Le lieu d’impression du livre est-il important aux yeux des lecteurs ?

Dans le cadre du projet « Décarboner le livre », les étudiants en première année de Master Métiers du livre et de l’édition de l’Université Grenoble-Alpes ont mis en place un sondage dans plusieurs librairies grenobloises, afin d’analyser les habitudes et les pratiques des clients en librairie.

Les étudiants avaient pour objectif de faire remplir un questionnaire à choix multiples aux clients volontaires pour participer à l’enquête.

L’une des librairies ayant accepté de participer au sondage était la librairie Momie Mangas de Grenoble, une librairie spécialisée dans les mangas (comme son nom l’indique).

Quarante-trois personnes ont accepté de participer au sondage.

L’une des catégories de questions concernait le lieu d’impression des livres. La quasi-totalité des personnes interrogées ont été surprises par ces questions.

Tout d’abord, il faut savoir qu’aujourd’hui, la grande majorité des livres vendus en France ne sont plus imprimés en Asie, mais en Europe – plus particulièrement en Italie. Et cela est d’autant plus vrai en ce qui concerne les mangas.

La première question avait pour but de savoir si les clients étaient attentifs au lieu d’impression du livre (qui est généralement indiqué à la fin). Sur les quarante-trois clients interrogés, seulement 14% (6 sur 43) ont déclarés être attentifs au lieu d’impression ; les 86 % restants (37 sur 43) déclarent quant à eux ne pas le regarder.

Nous avons ensuite posé la question « Est-ce que cela fait partie de vos critères dans le choix d’un livre ? » aux personnes se déclarant attentives au lieu d’impression. Sur les six personnes concernées, cinq (83.3%) ont déclaré que cela ne changeait absolument rien pour eux et qu’ils achèteraient le livre de toute façon ; et une seule personne (16.7%) a déclaré que le lieu d’impression faisait systématiquement partie de ses critères d’achat.

Il faut savoir que les clients ont ensuite déclaré ne pas regarder le lieu d’impression du livre qu’ils achètent, non pas parce que cela ne les intéressait pas, mais tout simplement parce qu’ils n’y pensaient pas.

Lorsque nous avons posé les questions sur le lieu l’impression des livres, nous avons pu constater que les clients avaient souvent tendance à culpabiliser, parce qu’ils pensaient avoir commis une faute – ce qui n’était pourtant pas le cas.

Plusieurs clients interrogés ont ensuite dit aux étudiants qu’à l’avenir, ils penseraient plus souvent à regarder le lieu d’impression, mais sans forcément que cela ait un impact sur leur choix d’acheter le livre ou non.

Beaucoup de personnes se sont aussi montrées intéressées par le projet mené par les étudiants et ont demandé davantage de renseignements.

Après cette expérience, je pense qu’il serait très intéressant de sensibiliser les lecteurs, de les informer que lieu d’impression est un élément important pour le projet de décarbonation du livre.

Yléana FARCY, étudiante en première année de Master Métiers du Livre et de l’Édition à l’Université Grenoble-Alpes.

Sources :

Résultats du sondage à Momie Mangas : https://s8hqlq09uhw.typeform.com/report/khc0vsJz/FePcmiovQzX0lRhM

« Glénat passe à un nouveau papier », GraphiLine, 17-11-2016 : https://www.graphiline.com/article/24426/glenat-passe-a-un-nouveau-papier#:~:text=Pr%C3%A8s%20de%208%20millions%20de,production%20est%20imprim%C3%A9e%20en%20Italie.

Les gestes verts des librairies grenobloises

Réduire son empreinte écologique est un sujet très actuel qui touche chacun de nous. Il s’agit également d’un enjeu important pour tout secteur d’entreprise comme par exemple le secteur du livre. Le cycle du livre dans sa totalité possède un impact non négligeable sur la pollution et sur l’utilisation de ressources comme le papier, de même que l’encre qui sont très polluantes. Afin d’arriver à une industrie plus verte, chaque acteur se doit de faire des efforts aussi bien directement mais aussi passer par la sensibilisation du public. Les acteurs les plus proches du consommateur sont les librairies et c’est donc majoritairement par elles que passe une certaine sensibilisation écologique pour le public. 

Grenoble, élue capitale verte européenne 2022, est une ville pionnière sur la question de l’écologie notamment dans le secteur littéraire et cela s’observe à travers ses nombreuses librairies et les actions qu’elles peuvent mener. Les librairies se revendiquant écoresponsables s’y multiplient et mettent en place des actions pour limiter leur empreinte carbone. Certaines librairies, comme le Luna café-librairie arborent fièrement la mention “éco-responsable” écrite sur la vitrine, transformant ainsi leur statut en un véritable argument de vente. Dans un contexte où la sensibilité environnementale gagne en importance chez les consommateurs, cette reconnaissance contribue à la fidélisation d’une clientèle de plus en plus soucieuse des enjeux écologiques. 

