La « trêve littéraire » des éditions Le Tripode

Le Tripode, maison d’édition fondée et dirigée par Frédéric Martin, ancien éditeur chez Viviane Hamy et fraîchement nommé au conseil d’administration de la bibliothèque public d’information, a annoncé par le biais de ses réseaux sociaux la décision de procéder à « une trêve littéraire ».

Publication Instagram de la maison d’édition Le Tripode 31/08/23

La structure parisienne, crée il y a un peu plus de 10 ans, a choisi de repousser les sorties de janvier 2024 aux mois de février et mars. Fait rare pour une maison de ce standing, présentant des chiffres de ventes importants et un catalogue prestigieux, cette initiative semble mêler volonté d’éviter une surchauffe des équipes et prise de conscience des impacts de la production éditoriale sur l’environnement et les conditions de travail des acteurs du livre. Qu’est ce qui a motivé cette initiative ? S’agit-il d’une « innovation de rupture » comme certains semblent la considérer ? Cette trêve s’inscrit-elle dans un mouvement plus vaste de reconsidération des usages industriels liés au livre ?

Une industrie en surchauffe

La logique de surproduction centrée autour de la nouveauté est une pratique assumée de l’industrie du livre. Pour les éditeurs, multiplier les publications permet d’éparpiller le risque d’échec et de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. L’importance des tirages dans une dynamique de stock, et non de flux, liée au besoin de réduire les coûts à l’impression et de prendre de la place sur les tables des libraires est un autre usage répandu de ce secteur. Comme celui du cinéma ou de la musique, le monde du livre répond depuis l’après-guerre à une logique industrielle ou le système du plébiscite prime. La légitimation de marché (promotion d’un livre en exposant, ou en feignant son succès) est l’outil de marketing principal des producteurs. Paradoxalement, pour vendre un livre, il faut montrer qu’il se vend, et ainsi le distribuer partout. De ce fait, chaque année, plus de livres sont produits que consommée, et une bonne part des nouveautés, environ 60 millions d’ouvrages par an, finissent au pilon (les livres non vendus sont pour la plupart détruit et recyclé en papier toilettes et en carton qui vont servir… à transporter des livres). Des statistiques facilement accessibles sur le site du SNE (syndicat national de l’édition) permettent de se rendre compte de l’ampleur du gâchis. En 2022, 536,9 millions de livres étaient fabriqués et imprimés, et seulement 448,5 millions vendus. Malgré une baisse du nombre de livre produit comparée à une année 2021 hors norme en termes de consommation (486,1 millions d’unités vendues) et de production (554 millions d’exemplaires imprimés), les chiffres de 2022 sont en augmentation par rapport à 2019 (435,1 et 516,8) considérée par les professionnels du secteur comme la dernière année normale pré-pandémie. En 2018 et en 2019, plus de 28 000 tonnes de livres étaient pilonnés pour être recyclé, c’est à dire à peu près 14% de la production totale des ouvrages sur chacune des deux années. Une simple visite sur le site internet de grandes maisons d’éditions généraliste permet de se rendre compte de ces logiques de production jusqu’à l’épuisement. Grasset prévoit par exemple la sortie de 27 titres le mois prochain (nouveautés et réimpressions). Chez Gallimard, c’est 92 ouvrages qui verront le jour sur la seule période du mois de janvier 2024. Ainsi, en 2022, plus de 111 000 titres (nouveauté ou réimpression) ont été édités. C’est dans ce contexte que des maisons indépendantes, plus modestes et plus au fait, peut-être, des réalités du terrain, font preuve d’initiatives afin d’enrayer la machine.

