Protégeons le savoir : Recyclivre et sa quête écologique pour un avenir durable

Dans l’ère contemporaine, que ce soit à travers les allées feutrées des librairies ou les vastes étendues numériques d’internet, le marché florissant du livre d’occasion s’impose comme un protagoniste majeur de l’industrie littéraire. Une question persiste toutefois dans l’esprit des passionnés de lecture : Et si ? Et si l’on prenait le temps de conserver nos ouvrages avec une délicate précision, plutôt que de les laisser en proie à l’oubli, enfouis sous une couche de poussière ? Et si la clé résidait dans la découverte de la méthode optimale pour recycler ces ouvrages offrant ainsi à d’autres âmes la chance de s’imprégner de la même expérience unique ? Et si !

Chaque fervent passionné de livres est conscient de l’ineffable valeur que renferme cet objet culturel, qu’il refuse de voir simplement empilé sur une étagère ou entassé dans l’anonymat d’un carton. Cette démarche, équivalant à une renonciation à une utilité infinie, à une richesse culturelle transmissible à d’autres esprits assoiffés de connaissances, pousse à la réflexion. Et si nous osions insuffler une seconde vie à ces ouvrages, en les préservant dans un vaste entrepôt de six mille mètres carrés, situé à l’Essonne, plutôt que de les condamner à l’obscurité d’un sous-sol ?

L’entreprise Recyclivre, s’appuyant sur trois fondements inébranlables de l’environnement, du social et du sociétal, offre aux lecteurs une opportunité remarquable; La possibilité de faire le choix judicieux de se libérer de ces livres qui encombrent les étagères, sans pour autant sacrifier la responsabilité environnementale et sociale inhérente à cette action.

Partageons le Savoir :

En 2008, le fondateur de cette entreprise, David LORRAIN, donnait naissance à Recyclivre sous le slogan de “Partageons le savoir”. Une déclaration d’intention audacieuse visant à insuffler une seconde vie aux ouvrages, tout en minimisant l’impact environnemental et en déployant des solutions avant-gardistes pour restaurer la valeur culturelle des livres et de l’environnement. Aujourd’hui, Recyclivre trône en tant que premier vendeur français de livres d’occasion en ligne en Europe, avec sept antennes stratégiquement positionnées dans les grandes villes de France telles que Paris, Nantes, Lyon, Bordeaux, Strasbourg et Toulouse. Sans oublier la présence outre-frontières avec une antenne à Madrid et des perspectives d’expansion imminente en Italie. Les ouvrages, triés selon le genre, le format et l’état, ont généré des revenus estimés à neuf millions d’euros en 2020.

Recyclivre, symbole du renouveau du livre d’occasion, incarne l’alliance réussie entre une passion pour la lecture, la préservation de l’environnement et la redécouverte de la valeur littéraire, tout en invitant chacun à participer à cette démarche écologique. Et si, véritablement, nous étions en train d’écrire le prologue d’une nouvelle ère dans le monde de l’écologie du livre ?

Ecologie et solidarité

Depuis 2010, l’entreprise Recyclivre s’est inscrite comme un acteur majeur dans la sphère de la collecte et du recyclage des ouvrages, dessinant ainsi un avenir plus vert pour ces ouvrages. Avec une initiative novatrice, elle propose un service de collecte gratuit à domicile dans les grandes villes, alimenté par des véhicules électriques, allégeant ainsi son impact sur l’environnement.

Là où la vie citadine laisse place aux vastes étendues rurales, Recyclivre maintient son engagement en établissant des points relais, permettant aux habitants des petites villes de contribuer à cette démarche écologique. Que les livres soient donnés ou vendus, chaque ouvrage collecté est destiné à une seconde vie. Cependant, si un livre est trop abîmé pour être réintégré dans le cycle de recyclage, Recyclivre va plus loin en le recyclant en pâte à papier, créant ainsi une boucle de durabilité entièrement française.

La conscience environnementale de Recyclivre ne s’arrête pas à la simple collecte et au recyclage des livres. Elle s’engage activement à réduire son empreinte carbone en réalisant un bilan carbone tous les quatre ans, évaluant ainsi ses émissions de CO2. En partenariat avec Pochéco, une entreprise experte dans la fabrication d’emballages écologiques depuis 1928, Recyclivre a repensé son approche logistique en adoptant un nouvel emballage 100% français et neutre en carbone. Basé sur les principes des quatre zéros (zéro plastique, zéro empreinte carbone, zéro polluant, zéro produit animalier), cet emballage écologique a été intégré dans les expéditions des commandes, démontrant ainsi l’engagement inébranlable de Recyclivre en faveur de la durabilité.

En poursuivant sa quête d’écoresponsabilité, Recyclivre alloue annuellement 10% de ses revenus de revente à des associations dévouées à la lutte contre l’illettrisme et œuvrant en faveur de l’écologie .Cette démarche sociale témoigne d’une volonté de contribuer activement à des causes essentielles.

À travers des initiatives telles que la mise en place de boîtes à lire, la création d’une rubrique “Lecture au Vert” sur sa plateforme en ligne Recyclivre.com, l’utilisation de matériel informatique de seconde main, et la collaboration avec des partenaires partageant la même vision écologique, Recyclivre élargit son champ d’action. Cela démontre de manière tangible que l’on peut agir au profit de l’homme, de la littérature et de la planète tout en générant des bénéfices.

Dans un monde où la durabilité devient une préoccupation de plus en plus urgente, Recyclivre offre une réponse concrète à une problématique commune : comment concilier prospérité économique, bien-être humain et préservation de l’environnement ? Il est temps de réagir, de participer à ce mouvement vert, car après tout, en recyclant, nous ne faisons pas que donner une seconde vie aux livres, nous préservons l’avenir de notre planète. Je recycle, et vous, recyclez vous aussi ?

BIOUTI Asma _ M1 MDLE parcours Edition

Sources :

ConsoGlobe. (2023). Recyclivre, l’entreprise qui donne une seconde vie à vos livres ! Disponible sur: https://www.consoglobe.com/recyclivre-seconde-vie-recuperation-livres-cg .

L’Obs. (2020). RecycLivre : ‘Si nous quittons Amazon, ils gagneront encore plus d’argent’. Disponible sur: https://www.nouvelobs.com/conso/20201111.OBS35967/recyclivre-si-nous-quittons-amazon-ils-gagneront-encore-plus-d-argent.html.

Perrin-Reymond, B. (2022). RecycLivre : un trésor d’un million de livres à portée de clic ! Disponible sur: https://www.caminteresse.fr/culture/recyclivre-un-tresor-dun-million-de-livres-a-portee-de-clic-151488/.

Recyclivre. (n.d.). Qui sommes-nous ? – Recyclivre. Disponible sur : https://www.recyclivre.com/page/qui-sommes-nous?source=header .

Rédaction (2018). Se débarrasser de ses livres encombrants ? Un geste écologique et solidaire. Explications. Disponible sur : https://positivr.fr/recyclivre-entreprise-solidaire-soccupe-vieux-livres/.

Caudron, T. (n.d.). Une nouvelle page s’ouvre pour le marché de l’occasion avec Recyclivre. Disponible sur : https://www.futura-sciences.com/tech/actualites/jeunes-pousses-nouvelle-page-ouvre-marche-occasion-recyclivre-104809/.