Le circuit court à Grenoble et la sensibilisation à la cause écologique

Lors d’une escale dans une librairie Grenobloise, vous aurez de fortes chances d’y retrouver plusieurs initiatives écologiques mises en place par ses établissements. Mettant en avant la philosophie du circuit court,  du local. Des librairies tel que Les Modernes mettent un point d’honneur à promouvoir activement des auteurs locaux ainsi que des maisons d’éditions indépendantes. C’est la devise de cette librairie qui va d’autant plus loin en installant une galerie d’art d’artistes locaux à l’étage supérieur soulignant ainsi l’importance accordée à la visibilité des acteurs indépendants.  L’engagement en faveur du local et du circuit court est d’une importance cruciale, puisqu’il contribue à réduire les émissions carbones liées aux transports et aux voyages des livres. Cela limite en effet la distance entre la production, la distribution et la consommation des livres tout en soutenant l’économie locale et ces librairies participent alors activement à la construction d’une économie du livre plus durable. Au-delà de la vente de livres, plusieurs librairies endossent également une fonction éducative en mettant en avant des sections entières dédiées à la cause écologique. Ce qui va de pair avec la sensibilisation de son public par diverses initiatives tels que des événements ou la vente de produits locaux comme des “pochettes à livre” comme on peut en retrouver à la librairie La Nouvelle Dérive.

Le livre d’occasion : un réel impact positif 

La sensibilisation ne s’arrête pas à la vente de livres à thématique écologique, plusieurs librairies grenobloises ont établies un système de vente de livres d’occasion. C’est le cas des librairies Momies (manga et bande-dessiné) ou encore de Gibert-Joseph, leaders du marché livre neuf et d’occasion. Selon les données récentes, plus d’un livre sur cinq se vend d’occasion en France. La popularité croissante du livre d’occasion est confirmée par une étude SOFINCO, indiquant que 43% des français ont profité du marché du livre d’occasion en 2012. De plus, les études économiques Xerfi parue en 2015 montrent que la France est le pays d’Europe où la pratique de l’achat d’occasion progresse le plus vite.  La vente de livres d’occasion offre une alternative plus durable en limitant la demande de nouveaux livres, en économisant des ressources, en réduisant les déchets, et en contribuant à une économie circulaire.

Un papier recyclé et une impression française

Une idée qui ressort souvent quand nous pensons à écologie et librairie est la production de livres écoresponsables. A l’échelle d’une librairie, cela implique de privilégier différents labels ou de faire attention au lieu d’impression. Le papier étant l’une des industries les plus polluantes et sa consommation s’étant multiplié par dix en France, de plus en plus de mentions sont mises en place quant à la qualité du papier. Le plus récurrent est le label FSC. C’est un label, présent sur bon nombre d’ouvrages,  qui promeut une gestion responsable des forêts et ainsi une meilleure maîtrise de la production de papier. Le système de certification forestière s’accompagne de 3 labels distincts : FSC 100%, FSC Recyclé et celui qui concerne directement l’industrie du livre le FSC Mixte. Grâce à l’utilisation de ces labels, cela permet aux librairies de mieux contrôler la sélection de livres qu’elles proposent. 

Ces labels peuvent aussi s’accompagner d’un contrôle du lieu d’impression. Aujourd’hui l’imprimerie est de plus en plus relocalisée en France, ainsi la proximité revient à l’honneur et le choix de livres imprimés en France est bien plus conséquent, il est donc plus aisé pour les librairies de faire le choix de l’impression locale. Selon Pascal Lenoir, président de la commission Environnement et Fabrication du SNE  “70 % des livres sont imprimés en France, pour les romans, d’après l’étude de la DGE et de l’UNIIC”. Le choix de livres imprimés en France pour les romans est donc conséquent. Cependant, des efforts restent à faire concernant les livres pour enfants qui sont encore imprimés en Asie par manque de main d’œuvre française.

Que retenir ? 

Les librairies grenobloises se démarquent par leurs initiatives écologiques notables, visant à réduire l’empreinte carbone du secteur du livre. En favorisant le papier recyclé, en privilégiant l’impression française, en encourageant le circuit court et en mettant en avant des auteurs locaux, ces établissements contribuent activement à façonner une économie du livre plus durable. Des actions concrètes, telles que la livraison à vélo, l’extinction des lumières nocturnes et la promotion de la vente de livres d’occasion, témoignent de leur engagement authentique en faveur de l’éco-responsabilité, dépassant ainsi les attentes traditionnelles du simple commerce de livres. Dans un contexte où la conscience environnementale des consommateurs prend de l’ampleur, cette démarche vise à fidéliser une clientèle de plus en plus soucieuse des enjeux écologiques. 

Annouck Belaid, Juliette Loriot, M1 Métiers du Livre et de l’Édition

SOURCES

CHARTIER, François. “Pour le papier recyclé.” (2006).

CONSEIL, Intendance forestière. Forest Stewardship Council – À propos du FSC. Critères et indicateurs malaisiens pour la certification de la gestion forestière (MC&I 2011) (Kuala Lumpur, 2011) p , 2007, vol. 50. 

OURY Antoine, environnement : “70 % des romans sont imprimés en France”, 2017. ActuaLitté.com. [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://actualitte.com/article/22045/interviews/l-edition-et-l-environnement-70-des-romans-sont-imprimes-en-france#:~:text=Pascal%20Lenoir%20%3A%2070%20%25%20des%20livres,d%C3%A8s%20que%20cela%20est%20possible 

GARCIA Trevor | DCB25 | Mémoire d’étude – Le livre d’occasion | janvier 2017, URL : https://core.ac.uk/download/pdf/83607071.pdf   

BESSARD-BANQUY Olivier, « Recyclage, transmission, don et contre-don. Le livre et ses nouvelles vies d’occasion », Communication & langages, 2021/1 (N° 207), p. 109-128. DOI : 10.3917/comla1.207.0109. URL : https://www-cairn-info.sid2nomade-2.grenet.fr/revue-communication-et-langages-2021-1-page-109.htm 

TAVERNIER Julien, KING Lisa, KACPRZAK Juliette, VALLAUR Daniel, « Rapport vers une économie plus circulaire das le livre », WWF rapport, 2019 URL : https://www.wwf.fr/sites/default/files/doc-2019-12/20191125_Rapport_Vers-une-economie-plus-circulaire-dans-le-livre_WWF_min.pdf

Les lecteurs grenoblois ne s’intéressent pas au lieu d’impression de leurs ouvrages, pas par désintérêt « actif », mais parce qu’ils n’y pensent pas.

