Le lieu d’impression du livre est-il important aux yeux des lecteurs ?

Dans le cadre du projet « Décarboner le livre », les étudiants en première année de Master Métiers du livre et de l’édition de l’Université Grenoble-Alpes ont mis en place un sondage dans plusieurs librairies grenobloises, afin d’analyser les habitudes et les pratiques des clients en librairie.

Les étudiants avaient pour objectif de faire remplir un questionnaire à choix multiples aux clients volontaires pour participer à l’enquête.

L’une des librairies ayant accepté de participer au sondage était la librairie Momie Mangas de Grenoble, une librairie spécialisée dans les mangas (comme son nom l’indique).

Quarante-trois personnes ont accepté de participer au sondage.

L’une des catégories de questions concernait le lieu d’impression des livres. La quasi-totalité des personnes interrogées ont été surprises par ces questions.

Tout d’abord, il faut savoir qu’aujourd’hui, la grande majorité des livres vendus en France ne sont plus imprimés en Asie, mais en Europe – plus particulièrement en Italie. Et cela est d’autant plus vrai en ce qui concerne les mangas.

La première question avait pour but de savoir si les clients étaient attentifs au lieu d’impression du livre (qui est généralement indiqué à la fin). Sur les quarante-trois clients interrogés, seulement 14% (6 sur 43) ont déclarés être attentifs au lieu d’impression ; les 86 % restants (37 sur 43) déclarent quant à eux ne pas le regarder.

Nous avons ensuite posé la question « Est-ce que cela fait partie de vos critères dans le choix d’un livre ? » aux personnes se déclarant attentives au lieu d’impression. Sur les six personnes concernées, cinq (83.3%) ont déclaré que cela ne changeait absolument rien pour eux et qu’ils achèteraient le livre de toute façon ; et une seule personne (16.7%) a déclaré que le lieu d’impression faisait systématiquement partie de ses critères d’achat.

Il faut savoir que les clients ont ensuite déclaré ne pas regarder le lieu d’impression du livre qu’ils achètent, non pas parce que cela ne les intéressait pas, mais tout simplement parce qu’ils n’y pensaient pas.

Lorsque nous avons posé les questions sur le lieu l’impression des livres, nous avons pu constater que les clients avaient souvent tendance à culpabiliser, parce qu’ils pensaient avoir commis une faute – ce qui n’était pourtant pas le cas.

Plusieurs clients interrogés ont ensuite dit aux étudiants qu’à l’avenir, ils penseraient plus souvent à regarder le lieu d’impression, mais sans forcément que cela ait un impact sur leur choix d’acheter le livre ou non.

Beaucoup de personnes se sont aussi montrées intéressées par le projet mené par les étudiants et ont demandé davantage de renseignements.

Après cette expérience, je pense qu’il serait très intéressant de sensibiliser les lecteurs, de les informer que lieu d’impression est un élément important pour le projet de décarbonation du livre.

Yléana FARCY, étudiante en première année de Master Métiers du Livre et de l’Édition à l’Université Grenoble-Alpes.

Sources :

Résultats du sondage à Momie Mangas : https://s8hqlq09uhw.typeform.com/report/khc0vsJz/FePcmiovQzX0lRhM

« Glénat passe à un nouveau papier », GraphiLine, 17-11-2016 : https://www.graphiline.com/article/24426/glenat-passe-a-un-nouveau-papier#:~:text=Pr%C3%A8s%20de%208%20millions%20de,production%20est%20imprim%C3%A9e%20en%20Italie.

Une sensibilisation de l’environnement à travers les mangas : une lecture utile et agréable

État des lieux du manga en France

Il est aujourd’hui connu de tous que le manga est un genre très apprécié dans le monde, et en particulier en France. Cette bande dessinée nippone fait maintenant partie du paysage culturel en France, qui est le 2e pays le plus consommateur de mangas juste derrière le Japon lui-même.

