Label Emmaüs : un e-shop militant

“Une deuxième vie pour les objets, une seconde chance pour les hommes et un bel avenir pour la planète”.

En 2015, Emmaüs France lance une étude de faisabilité sur la vente en ligne pour les groupes Emmaüs. C’est alors qu’en 2016, Emmaüs France créé la Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) Label Emmaüs et lance la Marketplace label-emmaus.com avec vingt-trois vendeurs. Le but de cette plateforme est de lutter contre les injustices, la pauvreté, les diverses formes d’exclusion, le gaspillage et l’industrie du neuf. Leur démarche engagée passe par le numérique et le web, qui sont des outils nécessaires et essentiels dans notre société. A travers le web, Emmaüs France souhaite œuvrer pour l’insertion, la formation et le réemploi solidaire, en adaptant les modèles essentiels de solidarité.

Sur la plateforme Label Emmaüs, le catalogue compte 2 millions de livres d’occasion dont presque 1 million de références. La majorité de ces livres ont plus de 2 ans donc Emmaüs insiste sur le fait qu’ils ne font pas de la concurrence aux maisons d’édition ou aux librairies. Ces livres proviennent des dons faits par des particuliers dans les différents Emmaüs que l’on trouve en France.  Près de 30 millions de livres sont donnés et vendus dans les 500 points de vente Emmaüs. Si les livres donnés ne sont pas achetés physiquement, ils sont récupérés par des plateformes régionales qui les trient et les mettent en ligne sur Label Emmaüs. Chaque plateforme emploie des opérateur‧rices e-commerce en insertion professionnelle. Ces emplois ne demandent pas de qualification académique particulière. De plus, ils ne sont pas délocalisables et ne sont pas des métiers en tension dans la logistique et le numérique.

Les livres représentent 93% des produits vendus sur la marketplace Label Emmaüs. Parmi ces livres, plus de 100 000 sont à moins de 2€. Plus de 160 tonnes de livres sont collectés et 300 000 livres sont réutilisés chaque année, par l’entrepôt qui se trouve en Île-de-France. Emmaüs France possède deux entrepôts dédiés à l’activité de revalorisation et revente du livre (dans le 93 et le 47). Il faut noter que 100% des bénéfices sont réinvestis dans l’outil de travail, commun à 180 structures de l’Économie Sociale et Solidaire qui vendent sur le site (Croix-Rouge, Emmaüs, ressourceries…). La plateforme met aussi en œuvre des actions afin d’aider les consommateurs. Par exemple, lors de la rentrée scolaire 2023, la plateforme a offert les frais de ports, a fait des réductions sur certains ouvrages et des prix-mini. Ainsi, ce label lutte contre la précarité des étudiants. Cette plateforme propose aussi des cartes cadeaux allant de 20 euros à 100 euros : un bon moyen d’offrir un cadeau éthique.

Dans un entretien, Maude Sarda, co-fondatrice et directrice de Label Emmaüs revient sur le problème du pilon en France : « On les appelle les livres mort-nés : entre 140 et 145 millions de livres, fraîchement édités, sont pilonnés en France par an, soit 1/4 de la production littéraire. Ou encore 700.000 à 1 million d’arbres ». Label Emmaüs s’inscrit donc dans le paysage du e-commerce, comme un véritable contre-modèle aux grandes plateformes de vente en ligne. Cette plateforme s’engage aussi concrètement pour la préservation de l’environnement, en ne proposant que des articles de seconde-main.  

Emmaüs France ne cesse de se développer et compte aujourd’hui cinq activités distinctes représentés par quatre labels : le label Emmaüs, deux label plateforme, le label école et le label transition. Ces labels œuvrent pour la réinsertion, la formation et la lutte contre la fracture numérique. Label Emmaüs crée et développe des activités locales qui sont des sources d’emploi et de revenus pour le territoire français. Grâce au label plateforme, c’est notamment 39 000 livres qui sont donnés à des écoles du département.