Le 19 octobre 2023 après-midi, dans le cadre d’une démarche appelée « Projet S », qui consistait en un sondage sous forme de questionnaire à choix multiples1 auprès des clients d’un point de vente de livres, afin de les interroger sur des pratiques écologiques liés à ces lieux, je me suis rendu au Momie Manga de Grenoble. J’ai obtenu 21 réponses en 4 heures.

Une des questions était « Lorsque vous achetez un livre, êtes-vous attentif au lieu d’impression ? (Réponse facultative) ». Les réponses possibles étaient : « Oui, j’y suis attentif.ve », « Oui, je m’y intéresse mais ne trouve pas l’information » ou « Non, je ne m’y intéresse pas. ».

La réponse donnée a été quasi-systématiquement, à deux exceptions près, « Non, je ne m’y intéresse pas. ». Toutefois, il s’agit de la question qui a suscité le plus d’interrogations auprès des sondés. C’est celle qui a suscité le plus de conversations, plusieurs clients ayant déjà remarqués qu’il y avait relativement peu de livres imprimés en France, mais n’avaient pas poussé plus loin, sans chercher plus loin. Les autres déclaraient tout simplement n’avoir jamais réfléchi sur ce sujet, mais se sont montrés intéressés. Leurs réactions tendaient à alterner entre soulagement d’apprendre que de moins en moins de livres vendus en France étaient imprimés en Chine et que la plupart l’étaient plutôt en Europe, et l’agacement que peu de livres soient imprimés directement en France. Ceux qui avaient entamés la conversation sur ce sujet semblaient présenter une réelle curiosité. Un jeune homme interrogé nous a même donné son adresse mail, car il se disait intéressé par le projet de décarbonation de l’économie du livre – l’origine du sondage « Projet S » –, qu’il venait pourtant de découvrir, et aimerait recevoir les articles à ce sujet après leur publication.

L’échantillon était réduit et peu représentatif : il n’y a eu que 21 individus tous interrogés la même après-midi, les moins de 50 ans étaient surreprésentés, ils venaient tous d’Isère et presque tous de l’agglomération de Grenoble… De plus, je n’ai pas eu les résultats exacts des réponses aux questionnaires remplis avec les clients – les résultats étaient enregistrés directement sur internet sur une page à laquelle je n’ai pas accès et non sur le smartphone que j’utilisais pour transmettre les réponses – ni aux résultats globaux de l’enquête auxquelles d’autres personnes ont participé, et j’écris donc sur la base de ma mémoire et des quelques notes que j’ai prises sur le terrain. Ce billet n’a donc que la valeur d’un témoignage isolé, et non la fiabilité d’un processus de recherche complet en sciences sociales. Il est donc difficile et déconseillé de tirer des conclusions généralisables sur cette seule base.

Cependant, les personnes interrogées admettaient être très peu informées sur le bilan carbone du transport du livre entre son lieu de production et son lieu de vente, mais lorsque le sujet était abordé, montraient de l’intérêt et déjà une forme d’investissement émotionnel. Puisque nous ne pouvons pas suivre les individus sondés sur la durée, il nous est impossible de savoir si cet intérêt a perduré dans le temps, et s’ils se sont informés sur cette thématique de leur côté. Mais déjà, nous pouvons affirmer qu’en soit c’est un sujet qui peut attirer l’attention des lecteurs. Et donc, un potentiel levier de décarbonation du livre, au moins pour les points de vente de l’agglomération de Grenoble.

Arnaud BOISNARD, étudiant en Master 1 Métiers du Livres et de l’Édition, à l’Université Grenoble-Alpes.

1Lien vers le questionnaire : https://s8hqlq09uhw.typeform.com/to/khc0vsJz

Le papier de pierre, une révolution verte de l’industrie papetière ?

Nous savons tous que le bois est la principale matière première utilisée pour la fabrication du papier. Cependant notre consommation de papier actuelle engendre de graves conséquences en termes de déforestation. On estime qu’au niveau mondial, environ 13 millions d’hectares de bois bruts disparaissent chaque année. Des chiffres inquiétants qui ne tendent pas à diminuer. A cela s’ajoute les quantités considérables d’eau utilisées pour la production du papier.

Pour contrer cette problématique, des ingénieurs taïwanais de la Taïwan Lung Meng Tecnology Corporation ont mis au point une vraie nouveauté dans le monde du papier : le papier de pierre.

Ce papier est fabriqué à partir de roche calcaire et de polyéthylène non toxique. Le processus de fabrication ne requiert aucun acide, blanchiment (le carbonate de calcium qui la compose la rend blanche naturellement), ni alcali (solution aux propriétés basiques) et ne rejette aucun déchet dans la nature. Il préserve la qualité des eaux et des sols en contournant l’emploi d’agents blanchissants polluants (souvent à base de chlore ou d’eau de Javel).

