La mise en place de labels éco-responsables : le pari des maisons d’édition

État des lieux de l’impact de l’industrie du livre sur l’environnement

Le rapport du Shift Project rend compte de l’impact carbone de l’industrie du livre. Nous le constatons particulièrement avec le bilan carbone de Hachette France. Le poste de production représente la plus grande part d’émissions avec 66% au total. Suivi du poste de distribution qui représente 19% des émissions. En somme, les postes de production, de distribution, de diffusion et de vie de bureau représentent au total 169 000 tonnes de CO2eq par an.

On se rend compte qu’il est urgent d’établir une transition vers de nouveaux modes de production pour réduire les émissions de CO2. Cela peut passer par une relocalisation des locaux, un transfert vers des modes de transports moins carbonés, se diriger vers une impression locale et à la demande. Tout cela en ralentissant le rythme et le volume de production.

Toutefois, une production industrielle capitaliste est incompatible avec une réduction des émissions. C’est avec cet environnement que des maisons d’édition se sont donné le pari de créer des labels éco-responsables. Ainsi, ces maisons sont sorties du triangle de l’inaction pour aller vers une sensibilisation plus écologique des modes de production afin de nous encourager à mieux consommer. Sachant que le triangle de l’inaction est représenté par trois pôles : le gouvernement, les entreprises et les citoyens, qui rejettent tous la faute sur l’autre et s’entraînent dans le cercle vicieux d’une inaction perpétuelle.

Le label Yliga des éditions de La Martinière et des Éditions Delachaux & Niestlé

Les éditions de La Martinière et les Éditions Delachaux & Niestlé ont lancé, en 2020, le label éco-responsable Yliga. Ce nom désigne, en langue moré, un arbre aux vertus médicinales qui sait s’adapter aux climats les plus hostiles. Il représente pour eux un symbole d’adaptation ainsi qu’« un exemple d’exploitation vertueuse des ressources naturelles ». De plus, ils s’inscrivent dans une démarche de traçabilité des ouvrages produits dans le respect de l’environnement. Ils portent même l’ambition d’étendre leur label à un tiers de leur production d’ici 2030. 

Ce label est défini par plusieurs critères spécifiques. Il certifie une optimisation de l’utilisation du papier avec des formats d’ouvrages adaptés. De plus, il implique une utilisation de papier certifié FSC et PEFC mais surtout d’utiliser moins de produits chimiques. Il promet des ouvrages sans couverture cartonnée et sans film plastique. Tout cela avec une impression à moins de 1000 kilomètres de leurs entrepôts. Ce label s’étend sur une gamme de titres abordant des sujets liés à l’environnement, aux enjeux socio-politiques et écologiques. 

Le label de Tana Éditions

Tana Éditions, qui appartient à Éditis, a mis en place en 2019 un label éco-responsable, visant à s’investir dans le respect de l’environnement. Ils ont choisi comme emblème un scarabée, symbole de croissance et de fertilité des sols, qui est un animal en voie d’extinction à cause du réchauffement climatique.

L’ensemble des ouvrages publiés sous ce label sont fabriqués à l’aide de papiers labellisés, imprimés en France. Ils sont aussi blanchis sans chlore et utilisent des encres certifiées d’origine végétale.

« Cet engagement militant, authentique et sincère est une évidence pour Tana Éditions, qui a vocation à être un label écoresponsable à l’écoute de la société et de son environnement, sans jamais renier ses fondamentaux d’éditeur éclectique, décalé et enthousiaste. L’engagement écologique n’est pas un sacrifice, et nous sommes persuadés que notre fraîcheur et notre inventivité sont de véritables atouts pour mettre du vert dans nos ouvrages et parler d’écologie auprès de nos lecteurs »

Suyapa Hammje, Directrice éditoriale de Tana Éditions

En somme, Tana Éditions a pour ambition de continuer d’expérimenter  afin de trouver de nouvelles solutions de production durable des ouvrages. C’est pourquoi ils travaillent désormais sur la création de couvertures sans pelliculage, pour réduire l’utilisation de plastique.

Sources :

Documents annexes :

Margaux Fourcade-Amalric et Sarah Hottelart – M1 MDLE, parcours édition.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search