Le livre d’occasion, un marché émergent

            En France, le marché du livre et de l’édition est en pleine mutation avec l’émergence du numérique. Cependant, les publications de livres papier ne semblent pas diminuer. La surproduction perdure et favorise le nombre de livres détruits. Mais que peut faire un lecteur pour ne pas encourager cette pratique ? En étant en bout de la chaine du livre, c’est lui qui décide comment il consomme. En cela, il peut se tourner vers une solution proposée par de plus en plus de structures : le livre d’occasion.

Le livre d’occasion, un enjeu économique grandissant

            Dans un marché où le prix du livre neuf de cesse d’augmenter, le lecteur doit trouver des solutions pour contourner cette difficulté. Le livre d’occasion peut être une solution car son prix n’est pas assujetti à la loi Lang de 1981 relative au prix du livre, imposant un prix unique en France. Ainsi, le lecteur peut trouver son compte dans ces prix réduits. Il s’agit là d’un livre ayant déjà été acheté et ayant déjà vécu auprès d’un particulier. C’est un réel enjeu également pour les professionnels dans la mesure où le prix est attractif et attire de nouveaux clients. Le prix étant réduit, le potentiel futur lecteur aura moins de mal à passer l’étape de l’achat et sera moins critique vis-à-vis du livre, car il n’aura pas payé de tarif d’un livre neuf.

Acheter un livre d’occasion, c’est lui donner une seconde vie

            Acheter un livre d’occasion, ce n’est pas seulement bénéficier d’un tarif réduit, mais surtout faire vivre un objet qui aurait pu être détruit s’il n’avait pas été revendu. Tout le monde est gagnant dans l’équation, puisque le vendeur, que ce soit un particulier ou un professionnel, crée du bénéfice dans cette vente, et l’acheteur l’obtient moins cher et permet la réutilisation d’un livre. Le livre lui aussi garde la vie sauve, passant de main en main. Cette solution du livre de seconde main est un enjeu écologique essentiel. En plus d’allonger la durée de vie d’un livre, il peut, dans une certaine mesure, inciter les éditeurs à réduire le rythme élevé de publication. Hypothétiquement, si cette mesure était effective, elle permettrait de diminuer le taux de retour effectué par les libraires. Il en découlerait également une forte réduction du coût du transport, qui occupe une part importante dans le budget d’une librairie, mais aussi une baisse des livres destinés au pilon : c’est « près de 165 000 livres neufs détruits chaque jour », selon les chiffres du SNE (Syndicat National de l’Édition), de 2021.

Une multiplication des acteurs de la vente en ligne

            On sait que les librairies indépendantes et les grandes chaînes comme Amazon, Cultura ou encore la Fnac proposent principalement des livres neufs, mais désormais aussi des livres d’occasion. Ces grandes enseignes veulent se faire une place dans un marché en plein essor. Or, ils ne sont pas les seuls puisque des sites spécialisés sur l’offre d’occasion en ligne sont déjà bien installés tels Ebay, Leboncoin, Decitre et Gibert. Mais, avec la démocratisation du numérique, de nombreux nouveaux acteurs émergent et se développent rapidement tels La bourse aux livres, Momox ou Vinted. La multiplication de ces sites de ventes d’occasion prouve qu’il y a une forte demande des lecteurs. En France, « 53% des acheteurs de livres achètent de l’occasion » (Secteur du livre).

L’occasion, une solution durable ?

            Au final, le marché du livre d’occasion répond à de nombreux enjeux, qu’ils soient économiques ou écologiques. Mais, est-ce vraiment une solution pérenne ? C’est le lecteur seul qui décide de faire cette démarche pour soutenir le livre de seconde main et ne pas consommer de livres neufs quand d’autres exemplaires sont déjà disponibles. La question principale va plus s’orienter vers les acteurs de la chaine du livre. Des solutions existent déjà et proposent de réduire la production de masse et mettre en place des « éco-gestes et des mesures de diminution des émissions basées sur les économies d’énergie » (The Shift Project). En cela, si ces mesures sont mises en place, elles pourraient diminuer considérablement les risques environnementaux et favoriser le développement durable dans le secteur du livre.

FOUQUE Clément – M1 MDLE (IDB)

Sources

The Shift Project, Décarbonons la culture !, 2021

CHABAULT Vincent, La cote internet contre le savoir-faire. La formation des prix sur le marché du livre d’occasion, 2019, p.359-375

TALBOT Louie, Vincent Chabault, Le Livre d’occasion. Sociologie d’un commerce en transition, 2023, p.499-502

Secteur du livre, Le marché du livre ancien et d’occasion en  2023, Expodif.fr, 2023

Loi n° 81-766 du 10 août 1981 relative au prix du livre

Vers un développement des grandes chaînes et enseignes dans la vente de livres d’occasion

Ce n’est pas un secret, les ventes de livres sont plus que jamais dominées, au détriment des librairies indépendantes, par les grandes chaînes et enseignes comme Cultura, Fnac, Amazon, Decitre ou encore Momox. Leur point commun ? Toutes proposent de la vente de livres d’occasion en ligne ou en points de vente. Néanmoins, étant donné que ces grandes enseignes désormais maîtresses du marché du livre ont été conçues en premier lieux dans un but purement profitable, nous pouvons alors nous demander pour quelles raisons ont-elles décidé de se tourner vers le marché de l’occasion ?

L’importance du livre malgré son prix en hausse

Le livre, base de sources à la culture, est le symbole d’un bien commun. De ce fait, malgré l’ascension du numérique et de la hausse de son prix due aux coûts du papier, de l’énergie et du transport, le livre reste un besoin social, bien que soumis à des changements sociétaux. L’industrialisation de la culture avec sa surproduction et sa consommation de masse mise en place par les grandes chaînes de production et de vente a contraint les lecteurs à revoir leur pratiques d’achat et de consommation du livre. Ainsi, de plus en plus de lecteurs se tournent vers le livre d’occasion. En effet celui-ci, bien que implanté depuis des décennies comme chez Gibert « le leader de l’occasion depuis 1886 », tend à se développer, notamment en ligne, afin de pouvoir satisfaire une demande grandissante.

La responsabilité écologique de tout-un chacun

Cependant, bien que l’intérêt du marché de l’occasion soit associé à l’économie, il correspond également à un réel engagement écologique de la part des lecteurs et des grandes enseignes. En effet, les lecteurs prennent conscience de l’impact de l’industrie du livre sur le plan environnemental, notamment par les problèmes du pilon et de la surproduction. Consommer différemment n’est alors pas seulement une décision économique, mais écologique, dont la dimension est à la fois individuelle et collective. La chaîne du livre doit devenir durable pour perdurer au vue du réchauffement climatique aussi généré par son industrie polluante. En se tournant alors davantage vers le livre d’occasion, les lecteurs « obligent » les grandes enseignes ayant le plus d’impact à se tourner eux aussi vers ce marché non nouveau mais qu’il devient nécessaire de développer. En effet si l’on prend l’exemple de Cultura, l’enseigne encourage le « recyclage de livres » en proposant aux lecteurs de les déposer dans un kiosque à l’entrée du magasin pour soit s’en débarrasser gratuitement ou bien en échange d’une carte cadeau. C’est une action à la fois écologique et économique. La chaîne de librairies Decitre se tourne aussi peu à peu vers le marché de l’occasion. En effet, avec deux collègues, nous avons effectué un sondage concernant les « pratiques éco-responsables en librairie » et nous avons eu la surprise de constater un réel engagement de leur part. Decitre propose de plus en plus de livres d’occasion à l’entrée de magasins et sur leur site internet. Nous pouvons donc espérer en retrouver davantage directement au sein du magasin dans le futur si la demande des lecteurs continue d’accroître. Ces deux exemples démontrent également que cette stratégie écologique et économique permet d’approcher de nouveaux clients tout en gardant la clientèle déjà fidèle. Aussi, les lecteurs venant se débarrasser de leurs livres en achèteront sans doute d’autres sur place pour les remplacer. Cependant, l’enseigne qui a eu le plus d’impact ces dernières années sur le marché de l’occasion reste la Fnac. En effet, bien que déjà réputée pour miser sur ce marché, son partenariat avec Emmaüs et La Bourse Aux Livres pour que les lecteurs qui souhaitent revendre leurs livres obtiennent rapidement une estimations suivie d’une solution de vente en magasin ou par internet a permis en 2020 la revente de 350 000 ouvrages par des particuliers en France. Lorsque les livres sont vendus, la somme est reversée sous 7 jours avec un cadeau de 3 euros par carton. Ainsi, la Fnac encourage à la revente et engendre par cette politique un réel impact économique, social, solidaire et environnemental. On prouve la possibilité et les avantages d’une consommation plus responsable tout en permettant à chacun l’accès à un service de qualité.