Ce genre a connu un succès inattendu lors de la crise du Covid et des confinements : en 2019, le manga représentait 6,5 % des ventes de BD, en 2021 c’est plus d’un quart.
En 2023, la chute peut paraître violente, puisque les ventes ont reculé de 18 % entre janvier en mai, un chiffre à relativiser puisque la vente des mangas reste encore deux fois supérieure à 2019, explique Mathieu Adment des Éditions Kana. Il s’agit plutôt d’un « retour à la normale » après un sursaut exponentiel des ventes. Notons également que le manga représente 10 % des revenus du secteur de l’édition.

Sociologie des lecteurs de mangas

Pendant plusieurs années, le manga était incompris en France, notamment à cause de ce qu’il pouvait se dire dessus sans réellement connaître ce genre venu d’ailleurs. Il a longtemps été reproché aux mangas d’être violents et sans vocabulaires. En 2010, personne ne croyait que cette nouvelle sorte de BD perdurerait.

Pourtant, le manga est aujourd’hui un genre qui arrive à toucher plusieurs générations, et s’il est vrai que les mangas sont un genre particulièrement apprécié des 11-13 ans, il est également assez présent chez une population plus âgée. Selon une étude du Centre National du Livre de 20204, près de la moitié des enfants de 13 ans ont lu un manga au cours des 12 derniers mois ; la lecture des mangas restent encore importante chez les 16-25 avec 32 %, avant de petit à petit décliner.
Parmi les enfants interrogés, 77 % disent lire des mangas, et 43 % pour les adultes (16-75 ans).
Ces chiffres datant de 2020 pourraient être remis en question aujourd’hui, après la vague de popularité connue en 2021, mais je n’ai trouvé aucune étude plus récente que 2020.

Ce serait même depuis le confinement que les très jeunes lecteurs s’intéressent de plus en plus à ce genre. Anthony Leseine, libraire dans un magasin spécialisé en mangas, témoigne de ce phénomène : « Le confinement a aidé. On plein de nouvelles têtes. Avant on avait des jeunes qui avaient la vingtaine, ou des quadras qui ont grandi avec le Club Dorothée. Là, on voit arriver toute une nouvelle génération de lecteurs qui ont entre 12 à 18 ans, ainsi que des plus jeunes de 6-8 ans. » . Le manga représente même pour cette très jeune génération l’une des premières entrées dans la lecture.

Les mangas comme nouveau biais d’information ?

Le manga est donc un genre particulièrement apprécié des jeunes lecteurs, à un âge où tout est encore à apprendre. Et le manga est connu pour transmettre certaines valeurs à travers ces histoires. Outre la notion d’amitié, de courage, de surpassement de soi ou encore d’amour, certains mangas peuvent traiter de sujet très sérieux tout en restant ludique à lire.

Nous pouvons donc nous interroger sur la possibilité de transmettre des valeurs environnementales et écologiques aux jeunes générations, via un genre de lecture qu’ils aiment et consomment déjà.

Nausicaä de la Vallée du Vent, Hayao Miyazaki

Hayao Miyazaki est surtout connu pour ses films d’animation japonais, mais il est également mangaka. Son œuvre, Nausicaä de la Vallée du Vent (1982-1994) est son quatrième manga, et le premier qu’il adapte en film d’animation (1984).

L’histoire de Nausicaä se déroule dans un monde où la terre a été ravagée par la pollution humaine et la société industrielle. La planète est alors presque entièrement recouverte d’une forêt au gaz toxique, irrespirable par l’homme. Dans ce monde post-apocalyptique, où l’homme ne peut que survivre en subissant les conséquences des actions des générations précédentes, la guerre, les conflits et la haine continuent pourtant de ronger le cœur humain.
Les différents peuplent ne s’entraident pas, ils sont même capables de réveiller la force monstrueuse (des géants) qui a décimé la terre dans le seul but de s’emparer du plus de puissance possible, afin de faire plier tous les hommes.
Parmi eux pourtant, se trouve Nausicaä, jeune princesse d’une région pacifiste, qui aime la nature malgré sa dangerosité, qui l’étudie, et qui sait encore voir de la beauté au milieu de ce chaos. Elle ne combat pas la nature, elle la protège, et c’est d’ailleurs ce qui la sauve