Label Emmaüs est aussi une plateforme militante et cela passe par des actions concrètes. C’est notamment ce qu’a fait la plateforme, en 2019, en soutenant le mouvement Green Friday en opposition au Black Friday. Des militants se sont exposés devant des vitrines de mode à Paris avec un portant mobile transformé en fenêtre web du site e-commerce. Le curseur se trouvait sur les articles neufs des vitrines avec un message qui ne laisse pas indifférent : “existe aussi en version recyclée et solidaire”.

De même, en 2019, Emmaüs Label a mis en place l’action « Seconde main sous le sapin ».  A cette occasion, un calendrier de l’avent a été mis en place à travers la plateforme Instagram. En participant au concours, il était possible de gagner un objet de seconde-main chez l’un des vendeurs ou offert par une influenceuse partenaire.

Ainsi, ce label pousse les consommateurs à agir de manière plus raisonnée : acheter moins mais mieux. En agissant lors de période de grande consommation, comme la période de Noël, Emmaüs label veut montrer qu’il est possible de trouver des alternatives à l’achat neuf et à la fast fashion.

En 2017, le nombre de personnes formait au e-commerce représentait 85. En 2022, c’est 1 800 personnes qui sont formées au e-commerce.

On peut dire que ce e-commerce réussit son pari puisque depuis 2017, le nombre de produits réemployés sur la plateforme a considérablement augmenté. Comme l’indique le schéma, les produits réemployés sont passés de 11 000 en 2017 à 1,1 millions en 2022 : un bel essor !

Léotine Pralong – Laureen Lantheaume – M1 MDLE

Source:

ActuaLitté.com. « Chez Label Emmaüs, des livres à petits prix et de la solidarité ». https://actualitte.com/dossier/408/chez-label-emmaus-des-livres-a-petits-prix-et-de-la-solidarite

Label Emmaüs. https://www.label-emmaus.co/fr/univers/livres-et-papeterie/

Une disponibilité insuffisante des ouvrages en langue étrangère dans les librairies d’Auvergne-Rhône-Alpes ? On vous en parle !

On fait l’éloge bien souvent la capitale française, Paris, pour sa diversité culturelle, notamment en termes de librairies spécialisées et d’ouvrages littéraires, tant en genres ou en langues, mais qu’en est-il à l’échelle régionale, plus particulièrement en Auvergne-Rhône-Alpes ? Paris prenant le monopole sur la disponibilité des livres en français et en langue étrangère, Auvergne-Rhône-Alpes possède des librairies – que ce soit de 1er niveau ou de 2ème niveau, ou encore de grandes surfaces spécialisées – avec une faible présence de littératures en langue d’origine (notamment en coréen, turc, japonais…). Posant ainsi plusieurs enjeux comme l’apprentissage d’une langue ciblée par les habitants de la région ou bien l’accessibilité à des ouvrages en V.O. (version originale) pour des étudiants en échange universitaire et autres. En effet, cette disponibilité insuffisante de ces ouvrages en librairies et en bibliothèques – par exemple, la Bibliothèque Municipale Internationale de Grenoble qui ne possède seulement que six langues étrangères, la langue anglaise étant favorisée depuis le début des années 2000 – entraîne des difficultés pour les personnes souhaitant améliorer leurs compétences dans une langue étrangère ou pour les étrangers désirant simplement lire. Démontrons cette problématique à travers des études de cas précis : Grenoble, Voiron et Lyon. 

Grenoble, une ville cosmopolite pour peu de disponibilités en littératures étrangères ?

La région Auvergne-Rhône-Alpes durant la période scolaire 2018/2019, a été la seconde région accueillant le plus d’étudiants étrangers ERASMUS, juste après la capitale.

