Comment produire un « livre vert » ?

L’industrie du livre a un impact environnemental majeur. En effet, produire du papier nécessite une quantité d’eau phénoménale. On estime qu’il faut 60 litres d’eau et 2 à 3 kilos de bois pour fabriquer 1kg de papier. Certains matériaux de production du livre, mais aussi des substances chimiques pour le traitement du papier, sont extrêmement polluants. Enfin, un autre gaspillage de masse, le pilon, utilisé pour détruire les livres pour toutes sortes de raisons.

Mais alors quelles solutions apportées à cette pollution ? Et comment produire un livre plus « vert » ?

De nombreuses solutions ont été mises en place pour tenter de rendre la production de livre plus responsable. Tout d’abord, au niveau du papier, on peut le voir avec de nombreux labels. Comme par exemple, le label PEFC qui garantit un papier issu de forêts durables, selon un système sûr et transparent permettant de suivre le flux de bois depuis la forêt jusqu’au consommateur. Le label FSC garantit que le bois utilisé pour fabriquer le papier est issu de forêts gérées selon des critères environnementaux et sociaux ou par recyclage.

Au niveau de l’impression, les livres peuvent bénéficier du label Imprim’vert accordé si il y a un engagement de l’imprimeur au niveau de la bonne gestion des déchets dangereux, la sécurisation des stockages de liquides dangereux, la non utilisation de produits toxiques, la sensibilisation environnementale des salariés et de la clientèle et le suivi des consommations énergétiques. Ainsi, de nombreuses normes régissent le domaine et peuvent prouver une volonté de faire plus « vert » et être dans une démarche responsable moins polluante.

De plus, le livre « vert » peut se caractériser par le livre de seconde main. En plus de démocratiser la lecture, ce système permet de sauver les livres du pilon et de leur donner une nouvelle vie mais aussi de trouver des livres qui ne sont plus réimprimés. De nombreuses plateformes de seconde main se sont développées permettant ainsi de développer les ventes de seconde main même si l’achat de neuf est toujours majoritairement présent. Mais ce système pose bien d’autres questions et notamment économiques.

Enfin, un livre « vert » pourrait être un livre issu d’une chaîne de production plus respectueuse de l’environnement dans son ensemble. Effectivement, de nombreuses maisons d’édition ont pris conscience de cette urgence notamment Hachette qui a d’ailleurs partagé son bilan carbone. Un livre « vert » serait issu de ces volontés de changement et d’amélioration dans la production, engendrées par les efforts des maisons d’édition et leur volonté de faire mieux en toute transparence.

On peut se demander si ces solutions sont efficaces et suffisantes pour nous permettre de réduire la pollution engendrée par l’industrie du livre ?

TURC Eléa

Sitographie :

– Chabault, V. (2020). Du livre-déchet au livre vendu: L’écologisation du marché du livre d’occasion. Écologie & politique, 60, 91-104. https://doi.org/10.3917/ecopo1.060.0091

– Comprendre les logos et labels environnementaux pour les papiers. (2020, août 26). CITEO. https://www.citeo.com/le-mag/comprendre-les-logos-et-labels-environnementaux-pour-les-papiers

Le papier » Eisenia. (s. d.) http://www.eisenia.coop/documentation/dechet/le-papier/

L’imprimerie des Deux-Ponts à Bresson : des savoir-faire locaux tournés vers le respect de l’environnement


Source:
Compte instagram de l’imprimerie @deuxpontsmanufacture : recense tous les labels de l’entreprise et met en avant son engagement écoresponsable.

Lundi 24 octobre 2022, nous avons eu la chance de visiter l’imprimerie des Deux Ponts située à Bressons en périphérie de Grenoble. Cette entreprise familiale (aujourd’hui c’est Laurent Caillat, troisième du nom, qui est à la tête de l’imprimerie) créée en 1935 qui emploie actuellement 92 employés mêle des savoirs faire riches avec plus de 34 métiers ainsi que des préoccupations environnementales fortes. Ainsi, l’imprimerie a été une des premières à obtenir le label Imprim’Vert et à être certifiée ISO 14001 en 2004. Cette norme est une référence mondiale pour mettre en place un système de management de l’environnement : c’est un outil très efficace pour toute organisation qui souhaite limiter ses impacts sur la planète à travers la diminution de ses consommations en eaux, énergies, de ses déchets, mais également de ses émissions de gaz à effet de serre.