Un geste en rupture

C’est par le biais d’un post Instagram que Le Tripode a annoncé sa volonté de ne pas publier de livre en janvier 2024, mois qui représente la deuxième rentrée littéraire de l’année après celle de la fin d’été. Dans une sorte de cri du cœur, la maison indique s’interroger « sur le rythme de [leurs] métiers, autrement dit le risque de surchauffe ». Contactée par mail, Aglaé de Chalus, responsable des relations médias au sein de la structure, nous a précisé les raisons d’une décision mûrement réfléchie. En premier lieu, il s’agit d’une attention portée au bien-être des libraires qui sont confrontés chaque année entre juillet et janvier à une arrivée quasi quotidienne et permanente de cartons de nouveautés. La période de janvier qui conclut ce marathon est « souvent peu appréciée » par ces derniers. L’idée est de les soulager en repoussant les publications à février et mars, périodes plus calmes. L’éditrice nous assure cependant qu’il n’existe « pas de burnout ni d’épuisement » au sein de son équipe, mais plutôt une envie de « s’offrir [du] temps pour accompagner au mieux les succès passés et les nouveautés à paraître en 2024 ». Au-delà de l’allègement de la charge des libraires, faire une pause des publications serait alors un moyen de s’organiser autrement et plus librement pour « faire les choses le mieux possible ». L’éditrice constate ainsi l’accélération des rythmes de publications et « une production de livres qui n’en finit pas de grossir ». Dans ce contexte, l’annonce des éditions Le Tripode représente une rupture avec l’industrie du livre, ses usages traditionnels, et sa quête de croissance permanente. Il paraît cependant nécessaire de mettre en perspective cette initiative avec le succès commercial de la maison et sa bonne santé financière. Aglaé De Chalus parle ainsi « d’une année [2023] exceptionnelle à tous point de vue » marqué par des succès critiques et commerciaux important, notamment l’ouvrage Attaquer la terre et le soleil de Mathieu Belezi, récompensé par le prix du livre Inter et objet d’un important succès en librairie. Le risque financier d’une telle trêve est ainsi « mesuré » et considéré par l’entreprise comme « minime comparé au temps gagné » et au renforcement de liens déjà étroits avec les libraires, premiers bénéficiaires de cette initiative. La question se pose alors quant à la faisabilité d’une telle entreprise de la part d’une maison d’édition aux finances plus modestes.

Quelques exemples de titres publiés aux éditions Le Tripode

« Reprendre la main »

Attention portée aux conditions de travail des libraires et à un meilleur accompagnement des auteurs, volonté de s’éloigner de l’engrenage toxique de la dépendance aux nouveautés et de l’accélération de la production éditoriale, amélioration et ré-humanisation de la relation libraire-éditeur : la trêve littéraire des éditions Le Tripode correspond bien à un geste politique en rupture avec le fonctionnement de l’industrie du livre. Pour autant, loin d’eux l’idée de changer les choses en profondeurs avec une simple annonce, Aglaé De Chalus précise ainsi qu’il s’agit d’un succès si l’initiative « fait réfléchir et fait parler » et affirme avoir reçu « un raz-de-marée de messages, […] tous très encourageants et positifs ». Dans un même mouvement, l’association pour l’écologie du livre appelle les libraires à opérer à une trêve des nouveautés dans un processus de recherche-action à mener entre les mois de janvier et juin 2024. Cette initiative vise à « reprendre la main sur l’offre de nos librairies dites indépendantes » et à « entamer un dialogue constructif sur ces questions de décélérations entre les différents acteurs et actrices du livre ». Ces innovations, semblables dans leur remise en question du fonctionnement d’une industrie en retard sur sa transition écologique, le sont également par l’indépendance des acteurs qui les mettent en place. Reste donc à convaincre les autres, grands groupes industriels et consommateurs en tête. Mais Aglaé de Chalus en est convaincu, « nous sommes sur la bonne voie ».

Zacharie COCO-MANTOVANI – M1 MDLE Parcours édition

Sources et liens externes :

La mise en place de labels éco-responsables : le pari des maisons d’édition

État des lieux de l’impact de l’industrie du livre sur l’environnement

Le rapport du Shift Project rend compte de l’impact carbone de l’industrie du livre. Nous le constatons particulièrement avec le bilan carbone de Hachette France. Le poste de production représente la plus grande part d’émissions avec 66% au total. Suivi du poste de distribution qui représente 19% des émissions. En somme, les postes de production, de distribution, de diffusion et de vie de bureau représentent au total 169 000 tonnes de CO2eq par an.

On se rend compte qu’il est urgent d’établir une transition vers de nouveaux modes de production pour réduire les émissions de CO2. Cela peut passer par une relocalisation des locaux, un transfert vers des modes de transports moins carbonés, se diriger vers une impression locale et à la demande. Tout cela en ralentissant le rythme et le volume de production.

