsqu’une commande est réalisée en librairie pour un livre non disponible en stock. Elle implique le client en tant qu’acteur plutôt que simple récepteur dans la chaîne du livre. On citera en exemple le robot-imprimeur Gutenberg One (dont le marketing s’adresse d’ailleurs autant aux éditeurs qu’aux libraires ou aux lecteurs) qui promet une absence de pilon, une réduction de la charge de transport, ainsi qu’une baisse des émissions de CO₂.

Le robot Gutemberg One permet une auto-impression de livres.

Quelles faiblesses ?

Toutefois, il existe des limites à ces pistes de réflexion. Il faut mettre en garde contre de potentiels « effets rebond » ; dans un élan de souci écologique, il s’agit de ne pas oublier de prendre en compte d’autres effets négatifs entraînés par une impression à la demande. La fabrication d’imprimantes locales, par exemple, qui relieraient directement l’éditeur aux points de vente, nécessite un coût en énergie significatif. La Charte Environnementale du Syndicat National des Editeurs souligne en outre que l’impact carbone de l’impression à la commande n’est pas neutre, mentionnant l’augmentation de la gâche de papier due au manque d’optimisation selon différents formats de page. De plus, que faire des livres populaires à plus grands tirages, qui nécessitent une capacité d’imprimerie plus pointue et volumineuse ? Ce mode d’imprimerie semble plus approprié aux maisons d’éditions de taille plus petite ayant une capacité de stockage et un catalogue éditorial plus faibles.

L’imprimerie à la demande est donc une technologie qui existe depuis longtemps, mais dont l’essor ne fait qu’augmenter au cours des dernières années. Bien que ses vertus environnementales soient souvent vantées par les maisons d’édition, ses limites sont moins discutées dans une approche de décarbonisation. Il ne faudrait pas non plus oublier de prioriser l’aspect local du circuit de l’imprimerie, primordial pour une transition écologique. Peut-être serait-il approprié d’effectuer davantage de recherches précises dans ce domaine, ainsi que d’effectuer un bilan carbone complet du secteur de l’imprimerie dite « alternative ». À voir si elle tient le coup, ou ne fonctionne que « sur le papier » !

Sources :

https ://www.lightningsource.fr/qui-sommes-nous-2/

https ://www.pappers.fr/entreprise/lightning-source-France-515014785

https ://theshiftproject.org/wp-content/uploads/2021/12/211130-TSP-PTEF-Rapport-final-Culture-v3.pdf

https ://www.sne.fr/environnement/la-charte-environnementale-de-ledition-de-livres-un-guide-des-bonnes-pratiques/

https ://www.gutenbergandco.com/ (crédits photo)

Estelle WALLIS

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search