Qu’est-ce que ces labels impliquent concrètement dans l’activité de l’imprimerie ? Tout d’abord, elle ne travaille qu’avec des papetiers qui gèrent d’une manière durable leurs forêts : cela est certifié par les labels PEFC (Programme des reconnaissances des certifications forestières) et FSC (Forest Stewardship Council). De même, tous les papiers non vendus sont recyclés quels que soit leur format ou leur couleurs et revendus à des entreprises locales ou traitées par ces dernières. Les eaux de pluie sont collectées depuis peu et l’hiver, la chaleur des machines est réutilisée pour chauffer les bureaux. Le label Imprim’Vert repose sur un cahier des charges fait de cinq critères : la bonne gestion des déchets à risques, la non utilisation de produit toxique, la sensibilisation environnementale des salariés et de la clientèle, et le suivi des consommations énergétiques. La Manufacture prône aussi les savoir-faire locaux et adhère à la French Fab qui a pour but de promouvoir les industries françaises innovantes à l’étranger. En 2020, l’obtention du label Print’ Ethic et le label RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) pour les industries graphiques garantissent l’intégration volontaire par l’imprimerie de préoccupations sociales (telles que l’égalité salariale hommes/femmes) et environnementales dans leurs activités. Une autre action, qui ne touche pas toute la production mais mérite d’être relevée, est la création d’un petit livre vert qui reprend les principales idées reçues sur le papier. Nous apprenons ainsi que le papier peut être recyclé jusqu’à sept fois ! Les avantages du papier sont rappelés : par exemple, un catalogue en ligne a cinq fois plus d’effets sur l’acidification des océans qu’un catalogue papier. Enfin, des moyens écologiques sont mis à libre disposition des salariés pour se rendre à leur travail : la manufacture prête des vélos électriques pour les trajets quotidiens.

Un autre engagement de l’entreprise est celui du pari du papier plutôt que du digital. En effet, dans une émission retransmise sur France bleue, des artisans vantent la dimension démocratique et éternelle du livre qui se prête et véhicule toutes sortes d’opinions. La structure exporte des livres, des pochettes, et même des sacs cartonnés, à des marques de luxe mondialement connues. Les savoir-faire spécialisés et uniques de l’imprimerie ont été mis en valeur à travers l’octroi par l’État en 2012 du label EPV, Entreprise du Patrimoine Vivant. Des savoir-faire tels que celui de couverturier, de sérigrapheur, de relieur ou de typographe doreur, qui risqueraient d’être oubliés sont encore enseignés à de jeunes ouvriers et ouvrières. Durant notre visite, nous avons pu voir en action des employés en train de poser de la dorure sur la reliure et les pages d’un futur livre d’une très grande marque. Vous pourrez peut-être bientôt le voir exposé dans un magasin de l’enseigne. Les marques haut de gamme à l’échelle nationale, européenne ou internationale sont ainsi un des débouchés principaux de l’établissement et elles valorisent le fait d’avoir un imprimeur engagé dans la cause environnementale. Aujourd’hui, à peine remise de la crise de 2008, l’entreprise doit faire face à une crise de l’industrie du papier. Mais c’est sa foi en l’avenir du papier et sa capacité à s’adapter en se tournant vers de nouveaux clients qui a permis à l’imprimerie de se relever. Pour durer, elle se tient également au courant des évolutions du papier en suivant les innovations de l’école d’ingénieur Pagora ou du Centre Technique du Papier situés sur le campus universitaire de Grenoble. Enfin, une attention particulière est donnée au recrutement comme nous l’a rappelé Madame Cécile Kebbal, directrice des ressources humaines, qui tente de faire connaître la structure par le biais des réseaux sociaux ou de son site internet. Là encore, l’enjeu écologique est mis en lumière ce qui montre que cela fait partie de l’identité de l’imprimerie.

Terminons sur cette phrase du fondateur de l’imprimerie, André Caillat, en 1935 qui prend tout son sens dans les efforts fournis par l’entreprise en matière de recyclage notamment : “Aujourd’hui, rien ne se jette, tout à une valeur”.