L’occasion, un enjeu capitaliste ?

Ainsi, il semblerait que l’intérêt nouveau porté par les grandes enseignes pour le marché de l’occasion répond d’abord à des besoins sociaux, économiques et écologiques. Le principal objectif de ces acteurs est de satisfaire une demande. Pour se faire, les conditions actuelles du marché et de la société doivent être toutes deux prises en compte. Il semble désormais nécessaire pour toutes grandes enseignes souhaitant accroître leur chiffre d’affaires d’afficher un attrait pour le marché du livre d’occasion, celui-ci représentant 12 % du marché total de l’occasion en France en 2020, soit 888 millions d’euros. Seulement, l’occasion, autrefois perçue comme un mode de consommation secondaire intègre désormais le « capitalisme de plateforme ». Loin de proposer un modèle alternatif désintéressé, ces organisations ont des pratiques de vente qui apparaissent en contradiction avec leurs soi-disant engagements environnementaux, privilégiant en réalité la rentabilité économique.

Au final, une stratégie visionnaire en tout point

Finalement, le soutiens non désintéressé car répondant à la demande des lecteurs, mais tout de même croissant de la part d’acteurs aussi importants que Amazon, Fnac, Cultura, Decitre, ou Momox pour le marché du livre d’occasion malgré une construction initiale tendant vers une politique essentiellement économique, permet de se tourner de plus en plus vers une industrie et consommation du livre durable. Par conséquent, l’association des avantages économiques et écologiques pourrait considérablement diminuer les dangers environnementaux produits par l’industrie du livre. Il s’agit d’une innovation incrémentale qui maintient une certaine continuité avec un mode de vente déjà existant, mais amélioré dans le but d’un futur meilleur. Ainsi, ces stratégies visionnaires auront de grandes chances de s’inscrire dans la durée de l’industrie du livre et de profiter à tous.

PRAINITO Charline, M1 MDLE, parcours édition

Les gestes verts des librairies grenobloises

Réduire son empreinte écologique est un sujet très actuel qui touche chacun de nous. Il s’agit également d’un enjeu important pour tout secteur d’entreprise comme par exemple le secteur du livre. Le cycle du livre dans sa totalité possède un impact non négligeable sur la pollution et sur l’utilisation de ressources comme le papier, de même que l’encre qui sont très polluantes. Afin d’arriver à une industrie plus verte, chaque acteur se doit de faire des efforts aussi bien directement mais aussi passer par la sensibilisation du public. Les acteurs les plus proches du consommateur sont les librairies et c’est donc majoritairement par elles que passe une certaine sensibilisation écologique pour le public. 

Grenoble, élue capitale verte européenne 2022, est une ville pionnière sur la question de l’écologie notamment dans le secteur littéraire et cela s’observe à travers ses nombreuses librairies et les actions qu’elles peuvent mener. Les librairies se revendiquant écoresponsables s’y multiplient et mettent en place des actions pour limiter leur empreinte carbone. Certaines librairies, comme le Luna café-librairie arborent fièrement la mention “éco-responsable” écrite sur la vitrine, transformant ainsi leur statut en un véritable argument de vente. Dans un contexte où la sensibilité environnementale gagne en importance chez les consommateurs, cette reconnaissance contribue à la fidélisation d’une clientèle de plus en plus soucieuse des enjeux écologiques. 

Le circuit court à Grenoble et la sensibilisation à la cause écologique

Lors d’une escale dans une librairie Grenobloise, vous aurez de fortes chances d’y retrouver plusieurs initiatives écologiques mises en place par ses établissements. Mettant en avant la philosophie du circuit court,  du local. Des librairies tel que Les Modernes mettent un point d’honneur à promouvoir activement des auteurs locaux ainsi que des maisons d’éditions indépendantes. C’est la devise de cette librairie qui va d’autant plus loin en installant une galerie d’art d’artistes locaux à l’étage supérieur soulignant ainsi l’importance accordée à la visibilité des acteurs indépendants.  L’engagement en faveur du local et du circuit court est d’une importance cruciale, puisqu’il contribue à réduire les émissions carbones liées aux transports et aux voyages des livres. Cela limite en effet la distance entre la production, la distribution et la consommation des livres tout en soutenant l’économie locale et ces librairies participent alors activement à la construction d’une économie du livre plus durable. Au-delà de la vente de livres, plusieurs librairies endossent également une fonction éducative en mettant en avant des sections entières dédiées à la cause écologique. Ce qui va de pair avec la sensibilisation de son public par diverses initiatives tels que des événements ou la vente de produits locaux comme des “pochettes à livre” comme on peut en retrouver à la librairie La Nouvelle Dérive.

Le livre d’occasion : un réel impact positif 

La sensibilisation ne s’arrête pas à la vente de livres à thématique écologique, plusieurs librairies grenobloises ont établies un système de vente de livres d’occasion. C’est le cas des librairies Momies (manga et bande-dessiné) ou encore de Gibert-Joseph, leaders du marché livre neuf et d’occasion. Selon les données récentes, plus d’un livre sur cinq se vend d’occasion en France. La popularité croissante du livre d’occasion est confirmée par une étude SOFINCO, indiquant que 43% des français ont profité du marché du livre d’occasion en 2012. De plus, les études économiques Xerfi parue en 2015 montrent que la France est le pays d’Europe où la pratique de l’achat d’occasion progresse le plus vite.  La vente de livres d’occasion offre une alternative plus durable en limitant la demande de nouveaux livres, en économisant des ressources, en réduisant les déchets, et en contribuant à une économie circulaire.

Un papier recyclé et une impression française

Une idée qui ressort souvent quand nous pensons à écologie et librairie est la production de livres écoresponsables. A l’échelle d’une librairie, cela implique de privilégier différents labels ou de faire attention au lieu d’impression. Le papier étant l’une des industries les plus polluantes et sa consommation s’étant multiplié par dix en France, de plus en plus de mentions sont mises en place quant à la qualité du papier. Le plus récurrent est le label FSC. C’est un label, présent sur bon nombre d’ouvrages,  qui promeut une gestion responsable des forêts et ainsi une meilleure maîtrise de la production de papier. Le système de certification forestière s’accompagne de 3 labels distincts : FSC 100%, FSC Recyclé et celui qui concerne directement l’industrie du livre le FSC Mixte. Grâce à l’utilisation de ces labels, cela permet aux librairies de mieux contrôler la sélection de livres qu’elles proposent. 

