Une disponibilité insuffisante des ouvrages en langue étrangère dans les librairies d’Auvergne-Rhône-Alpes ? On vous en parle !

On fait l’éloge bien souvent la capitale française, Paris, pour sa diversité culturelle, notamment en termes de librairies spécialisées et d’ouvrages littéraires, tant en genres ou en langues, mais qu’en est-il à l’échelle régionale, plus particulièrement en Auvergne-Rhône-Alpes ? Paris prenant le monopole sur la disponibilité des livres en français et en langue étrangère, Auvergne-Rhône-Alpes possède des librairies – que ce soit de 1er niveau ou de 2ème niveau, ou encore de grandes surfaces spécialisées – avec une faible présence de littératures en langue d’origine (notamment en coréen, turc, japonais…). Posant ainsi plusieurs enjeux comme l’apprentissage d’une langue ciblée par les habitants de la région ou bien l’accessibilité à des ouvrages en V.O. (version originale) pour des étudiants en échange universitaire et autres. En effet, cette disponibilité insuffisante de ces ouvrages en librairies et en bibliothèques – par exemple, la Bibliothèque Municipale Internationale de Grenoble qui ne possède seulement que six langues étrangères, la langue anglaise étant favorisée depuis le début des années 2000 – entraîne des difficultés pour les personnes souhaitant améliorer leurs compétences dans une langue étrangère ou pour les étrangers désirant simplement lire. Démontrons cette problématique à travers des études de cas précis : Grenoble, Voiron et Lyon. 

Grenoble, une ville cosmopolite pour peu de disponibilités en littératures étrangères ?

La région Auvergne-Rhône-Alpes durant la période scolaire 2018/2019, a été la seconde région accueillant le plus d’étudiants étrangers ERASMUS, juste après la capitale.

De part une richesse culturelle enrichie notamment grâce au nombre très important d’étudiants ERASMUS, on pourrait imaginer que la culture littéraire étrangère de ces villes serait particulièrement prolifique. Or, pour la ville de Grenoble par exemple, pas une librairie proposant un catalogue exclusivement en langue étrangère, n’est active à ce jour. On peut trouver en ligne des archives liées à une librairie américaine, Just Book, qui a fermé en 1998, soit presque 25 ans après son ouverture. Toutefois, celle-ci reste la seule jamais ouverte sur Grenoble, selon les sources disponibles.

Sur des forums en ligne, des étudiants étrangers se renseignent et fouillent les sites web afin de pouvoir trouver des livres dans des langues qu’ils comprennent, tant bien que mal. Les seules vraies options disponibles restent les librairies qui offrent une sélection relativement restreinte et limitée d’ouvrages, comme les rayons en V.O. de Decitre, Fnac, Gibert Joseph ainsi que les multiples autres librairies indépendantes. Sur ces forums, les termes les plus mentionnés pour décrire les endroits où l’on retrouve ces livres sont « small section » ou « petite section » en français, reflétant un fond faible de ces titres. 

Qu’en est-il des librairies étrangères dans d’autres parties de la région ?

Pour étendre nos recherches dans cette région, parlons de la librairie Abrakadabra située à Voiron à une vingtaine de kilomètres de Grenoble. Créée en 2004 mais ouverte depuis 2019 en Isère, Abrakadabra est une entreprise spécialisée dans la découverte des langues étrangères. S’étant rendues sur place pour pouvoir mieux vous en parler, nous y avons découvert une librairie remplie de diversité culturelle à la fois pour la jeunesse, les adolescents et les adultes. Celle-ci propose une grande variété de livres avec plus d’une trentaine de langues disponibles telles que : l’Anglais, le Polonais, l’Espagnol, le Néerlandais, etc. 