De part une richesse culturelle enrichie notamment grâce au nombre très important d’étudiants ERASMUS, on pourrait imaginer que la culture littéraire étrangère de ces villes serait particulièrement prolifique. Or, pour la ville de Grenoble par exemple, pas une librairie proposant un catalogue exclusivement en langue étrangère, n’est active à ce jour. On peut trouver en ligne des archives liées à une librairie américaine, Just Book, qui a fermé en 1998, soit presque 25 ans après son ouverture. Toutefois, celle-ci reste la seule jamais ouverte sur Grenoble, selon les sources disponibles.

Sur des forums en ligne, des étudiants étrangers se renseignent et fouillent les sites web afin de pouvoir trouver des livres dans des langues qu’ils comprennent, tant bien que mal. Les seules vraies options disponibles restent les librairies qui offrent une sélection relativement restreinte et limitée d’ouvrages, comme les rayons en V.O. de Decitre, Fnac, Gibert Joseph ainsi que les multiples autres librairies indépendantes. Sur ces forums, les termes les plus mentionnés pour décrire les endroits où l’on retrouve ces livres sont « small section » ou « petite section » en français, reflétant un fond faible de ces titres. 

Qu’en est-il des librairies étrangères dans d’autres parties de la région ?

Pour étendre nos recherches dans cette région, parlons de la librairie Abrakadabra située à Voiron à une vingtaine de kilomètres de Grenoble. Créée en 2004 mais ouverte depuis 2019 en Isère, Abrakadabra est une entreprise spécialisée dans la découverte des langues étrangères. S’étant rendues sur place pour pouvoir mieux vous en parler, nous y avons découvert une librairie remplie de diversité culturelle à la fois pour la jeunesse, les adolescents et les adultes. Celle-ci propose une grande variété de livres avec plus d’une trentaine de langues disponibles telles que : l’Anglais, le Polonais, l’Espagnol, le Néerlandais, etc. 

Quant à Lyon, on peut y retrouver le café-librairie Damn Fine Bookstore, ouvert depuis 2020, qui propose des livres en anglais neufs et de secondes mains, ainsi que quelques choix de livres en allemand, espagnol et italien. C’est un lieu très convivial et calme où l’on peut siroter un café en lisant, tout en étant entouré de livres ! Les livres sont vendus à leur prix d’origine et il est même possible de commander n’importe quel livre, n’étant pas disponible dans le point de vente. Néanmoins, Lyon étant la troisième ville la plus habitée de France, elle possède tout de même quelques rayons de livres en langues étrangères dans différentes librairies de la métropole (Decitre, Fnac, librairies indépendantes…)

Si l’on revient quelques années auparavant, il n’y avait pas autant de pluralité dans les rayons en langues étrangères, mais seulement chez les livres les plus connus internationalement. On remarque ainsi que cela ne fait que de s’agrandir et que de plus en plus de personnes veulent acheter et lire des ouvrages en V.O.. Ainsi, bien qu’il n’y ait plus de librairies spécialisées en langues étrangères sur Grenoble, on observe qu’il y en a deux à proximité, facilement accessibles en transport en commun. 

La solution adéquate pour contrer le manque de disponibilité d’ouvrages en langues étrangères est d’ouvrir de nouveau et davantage de librairies spécialisées, pouvant subvenir aux besoins des usagers. Et le premier pas pour cela est de commencer par agrandir les rayons au sein des librairies qui existent d’ores et déjà, afin de fournir plus de livres en diverses langues. Quant aux plus passionnés de livres, il reste l’option de fouiller les points de ventes de seconde main en ville tels que Emmaüs, la Remise, etc. 

BEN-ABDA–LE-GOEL Camilia, NOËL Clélia et PERRET Ilona,

Étudiantes en M1 MDLE à Grenoble.