Ces labels peuvent aussi s’accompagner d’un contrôle du lieu d’impression. Aujourd’hui l’imprimerie est de plus en plus relocalisée en France, ainsi la proximité revient à l’honneur et le choix de livres imprimés en France est bien plus conséquent, il est donc plus aisé pour les librairies de faire le choix de l’impression locale. Selon Pascal Lenoir, président de la commission Environnement et Fabrication du SNE  “70 % des livres sont imprimés en France, pour les romans, d’après l’étude de la DGE et de l’UNIIC”. Le choix de livres imprimés en France pour les romans est donc conséquent. Cependant, des efforts restent à faire concernant les livres pour enfants qui sont encore imprimés en Asie par manque de main d’œuvre française.

Que retenir ? 

Les librairies grenobloises se démarquent par leurs initiatives écologiques notables, visant à réduire l’empreinte carbone du secteur du livre. En favorisant le papier recyclé, en privilégiant l’impression française, en encourageant le circuit court et en mettant en avant des auteurs locaux, ces établissements contribuent activement à façonner une économie du livre plus durable. Des actions concrètes, telles que la livraison à vélo, l’extinction des lumières nocturnes et la promotion de la vente de livres d’occasion, témoignent de leur engagement authentique en faveur de l’éco-responsabilité, dépassant ainsi les attentes traditionnelles du simple commerce de livres. Dans un contexte où la conscience environnementale des consommateurs prend de l’ampleur, cette démarche vise à fidéliser une clientèle de plus en plus soucieuse des enjeux écologiques. 

Annouck Belaid, Juliette Loriot, M1 Métiers du Livre et de l’Édition

SOURCES

CHARTIER, François. “Pour le papier recyclé.” (2006).

CONSEIL, Intendance forestière. Forest Stewardship Council – À propos du FSC. Critères et indicateurs malaisiens pour la certification de la gestion forestière (MC&I 2011) (Kuala Lumpur, 2011) p , 2007, vol. 50. 

OURY Antoine, environnement : “70 % des romans sont imprimés en France”, 2017. ActuaLitté.com. [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://actualitte.com/article/22045/interviews/l-edition-et-l-environnement-70-des-romans-sont-imprimes-en-france#:~:text=Pascal%20Lenoir%20%3A%2070%20%25%20des%20livres,d%C3%A8s%20que%20cela%20est%20possible 

GARCIA Trevor | DCB25 | Mémoire d’étude – Le livre d’occasion | janvier 2017, URL : https://core.ac.uk/download/pdf/83607071.pdf   

BESSARD-BANQUY Olivier, « Recyclage, transmission, don et contre-don. Le livre et ses nouvelles vies d’occasion », Communication & langages, 2021/1 (N° 207), p. 109-128. DOI : 10.3917/comla1.207.0109. URL : https://www-cairn-info.sid2nomade-2.grenet.fr/revue-communication-et-langages-2021-1-page-109.htm 

TAVERNIER Julien, KING Lisa, KACPRZAK Juliette, VALLAUR Daniel, « Rapport vers une économie plus circulaire das le livre », WWF rapport, 2019 URL : https://www.wwf.fr/sites/default/files/doc-2019-12/20191125_Rapport_Vers-une-economie-plus-circulaire-dans-le-livre_WWF_min.pdf

Label Emmaüs : un e-shop militant

“Une deuxième vie pour les objets, une seconde chance pour les hommes et un bel avenir pour la planète”.

En 2015, Emmaüs France lance une étude de faisabilité sur la vente en ligne pour les groupes Emmaüs. C’est alors qu’en 2016, Emmaüs France créé la Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC) Label Emmaüs et lance la Marketplace label-emmaus.com avec vingt-trois vendeurs. Le but de cette plateforme est de lutter contre les injustices, la pauvreté, les diverses formes d’exclusion, le gaspillage et l’industrie du neuf. Leur démarche engagée passe par le numérique et le web, qui sont des outils nécessaires et essentiels dans notre société. A travers le web, Emmaüs France souhaite œuvrer pour l’insertion, la formation et le réemploi solidaire, en adaptant les modèles essentiels de solidarité.

Sur la plateforme Label Emmaüs, le catalogue compte 2 millions de livres d’occasion dont presque 1 million de références. La majorité de ces livres ont plus de 2 ans donc Emmaüs insiste sur le fait qu’ils ne font pas de la concurrence aux maisons d’édition ou aux librairies. Ces livres proviennent des dons faits par des particuliers dans les différents Emmaüs que l’on trouve en France.  Près de 30 millions de livres sont donnés et vendus dans les 500 points de vente Emmaüs. Si les livres donnés ne sont pas achetés physiquement, ils sont récupérés par des plateformes régionales qui les trient et les mettent en ligne sur Label Emmaüs. Chaque plateforme emploie des opérateur‧rices e-commerce en insertion professionnelle. Ces emplois ne demandent pas de qualification académique particulière. De plus, ils ne sont pas délocalisables et ne sont pas des métiers en tension dans la logistique et le numérique.

Les livres représentent 93% des produits vendus sur la marketplace Label Emmaüs. Parmi ces livres, plus de 100 000 sont à moins de 2€. Plus de 160 tonnes de livres sont collectés et 300 000 livres sont réutilisés chaque année, par l’entrepôt qui se trouve en Île-de-France. Emmaüs France possède deux entrepôts dédiés à l’activité de revalorisation et revente du livre (dans le 93 et le 47). Il faut noter que 100% des bénéfices sont réinvestis dans l’outil de travail, commun à 180 structures de l’Économie Sociale et Solidaire qui vendent sur le site (Croix-Rouge, Emmaüs, ressourceries…). La plateforme met aussi en œuvre des actions afin d’aider les consommateurs. Par exemple, lors de la rentrée scolaire 2023, la plateforme a offert les frais de ports, a fait des réductions sur certains ouvrages et des prix-mini. Ainsi, ce label lutte contre la précarité des étudiants. Cette plateforme propose aussi des cartes cadeaux allant de 20 euros à 100 euros : un bon moyen d’offrir un cadeau éthique.

Dans un entretien, Maude Sarda, co-fondatrice et directrice de Label Emmaüs revient sur le problème du pilon en France : « On les appelle les livres mort-nés : entre 140 et 145 millions de livres, fraîchement édités, sont pilonnés en France par an, soit 1/4 de la production littéraire. Ou encore 700.000 à 1 million d’arbres ». Label Emmaüs s’inscrit donc dans le paysage du e-commerce, comme un véritable contre-modèle aux grandes plateformes de vente en ligne. Cette plateforme s’engage aussi concrètement pour la préservation de l’environnement, en ne proposant que des articles de seconde-main.  

Emmaüs France ne cesse de se développer et compte aujourd’hui cinq activités distinctes représentés par quatre labels : le label Emmaüs, deux label plateforme, le label école et le label transition. Ces labels œuvrent pour la réinsertion, la formation et la lutte contre la fracture numérique. Label Emmaüs crée et développe des activités locales qui sont des sources d’emploi et de revenus pour le territoire français. Grâce au label plateforme, c’est notamment 39 000 livres qui sont donnés à des écoles du département.