Toutefois, une production industrielle capitaliste est incompatible avec une réduction des émissions. C’est avec cet environnement que des maisons d’édition se sont donné le pari de créer des labels éco-responsables. Ainsi, ces maisons sont sorties du triangle de l’inaction pour aller vers une sensibilisation plus écologique des modes de production afin de nous encourager à mieux consommer. Sachant que le triangle de l’inaction est représenté par trois pôles : le gouvernement, les entreprises et les citoyens, qui rejettent tous la faute sur l’autre et s’entraînent dans le cercle vicieux d’une inaction perpétuelle.

Le label Yliga des éditions de La Martinière et des Éditions Delachaux & Niestlé

Les éditions de La Martinière et les Éditions Delachaux & Niestlé ont lancé, en 2020, le label éco-responsable Yliga. Ce nom désigne, en langue moré, un arbre aux vertus médicinales qui sait s’adapter aux climats les plus hostiles. Il représente pour eux un symbole d’adaptation ainsi qu’« un exemple d’exploitation vertueuse des ressources naturelles ». De plus, ils s’inscrivent dans une démarche de traçabilité des ouvrages produits dans le respect de l’environnement. Ils portent même l’ambition d’étendre leur label à un tiers de leur production d’ici 2030. 

Ce label est défini par plusieurs critères spécifiques. Il certifie une optimisation de l’utilisation du papier avec des formats d’ouvrages adaptés. De plus, il implique une utilisation de papier certifié FSC et PEFC mais surtout d’utiliser moins de produits chimiques. Il promet des ouvrages sans couverture cartonnée et sans film plastique. Tout cela avec une impression à moins de 1000 kilomètres de leurs entrepôts. Ce label s’étend sur une gamme de titres abordant des sujets liés à l’environnement, aux enjeux socio-politiques et écologiques. 

Le label de Tana Éditions

Tana Éditions, qui appartient à Éditis, a mis en place en 2019 un label éco-responsable, visant à s’investir dans le respect de l’environnement. Ils ont choisi comme emblème un scarabée, symbole de croissance et de fertilité des sols, qui est un animal en voie d’extinction à cause du réchauffement climatique.

L’ensemble des ouvrages publiés sous ce label sont fabriqués à l’aide de papiers labellisés, imprimés en France. Ils sont aussi blanchis sans chlore et utilisent des encres certifiées d’origine végétale.

« Cet engagement militant, authentique et sincère est une évidence pour Tana Éditions, qui a vocation à être un label écoresponsable à l’écoute de la société et de son environnement, sans jamais renier ses fondamentaux d’éditeur éclectique, décalé et enthousiaste. L’engagement écologique n’est pas un sacrifice, et nous sommes persuadés que notre fraîcheur et notre inventivité sont de véritables atouts pour mettre du vert dans nos ouvrages et parler d’écologie auprès de nos lecteurs »

Suyapa Hammje, Directrice éditoriale de Tana Éditions

En somme, Tana Éditions a pour ambition de continuer d’expérimenter  afin de trouver de nouvelles solutions de production durable des ouvrages. C’est pourquoi ils travaillent désormais sur la création de couvertures sans pelliculage, pour réduire l’utilisation de plastique.

Sources :

Documents annexes :

Margaux Fourcade-Amalric et Sarah Hottelart – M1 MDLE, parcours édition.

La charte des éditeurs écolo-compatibles

Le projet de charte environnementale des éditeurs a vu le jour en 2010 à Paris, pendant la 30ème édition du salon du livre. Il consiste en un collectif de huit maisons d’édition. Leur mission, proposer des actions pour réduire l’empreinte environnementale et sociale de l’édition papier.

Le collectif profite du salon du livre de Paris pour se réunir tous les ans. Les huit maisons d’éditions qui le composent sont Yves Michel, La Plage, Plumes de Carotte, Pour Penser, Souffle d’Or, Rue de L’Échiquier, La Salamandre, Éditions Terran. Ces maisons éditent des livres proposant une réflexion écologique, mais aussi des guides pratiques pour adopter une attitude plus écologique au quotidien. Elles s’engagent aussi à travailler avec des auteurs engagés pour la cause environnementale. Le salon du livre est l’occasion pour eux de pousser les lecteurs vers une réflexion plus collective en favorisant les échanges entre eux et avec eux.