Bibliographie :

Les clients des librairies éprouvent-ils réellement un intérêt écologique ? : le cas d’étude de Momie BD Comics

Lors de la production d’un livre, chaque acteur joue un rôle important avec cependant de nombreux impacts nocifs sur la planète. Aujourd’hui afin de contrer cela, il y a une forte présence de divers moyens écologiques en France. En se concentrant sur les libraires, on remarque qu’ils ont mis en place des moyens écologiques pour participer au développement durable. Toutefois, la question est de savoir si ces démarches touchent et sensibilisent les clients au point qu’ils éprouvent un intérêt écologique lors de leurs achats pour participer à la durabilité de notre planète.  

De nos jours, les libraires portent une grande importance à l’engagement environnemental et souhaitent participer de manière active à l’écologie du livre. En effet, les nombreux points de vente proposent des solutions dites plus « vertes », pour se tourner vers un aspect plus écologique. Par exemple, la vente de sacs plastiques a été interdite avec une loi qui a pris effet le 1er juillet 2016 et depuis plusieurs années avant sa mise en place, des sacs réutilisables étaient mis en vente afin de réduire les déchets et d’inciter les clients à se déplacer avec leur propre sac. Nonobstant, si l’on se penche sur le système de papiers cadeaux et des offres de goodies gratuits en librairies, beaucoup de personnes ne sont toujours pas prêtes à y refuser. De cette manière, existe-t-il réellement un intérêt éco-responsable de la part des clients surtout à l’approche des fêtes comme Noël, les anniversaires… 

Prenons comme exemple les résultats d’un sondage traitant de l’éco-responsabilité en librairies que nous, étudiantes, avons réalisé auprès des clients de la librairie Momie BD Comics (51 personnes interrogées sur place), située dans le centre de Grenoble. Nous allons surtout nous appuyer sur la réaction des consommateurs ainsi que sur la divergence de leurs intérêts, propre à chacun, par rapport à la question d’offres plus écologiques ou non au sein de la librairie. Ces offres comprenant des sacs pour transporter les achats, des papiers cadeaux en période de fête ou encore des cadeaux dits « bonus » lors d’un achat, sont vues comme des déchets aux yeux de l’écologie. Lors de ce sondage, nous avons constaté qu’un grand nombre de clients, surtout les plus jeunes générations (15-29 ans), n’adhèrent pas à la suppression des cadeaux, autrement appelés goodies. En effet, 35,29% (soit 18 sur 51 personnes) des personnes interviewées ne souhaitent pas renoncer à cette offre, contre 17,65% (soit 9 personnes) souhaitent une solution plus écologique avec un changement au niveau des matières premières. Cependant, il y a tout de même 41,18% de personnes (soit 21 personnes) qui sont prêtes à renoncer à cette option de goodies. En ce qui concerne l’offre des papiers cadeaux en période de fête (par exemple Noël avec la question des emballages cadeaux), 45,10% des personnes (soit 23 personnes) sont prêtes à y renoncer totalement, contre 21,57% (soit 11 personnes) qui n’y adhèrent pas déjà. Et pour finir, la question des sacs proposés lors du passage en caisse; 90,20% des gens (soit 46 personnes), c’est-à-dire la quasi totalité des personnes interviewées, n’acceptent pas ces sacs, et optent pour une option plus écologique – amener leur propre sac (tote bags, sacs recyclés, etc.) avec eux. 

Ainsi, on observe que dans la majorité des cas, les gens éprouvent un assez fort intérêt pour la question de l’éco-responsabilité en librairie, que ce soit à titre personnel ou communautaire. Cette problématique est donc déjà bien intégrée dans le quotidien des clients de la librairie Momie BD Comics.  

Afin de pouvoir changer les différentes habitudes éco-responsables – ou même en créer, dans certains cas – des librairies sur Grenoble, de multiples solutions s’offrent à nous. Il est possible de complètement changer ses habitudes en passant par de mineures modifications quant aux routines de ventes, comme par exemple le remplacement de sacs plastiques par des sacs en tissus réutilisables qui pourrait, par la même occasion, servir de merchandising pour les librairies. Ou encore l’addition de goodies en matériaux recyclés et recyclables. On peut également mentionner l’option des papiers cadeaux mise à disposition par la plupart des librairies. 