Sources (sites internet)

-https://www.deux-ponts.fr/fr/page-daccueil/

-https://www.boutique.afnor.org/fr-fr/norme/nf-en-iso-14001/systemes-de-management-environnemental-exigences-et-lignes-directrices-pour/fa176494/1513?pk_source=google-adwords&pk_medium=cpc&pk_campaign=ISO

-https://www.instagram.com/deuxpontsmanufacture/

-https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/la-manufacture-deux-ponts-en-isere-une-imprimerie-qui-fait-impression-1526316181

Les labels verts dans l’impression : un gage de sérieux et de durabilité ?

Le secteur de l’impression est touché par la création et la multiplication de labels verts. Mais à quoi correspondent ils ? Est-ce un gage de sérieux et d’engagement sur les critères environnementaux ?

Dans une volonté de rendre l’impression papier plus écologique, des organismes normalisateurs spécialisés mettent au point des certifications. Ces certifications, ou labels, peuvent être regrouper en trois domaines : l’imprimeur, le papier et la forêt.

Chez les imprimeurs les écolabels ont pour but de montrer que la fçon de faire respecte l’environnement de manière durable. On trouvera les certifications Imprim’Vert et ISO 140001 pour les plus connues, mais aussi Print’Ethic qui est spécialisé dans les industries graphiques, ou EMAS (Eco-Management and Audit Scheme) qui évalue les performance environnementales. Pour mieux comprendre comment fonctionnent ces labels, prenons l’exemple d’Imprim’Vert.

Logo Imprim'Vert

Créé en 1998 par la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de Loir-et-Cher et la Chambre Régionale des Métiers et de l’Artisanat du Centre, ce label compte aujourd’hui plus de 2 000 sites labellisés. Pour pouvoir porter ce logo, 5 critères sont à respecter : l’élimination conforme des déchets dangereux, la sécurisation des stockages de liquides dangereux, la non-utilisation de certains produits CMR  (substances Cancérogènes, Mutagènes et toxiques pour la Reproduction), la sensibilisation environnementale et le suivi des consommations énergétiques du site. En réunissant tous ces critères, les imprimeurs certifiés doivent diminuer leur impact écologique.

Pour pouvoir imprimer, les imprimeurs ont besoin de se fournir en papier. Or pour rester dans leur ligne écologique, un imprimeur choisira de se fournir d’un papier écolabellisé, c’est-à-dire dont on connait la provenance des matières premières et la consommation d’énergie lors de la création. On peut trouver parmi ces certifications, l’écolabel européen, le plus important, ou encore le Cygne Blanc et l’Ange Bleu qui sont des labels propres à leur pays d’origine, respectivement la Suède et l’Allemagne.

logo écolabel européen

L’écolabel européen, spécialisé dans le papier imprimé est certifié par l’AFNOR (Agence Française de NORmalisation). Il a pour objectif de promouvoir une économie circulaire en générant moins de déchets et de CO2 tout en développant des produits durables, faciles à réparer et recyclables.

Le papier, élément essentiel dans l’impression, est fabriqué à base de fibre de papier qui est issue d’arbre ou de papier recyclé. Des écolabels tels que FSC (Forest StewardShip Council) et PEFC (Programme de Reconnaissances des Certificatiosn Forestières) ont été créé pour certifier de la gestion durable d’une forêt pour les générations actuelles et futures et sur la traçabilité de ses produits. La principale différence entre ces deux labels sur un produit, est que FSC certifie que ce qui a été réutilisé a été recyclé à 100% tandis que PEFC garantit que le produit est composé d’au moins 70% de matériaux recyclés. Aujourd’hui seulement 10% des forêts sont certifiées dans le monde.

log FSC

En France la certification FSC compte 68 adhérents et comptabilise 94 000 hectares de forêts certifiées. 10 principes sont à respecter pour obtenir l’écolabel autour de 3 thèmes : le respect des droits et des lois, les impacts environnementaux et la gestion des forêts. La branche française fête cette année ses 15 ans d’existence et propose une nouvelle stratégie autour de trois grands axes : le développement de cette certification, le développement de la consommation responsable et le renforcement de l’écosystème d’acteurs. Dans le but d’avoir des forêts françaises engagées dans la prévention de la biodiversité forestière et qui s’adaptent aux changements climatiques.

Les écolabels et certifications sont de plus en plus présents dans le monde de l’impression au niveau local et mondial. Ce qui traduit un gage de sérieux et d’engagement écologique de la part de tous ces acteurs. Mais est-ce suffisant pour réduire leur empreinte carbone ? Pas si sûr…


DUBOULOZ-MONNET Laurie – M1 MDLE IDB.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search