“C’est beau, mais sans masque, on meurt d’asphyxie dans cette forêt” – Nausicaä

Nausicaä de la Vallée du Vent

Cette histoire à la croisée de la fable, de l’odyssée et de la poésie date des années 80, pourtant elle fait plus qu’écho à notre époque présente. Elle montre des hommes qui n’ont rien appris de leurs erreurs, et plutôt que de former une nation unie, continuent à se battre les uns contre les autres.
Une fiction qui pourrait bien devenir réalité, dans un monde où les intérêts de chaque nation passent avant l’état de l’environnement.
C’est donc un manga intéressant de mise en garde, mais aussi d’espoir, puisque Nausicaä entrevoit la possibilité de sauver le monde. En effet, la forêt n’est finalement pas la responsable du gaz toxique, mais celle qui purge l’air de toute la pollution humaine. La morale semble donc montrer que si l’on n’écoute pas la nature, nous courrons à notre perte.

The Promised Neverland, Kaiu Shirai et Posuka Demizu

Ce manga un peu plus mature s’adressera plutôt aux jeunes collégien.nes et lycéen.nes.
L’intrigue commence dans un orphelinat aux allures idylliques : les enfants reçoivent beaucoup d’amour de leur mère et une éducation irréprochable. Seulement, tout cela n’est qu’une façade pour cacher l’horrible réalité : le monde est en réalité régit par des démons se nourrissant du cerveau humain, qui, plus il est cultivé, meilleur il est. Les enfants se trouvent dans une ferme d’élevage de luxe, destinés à nourrir ces créatures après avoir reçu une éducation telle qu’ils deviennent les mets les plus convoités.
Le parallèle avec notre consommation de viande est sans équivoque, et si certains avaient encore du mal à éprouver de la compassion pour les animaux d’élevage, voir des enfants servir de bétail ne pourra laisser personne insensible.

Ce manga a la force de traiter beaucoup d’aspects de notre mode de consommation de viande :

  • D’abord l’élevage « éthique », que l’on retrouve dans les orphelinats où les enfants reçoivent une éducation et vivent décemment jusqu’à leur « livraison » aux démons. Bien qu’ils soient heureux, il ne vivent pas plus de 12 ans, bien souvent ils sont livrés autour des 8-10 ans. De plus, ils n’ont absolument pas conscience de leur destin, et s’ils se sentent libres, ils ne le sont en réalité pas du tout.
  • Il y a aussi l’élevage intensif, le destin subit par la majorité. Les enfants des fermes intensives n’ont pas d’éducation, ne jouent pas, ne s’amusent pas. Ils reçoivent le stricts minimum qui leur permet de grandir et de survivre. Ils sont dans un état amorphe, entre la vie et la mort. Car les élevages de luxes sont réservés à la noblesse démone, et ceux qui n’ont pas les moyens (encore une fois la majorité) doivent se contenter de viande bon marché.
  • Enfin, il y a la chasse. Certains démons très riches organisent un passe-temps très cruel : ils achètent des enfants, et les chassent dans un temps limité et sur une zone définie. Les enfants attrapés sont tués et dévorés.

Les fermes dites “intensives”.

The Promised Neverland

Alors que les démons ont tout pour être détestés, la mangaka a la prouesse de nous mettre face à nos propres contradictions. Les démons ont un besoin vital de manger des humains, et ils ne font que survivre, exactement comme nous lorsque nous consommons de la viande. Mais il existe tout de même une alternative dans le manga, qui existe aussi dans la réalité.
Ce manga arrive donc bien à nous questionner sur nos actions, et sur les excuses que nous nous donnons tandis qu’il y a toujours une solution.