En se basant sur le cas d’étude précédemment cité, on tire facilement les conclusions suivantes : les clients ne sont pas particulièrement ouverts à ce que leurs habitudes changent ou à renoncer à certaines offres proposées en librairies. On constate notamment que les sacs pourraient être abandonnés par la quasi-totalité des clients, sans regret. Mais concernant les goodies (marques pages, posters…), les clients sont toujours réticents à l’idée de les supprimer même si une alternative plus verte est possible. À l’opposé, les clients restent plus ouverts à l’abandon du service d’emballage cadeau lors de leurs achats. La réaction de la clientèle a été assez surprenante lors de notre enquête en lien avec les offres fournies par les librairies. Ils ne sont pas fermés à des changements dans le but d’être plus éco-responsables, mais seulement et seulement si leurs habitudes et leurs bonus demeurent à peu près inchangés.

BEN-ABDA–LE-GOEL Camilia, NOËL Clélia et PERRET Ilona,

Étudiantes en M1 MDLE à Grenoble.

Bibliographie : 

Un modèle plus écologique de librairie est-il possible ?

On sait que le livre n’est pas écologique, sa fabrication consomme énormément de ressources, notamment de l’eau, et émet également une importante quantité de gaz à effet de serre. Les deux premiers postes d’émission sont la production de papier et l’impression. À cela s’ajoute le transport des matières premières, celui des livres finis, ainsi que les consommables pour les transporter : cartons, plastique, palettes, etc. Enfin, il ne faut pas oublier le problème du pilon : 14,7 % des livres produits sont pilonnés chaque année, ce qui représente environ 61 millions d’exemplaires. Ce sont autant de points sur lesquels s’améliorer tout au long de la chaîne du livre. Ce billet s’intéresse plus particulièrement aux librairies et à leur engagement dans cette thématique d’écologie du livre. Une étude de terrain sous forme de client mystère, afin de relever les éléments qui montrent un engagement écoresponsable, a été réalisée à la librairie Luna.

La librairie Luna est une librairie café féminine et inclusive rue Alsace-Lorraine, à Grenoble. La boutique est divisée en deux partie : une partie librairie « qui met l’accent sur le féminin et les diversités en tout genre » et une partie café, avec des tables et des canapés au milieu.

Dès l’entrée, un autocollant sur la porte indique l’utilisation de produits écoresponsables dans la partie café : « une attention particulière sera apportée à la qualité et la provenance des produits : local, bio et équitable seront des critères privilégiés pour notre approvisionnement. »

Dans la partie librairie, on peut voir qu’il y a tout un rayon destiné à l’écologie et au développement durable, ainsi qu’un rayon « nature writing » consacré aux livres en rapport avec la nature, quels que soient leur genre (roman, guide touristique, guide écologique, etc). Il y a également un rayon écologie dans la partie pour enfants. Ces rayons sont aussi fournis que les autres, et occupent une place centrale, que ce soit dans la partie pour les enfants ou dans celle pour les adultes.

En se penchant sur les livres en eux-même, on peut remarquer que les livres avec un label « Fabriqué en France » sont mis en avant. D’autres labels sont également présents, comme le label FSC (Forest Stewardship Council), qui garantit que les bois utilisés sont conformes aux procédures de gestion durable des forêts, le label KERO, qui s’engage pour l’environnement en réduisant l’empreinte carbone des livres, ou encore le label PEFC, qui garantit que le produit contient au moins 70 % de matières issues de forêts gérées durablement, ou de matières recyclées. Ce label est également présent sur certains jouets en vente dans la partie dédiée aux enfants.

La librairie propose également du matériel scolaire écoresponsable, fabriqué en France et en Europe. L’achat de certains produits permet un don de 50 centimes à la WWF. Les prospectus pour les fournitures écoresponsables sont imprimés sur du papier contenant des graines à planter.