Mais ces éditeurs s’engagent eux aussi à mettre en place des actions selon la charte établie. Parmi ces actions, nous pouvons en citer quatre :

  • imprimer au moins 80 % de leur production éditoriale sur du papier recyclé ou labellisé,
  • imprimer au moins 80 % de leur production éditoriale à moins de 500 km de leur lieu de stockage,
  • donner à des associations où à des actions d’accès à la culture plutôt que de pilonner les ouvrages en fin de vie,
  • contribuer à des actions associatives en lien avec leur ligne éditoriale.

Frédéric Lisak, gérant de la maison d’édition Plumes de carotte a expliqué :« Nous envisageons deux sortes d’engagements. Des choix de fabrication, nécessitant une veille technologique, sur les papiers, les encres, la distance à laquelle se trouve des imprimeurs ; des choix ”sociaux”, afin de travailler avec des sociétés ayant un minimum de respect vis-à-vis des auteurs, en leur versant un droit d’auteur systématique et non en les payant au forfait, ce qui les désavantage en cas de succès d’un livre ».

D’après le Shift Project, association qui œuvre en faveur de la réduction de la contrainte carbone, un livre en librairie aurait une empreinte carbone d’environ 2kg. Le bilan carbone d’un livre peut se décomposer en de nombreux critères. Parmi eux, la production est le critère le plus important, représentant 40 % du total du bilan. Dans le contexte écologique actuel, la démarche des éditeurs écolo-compatibles ne peut qu’être saluée.

Sources : http://www.presseedition.fr/les_editeurs_ecolocompatibles_lancent_une_etude_sur_l_ecoconcepti_P_AA_R_0_A_5842_.html

Les éditions écolo compatibles

La charte environnementale des éditeurs

Les Éditions Tana et leurs engagements pour décarboner le livre

Une maison d’édition qui essaie de protéger la planète en décarbonant le livre au maximum, c’est la mission que se sont fixées les Éditions Tana, un éditeur spécialisé dans l’écologie depuis 2019.

Les Éditions Tana ont été créées en 2003 et sont rachetées par Editis en 2013. Leurs valeurs, elles les transmettent dans la publication de leurs ouvrages dont les thèmes principaux sont l’écologie, la vie pratique, la nature, mais aussi l’écoféminisme par exemple. Cette maison d’édition a aujourd’hui pour but de publier des livres qui ont un impact écologique moindre, tout en éduquant les lecteurs auxquels elle s’adresse sur les différents sujets qui lui tiennent à cœur. Pour atteindre leur quête d’un livre le plus écologique possible, Tana Éditions se concentre sur plusieurs leviers d’actions, qui concernent autant le fond, que la forme finale de l’ouvrage.

Ainsi, tous leurs ouvrages sont fabriqués et imprimés en France à partir de papier labellisé FSC (Forest Stewardship Council). Cette labellisation permet de s’assurer que les matériaux utilisés proviennent d’une forêt gérée durablement et de façon responsable. De plus, les imprimeurs qui travaillent en collaboration avec Tana Éditions sont certifiés imprimvert, c’est-à-dire qu’ils s’engagent à réduire les impacts environnementaux liés aux activités de l’imprimerie. Le circuit court est lui aussi privilégié, tous les ouvrages sont imprimés en France pour éviter les pollutions liées aux transports, qui est un secteur qui pollue énormément dans le monde de l’édition (voir billet consacré à ce sujet). Un autre aspect important sur lequel les éditions s’engagent est celui des encres : les livres sont imprimés avec des encres végétales uniquement. Et pour finir, les couvertures n’ont aucun plastique dans leur pelliculage.

Toutes ces mesures ont permis à la maison de créer un label éco responsable en 2019, mais cela leur a aussi ouvert d’autres portes : certains ouvrages ont été récompensés pour leur engagement écologique. Ainsi en 2021, deux de leurs ouvrages ont reçu un prix : Comment rester écolo sans finir dépressif remporte le Prix du livre engagé pour la planète dans la catégorie essai de Mouans Sartoux, et le livre Devenir gardien de la nature obtient le Prix du livre d’écologie de l’institut européen d’Écologie.

Enfin, leur engagement écologique se fait ressentir dès leur logo. Effectivement, le scarabée, animal sacré de l’Egypte Ancienne, est indispensable à la fertilisation des sols mais est aussi menacé d’extinction. C’est un animal à protéger, et c’est ce que les Éditions Tana essaient de faire en produisant des livres plus verts afin de préserver au mieux l’environnement.