Conclusion

Il existe encore bien des mangas traitant d’écologie, que ce soit à travers nos modes de vie, les risques de catastrophes naturelles, les scenarii post-apocalyptiques.
Le manga est alors un genre à ne sûrement pas négliger dans sa capacité à transmettre des messages et des valeurs aux générations les plus jeunes, qui seront le plus touchés par le dérèglement climatique. Sur fond d’histoires héroïques, les combats des mangas sont parfois aussi nos combats.

Grasset Cécile – M1 MDLE, parcours édition

Bibliographie

DU PAPIER À L’ÉCRAN : LE DÉFI DE LA DÉMATÉRIALISATION DES MANGAS ET DES BANDES DESSINÉES 

Les mangas et les bandes dessinées sont deux formes d’expression différentes mais qui partagent des similitudes bien particulières. Ce sont des objets singuliers du paysage littéraire, tant par leurs formes que par leurs contenus. Ils sont le sujet d’une véritable mode dans les pratiques de lecture. En parallèle, le monde de l’édition subit une révolution : la montée en puissance des ouvrages dématérialisés tels que les ebooks ou encore les audiobooks, offrant une accessibilité inédite. Au sujet des mangas et des bandes dessinées ainsi que du numérique, deux tendances claires de croissance et de développement se dégagent. Pourtant, une question persiste : le lien entre BD, manga et ouvrage dématérialisé demeure nébuleux. Pourquoi les mangas et les bandes dessinées ne suivent-ils pas la même trajectoire fulgurante dans le monde dématérialisé ? L’image n’est-elle pas adaptable ? Existent-ils des raisons socio-économiques liées au public amateur de Manga ? Nous nous penchons aujourd’hui sur cette question. 

L’épanouissement du manga en France 

Le manga est un genre en plein essor. Selon Camille Oriot, consultante chez GfK Près de 29 millions d’exemplaires ont été achetés entre janvier et fin août 2021, soit un bond de 126 % par rapport à la même période en 2020”. Elle déclare plus récemment que “Le marché atteint 85 millions d’exemplaires neufs en 2022, soit 1 livre acheté sur 4 et un chiffre d’affaires de 921 millions d’euros”. Il y a également eu la mise en place du pass culture (disponible à partir de 16 ans) qui participe fortement à la hausse des ventes des mangas. “Les 735 000 jeunes de 18 ans et plus qui ont activé leur Pass culture de 300 euros en profitent souvent pour compléter leurs séries ou découvrir des nouveautés. Bon nombre de lycéens et d’étudiants l’ont rebaptisé tout simplement le “Pass manga”” (Le Monde, 2021).

Il s’agit là d’une véritable révolution culturelle et artistique, étendant l’influence de cette forme de bande dessinée bien au-delà des frontières nippones. La popularité croissante des mangas est palpable à l’échelle mondiale, attirant un public diversifié de lecteurs de tous âges. Des œuvres emblématiques telles que “One Piece”, “Naruto” ou encore “L’attaque des Titans” ont contribué à propulser le manga sur la scène internationale, suscitant un engouement sans précédent. La croissance des ventes des mangas témoigne non seulement de leur capacité à divertir, mais également de leur pouvoir à transcender les frontières culturelles, établissant ainsi une empreinte durable dans le paysage mondial de la bande dessinée. 

Des spécificités uniques 

Ces deux catégories d’ouvrages font partie des ventes principales d’ouvrages en France, avec 17% des ventes physiques en 2021, se classant ainsi en deuxième position après la littérature, d’après un rapport du Ministère de la Culture. Le contexte économique et social est également à prendre en compte. Le lectorat des bandes dessinées et des mangas est assez éclectique. Celui-ci comprend des lecteurs d’un jeune âge, environ 11 ans. Ils débutent la lecture généralement avec des albums traditionnels et cette pratique se perpétue jusqu’au sexagénaires. En revanche pour les mangas, ce sont surtout les adolescents (de 15 à 17 ans) qui sont concernés. Ils représentent à eux-seuls 49% des lecteurs. 