Au niveau de la caisse, on peut trouver des cartes postales faites à partir de tissus recyclés, d’autres imprimées sur du papier recyclé à Grenoble.

La liste des points négatifs est bien plus courte, puisque le seul inconvénient notable est la présence de plantes en plastique.

Malgré les problèmes liés à la fabrication du livre, il est tout de même possible de rendre cet objet plus écologique, que ce soit lors du processus de fabrication, en réduisant les distances entre les imprimeurs et les libraires, ou encore en incitant les clients de consommer autrement. À l’instar de la librairie Luna, d’autres librairies s’engagent pour faire du livre un objet plus écologique, et prouvent que des solutions sont possibles pour réduire son empreinte environnementale.

La librairie Livré&Co, transparence et écologie au cœur du projet !

Fondée par Charles Hédouin et Marion Carvalho, éditeurs de formation, ils cherchent à transposer leurs idées écologiques dans le monde du livre. En partenariat avec différentes maisons d’édition, leurs objectifs est de travailler sur la traçabilité des ouvrages en toute transparence et de réunir tous les livres éco-conçus.

Source : Livré&co

La librairie Livré&Co le comptoir des lectures durables, est une librairie itinérante en Ile-de-France, permettant un circuit court entre les lecteurs et les éditeurs. Le projet initial est d’être une librairie réunissant tous les livres éco-conçus, écoresponsables et d’expérimenter un nouveau modèle de diffusion et de consommation de ces objets culturels. Leur librairie itinérante participe à de nombreux événements solidaires, éco-responsables mais il est aussi possible de retrouver les ouvrages sur leur boutique en ligne. En partenariat avec plus de 29 maisons d’édition éthiques comme La Cabane Bleue ou Fatrasies Éditions, cette structure aide à créer une production éditoriale plus raisonnée, plus écologique et plus transparente sur la création des ouvrages. 

La transparence est assurée via un système de critères d’éco-conception avec des pictogrammes clairs et précis. Chaque livre vendu par cette librairie a une transparence et une traçabilité optimale sur les engagements éthiques de la maison d’édition, l’imprimerie et sa localisation, les moyens de transports utilisés pour acheminer les produits, la provenance et la qualité des papiers, la composition des encres ou encore la rémunération des auteurs. 

Toutes les étapes de la vie du livre sont prises en compte, notamment la livraison des ouvrages finis vers le lecteur. Au lancement de cette librairie, les créateurs travaillaient en collaboration avec la Poste, pour des livraisons en camionnettes électriques ou en lettre verte. Cependant, avec l’afflux d’ouvrages, ils ont changé pour un système de market place afin de réduire les stocks. Les maisons d’édition envoient directement les ouvrages aux lecteurs et les frais de port sont pris en charge par la librairie. Ils ont également mis en place le système de précommande des ouvrages. Cette solution peut être vue comme l’avenir en matière écologique afin d’imprimer le bon nombre d’exemplaires et de limiter les trop grandes avancées de trésorerie. 

Cette librairie se présente comme étant un acteur très actif dans cette démarche écologique. Si elle venait à être en partenariat avec des maisons d’éditions très puissantes, cela permettrait de renverser les règles du jeu en matière d’écologie dans ce secteur !

La librairie est-elle écologique ?

Voilà une question intéressante. L’écologie est au cœur des débats, des interrogations dans les métiers du livre et des pensées des lecteurs.
Cette année, s’est tenue la nouvelle RNL (Rencontre Nationale des Libraires) à Anger où diverses problématiques ont été relevées par les libraires dont la question environnementale. Les libraires s’interrogent sur l’impact qu’a la chaîne du livre sur l’environnement.