Label Emmaüs est aussi une plateforme militante et cela passe par des actions concrètes. C’est notamment ce qu’a fait la plateforme, en 2019, en soutenant le mouvement Green Friday en opposition au Black Friday. Des militants se sont exposés devant des vitrines de mode à Paris avec un portant mobile transformé en fenêtre web du site e-commerce. Le curseur se trouvait sur les articles neufs des vitrines avec un message qui ne laisse pas indifférent : “existe aussi en version recyclée et solidaire”.

De même, en 2019, Emmaüs Label a mis en place l’action « Seconde main sous le sapin ».  A cette occasion, un calendrier de l’avent a été mis en place à travers la plateforme Instagram. En participant au concours, il était possible de gagner un objet de seconde-main chez l’un des vendeurs ou offert par une influenceuse partenaire.

Ainsi, ce label pousse les consommateurs à agir de manière plus raisonnée : acheter moins mais mieux. En agissant lors de période de grande consommation, comme la période de Noël, Emmaüs label veut montrer qu’il est possible de trouver des alternatives à l’achat neuf et à la fast fashion.

En 2017, le nombre de personnes formait au e-commerce représentait 85. En 2022, c’est 1 800 personnes qui sont formées au e-commerce.

On peut dire que ce e-commerce réussit son pari puisque depuis 2017, le nombre de produits réemployés sur la plateforme a considérablement augmenté. Comme l’indique le schéma, les produits réemployés sont passés de 11 000 en 2017 à 1,1 millions en 2022 : un bel essor !

Léotine Pralong – Laureen Lantheaume – M1 MDLE

Source:

ActuaLitté.com. « Chez Label Emmaüs, des livres à petits prix et de la solidarité ». https://actualitte.com/dossier/408/chez-label-emmaus-des-livres-a-petits-prix-et-de-la-solidarite

Label Emmaüs. https://www.label-emmaus.co/fr/univers/livres-et-papeterie/

Livres neufs mis au pilon et recyclage, une véritable solution ? 

Le pilon, une entreprise polluante.

Aujourd’hui, et de manière générale les livres invendus en librairie, les livres ayant des défauts d’impression ou les livres abîmés finissent « au pilon ». Cette expression commune du monde du livre désigne la destruction d’un livre, on utilise ce terme par analogie avec les machines qui servent à pilonner le livre. Lors d’une mise au pilon c’est l’éditeur qui décide de les détruire ou de les garder et en 2020, le Syndicat National des éditeurs (SNE) compte environ 22 500 tonnes de livres pilonnés. Or si 100% de ces livres sont recyclés pour faire du papier recyclé ou encore d’autres matières constituées de fibres telles que les serviettes hygiéniques ou le carton, c’est une entreprise très polluante. L’association The Shift Project souligne qu’un livre neuf peut émettre 1,8 kg de CO2 de sa production jusqu’à son recyclage, ce qui est déjà élevé et si nous arrêtions de pilonner les livres invendus ou légèrement abîmés cela permettrait d’éviter la production d’environ 47 000 tonnes de CO2 par an. Or pour faire une tonne de papier pour l’édition standard, il faut environ 1,2 tonne de papier issu du pilon[1]. Donc cela peut augmenter la production de CO2 d’un livre neuf. Mais il faut savoir que le papier recyclé ne représente que 1% des achats totaux des éditeurs en France comme le souligne le journaliste Antoine Oury, la cause serait la qualité du papier, étant amoindrie elle ne plairait pas réellement aux lecteurs.[2]

Trouver des alternatives : se tourner vers la seconde main.

Donc finalement on pourrait se demander si toute cette entreprise est réellement rentable écologiquement parlant. En effet, on pourrait plutôt penser à d’autres façon de donner une nouvelle vie à ces livres en s’inspirant par exemple de la manière dont les consommateurs s’occupent des livres qu’ils ne lisent plus. Les éditions de la Rue de l’échiquier ont innové en proposant de réinvestir les livres que les distributeurs leur ont renvoyé. Ces derniers ont décidé de revendre lors d’une braderie, organisée par la maison d’édition, les livres destinés à aller au pilon, les prix de ces livres sont compris entre 1 et 5 € et cela permet alors de remettre en circulation des livres dans une démarche plus écologique[3]. Même si la maison d’édition est connue pour être engagée écologiquement, c’est un moyen que d’autres pourraient mettre en place. On peut aussi penser à la possibilité de faire des dons, ou de revendre à prix cassés les livres aux différents organismes de seconde vie du livre comme les associations telles que Emmaüs ou encore les ressourceries à dispositions des habitants dans les villes. Cela permettrait dans un premier temps d’éviter une production trop polluante de livres et dans un second temps, cela permettrait aussi à différentes associations de se constituer une bibliothèque sans dépenser trop d’argent par exemple.

Le pilonnage des livres est un sujet d’actualité, c’est une grosse partie du monde du livre qui s’avère être très polluante malgré le réemploi des ressources, ainsi il devient urgent de mettre en place de nouvelles solutions. 

Chaizemartin-Devouassoux Eva,
M1 ALC, Littérature Critique et Création.


[1] MOURIER Thomas, « En moyenne 26 300 tonnes de livres partent au pilon chaque année en France », ART par Bubble, Juin 2021.
URLhttps://www.bubblebd.com/9emeart/bd/edito/en-moyenne-26-300-tonnes-de-livres-partent-au-pilon-chaque-annee-en-france# [consulté le 4 décembre 2023]

[2] OURY Antoine, « Écologie : faut-il interdire le recyclage des livres ? », Actualitté, juin 2023.
URL :https://actualitte.com/article/111454/edition/ecologie-faut-il-interdire-le-recyclage-des-livres [consulté le 4 décembre 2023]

[3] CORRÉARD Vlère, « Comment éviter que les livres finissent au pilon ? » [Document audio], Radio France, février 2018, 5 minutes. 
URL : https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/social-lab/comment-eviter-que-les-livres-finissent-au-pilon-9066184 [consulté le 4 décembre 2023]

Vers une nouvelle vie : les boîtes à livres

Apparues en France au début des années 2000, les boîtes à livres ont essaimé depuis une dizaine d’années dans nos villes, grandes et petites, mais aussi dans nos villages, colonisant différentes variétés d’espaces désaffectés, cabines téléphoniques, pigeonniers, voire armoires électriques, ou encore logeant leurs étagères dans de pimpantes cabanes construites à dessein. On y vient déposer des livres à l’intention d’autres lecteurs, en emprunter un qu’on ramènera après lecture pour en prendre peut-être un autre : « prenez, lisez, emportez, déposez des livres quand vous voulez, comme vous voulez », voilà le mode d’emploi parfois affiché dans ces micro-bibliothèques, comme une invitation au partage et à l’échange, gratuitement, sans contraintes ni intermédiaire, de lecteur à lecteur.

Kiosque T. Renaudot Villeneuvette Hérault

On y trouve sans ordre de classement, un peu de tout, cela dépend de l’arrivage. Peu de neuf cela va de soi et des livres parfois en bon état qui ont vécu, de la collection complète d’ « Angélique, Marquise des Anges » dans l’édition de France loisir, à des essais de journalistes qui ont quitté l’écran ou de politiques qui ont quitté la scène, mais encore des romans policiers et des classiques de la littérature française ou même étrangère. Cela sent un peu le désherbage privé, mais l’étagère garnie dans son petit écrin dit aussi qu’un livre ne se jette pas, qu’il doit poursuivre sa vie de livre dans les mains d’autres lecteurs, plutôt que d’achever son existence dans un container à papier. Les boîtes à livres connaissent des appellations différentes selon leur forme et leur lieu d’implantation, mais le passant qui s’arrête peut y reconnaître bien des vertus civiques en plus d’un livre à emporter ou à déposer :  partage de la lecture, culture du don et de l’échange, éco-geste et embellissement du lieu.