L’achat dématérialisé des mangas et des bandes dessinées n’a pas encore atteint le même niveau de prévalence que celui des autres types d’ouvrages. En 2017, la littérature générale numérique réalisait un chiffre d’affaires de 25 401 millions d’euros contre 2 249 millions d’euros pour la catégorie des mangas et des bandes dessinées numériques (rapport statistiques du SNE 2017-2018). Ces chiffres marquent une différence non négligeable. Bien que la tendance à la numérisation gagne du terrain dans l’industrie de l’édition, les lecteurs de mangas et de bandes dessinées manifestent une préférence pour la version physique de leurs œuvres préférées. Le rapport intime entre le lecteur et le support physique, la qualité des illustrations et la satisfaction tactile de tourner les pages sont des éléments appréciés par de nombreux passionnés de bande dessinée. De plus, l’esthétique des mangas, souvent appréciée dans un format imprimé, peut perdre de son charme lorsqu’elle est transposée dans un format numérique. Par ailleurs, des préoccupations telles que la fatigue oculaire, l’utilisation des technologies ou encore la collection d’éditions physiques influent sur le choix de nombreux amateurs de mangas de préférer encore les versions imprimées (Le Monde, 2021). Il existe donc toujours une résistance persistante chez les lecteurs de mangas et de bandes dessinées, reflétant la diversité des préférences au sein de la communauté des amateurs de ces formes artistiques. Les raisons de l’insuccès de la dématérialisation du 9ème art ne sont donc probablement pas à chercher dans la sociologie de ses consommateurs. 

Un avenir incertain pour le numérique ? 

Une nouvelle problématique émerge liée à l’utilisation des smartphones. Cet outil apporte une question inédite pour les éditeurs et les consommateurs. La bande-dessinée se caractérise par une histoire contée par une succession d’images dans lesquelles les dialogues et les pensées des personnages sont affiliés dans des bulles de textes. Cette caractéristique particulière pose donc de nouveaux défis liés à sa diffusion sur un support inédit.

Ce qui démarque les bandes-dessinées et les mangas des autres ouvrages sont leur mise en page singulière. S’y imbrique alors les scénarios, qui au travers des dessins, s’enchevêtrent ensemble. Il est donc inimaginable d’enlever ces caractères originaux au profit d’une page numérique dénuée de couleurs et bridée par son format. 

Il devient donc nécessaire de revoir le concept intrinsèque de la bande dessinée pour faciliter sa dématérialisation Une idée chimérique en somme. La conception et la production des BDs devraient s’adapter aux supports numériques, mais l’entreprise d’une telle tâche ne peut être faite sans garanties. Pourquoi privilégier un support nouveau qui n’est pas optimal au détriment du papier qui a fait et continue de faire ses preuves ?  

Par ailleurs, si l’achat dématérialisé des mangas et des BDs ne fonctionne pas aussi facilement que pour les autres ouvrages, c’est parce qu’il est très simple de trouver les mangas en format numérique. Ces supports appelés “scans” sont disponibles gratuitement sur Internet et peuvent se lire sous format PDF.  L’existence de ces “scans” est un élément primordial dans le cycle de vie d’un manga. L’utilisation du numérique par les lecteurs entraîne une pratique illégale et une perte de revenus pour les auteurs. Cette manière de consommer les mangas et les bandes dessinées constitue alors un frein à leur commerce en version numérique. 

Les contrats des auteurs sont remis en question avec la dématérialisation. Les œuvres appartenant aux anciens catalogues sont les plus concernées car il faut recontacter les créateurs afin d’obtenir leur accord pour ce processus. Les maisons d’édition sont alors susceptibles de se heurter à des refus parce que la dématérialisation va à l’encontre de leurs idées. La lecture numérique ne retransmet pas complètement l’histoire, qui est alors fragmentée. Quant à d’autres, ils seraient plus ouverts à la pratique pour des raisons monétaires. 