À titre de comparaison, la production d’une tonne de pâte à papier classique nécessite l’utilisation de 2 à 3 tonnes de bois et l’usage de plus 60 000 à 100 000L d’eau (cf. image ci-dessous). Le procédé total dégage environ une tonne d’émissions de CO². En plus de résoudre les problèmes de déforestation, le papier de pierre résout également la problématique de l’eau puisqu’aucune goutte n’est utilisée dans son processus de fabrication. C’est un progrès écologique conséquent.

Ce processus de fabrication permet au pays n’ayant plus suffisamment de bois ni d’eau de continuer de produire du papier. Cette alternative permet par la même occasion de préserver une partie de nos forêts et de notre eau.

Le papier de pierre étant un papier fait de roche et de résine, il est étanche et résiste au temps. Il peut être utilisé de différentes manières telles que pour la fabrication de livres, d’affiches, de carton et peut même remplacer certains emballages plastiques. Il peut être aussi intéressant d’utiliser ce papier comme support pour les œuvres, ce qui permettrait d’éviter leur dégradation dû à l’humidité.  L’un des autres avantages du papier de pierre est qu’il est peu absorbant, il consomme jusqu’à 20 à 30 % d’encre en moins qu’un papier classique.

Le but n’est pas de remplacer complètement le papier « classique » par du papier minéral. En effet le papier « classique » n’a pas qu’une empreinte négative sur l’environnement puisqu’il peut être fabriqué à partir de forêts gérées durablement et peut être facilement recyclé à condition d’ajouter de nouvelles fibres de bois vierges, dont l’extraction consomme des milliers de litres d’eau. Ce n’est pas le cas du papier minéral qui, faute d’utilisation suffisante en France, n’a pas d’entreprise spécialisées pour son recyclage et doit donc être transporté jusqu’en Asie pour connaître une seconde utilisation.

On remarque donc que chaque progrès écologique a ses limites et qu’il est préférable de les combiner pour permettre une décarbonation du monde du livre.

Manon MERCIER

SOURCES:

Papier Ecologique en remplacement des supports 100 % plastiques-Mineral Paper. (s. d.).

Le papier de pierre : révolutionnaire et écologique. (2018, 21 septembre). Kaizen. 

Certifié ISO 14 001, qu’est-ce que cela veut dire pour l’empreinte carbone ?  

Logo de la norme ISO 14 001

La certification ISO 14 001 comme démarche d’engagement pour l’environnement ? Le papier, les encres, le pelliculage, etc., ne sont pas les seuls procédés à être améliorables dans le cadre de la lutte contre la décarbonation. En effet, la gestion des infrastructures par les entreprises joue un rôle majeur sur leur impact environnemental. Ainsi, la mise en place d’actions quotidiennes sont requises pour réduire et préserver l’environnement.

L’objectif fixé par la norme ISO 14 001 est de rendre les acteurs éco-responsables.

De cette façon de nombreux imprimeurs sont certifiés ISO 14 001, mais qu’est-ce que cela signifie réellement pour leur empreinte carbone ? 
La certification ISO 14 001 a été créée par l’organisation internationale de normalisation. Cette certification concerne l’engagement environnemental des infrastructures, et donc permet aux entreprises de pouvoir attester d’une gestion efficace et écologique.  Par conséquent, de par cette norme, les imprimeurs peuvent lier les enjeux environnementaux et leurs obligations. 

Comment l’obtenir ? 

Afin d’acquérir cette certification, plusieurs actions sont requises pour témoigner de bâtiments respectueux de l’environnement. Son obtention dure environ trois ans, sous forme d’audits, un organisme va vérifier la conformité de l’organisation et le bon respect de ces critères. Pour cela, de nombreux aspects sont examinés tels que la communication, la gestion des déchets, etc. 
La norme cherche à répondre à un principe de perfectionnement, c’est-à-dire qu’un suivi des entreprises certifiées est nécessaire. Le contrôle régulier des industries permet de garantir à l’organisme agréé que les actions mises en place dans les différentes infrastructures leur permettent de préserver la certification. 

Les grands principes de la norme ISO 14 001 

La roue de Deming

Cette norme repose sur la roue de Deming, c’est-à-dire sur le concept d’amélioration continue. Ce principe se fractionne en quatre grandes parties : 

  • Planifier 
  • Faire 
  • Réagir
  • Vérifier 

Ainsi, pour l’obtenir, c’est très simple, les imprimeurs doivent répondre à un certain nombre de critères tels que : 

  • L’état des lieux des processus et des activités de l’entreprise et leur impact sur l’environnement ;
  • La mise en place d’une politique environnementale qui définit les objectifs de l’entreprise ;
  • La planification qui cadre le plan d’action de l’entreprise pour satisfaire sa politique environnementale ;
  • La mise en œuvre des actions planifiées ;
  • Les contrôles et actions permettant de mesurer la réalisation des actions et le bon fonctionnement du système de management environnemental.

Et les résultats ? 

Être certifié ISO 14 001 permet aux imprimeurs, à leurs infrastructures et aux entreprises en général, de faire des économies de coûts sur du moyen et long terme à travers des procédés de gestion immuables et durables. Mais également de montrer à leurs partenaires qu’ils prennent en compte les questions environnementales. 

Par quels procédés ? 