Cette pratique, désormais bien répandue en France – plus de 9140 boîtes recensées sur le site boite-a-lire.com en décembre 2023, dont 59 dans l’agglomération grenobloise- trouve son origine en 1991 à Graz en Autriche avec l’installation dans les rues d’un quartier de la ville de 3 petites « bibliothèques ouvertes », « sans bibliothécaire ni surveillance », mais avec l’instruction trilingue (allemand, anglais, turc) suivante : « « Vous pouvez prendre des livres pour un temps limité. Dons de livres appréciés. ».

www.boite-a-lire.com

Il s’agissait à l’origine d’une démarche expérimentale de deux artistes en résidence, Michaël Clegg et Martin Guttman, curieux de savoir si la culture pouvait se désinstitutionnaliser en circulant du musée à la rue et de la rue au musée. Le résultat fut mitigé pour ce qui concerne la désacralisation du musée, mais les boîtes à livres connurent le succès et se répandirent ensuite. Le phénomène des boîtes à livres entretient une parenté étroite avec le Bookcrossing apparu en 2001 en Australie tout d’abord. Pure coïncidence ? Sans doute pas, car il consiste à abandonner dans un lieu de passage, un banc dans un parc, un siège dans un train etc, un livre que l’on a aimé pour laisser à d’autres la possibilité de le découvrir à leur tour.  Un système d’enregistrement numérique des livres permettait même de suivre leur périple de lecteur en lecteur et de partager en ligne ses impressions de lecture. « Libérer les livres », les faire voyager (« livre voyageur ») tel était le mot d’ordre de ses adeptes. Ces deux initiatives expriment peut-être le désir de cultiver une sociabilité à rebours de l’anonymat ambiant, par la médiation de la lecture, dont l’expérience touche à l’intime et ouvre au partage.

Le développement des boîtes à livres a en tout cas mobilisé bien des acteurs, en premier lieu des associations locales, souvent à l’initiative. Des partenaires économiques, des collectivités territoriales ont voulu accompagner et épauler un mouvement qui avait recueilli les faveurs du public, en sympathie avec les principes de l’économie circulaire, de la solidarité et d’un accès ouvert et informel à la culture.  Citons le groupe Recyclivre.com, qui revendique d’être le « premier vendeur français engagéde livres d’occasionen ligne ». Sa filiale, Boite à Lire, propose ainsi à la vente depuis en 2016 du mobilier de boîte à livres auprès des entreprises ou des collectivités. Le succès venant, la démarche s’est davantage institutionnalisée, la région Île de France en association avec la SNCF a ainsi installé une centaine de micro-bibliothèques aux abords des gares du francilien, tandis que l’association des Lions Club de France   chiffrait en 2019 à 1300 le nombre de boîtes posées pour aider à lutter contre l’illettrisme. Sont-elles moins achalandées que les autres ? Nul ne le sait, sauf à enquêter sur un phénomène devenu tendance par les valeurs qu’il porte et sans lesquelles il ne pourra survivre, car les boîtes ne peuvent vivre sans anges-gardiens qui veillent sur elles et les achalandent.

Leur succès témoigne en tout cas d’une belle vitalité de la lecture privée en mode partage, qui ne semble pas s’opposer aux institutions en charge de la lecture publique, bibliothèques et médiathèques, qui répondent de façon plus construite aux besoins de lecture, d’accès au savoir et à la culture.

Clara PASIAN – UGA M1 Métiers du livre Parcours Information, documentation, bibliothèque

Bibliographie:

https://actualitte.com/

https://www.boite-a-lire.com/

Des livres dans les boîtes, les boîtes dans les rues, Pages de Bretagne, n°44, https://www.calameo.com/books/0049094466a4b9eaf6b8b [consulté le 4 décembre 2023]

POISSENOT Claude , Le citoyen, la boîte à livres et les bibliothèques, Livreshebdo, 29/11/2017, https://www.livreshebdo.fr/  [consulté le 1 décembre 2023]

La seconde main en constante évolution…

Aujourd’hui, le monde semble se tourner petit à petit vers le marché de l’occasion. Après les magasins de vêtements de seconde main, aussi appelés “friperies”, c’est au tour du livre de s’intéresser à cette nouvelle mode. Les bouquineries et les rayons “dernière chance” dans les librairies sont de plus en plus courants. Donner une seconde vie à un livre, c’est avoir une empreinte carbone 3,5 fois moins importante, c’est agir contre les 26 300 tonnes de livres pilonnés chaque année en France. Acheter un ouvrage d’occasion, c’est prolonger la durée de vie du livre et de la planète. Seulement, cette tendance de l’occasion traduit-elle une cause écologique ou financière ? 

Points clefs du marché du livre d’occasion.

Le livre d’occasion est une solution incomparable pour tout lecteur souhaitant à la fois lire régulièrement, faire des économies, rester éco-responsable dans sa consommation et offrir une seconde vie à une œuvre d’art. Chaque page d’un livre d’occasion raconte une histoire déjà aimée, offre une lecture durable et des trésors littéraires à portée de main. De plus, l’occasion est en moyenne 60% moins chère que le neuf. Grâce à tous ces points forts, le marché du livre d’occasion connaît depuis peu un fort développement qui n’est pas près de ralentir. Il y a toujours plus d’offres sur internet et de nouveaux dispositifs sont mis en place comme des alertes et comparateurs de prix. 40% des acheteurs attendent que le livre soit disponible en occasion pour l’acheter. En parallèle, 48% des acheteurs d’occasion achètent le livre d’occasion même lorsqu’ils avaient originalement prévu de l’acheter neuf.

Toutefois, cette nouvelle branche du marché de la vente du livre connaît aussi, évidemment, certaines difficultés. La montée en popularité de la seconde main fait que le prix moyen d’achat du livre d’occasion augmente plus vite que le prix moyen d’achat du livre neuf. Nous pouvons également identifier trois problèmes essentiels auquel doit faire face le livre d’occasion. La monopolisation du marché : entre 2014 et 2016, six enseignes se partageaient 50% du marché du livre d’occasion, à savoir la Fnac, LeBonCoin, Gibert Joseph, PriceMinister, eBay et Amazon. La diversité des titres : dans la vente d’occasion en ligne, le nombre de titres est toujours inférieur au nombre d’offres. Pour 18 millions d’offres de livres parfaitement identifiés, il y a seulement 603 mille titres différents. Enfin, le sous-développement des lieux physiques dans cette part du marché du livre : l’achat d’occasion est de plus en plus prévu et facile grâce aux différentes plateformes sur internet ; 60% des achats d’occasion se font sur internet, 18% en brocantes et uniquement 6% en librairies.

Afin de comprendre adéquatement le paysage du marché du livre d’occasion, il semble nécessaire de garder ces chiffres en tête, qui révèlent que malgré la prospérité et la popularité de ce secteur, cela reste une économie fragile qui a encore de beaux jours devant elle, mais qui doit encore dépasser un certain nombre d’obstacles.

Des chiffres encourageants.