Ainsi, nous pouvons observer que les mangas et les bandes dessinées sont bien plus agréables à lire en version papier plutôt qu’en numérique, que ce soit en raison des graphismes ou d’autres aspects vus précédemment. De plus, lors de l’achat physique de mangas, les éditeurs (comme Glénat par exemple) mettent souvent à disposition des accessoires appelés “goodies” liés à l’univers du manga, tels que des portes-clés, des marque-pages ou encore des posters. Nous pouvons également retrouver des offres comme “2 mangas achetés = 1 offert”, ce qui pousse les consommateurs à acheter. Les lecteurs peuvent également avoir un aperçu des dessins du manga ou d’une bande dessinée en les feuilletant en magasin. Si certains, comme Glénat, permettent un aperçu de quelques pages de l’ouvrage sur leur site, ce n’est pas le cas de tous. Cela peut constituer un frein à l’achat dématérialisé. Nous pouvons donc observer qu’il existe une stratégie marketing forte et très présente dans la vente du manga physique, qui au contraire, ne s’observe dans la vente dématérialisée. 

CONCLUSION

C’est ainsi que nous pouvons observer que la dématérialisation des mangas et des bandes dessinées se heurte à des obstacles inhérents à la nature même de ces ouvrages, entre l’esthétique, les préférences culturelles ou encore les pratiques éditoriales. Tous ces facteurs défiant la simple transition vers un support numérique.

Bibliographie

ELIZABETH SUTTON, 2020. Chiffres clés sur la lecture des bandes dessinées numériques – Infographie. IDBOOK [en ligne]. 28 janvier 2020. Disponible à l’adresse : https://idboox.com/etudes/chiffres-cles-sur-la-lecture-des-bandes-dessinees-numeriques-infographie/

FABIEN DEGLISE, 2014. L’impossible dématérialisation de la bande dessinée. Le devoir [en ligne]. 21 juin 2014. Disponible à l’adresse : https://www.ledevoir.com/lire/411690/l-impossible-dematerialisation-de-la-bande-dessinee

GAËLLE KOVALIV, [sans date]. Ce que le numérique fait à la bande dessinée. Comicalités. Openédition.

GFK, 2023. 85 millions de BD & Mangas vendus en 2022. [en ligne]. GfK. festival d’Angoulême, 26 janvier 2023. Disponible à l’adresse : https://www.gfk.com/fr/press/85-millions-bd-manga-vendus-en-france-2022

HADOPI, 2017. LA DIFFUSION DÉMATERIALISÉE DE BD ET MANGAS EN FRANCE [en ligne]. Rapport définitf. Disponible à l’adresse : chrome-extension://efaidnbmnnnibpcajpcglclefindmkaj/https://www.editionmultimedia.fr/wp-content/uploads/2018/01/Rapport-Hadopi-sur-la-BD-num%C3%A9rique-22-12-17.pdf

LA CITÉ INTERNATIONALE DE LA BANDE DESSINÉE ET DE L’IMAGE, [sans date]. 16. les « parts de marché » des genres selon l’âge. neuvième art [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://www.citebd.org/neuvieme-art/16-les-parts-de-marche-des-genres-selon-lage

MINISTÈRE DE LA CULTURE, 2022. Livre et lecture publique. 2022. Disponible à l’adresse :https://www.culture.gouv.fr/Media/Medias-creation-rapide/Chiffres-cles-2022-Livre-et-lecture-publique-Fiche.pdf

SNE, 2018. LES CHIFFRES DE  L’ÉDITION : 2017-2018 [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://fill-livrelecture.org/wp-content/uploads/2018/07/RS18_BatWEBSignet.pdf [Consulté le 15 décembre 2023].

VULSER, Nicole, 2021. Edition : la croissance hors norme des mangas en France. Le monde. 22 octobre 2021.