Voici une petite liste non exhaustive de moyens à mettre en place dans le cadre de l’obtention de la certification ISO 14 001 : 

  • Amélioration de la gestion énergétique : ampoule à basse consommation énergétique, etc.
  • Un meilleur traitement des déchets : tri sélectif, etc. 
  • Choix de papier recyclé ou éco-responsable, pouvant être certifié PEFC ou FSC. 

Pour aller plus loin : 

Il y a quelques semaines, nous nous sommes rendus au sein de l’imprimerie Deux ponts manufacture d’histoire, celle-ci est la première imprimerie française à être certifiée ISO 14001 depuis 2004. De plus, c’est également une des premières entreprises à obtenir en 2016 la mise à niveau 2015 de la certification ISO 14001. 
Cet exemple montre qu’il est possible de conserver cette norme durant plusieurs années à travers des actions durables de préservation de la planète. 
Ainsi, la norme ISO 14 001 permet aux imprimeurs et aux infrastructures de réellement s’engager pour l’environnement sur du long terme à travers plusieurs petites ou grandes actions selon leurs moyens. En effet, les coûts énergétiques que nécessitent les métiers du livre sont importants, et la certification ISO 14 001 a pour objectif de pousser les différents métiers du livre à s’engager dans cette lutte en devenant acteurs et écoresponsables de leurs structures et de leurs ressources. 

Camille Gibaudan, MDLE

Source : 

https://www.jpg.fr/centre-de-connaissances/dossiers/iso-14001-tout-comprendre-a-la-norme-iso-14001.html

https://www.actu-environnement.com/ae/dossiers/iso14000/iso_principe.php4

L’imprimerie à la demande : quels pas pour le livre vert ?

Alors que les études sur l’impact écologique de l’industrie du livre soulignent l’émission superflue de gaz à effets de serre lors de leur transport à l’unité ou en faible quantité, l’imprimerie à la demande semble présenter une solution durable. Comment s’articule cette manière alternative de diffusion et de distribution de livres ? Est-elle réellement plus respectueuse de l’environnement, et à quel niveau est-elle applicable ?

L’exemple de Lightning Source

L’imprimeur Lightning Source France, fondé en 2009, dit par exemple entreprendre une approche éco-responsable en implémentant un système d’impression à la demande. Cette technique d’impressions individuelles ou par petits tirages, utilisée notamment par plusieurs petits éditeurs, permettrait d’éviter les retours en masse de livres invendus, et ainsi leur mise au pilon et le coût économique important de leur stockage. Bien que cette innovation ne soit pas forcément récente, son expansion l’est : en 2021, Lightning Source a augmenté son chiffre d’affaires de 27,2%.

Une distribution à petite échelle ?

Il existe plusieurs manières pour ce système de fonctionner, qui s’articulent autour d’acteurs de différents niveaux de la chaîne du livre. Au niveau de la distribution voient le jour des plateformes proposant une politique de commandes en petites quantités, c’est-à-dire en moins de cent exemplaires. C’est le cas par exemple de la marque Union Distribution, issue du groupe Flammarion. Cette enseigne présente également la particularité d’assurer une impression française, privilégiant ainsi un circuit plus court que la sollicitation des imprimeurs principaux tels que la Chine ou l’Europe de l’Est.

Demande et commande : laquelle choisir ?

Deux principaux modes d’impression alternative se font connaître. L’impression à la demande consiste en une réduction de la grosseur du tirage. Cela permet un meilleur contrôle dans la gestion des stocks. Elle implique en général une action de collaboration entre l’imprimeur et l’éditeur, et peut aussi représenter un avantage économique et écologique pour un auteur auto-édité. On peut trouver comme exemple le service d’impression proposé par Librinova, qui offre des tarifs dégressifs selon le nombre de livres souhaités. L’impression à la commande, quant à elle, s’effectue à l’unité, par exemple lorsqu’une commande est réalisée en librairie pour un livre non disponible en stock. Elle implique le client en tant qu’acteur plutôt que simple récepteur dans la chaîne du livre. On citera en exemple le robot-imprimeur Gutenberg One (dont le marketing s’adresse d’ailleurs autant aux éditeurs qu’aux libraires ou aux lecteurs) qui promet une absence de pilon, une réduction de la charge de transport, ainsi qu’une baisse des émissions de CO₂.

Le robot Gutemberg One permet une auto-impression de livres.

Quelles faiblesses ?

Toutefois, il existe des limites à ces pistes de réflexion. Il faut mettre en garde contre de potentiels « effets rebond » ; dans un élan de souci écologique, il s’agit de ne pas oublier de prendre en compte d’autres effets négatifs entraînés par une impression à la demande. La fabrication d’imprimantes locales, par exemple, qui relieraient directement l’éditeur aux points de vente, nécessite un coût en énergie significatif. La Charte Environnementale du Syndicat National des Editeurs souligne en outre que l’impact carbone de l’impression à la commande n’est pas neutre, mentionnant l’augmentation de la gâche de papier due au manque d’optimisation selon différents formats de page. De plus, que faire des livres populaires à plus grands tirages, qui nécessitent une capacité d’imprimerie plus pointue et volumineuse ? Ce mode d’imprimerie semble plus approprié aux maisons d’éditions de taille plus petite ayant une capacité de stockage et un catalogue éditorial plus faibles.