De plus en plus présente sur le marché, nous assistons à une démocratisation de la seconde main. Cette forte hausse est également présente dans le monde du livre. De fait, certains organismes ont décidé de s’intéresser davantage aux habitudes de consommation des lecteurs français. L’étude menée en 2022 par le ministère de la Culture en collaboration avec la SOFIA (Société Française des Intérêts des Auteurs de l’écrit) nous permet de mieux comprendre le marché du livre d’occasion français. 

En effet, cette étude nous montre que la France compte environ 9 millions d’acheteurs de livres d’occasion, ce qui correspond à un peu plus d’un tiers des acheteurs de livre. Traduisant une hausse d’acheteur d’occasion de 11% en cinq ans, ces données démontrent une ouverture certaine des Français à la seconde vie du livre. Cela transparaît aussi à travers la quantité d’ouvrage d’occasion vendue en 2022 qui a semblablement augmenté de 38% en cinq ans, permettant la vente de 80 millions de livres de seconde main. 

Cependant, il semble évident qu’avec autant d’acheteur d’occasion, certains profils se démarquent. Le ministère de la Culture a donc tenté de définir les modèles de consommation du livre à travers les données récoltées lors des différentes enquêtes plus ou moins récentes. Il apparaît donc qu’en parallèle des 70% des acquéreurs de livres achetant uniquement des livres neufs, un peu plus de 25% décident de combiner les différentes pratiques de consommation, c’est-à-dire le livre neuf, celui d’occasion ainsi que le numérique. Toutefois, chacun choisit une combinaison différente. En effet, 21% associent l’achat du livre neuf à celui d’occasion, 4% mélangent le livre neuf et le livre numérique, tandis que 2% des acheteurs optent pour les trois consommations simultanées. L’assemblage du numérique et de l’occasion demeure quasiment inexistant. Malgré une forte augmentation du livre d’occasion, seulement 2% utilisent exclusivement ce mode de consommation. Ce phénomène peut s’expliquer par le manque de diversité des titres dans le secteur. 

Une nouvelle optique de sensibilisation. 

En 2022, le marché du livre d’occasion a connu une hausse des ventes de 38%. Actuellement, environ 1 acheteur sur 2 achète de l’occasion. Cette tendance peut être perçue comme une menace pour les métiers du livre et de l’édition. A contrario, les livres d’occasion devraient devenir des alliés pour lutter contre les tonnes de papier brûlé chaque année et ainsi réduire l’empreinte carbone qu’ils ont consommée. Cependant, les livres de seconde main sont encore loin de faire l’unanimité. Les personnes attachées à l’objet lui-même sont plus enclines à acheter des livres neufs afin de trouver des couvertures et des pages en très bon état. Contrairement à ce que l’on pourrait présumer, l’aspect écologique n’est pas la raison principale de la hausse de l’occasion en France. Elle est principalement dûe à une crise économique et à la facilité d’accès grâce aux nombreux sites internet. Aujourd’hui, le monde prend conscience de l’urgence écologique dans laquelle nous vivons. Le marché du livre et ses acheteurs commencent à faire leurs premiers pas dans ce nouveau combat, notamment en dédiant une place spéciale aux livres d’occasion comme au Livre Voyageur, une bouquinerie Grenobloise. (cf. article La seconde vie du livre, plus qu’une seconde chance !). Néanmoins, le monde du livre a encore beaucoup à faire concernant l’écologie.

Calafato S., Maifret M., Stehlin O.
M1 MDLE, parcours édition.

Sources principales :
– Étude sur le livre d’occasion : les résultats du Ministère de la Culture et SOFIA. Disponible en ligne : Etude sur le livre d’occasion : les résultats – Sofia (la-sofia.org)
La Bourse aux Livres : culture et écologie, l’occasion de lire mieux, Infos 75, 17 janvier 2023. Disponible en ligne : La Bourse aux Livres : Culture et écologie, l’occasion de lire mieux ! – Infos 75 La Bourse aux Livres (infos-75.com)

La seconde vie du livre, plus qu’une seconde chance ! 

Et si le livre avait plusieurs vies ?

  1. Perspective historique 

Gibert Joseph, important réseau de librairies en France, marque le point de départ du marché du livre d’occasion en 1888. Alors que ce commerce n’intéressait au départ que les étudiants par ses prix faibles sur les livres scolaires, au fil des années, l’enseigne se développe en province. Au final, Gibert Joseph s’installe comme l’enseigne nationale de référence dans l’achat et la vente de livres d’occasion, réalisant, en 2022, plus de 70 millions d’euros de chiffre d’affaires grâce aux livres, dont un tiers provenant de l’occasion. 

Au début des années 2000, le marché de l’occasion connaît un développement exponentiel, majoritairement via la vente en ligne avec la création de Momox, une des nombreuses plateformes de vente d’occasion. Elle a su se démarquer et occuper une place sur le marché français qui n’était, à cette époque, pas encore occupée. En 2020, ce géant berlinois percevait 49 millions d’euros de chiffre d’affaires grâce à la vente de livres d’occasion français, ce qui représentait 90% de ses ventes totales de livres.

  1. L’élargissement de ce marché

Le marché de l’occasion se développe et se réinvente continuellement. Celui du livre n’y fait pas exception. Bien au contraire, d’après une étude réalisée en 2022 par la SOFIA (Société Française des Intérêts des Auteurs de l’écrit) et le Ministère de la Culture, le chiffre d’affaires du livre d’occasion a été estimé à 350 millions d’euros en France, ce qui représente une augmentation de 49% sur les cinq dernières années. De plus, le nombre d’acheteurs d’occasion a, lui aussi, augmenté de 11% en cinq ans. Cela marque une réelle tendance au sein du marché du livre d’occasion qui connaît un essor constant et soutenu. Ce phénomène s’explique largement par des raisons économiques. D’après cette même étude, la motivation principale de 76% des acheteurs de livres d’occasion est de faire des économies. Les considérations écologiques, notamment, passent en arrière-plan. Ainsi, dans un contexte économique où les inégalités économiques et sociales ne cessent de se creuser depuis une quarantaine d’années, l’achat de livres d’occasion s’installe durablement dans les pratiques des lecteurs et occupe une place de plus en plus importante sur le marché du livre (9%). Il se trouve, en effet, que 53 % des acheteurs de livres papiers achètent également d’occasion. Parmi eux, 44% de personnes achètent tant de l’occasion que du neuf et 9% achètent uniquement de l’occasion. Pourtant, seulement 20% des librairies vendent des livres d’occasion, ce qui laisse l’opportunité à ce marché de se développer davantage.

  1. L’exemple de La Bourse aux Livres

Au sein de ce développement constant de l’occasion sur les plateformes en ligne, La Bourse aux Livres (BAL) prend son envol et s’inscrit comme une des meilleures plateformes d’occasion de livres dès son lancement en 2020. 

À la fin de sa première année sur le marché, cette nouvelle start-up, entièrement française et créée par trois jeunes entrepreneurs lillois (Lovera D., Castano T., Taillandier A.), avait déjà revendu 280 000 ouvrages des 420 000 livres qu’elle avait collectés. Lors de la création, ils souhaitaient, à l’origine, centrer leur activité sur la revente des livres scolaires et universitaires. Cependant, face à l’engouement et l’opportunité du secteur, ils ont décidé de se développer en élargissant leur catalogue. D’après Alexandre Taillandier, le but principal de leur plateforme est de « faire de l’occasion une norme » sans pour autant concurrencer les librairies. À l’avenir, ils espèrent même pouvoir travailler en partenariat avec des libraires. En permettant un achat rapide de livre d’occasion, la BAL permet de se démarquer, notamment auprès des jeunes qui sont les plus sensibles à la question écologique et qui sont, de fait, plus enclins à acheter d’occasion.