SINGEOT Clotilde & DJOUAD Raïssa, M1 Métiers du livre et de l’édition, parcours Information, Documentation, Bibliothèque

Le manga n’est pas considéré comme un livre par le lectorat grenoblois, y compris par les gros lecteurs de manga

Le 19 octobre 2023 après-midi, dans le cadre d’une démarche appelée « Projet S », qui consistait en un sondage sous forme de questionnaire à choix multiples1 auprès des clients d’un point de vente de livres, afin de les interroger sur des pratiques écologiques liés à ces lieux, je me suis rendu au Momie Manga de Grenoble. J’ai obtenu 21 réponses en 4 heures. La plupart des individus interrogés ont indiqué qu’ils étaient des gros lecteurs de mangas, ce qui est logique dans une librairie spécialisée dans la vente de ce format. Or, je me suis rendu compte que même les gros lecteurs de mangas l’excluaient spontanément de la définition du livre.

Une des questions posées dans le sondage était « En moyenne, combien de livres lisez-vous par an ? ». Ils devaient choisir entre une des cinq réponses suivantes : « Entre 0 et 5 livres », « Entre 5 et 20 livres », « Entre 20 et 50 livres », « Entre 50 et 100 livres » ou « Plus de 100 livres ».

Je n’ai pas tenu de compte exact de combien de personnes ont fait une réflexion ou ont demandé une clarification à cette question. Quelques-uns ont demandé de définir ce qui comptait comme un livre. J’ai improvisé la définition de « livres en format papier avec une couverture en-dehors des manuels techniques ». D’autres ont demandé si les livres numériques comptaient, ce à quoi j’ai répondu que non.

Cependant, la demande de clarification qui revenait le plus souvent était de savoir si les bande-dessinées et les mangas comptaient comme livres, ce à quoi j’ai répondu que oui. La plupart des personnes ayant demandé si les BD et mangas comptaient sont alors généralement revenus sur leur réponse sur le nombre de livres qu’ils lisaient par an, pour la remplacer par celle immédiatement supérieure : généralement, ils sont passés de « entre 20 et 50 livres » à « Entre 50 livres et 100 livres », et dans deux cas ils sont passés de « Entre 50 livres et 100 livres » à « Plus de 100 livres ».

J’en profite pour signaler à propos de cette question, et plus spécifiquement à propos de la réponse « Plus de 100 livres », qu’à une seule exception près, les quelques personnes qui ont choisi cette option ont toutes précisées qu’elles avaient atteint un chiffre aussi haut en lisant principalement des mangas. Le sondage étant conduit dans un magasin spécialisé dans la vente de mangas, il n’y a rien d’étonnant à ce que presque tous les individus ayant donné cette réponse soient de gros lecteurs de ce type de bande-dessinée. Et le fait qu’ils soient une minorité au sein d’un échantillon très réduit de 21 individus doit nous indiquer qu’il serait très hasardeux de tirer des conclusions avec aussi peu de données. Cependant, la plupart des mangas étant conçus pour pouvoir être lus rapidement, et devant la diminution globale du nombre de gros lecteurs de livres de texte en France1, il est possible d’émettre l’hypothèse que les lecteurs principalement de BD et mangas deviennent, s’ils ne le sont pas déjà, les plus gros lecteurs de livres au format physique de France. Nous ne pouvons cependant rien affirmer sans avoir mené une enquête dédiée à cette question.

Après la première heure, je me suis mis à préciser systématiquement à chaque nouvelle personne interrogée que les BD et les mangas comptaient comme des livres, afin de gagner du temps. Ceci semble indiquer que même pour les individus qui sont de gros consommateurs de BD et de mangas au format physique, la majorité rejette spontanément et inconsciemment ce type d’ouvrages de leur définition du livre.