Alexiane Blache M1 MDLE

Sources :

Les éditions Tana récompensées pour leur engagement écologique | Lisez!

Tana (editis.com)

Éditions Tana — Wikipédia (wikipedia.org)

Livre ReSisters, écrit par Jeanne Burgart-Goutal et Aurore Chapon, publié aux Editions Tana en 2021.

La maison du Souffle d’Or : un modèle à ses dépens ?

La maison d’édition gapençaise du Souffle d’Or est aujourd’hui un modèle de logique éditoriale. Elle publie des livres pratiques, des essais, des ouvrages axés sur le bien-être et a fortiori sur la question écologique, tout en participant à des actions collectives engagées. Mais la maison indépendante se heurte aux limites de son combat dans un contexte économique profitable aux grandes structures. Son modèle ne correspondrait-il pas à celui des indépendants faisant face aux grands groupes de l’édition ?

Le Souffle d’Or fondé en 1983 par Yves Michel propose dans son catalogue des titres liés aux sciences humaines, aux jeux ou encore à la musique, et a développé ces dernières années le rayon du développement personnel. Il s’agit d’une maison qui se veut “indépendante de tout groupe financier et de tout groupe de pensée”. Cet acteur soutenu par la région Provence Alpes Côte d’Azur, par La Poste, par la ville de Gap et par d’autres partenaires des environs reste une société locale composée de 8 salariés dévoués à une charte éditoriale ouverte et non dogmatique pour le bien des lecteurs.

Yves Michel fonde également sa maison d’édition en 1999, portant son même nom, et y soumet des publications axées sur l’étude de la société civile et des mouvements d’actions que nous pouvons mener, pour penser un monde meilleur.

“L’art d’oser publier ceux qui osent écrire pour ceux qui osent lire !”

Yves Michel

Ces maisons “modèles”, déjà porteuses de valeurs et de projets, continuent de réfléchir à l’amélioration du monde de demain. La question écologique n’échappe pas à la règle, et Le Souffle d’Or et Yves Michel rejoignent en 2010 un collectif d’éditeurs monté pour ce combat : les éditions écolo-compatibles voient le jour. Avec six autres maisons d’éditions comme La Salamandre, Pour Penser ou encore Plume de Carotte, elles échangent sur leurs pratiques et proposent une charte écologique tous les ans. Aussi ces maisons s’engagent et ont monté jusqu’à présent quatre grands principes :

  • Imprimer au moins 80 % de leur production éditoriale sur des papiers recyclés ou labellisés.
  • Imprimer au moins 80 % de leur production éditoriale à moins de 600 km de leurs lieux de stockage.
  • Donner, à des associations ou à des actions d’accès à la culture plutôt que de pilonner les ouvrages en fin de vie.
  • Contribuer à des actions associatives en lien avec leur ligne éditoriale.

Seulement, Le Souffle d’Or rencontre depuis peu des difficultés financières, et respecter ces conditions établies par le collectif devient plus un risque qu’un défi. Alors que ce combat s’inscrit dans le domaine de publication que la maison d’édition a toujours défendu, celui-ci semble rencontrer ses limites dans le secteur actuel de l’édition, qui voit s’opposer économiquement les maisons indépendantes aux grands groupes. Comment subsister sans perdre sa ligne éditoriale, son essence, dans un tel contexte ?

Le magazine Actualités a dédié ce 29 novembre dernier un article au Souffle d’Or pour faire part de leur situation, en dévoilant leur campagne de financement participatif devant assurer leurs prochaines parutions de 2023 : “les revenus récoltés permettront de payer la fabrication des livres des deux marques de la maison, maintenir les salaires des huit personnes qui oeuvrent à faire vivre la structure, mais également de rémunérer les illustratrices et illustrateurs, les imprimeries et les autrices et auteurs pour leurs droits”.

Ce cas spécial du Souffle d’Or et d’Yves Michel n’est pas un cas isolé. Face à des crises répétitives concernant les coûts élevés du papier, des transports ou encore des frais énergétiques, les structures indépendantes peinent à se maintenir. Les dons de partenaires ou de particuliers peuvent faire toute la différence en permettant la survie de ces groupes.

BELLIER Emma, M1 MDLE

Sources :

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search