Dans les librairies, certaines pratiques sont à adopter afin de réduire son impact sur l’environnement. Voici deux retours de deux librairies qui ont bien voulues répondre à quelques questions pour que l’on puisse comprendre leur intérêt sur l’écologie et découvrir leurs démarches écologiques. Je leur ai posé huit questions sur l’écologie et ses enjeux en lien avec le métier de libraire. Les grandes thématiques sont : l’emprunte carbone, les pratiques des fournisseurs et des prestataires, la sensibilisation dans les métiers du livre, les maisons d’édition écologiques, ce que la librairie entreprend et ce qu’elle compte entreprendre pour limiter l’emprunte carbone, la gestion du stock, les clients et leur engagement écologique et pour finir, la priorité selon eux à changer dans la chaîne du livre.
Ce sont deux librairies de taille différente la première est une librairie de niveau 1 et qui donc a un large rayonnement et la deuxième de niveau 2, librairie de petite ville avec un rayonnement de petits villages et de quartiers. Je tiens à remercier les libraires qui m’ont accordés de leur temps. Je garderai les librairies anonymes afin de respecter le choix des libraires.

La librairie de niveau 1 :
Elle ne connaît pas son emprunte carbone. La librairie ne choisit pas ses ouvrages en fonction des pratiques des fournisseurs car elle fait en fonction du contenu des ouvrages. Il n’y a pas de sensibilisation de la part des maisons d’édition pour l’écologie. Une maison d’édition que la librairie connaît est la maison d’édition Wild Project.
Ce que la librairie fait actuellement pour limiter son emprunte carbone : le tri sélectif collecté par la métropole, la réutilisation de carton, l’éclairage est au led car c’est moins énergivore, l’utilisation de sacs en papier (bien que cela ait un coût) et l’utilisation de la climatisation réversible. Pour économiser le chauffage, la porte n’est plus automatique. Lorsqu’une personne à mobilité réduite arrive, c’est un libraire qui lui ouvre. Par la suite, il y aura une voiture électrique à disposition pour la livraison. Les clients sont réceptifs car l’écologie fait partie intégrante du quotidien cependant certains paradoxes restent comme le souhait d’avoir des sacs en plastique lorsqu’il pleut. La logistique selon cette librairie est la priorité, car il y a une multiplications de cartonnage et de plastiques pour protéger les livres qui ne sont pas nécessaires.


La librairie de niveau 2 :
Elle ne connait pas son emprunte carbone. Il n’y a pas de sensibilisation de la part des maisons d’édition sur l’écologie mais la librairie, pour certaines maisons d’édition, sait s’ils tendent à être écologique et essaie de le prendre en compte pour ses choix. La librairie connaît par exemple Grenouille éditions qui est une maison d’édition jeunesse qui imprime sur du papier recyclé ou Terre vivante. Elle pense aussi aux maisons d’éditions locales car elles limitent leur emprunte carbone. De plus, pour gérer son stock, elle travaille avec minutie les offices et les nouveautés dans l’offre éditoriale pour satisfaire la demande mais aussi pour ne pas qu’il y ait trop d’ouvrages qui viennent en plus et qui ne correspondraient pas.
Actuellement, la librairie trie les cartons (en les recyclant et en les réutilisant) et les déchets. Elle a supprimé les sacs en carton, elle utilise des ampoules à basse consommation et met le chauffage au minimum. Elle va tenter également une revalorisation du carton via une association qui fait de l’art. Elle va mettre en place pour la période de Noël des emballages cadeaux en tissus (c’est une association solidaire qui fait du tissus de réemploi avec des dons de particulier). Les clients sont majoritairement réceptifs pour les emballages cadeaux réutilisables. Ils sont également réceptifs aux choix que la librairie prend sur certains ouvrages écologiques, cependant ils soulignent les différences physiques (par exemple, quand le papier est recyclé, il n’est pas lisse comme d’autres ouvrages), ils ne jugent pas le contenu mais l’aspect esthétique. Les clients sont réceptifs également car l’écologie est une thématique importante aujourd’hui. Pour finir, la librairie était partenaire de la semaine de la Science organisée par le Syndicat National de l’Edition et par le ministère de la culture, donc la mise en avant de livres scientifiques et écologiques était forte. Enfin, selon la librairie, ce qu’il faudrait changer en priorité c’est la logistique avec une multitude de cartons et de plastique.