Étant l’un des seuls acteurs français au sein de cette activité basée sur l’occasion du livre, la BAL a une réelle volonté écologique. Leur but premier était de revaloriser le plus grand nombre d’ouvrages d’occasion possible tout en aidant les consommateurs à réduire leur impact environnemental sans avoir à fournir d’effort particulier. Fonctionnant sur le modèle du dépôt-vente, la BAL se présente comme étant « la plateforme qui offre une seconde vie à vos livres ». De plus, la plateforme promet la revente des ouvrages au bout d’un an maximum, ce qui est généralement le cas puisque 93% des livres présents sur leur site sont revendus. Lorsque le livre envoyé n’est pas revendu dans l’année, nous avons le choix entre le récupérer en payant les frais de port (4€) ou le laisser à l’entreprise qui en fait don à l’association Bibliothèques sans Frontières. Leur volonté écologique transparaît également lors de la sensibilisation qu’ils effectuent au sein de leur application et de leur site. Lors d’un achat ou d’une vente en partenariat avec la Bourse aux Livres, chaque usager voit l’empreinte carbone qu’il a permis d’économiser en offrant une seconde vie aux livres. 

  1. Le livre voyage jusqu’à Grenoble

Le marché du livre de seconde main commence à s’étendre, notamment sur internet, mais qu’en est-il des boutiques physiques ? 

Aujourd’hui, rares sont les librairies de seconde main. Gibert Joseph, bien que faisant partie de ce marché, est principalement vendeur de livres neufs. Cependant, à Grenoble, nous avons trouvé la perle rare : le Livre voyageur, une librairie d’occasion tenue par Sylviane Clier. La gérante a su saisir l’opportunité de reprendre La Bouquinerie juste avant sa fermeture afin de lui laisser une seconde chance. Le principe est simple : acheter les livres que tout un chacun propose et les revendre à petit prix en fonction de l’état, de l’ancienneté et du format du livre. Ce petit lieu original et chaleureux est rempli d’une large gamme de livres, passant de la poésie à la littérature contemporaine, des livres anciens aux livres féministes, sans parler des innombrables romans. Mais l’on trouve surtout, selon Sylviane Clier, « ce que l’on n’était pas venu chercher ». Un endroit qui ravit les bibliophiles, les porte-monnaies et la planète.

Nous observons que malgré un essor majeur du livre d’occasion sur internet, les librairies d’occasion ont du mal à s’imposer. Qu’attendons-nous pour nous questionner sur ce contraste et agir sur cette situation ?

Calafato S., Maifret M., Stehlin O.
M1 MDLE, parcours édition

Sources principales :

Internet et le livre d’occasion, le combo idéal pour décarboner la chaine du livre ? – L’exemple de Momox et de Gibert Joseph

En France, deux livres sur dix sont achetés d’occasion et 42% des Français affirment avoir déjà acheté un livre (ou un CD/DVD) d’occasion. Le livre d’occasion est de plus en plus une aubaine pour les vendeurs : on note une marge d’au moins 50% (contre 35 à 40% pour un livre neuf). Cependant, ni l’auteur, ni la maison d’édition ne sont rémunérés pour cette vente. C’est donc un marché qui depuis plusieurs années se voit grandir, notamment grâce à internet et ses plateformes en ligne (comme Momox, Recyclivre ou la possibilité d’acheté des livres d’occasion sur des plateformes de vente de livres de neuf, comme Amazon ou encore Gibert Joseph). La vente d’occasion semble donc être la solution idéale pour limiter la production de carbone dans la chaine du livre : elle sauve des livres du pilon puisqu’on estime chaque année que 60 millions d’ouvrages sont envoyés à la poubelle et permet de limiter la surproduction de livres.

Mais acheté un livre d’occasion est-il si écologique que cela ?

Entre 2014 et 2016, on note que 50% des ventes des livres d’occasion sont effectués sur internet. C’est par exemple le cas du site Momox-Shop (https://www.momox-shop.fr/), qui vend à prix réduit des ouvrages d’occasion. Situé en Allemagne, à Leipzig, le site s’étend sur environ 60 000m², qu’il faut donc chauffer. L’entreprise s’est vu tripler son chiffre d’affaires en cinq ans (200 millions de chiffre d’affaires en 2018), ainsi qu’une montée de ses effectifs (1600 salariés en 2018, 650 en 2013). On voit donc que ce secteur du livre d’occasion a beaucoup plu dans la décennie de 2010. En France, on note un marché de 40 millions d’euros de chiffre d’affaires (le deuxième plus gros marché du site), avec une augmentation de 30%. Momox-Shop réalise donc une partie de son chiffre d’affaires en France, mais il est également présent en Allemagne, lieu de sa fondation, en Autriche, en Belgique et au Royaume-Uni. Le principe est simple : la personne souhaitant vendre ses objets culturels via le site, puis il envoie ses articles. Les frais de port sont gratuits, puisque Momox les prend en charge. Ils font ensuite le trajet jusqu’en Pologne, où ils subissent un contrôle, afin d’être envoyé à Leipzig, où ils seront stockés. Finalement, quand le livre trouve acheteurs, il est renvoyé par camion en France, jusqu’au salon de son nouveau propriétaire. Le livre (ou autre objet culturel) fait donc un aller-retour en Pologne et en Allemagne que l’on peut juger inutile. De plus, ces grandes surfaces de stockages doivent être chauffées, ce qui utilise de l’électricité.

Gibert Joseph, fondé en 1886, est d’abord une librairie parisienne d’occasion. Cependant, avec l’arrivée et l’expansion d’Internet, on remarque que le groupe fonctionne plus ou moins de la même façon que Momox : on peut acheter et revendre des livres via leur site (www.gibert.com). Cependant, la marque étant française, les trajets en camion sont de plus courte distance, donc consomment moins. De plus, contrairement au site allemand, Gibert Joseph est également présent en physique, dans de nombreuses boutiques partout en France. Cela permet donc de limiter les kilomètres des camions jusqu’au lieu d’habitation mais de livrer en une seule fois à une librairie, en favorisant les commerces de proximité.  

En conclusion, l’empreinte carbone utilisé par les allers-retours en camion et les entrepôts et boutiques à chauffer ne sont pas très écologiques et ne permettent pas vraiment de décarboner la chaine du livre. Cependant, il ne faut pas oublier le bénéfice du livre d’occasion. En effet, Heiner Kroke explique que : « le bilan reste positif car on évite un cycle de fabrication complet. Chaque bouquin acheté d’occasion, c’est un livre qui ne doit pas être imprimé, et de précieuses ressources économisées ».

Tondeur Camille, M1 MDLE

Sources :
Vincent Chabault, Du livre-déchet au livre vendu, l’écologisation du marché du livre d’occasion,
Lisa Macineiras, Les livres d’occasion, bon plan pour l’environnement ? URL : https://france3-regions.francetvinfo.fr/livres-occasion-bon-plan-environnement-1731085.html
Pauline Houédé, L’Allemand Momox surfe sur le marché de l’occasion, 31 octobre 2019. URL : https://www.lesechos.fr/industrie-services/conso-distribution/lallemand-momox-surfe-sur-le-marche-de-loccasion-1144412
Gibert Joseph, Notre histoire, URL :https://www.gibert.com/notre-histoire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search