L’imprimerie à la demande est donc une technologie qui existe depuis longtemps, mais dont l’essor ne fait qu’augmenter au cours des dernières années. Bien que ses vertus environnementales soient souvent vantées par les maisons d’édition, ses limites sont moins discutées dans une approche de décarbonisation. Il ne faudrait pas non plus oublier de prioriser l’aspect local du circuit de l’imprimerie, primordial pour une transition écologique. Peut-être serait-il approprié d’effectuer davantage de recherches précises dans ce domaine, ainsi que d’effectuer un bilan carbone complet du secteur de l’imprimerie dite « alternative ». À voir si elle tient le coup, ou ne fonctionne que « sur le papier » !

Sources :

https ://www.lightningsource.fr/qui-sommes-nous-2/

https ://www.pappers.fr/entreprise/lightning-source-France-515014785

https ://theshiftproject.org/wp-content/uploads/2021/12/211130-TSP-PTEF-Rapport-final-Culture-v3.pdf

https ://www.sne.fr/environnement/la-charte-environnementale-de-ledition-de-livres-un-guide-des-bonnes-pratiques/

https ://www.gutenbergandco.com/ (crédits photo)

Estelle WALLIS

Les maisons d’édition écologiques : une utopie ?

Nombreuses sont les nouvelles maisons d’édition tentant de proposer une alternative, aussi bien en termes de publication que de production. Parmi elles, La Mer Salée, une maison indépendante nantaise fondée par Sandrine Roudaut, ancienne publicitaire, et Yannick Roudaut, ancien journaliste financier. Mais encore faut-il voir les limites entre les actions réalisées et les engagements annoncés.

Couverture du livre de Sandrine Roudaut L'utopie, mode d'emploi, La Mer Salée, 2014
Couverture du livre de Sandrine Roudaut L’utopie, mode d’emploi, La Mer Salée, 2014

« La pureté, ça n’existe pas » indique avec justesse Yannick Roudaut, cofondateur avec Sandrine Roudaut de La Mer Salée. Créée en 2013, cette maison d’édition accueille en son sein une douzaine d’auteurs, tous engagés écologiquement. À ce jour, cette édition a publié une quinzaine d’essais et fictions portant sur l’écologie, le féminisme, les utopies. Ce que nos filles ont à nous dire par exemple, leur dernière publication écrite par Florence Pagneux, expose dans une enquête les questions touchant les filles de 13 à 20 ans, comme le harcèlement de rue ou encore leurs revendications politiques. 

Mais en plus d’écrits engagés, la maison cherche à produire autrement. Souhaitant être locale et soutenable écologiquement, La Mer Salée s’engage à respecter « un écosystème à moins de cent kilomètres depuis le départ ». Pour cela, plutôt que de faire imprimer en Asie, la maison d’édition fait appel aux entreprises PCA-CMB situé à Rezé pour le façonnage et Offset 5 dont les ateliers d’impression se trouvent à la Mothe Achard. Cela fait d’ailleurs partie de la communication de la maison : avec la requête « maison d’édition écologique » la Mer Salée arrive en deuxième position sur Google, une stratégie SEO réussie. On trouve sur leur site des rappels de leur engagement : le fait qu’ils utilisent pour leurs livres du papier « FSC™ (issu de forêts européennes gérées durablement) », emploient des encres « à base d’huiles végétales venant d’Allemagne » et suppriment « tout pelliculage ».

« [L’idéal] ça serait des centrales de distribution régionales […] comme le fait la grande distribution. »

Yannick Roudaut

Cependant, il est intéressant d’apporter une nuance à ce discours. Certes les encres à base d’huiles végétales sont plus bénéfiques écologiquement que les encres à huiles minérales, puisqu’elles sont biodégradables, renouvelables et réduisent le gaspillage de papier lors de l’impression. Mais c’est justement pour leur efficacité que ces encres sont employées par la plupart des imprimeurs, hors journaux et magazines ; leur emploi n’a donc rien d’exceptionnel. De plus, ces encres sont composées à 70 % d’huile végétale, souvent de palme et dont la provenance est difficilement traçable. Similairement, le papier FSC™ – qui est la part la plus importante d’émission de CO2 de la chaîne du livre d’après le bilan carbone d’Hachette – est souvent produit en Europe de l’est et malheureusement acheminé par camion. D’autres problèmes peuvent être relevés du côté de l’imprimeur Offset 5, certifié Imprim’vert, dont la filiale Color 26 se développe en Côte d’Ivoire sous la direction de Jean-Philippe Girou. De la papeterie de luxe est donc transportée de la France à la Côte d’Ivoire par un « ex-officier des armées [ayant] séjourné plus de vingt années sur le continent africain » dont les « engagements opérationnels tout comme ses postes à responsabilités au sein des ambassades françaises et des organisations internationales ont fait acquérir de solides connaissances de tous ces milieux et territoires. » Des compétences guerrières que l’on attendrait pas nécessairement mise ainsi au premier plan pour un vendeur de papier sauf dans un contexte néocolonial.  On peut s’interroger également sur le choix du distributeur Harmonia Mundi dont les entrepôts d’Arles font voyager les livres depuis la Mothe Achard jusqu’à la mer Méditerranée sur 880 kilomètres avant d’être redistribué à travers la France. Un problème relevé par Yannick Roudaut, qui regrette l’organisation de la distribution de livres en France : « [L’idéal] ça serait des centrales de distribution régionales […] comme le fait la grande distribution. » Enfin, la Maison d’Édition s’engage à reverser leurs invendus à Recyclivre et à des ressourceries en cas de retour de livre au lieu d’être pilonné et normalement recyclé. Bémol : d’après Vincent Chabault dans son article “Du livre-déchet au livre vendu”, le premier client des ressourceries est le géant allemand Momox. Les livres sont donc expédiés en Allemagne avant d’être éventuellement renvoyés en France, ce qui est source de nouvelles émissions. 