En conclusion, nous constatons que les engagements écologiques sont pris quelque soit le niveau de la librairie. Cependant, en fonction de la taille et du secteur, la librairie peut appliquer plus ou moins d’actions écologiques. Elles souhaitent être écologiques mais, elles ne peuvent pas contrôler certains aspects qui ne dépendent pas d’elles. Certains choix écologiques demandent de l’investissement financier qu’il soit minime ou conséquent et impactent également la clientèle. La question économique des commerces que sont les librairies doit trouver un équilibre avec la question de l’écologie.

Anne Prax.

Sources :
https://actualitte.com/article/106807/tribunes/une-librairie-ecoresponsable-bonnes-pratiques-et-demarches-d-amelioration
https://www.syndicat-librairie.fr/nos-actions/les-rencontres-nationales-de-la-librairie
https://www.syndicat-librairie.fr/sites/default/files/upload/documents/04_empreinte_environnement_rnl.pdf

Une librairie virtuelle sauve des ouvrages… et la planète!

“My Fair Book” est la nouvelle plateforme de vente qui lutte contre le gaspillage de livres. En invitant un comité de lecteurs à s’intéresser à des titres éclipsés, faute de diffusion, elle rentre dans l’économie circulaire du livre et offre une alternative à l’inéluctable pilon.

Chaque année en France, un livre papier sur quatre est détruit (25% de la production est menacée de pilon selon le rapport de 2019 de WWF France). Ces ouvrages sont pour la plupart neufs et directement remplacés par d’autres nouveautés dans un système de surproduction éditoriale. Cette dynamique du livre éphémère nuit à la bibliodiversité malgré les efforts des professionnels, ainsi qu’à l’écologie (comptons près de 700 000 arbres sacrifiés).

En réaction à ce coulage, “My Fair Book”, plateforme de vente de livres neufs en ligne, se présente comme une librairie virtuelle qui déniche des ouvrages soustraits du paysage médiatique et les revend après sélection. Les fondatrices Patricia Farnier et Julie Rovero ont ouvert le site ce 12 octobre.

Son fonctionnement repose sur le référencement des catalogues. La plateforme soumet des titres à un comité de lecture comportant journalistes, libraires ou étudiants en édition, et les écrits choisis sont ensuite répertoriés en thématiques et en genres dans l’architecture du site. D’après ses fondatrices, cette structure permettrait “d’aiguiller au mieux les lecteurs dans leurs choix de lecture, tout en offrant un nouveau coup de projecteur aux auteurs ainsi qu’aux maisons d’édition”. Ce faisant, le projet adhère à la bibliodiversité souhaitée aujourd’hui, et rentre dans une logique d’économie circulaire et vertueuse.

Ce concept est soutenu par divers partenaires comme la Bibliothèque Public d’Information et par le groupe “Les Canaux” qui le compte parmi ses lauréats 2022 au programme d’orientation des porteurs de projets à l’impact social et environnemental. Mais surtout, “My Fair Book” est membre de l’Association pour l’Écologie du Livre.

Cette librairie en ligne est un bel exemple d’action à mener contre le pilonnage au profit d’un bilan carbone optimiste pour le monde du livre. Ses fondatrices rappellent que ce gaspillage est un “véritable gâchis et une aberration économique et écologique alors même que la responsabilité est au coeur des préoccupations de tous”. En effet, il est bon de rappeler que le livre n’est pas un objet de consommation éphémère, et qu’il n’a pas de date de péremption.

Emma Bellier, M1 MDLE

Sources

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search