Analyse des avantages et des inconvénients du livre numérique

L’apparition du livre numérique commercial dans la fin des années 1990 a bouleversé notre manière de consommer la lecture, venant concurrencer les livres imprimés traditionnels. Les livres numériques, également appelés “ebook”, peuvent constituer une alternative à la lecture imprimée traditionnelle. Certains lecteurs privilégient le côté pratique et fonctionnel des ebook, tandis que d’autres préfèrent posséder physiquement le livre, cela dépend essentiellement des goûts et des usages individuels que l’on fait de la lecture. En 2020, le Syndicat National de l’Édition, la SOFIA et la Société des Gens de Lettres mènent une enquête qui affirme que 26 % des Français ont déjà lu un livre numérique, et que 50 % de la tranche d’âge 15-24 ans a également lu un livre numérique. Bien que l’édition numérique soit marquée comme une révolution dans le secteur du livre, la jeune génération s’est davantage appropriée le phénomène. Pour comprendre les préférences de chacun, une analyse des avantages et des faiblesses du livre numérique se révèle intéressante. 

L’un des principaux avantages de la lecture numérique est le gain de place considérable que l’on peut faire chez soi. En effet, nos bibliothèques sont rapidement remplies par les livres que l’on désire garder, ce qui crée une accumulation de livres pouvant amener au désordre. Les liseuses, par exemple, offrent un moyen efficace de lire sans nous soucier de son impact physique ; de plus, les liseuses sont facilement transportables en voyage, contrairement aux livres. 

Également, l’accessibilité à des milliers de nouveaux titres grâce au téléchargement immédiat, est un avantage que les livres sur support papier ne peuvent pas procurer. À tout moment que ce soit, il est possible de commencer la lecture d’un nouveau livre, sans se déplacer en librairie ou sans passer de commande en ligne. 

Par ailleurs, la taille des caractères des livres numériques peut être modifiée selon la volonté du lecteur, pouvant ainsi s’adapter à la vue de chacun. Il en est de même avec la luminosité de nos écrans, qui se règle selon les préférences individuelles, permettant aussi de lire la nuit.

 Aussi, le prix des livres ebook est généralement moins cher que les livres imprimés : en moyenne, la réduction s’élève à 5.19 € par livre. Certes, l’achat d’une liseuse ou d’une tablette peut être coûteux, mais il est estimé que trente ebook achetés sont rentables sur la durée. Il est donc intéressant, voire avantageux, pour les lecteurs de prévoir sur le long terme en achetant un livre numérique. 

Néanmoins, les inconvénients sont tout aussi nombreux que les avantages. L’une des premières faiblesses du livre numérique est la qualité et la résistance du support choisi par les lecteurs. En effet, le smartphone, l’ordinateur portable, la liseuse et la tablette peuvent rencontrer un dysfonctionnement, subir une défaillance ou tout simplement ne plus avoir de batterie. Le prix de ces supports numériques est élevé, et il est possible que des coûts de réparation soient aussi ajoutés. 

De plus, les écrans numériques sont néfastes pour nos yeux, entraînant parfois une fatigue oculaire. En moyenne, les Français regardent 32 heures les écrans par semaine, ce qui représente un chiffre considérable, variant aussi selon la tranche d’âge. Le livre numérique accentue davantage ce phénomène, pouvant même devenir une dépendance pour les plus jeunes générations et qui inquiète les professionnels de la santé. 

Enfin, de nombreux lecteurs adeptes de la lecture imprimée affirment que la sensation de posséder, de sentir un livre est unique. Le sociologue Vincent Chabault affirme dans son ouvrage Eloge du magasin. Contre l’amazonisation, que l’odeur des livres est une stratégie utile et nécessaire pour faire acheter les clients des livres. Sans aucun doute, le livre papier permet de créer un attachement plus intense avec le lecteur, contrairement au ebook.

Les avantages et les inconvénients du livre numérique dépendent donc essentiellement des préférences individuelles des lecteurs et de la manière dont chacun consomme la lecture.

Nada Kebaili – Gwenaelle Freydier – Assia Sebdaoui

Bibliographie

  • CHABAULT Vincent, Éloge du magasin. Contre l’amazonisation. Contre l’amazonisation. Gallimard, « Le Débat », 2020, ISBN : 9782072879487. URL : https://www.cairn.info/eloge-du-magasin-contre-l-amazonisation–9782072879487.htm

Sitographie

Livre papier ou livre numérique : existe-t-il déjà un livre durable ?

La technologie est-elle encore une réponse viable aux enjeux environnementaux ? Dans la chaîne du livre, la question se pose entre livre papier et livre numérique. Instinctivement, le livre papier apparaît plus polluant ; il amène avec lui tout l’imaginaire de la production du papier et de la déforestation qu’elle entraîne. Mais peut-on faire confiance à notre instinct ? Essayons de comparer le bilan carbone d’une liseuse et d’un livre papier.

Peu d’études existent sur le cycle de vie du livre papier ; si l’on se base sur l’étude menée par le Bureau d’Analyse Sociétale pour une Information Citoyenne (le BASIC), le bilan carbone du livre papier est en majorité issu de la production du papier. Le papier utilisé par l’édition française est majoritairement issu d’usines brésiliennes, aux normes environnementales bien plus souples que les normes européennes. Outre cette question des normes, la délocalisation de la production pose également le problème du transport des matériaux, qui vient alourdir le bilan carbone du papier. On a bien sûr d’autres pôles de pollution dans le cycle de vie du livre ; rien qu’à l’impression et au façonnage, l’utilisation d’encres, de pelliculages et autres produits chimiques est un casse-tête environnemental.

Côté liseuse, le bilan n’est pas plus brillant. L’utilisation de plastiques colorés non recyclables, mais surtout de terres rares, jouent contre le livre numérique. On sort du simple bilan carbone, mais la gestion des terres rares, en particulier du lithium, est un enjeu majeur tant géopolitique qu’environnemental et humain. N’oublions pas non plus les datacenters, nécessaires au stockage des e-books, mais très énergivores.

Mais finalement, peut-on réellement comparer la fabrication d’un livre papier et la fabrication d’une liseuse ? Deux études s’y sont attelées, lancées par Amazon (étude de Cleantech) et Hachette Livre (étude de Carbone 4). D’après Amazon, un livre papier produit 7,4 kg de CO2, contre 168 kg pour sa Kindle. Hachette compte pour un livre papier 1,3 kg de CO2 contre 235 kg pour une liseuse de type Sony Reader. Les résultats sont très différents ; dans le premier cas, la liseuse devient rentable écologiquement après 23 livres lus par an. Dans le deuxième cas, il faut en lire 180. Il faut peut-être rappeler que les Français lisent en moyenne 6 livres par an ; dans un cas comme dans l’autre, on est loin du compte.

L’industrie du livre, papier ou numérique, est condamnée à être polluante. Des solutions existent : le papier est encadré par des normes (PEFC, FSC), la gestion des déchets toxiques en imprimerie par le label Imprim’Vert. Ce n’est qu’un premier pas, critiqué par certains – WWF et Greenpeace remettent en cause la norme PEFC – mais annonçant une nécessaire prise de conscience et entrée en action. Du côté des liseuses, peu d’actions sont mises en place aujourd’hui. Peut être que le modèle du smartphone Fairphone, rendant possible la traçabilité des matériaux utilisés, est une piste à suivre pour le futur.

Paul MARSEILLE LABRANCHE

M1 MDLE

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search