Malgré toutes ces faiblesses, il convient de nuancer la critique, La Mer Salée pourrait faire imprimer en Asie, comme le font bien des éditeurs ayant pourtant une puissance financière nettement plus importante. Au final, la maison reste contrainte par les conditions matérielles dans laquelle elle se trouve : un contexte de délocalisation de l’industrie du livre et un système économique poussant les éditeurs à se créer une identité parmi la masse afin d’être rentable, quitte à paraître plus écologique qu’ils ne le sont.

DEUX-PONTS Manufacture d’Histoires : Une Imprimerie qui Passe à l’Action

Comme toute activité industrielle, l’impression est polluante. Deux-Ponts Manufacture d’Histoires est l’une des imprimeries françaises résolument investies dans une activité responsable sur le plan écologique.

Deux-Ponts Manufacture d’Histoires est une entreprise familiale créée en 1935. Elle se situe à Bresson, en Isère, une région historiquement impliquée dans la fabrication du papier. Spécialisée en fabrication créative, elle réunit 34 métiers des arts graphiques au sein de ses ateliers. Depuis des années, cet établissement, de taille moyenne, met en place des actions concrètes et durables pour limiter l’impact de ses services sur l’environnement et obtient, par conséquent, une multitude de certifications et labels verts.

En 2004, l’imprimerie a été certifiée ISO 14001 et a obtenu, en 2016, la mise à niveau 2015 de la même certification. Cette dernière définit les références d’un système de gestion environnementale pouvant être utilisé par un organisme afin d’améliorer ses pratiques durables. L’entreprise s’est également vu attribuer en 2011 le label Imprim’Vert qui a pour but de favoriser la mise en place, par les entreprises spécialisées en impression, d’actions concrètes conduisant à une diminution des impacts environnementaux.

En effet, au niveau de l’énergie, l’imprimerie réduit sa consommation en utilisant la chaleur que les machines dégagent pour chauffer ses locaux en hiver. Elle prend en charge le produit de la création jusqu’à la logistique, ce qui permet de diminuer la pollution des transports. De plus, elle récupère les eaux de pluie et travaille avec un prestataire pour recycler l’eau usée dans ses activités professionnelles. Elle tri tous ses déchets papier qu’elle envoie également au recyclage.

En plus de la gestion des déchets papiers, l’entreprise est labelisée PEFC (Program for the Endorsement of Forest Certification) et FSC (Forest Stewardship Council) depuis 2010. Ces certifications internationales sont synonymes de préservation des forêts et de leur biodiversité. Elles ont pour objectif la gestion durable des ressources en bois. Par conséquent, Deux-Ponts, qui depuis un certain temps se focalise sur le papier après avoir vendu sa filiale digitale, utilise que du papier provenant des forêts gérées durablement.

En outre, en 2020, au début de la crise sanitaire du covid-19, l’imprimerie a mobilisé son équipe pour utiliser un vernis antibactérien. Cette démarche répond à la norme ISO 22196 qui consiste à mesurer l’action antibactérienne sur les surfaces non poreuses. Ainsi, l’entreprise garantit l’impression des documents de long terme qui ne transmettent pas des virus et bactéries.

De plus, l’imprimerie s’engage sur sa responsabilité sociale et installe des pratiques innovantes. En 2020, elle obtient, à ce titre, le label Print’Ethic, une certification RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) pour les industries graphiques. Ainsi, l’entreprise recrute des salariés de toutes nationalités et les forment à plus de trente savoirs faire différents. Elle met également à leur disposition des vélos électriques afin de faciliter leur déplacement au travail tout en les incitant à s’impliquer dans un quotidien sain et écologique.

Pour conclure, Deux-Ponts Manufacture, par ces différentes préoccupations et actions concrètes, se montre investie dans la cause environnementale et tend vers une culture innovante. Ces engagements ont été prouvés par la multitude des labels qu’elle a obtenue et que ses responsables continuent à préserver depuis la création de l’entreprise.

Tinhinane DJEBRA, M1 MDLE

L’imprimerie Villière : un imprimeur tourné au maximum vers l’environnement

Recyclage de ses déchets, Réduction de son impact environnemental, promotion d’alternatives vertes, possession de certification, utilisation d’encres végétales et bien d’autres, l’imprimerie Villière nous montre sa forte volonté écologique. Que fait précisément cette imprimerie Beaumontoise pour exprimer sa volonté d’œuvrer en faveur de l’environnement ?

villi®, ou l’imprimerie Villière, est une entreprise comptant environ quarante salariés, située à Beaumont (74160) en Haute-Savoie sur l’axe Annecy – Genève, au cœur du bassin Genevois. C’est une entreprise très engagée en faveur de l’environnement. Elle est d’abord titulaire de plusieurs certifications et labels dont Imprim’Vert (depuis 2004), ISO 14001 (depuis 2015) et PEFC et FSC (depuis 2014).

L’imprimerie lutte contre l’utilisation excessive du papier notamment en utilisant du papier recyclé et privilégie le numérique dans la mesure du possible. Elle explique son choix de papier en disant qu’on consomme 90% d’eau en moins par rapport à du papier non recyclé, que moins de 2500kWh d’énergie sont nécessaires pour du papier recyclé, ce qui est moitié moins pour le papier non recyclé et que de nombreux arbres sont sauvés par l’utilisation du papier recyclé.