Quant à Lyon, on peut y retrouver le café-librairie Damn Fine Bookstore, ouvert depuis 2020, qui propose des livres en anglais neufs et de secondes mains, ainsi que quelques choix de livres en allemand, espagnol et italien. C’est un lieu très convivial et calme où l’on peut siroter un café en lisant, tout en étant entouré de livres ! Les livres sont vendus à leur prix d’origine et il est même possible de commander n’importe quel livre, n’étant pas disponible dans le point de vente. Néanmoins, Lyon étant la troisième ville la plus habitée de France, elle possède tout de même quelques rayons de livres en langues étrangères dans différentes librairies de la métropole (Decitre, Fnac, librairies indépendantes…)

Si l’on revient quelques années auparavant, il n’y avait pas autant de pluralité dans les rayons en langues étrangères, mais seulement chez les livres les plus connus internationalement. On remarque ainsi que cela ne fait que de s’agrandir et que de plus en plus de personnes veulent acheter et lire des ouvrages en V.O.. Ainsi, bien qu’il n’y ait plus de librairies spécialisées en langues étrangères sur Grenoble, on observe qu’il y en a deux à proximité, facilement accessibles en transport en commun. 

La solution adéquate pour contrer le manque de disponibilité d’ouvrages en langues étrangères est d’ouvrir de nouveau et davantage de librairies spécialisées, pouvant subvenir aux besoins des usagers. Et le premier pas pour cela est de commencer par agrandir les rayons au sein des librairies qui existent d’ores et déjà, afin de fournir plus de livres en diverses langues. Quant aux plus passionnés de livres, il reste l’option de fouiller les points de ventes de seconde main en ville tels que Emmaüs, la Remise, etc. 

BEN-ABDA–LE-GOEL Camilia, NOËL Clélia et PERRET Ilona,

Étudiantes en M1 MDLE à Grenoble.

Bibliographie :

Les micro maisons d’édition ou la sortie de la surproduction littéraire

La surproduction littéraire est l’un des grands enjeux de la transition écologique et énergétique pour l’industrie du livre. La majorité des maisons d’édition ont du mal à sauter le pas pour diminuer drastiquement leur production ; certains, au contraire, proposent des modèles radicaux.

La micro maison d’édition des Véliplanchistes

Avec environ 80 000 titres imprimés chaque année, l’industrie du livre en France se porte bien – trop bien pour son bilan carbone. Le nombre de titres publiés est l’un des principaux leviers sur lesquels jouer dans le cadre de la transition écologique et énergétique du livre. Le diminuer, c’est à la fois diminuer la production – et son bilan carbone – mais aussi l’envoi au pilon. Comment, alors, arriver à raisonner cette production pour en limiter l’impact environnemental ?

Diminuer les tirages, diminuer le nombre de titres publiés annuellement, la majorité des maisons d’édition concentrent leurs efforts sur ces points, lorsqu’efforts il y a. Rien de radical : la production annuelle reste peu ou prou la même, d’année en année. Malgré tout, certaines maisons font le choix d’un engagement beaucoup plus fort : c’est le cas des éditions des Véliplanchistes.

La maison d’édition des Véliplanchistes, c’est une micro maison d’édition fonctionnant sous la forme d’une association à but non lucratif. Les bénévoles qui y travaillent publient deux à trois titres par an, avec des tirages très limités, par tranche de cent exemplaires. C’est un modèle de fonctionnement radical, privilégiant la qualité – des titres choisis, mais aussi du suivi éditorial – à la quantité.

Bien sûr, ce modèle n’est pas viable dans le cadre d’une industrie ; demander à une maison d’édition de se concentrer sur une poignée de titres tirés à cent exemplaires, c’est s’assurer qu’elle mette la clé sous la porte. Chez les Véliplanchistes, seule la forme associative et non lucrative de la maison d’édition permet ce mode de fonctionnement, hors des logiques de marché de l’industrie livresque. Mais cela ne diminue pas l’importance d’un tel modèle ; de petites maisons telles que celle des Véliplanchistes, plus libres d’innover, proposent de nouvelles manière de voir l’édition dans son ensemble. Et qui sait, les efforts fournis par cette frange de l’industrie inspireront peut-être aux autres maisons des changements plus radicaux.

Paul MARSEILLE LABRANCHE

M1 MDLE

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search