Depuis 2009, l’imprimerie utilise un CTP sans chimie (Computer To Plate, c’est-à-dire la suppression de l’emploi de fixateur et révélateur au moment du développement des plaques pour l’impression offset). L’entreprise révèle alors que sur la période d’un an, elle économise 2000 litres de produits chimiques, 5400 litres d’eau et 104 heures de maintenance. Cela est possible grâce à l’utilisation de gomme arabique qui remplace les produits chimiques et qui est d’origine naturelle, provenant de la sève d’arbre de la famille des Acacias.

L’entreprise recycle au maximum ses déchets et préconise l’utilisation d’encres végétales pour l’impression offset (trouvez plus d’information sur l’article consacré aux imprimeries utilisant les encres végétales). L’imprimerie a effectué son bilan carbone en 2009 qui a permis d’évaluer les émissions de GES (Gaz à Effet de Serre) générées et ainsi « un plan d’action a été mis en place avec comme objectif principal de faire baisser l’empreinte carbone du papier en proposant des papiers écologiques. »

L’entreprise a choisi également de rendre l’impression compensée carbone, c’est-à-dire que les émissions de GES sont calculées pour chaque travail et leur équivalent est compensé via un projet de réduction : pour 1 kilo de carbone émis par l’imprimerie, elle compense sous la forme d’une contribution financière, soit 14K€/an.

Le projet choisi par villi® est le programme d’installation de cuiseurs à bois économes (CBE) dans le nord-ouest du Bénin. Il s’agit d’une opération menée par l’association INTI et l’association Materi Pays de Loire. Il s’agit d’un projet autant écologique qu’humain, en effet le rendement des CBE permet d’espacer la fréquence des corvées de bois ou d’en alléger le volume, travail généralement réservé aux femmes et aux enfants. De plus, les populations des PMA (Pays les Moins Avancés), dont le Bénin, sont les principales victimes des effets du réchauffement climatique, comme la sécheresse et les maladies.

L’imprimerie Villière œuvre donc autant pour l’environnement et que pour l’humain, comme nous le démontrent sa politique RSE, l’intégration de la norme ISO 9001 et son projet de compensation carbone.

Lara FURSTENBERGER, M1 MDLE

Les imprimeries participant à la démarche éco-responsable des encres végétales

Nous avons vu dans un précédent article que des alternatives à l’impression existent, notamment au niveau des encres. Intéressons-nous alors aux imprimeurs qui se sont tournés vers les encres végétales afin de rendre leur démarche éco-responsable.

L’imprimerie SEPEC, comme toutes celles présentées dans cet article, est labellisée Imprim’Vert. Elle travaille à la réduction de son impact écologique, notamment par un traitement responsable des déchets, un recyclage à 100% des produits dangereux et l’utilisation d’encres végétales. Située à Péronnas (01960), dans l’Ain, l’imprimerie SEPEC s’engage à diminuer sa consommation d’énergie.   

Goubault est un imprimeur situé à La Chapelle-sur-Erdre (44240), en région Pays de la Loire. Dirigée par Dominique Goubault, c’est une imprimerie très engagée sur sa trajectoire RSE qui, pour elle, doit contenir l’humain, la production et l’environnement. Ils ont plusieurs labels et certifications comme la Certification ISO 14001 et Imprim’Vert. Et enfin, il s’agit d’un imprimeur dont 100% des encres utilisées pour l’impression offset sont végétales.

L’imprimerie du crestois est située à Crest (26401) dans la Drôme. Elle effectue plusieurs démarches écologiques dont la suppression des étapes « chimiques » (CTP) et la suppression de l’alcool Iso pour les presses ainsi que le recyclage des déchets et l’utilisation de papiers recyclés certifiés FSC. Cet imprimeur utilise également des encres végétales pour l’impression offset, donc des encres à base d’huile végétale avec 75% de matières premières renouvelables.

L’imprimerie Villière est située à Beaumont (74160) en Haute-Savoie. Dirigée par Didier Villière, elle privilégie de nombreuses alternatives vertes pour se tourner vers une impression écologique.

Cet imprimeur utilise les encres végétales Quickset de la gamme Intense TM de Sun Chemical, un producteur d’encre écologique, et il explique que « Sun Chemical fabrique des pigments organiques d’origine végétale et possède ses propres plantations de palmiers pour produire de l’huile. » On trouve des informations complémentaires sur le site de l’imprimerie de Villière, notamment en expliquant que la gamme Intense TM préconise l’utilisation de matières premières d’origine renouvelable, la faible teneur en métaux lourds et une sélection de composants liquides de très faible volatilité (COV). Le site propose de nombreux détails sur les réglementations en lien avec les encres végétales.

Plusieurs imprimeries choisissent des démarches environnementales et écologiques et quelques-unes se tournent vers les encres végétales, tenant probablement compte des précautions à prendre avec ces encres. Ces imprimeries nous expliquent sur leurs sites respectifs les intérêts à utiliser les encres végétales, on trouve notamment l’intensité élevée qui permet de réduire la consommation, le fait que ces encres sont plus facilement biodégradables et la réduction des COV (Composés Organiques Volatiles). Ainsi l’utilisation des encres végétales devient de plus en plus courante dans les imprimeries, peut-être pourrons nous les voir devenir le choix premier pour l’impression.

Lara FURSTENBERGER, M1 MDLE

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search