Je dois toutefois préciser que je n’ai pas eu les résultats exacts des réponses aux questionnaires remplis avec les clients – les résultats étaient enregistrés directement sur internet sur une page à laquelle je n’ai pas accès et non sur le smartphone que j’utilisais pour transmettre les réponses – ni aux résultats globaux de l’enquête auxquelles d’autres personnes ont participé. Il serait hasardeux de tirer des conclusions et des généralisations sur la base d’un échantillon de 21 clients non sélectionnés donc non-représentatifs (les moins de 50 ans étaient surreprésentés, ils venaient tous d’Isère et presque tous de l’agglomération de Grenoble…), interrogés une seule après-midi dans une seule librairie.

Mais le fait que la plupart des gros lecteurs de BD et mangas croisés ici excluent d’eux-mêmes leurs ouvrages favoris de la définition du livre semble indiquer que culturellement beaucoup d’individus ne les considèrent pas non plus comme des livres. Quand bien-même la bande-dessinée est devenue le deuxième type de livre le plus vendu en France, qu’elle est de moins en moins considérée comme un art mineur, et que le public français est souvent considéré comme le deuxième plus gros marché pour le manga au monde après le Japon1. Malgré le succès du manga en France, désormais bien installé dans l’économie du livre française, il semble donc toujours souffrir de biais internalisés qui ne lui reconnaissent pas la légitimité souvent accordée aux objets livres de textes, et ce, y compris auprès de son principal public, qui a priori doit en avoir une opinion positive puisque c’en sont de gros consommateurs. Sur la base d’un seul magasin, auprès de clients isérois et très majoritairement de l’agglomération de Grenoble, nous ne pouvons pas affirmer que cette perception du lectorat grenoblois peut être généralisée au lectorat français en général. Mais nous n’avons à l’heure actuelle pas de raison concrète de penser que ce ne soit pas le cas.

Arnaud BOISNARD, étudiant en Master 1 Métiers du Livres et de l’Édition, à l’Université Grenoble-Alpes.

Sources :

1Lien vers le questionnaire : https://s8hqlq09uhw.typeform.com/to/khc0vsJz

1Philippe Lombardo, Loup Wolff, Cinquante ans de pratique culturelle en France, publication du Ministère de la Culture, collection culture étude, juillet 2020, A noter deux choses importantes. Premièrement, le rapport note également une baisse de la lecture de la BD. Et deuxièmement, il analyse les chiffres de 2018 ; or, depuis la pandémie de covid-19, les données remontées des librairies semblent indiquer une hausse des ventes de livres de texte comme de BD.

1« La France, plus que jamais, deuxième pays du manga », ActuaLitté, 02/12/2022, consulté le 30/11/2023

Comment s’informer sur l’environnement à travers le manga ?

Avec 500 millions d’exemplaires vendus à travers le monde, One Piece est le manga le plus vendu sur Terre. Avec un tel rayonnement culturel comment ne pas se servir du manga pour véhiculer des messages ? Cela peut peut-être paraître étonnant pour certains mais le manga aborde des sujets très actuels ! De plus en plus de mangakas s’emparent de la question écologique et la font vivre au travers d’une histoire. La Princesse Mononoké (Hayao Miyazaki, 2000) en est un très bon exemple.

Les Français consomment presqu’autant de mangas que les Japonais

Saviez-vous que la France est le 2ème consommateur de mangas du monde après le Japon ? La 32ème édition du Paris Manga & Sci-Fi Show ayant eu lieu à Paris Nord Villepinte le 3 et 4 décembre derniers ne peut contredire cette affirmation. Tout un univers est dédié à la découverte des prochaines sorties mangas, séries TV et comics japonais. Ce n’est pas surprenant que de tels événements aient lieu parce qu’en 2021 les mangas représentaient un quart des ventes de BD (27 %). Pour se représenter le tout à plus grande échelle, les BD, comics et mangas représentaient 17,4 % du chiffre d’affaires de l’édition en 2021. Ainsi, 4 des 25 livres préférés des Français sont des mangas (Berserk, Dragon Ball, One Piece, L’Attaque des Titans), donc si le manga est très lu il parait être un bon moyen de sensibiliser aux enjeux environnementaux.

Comment les mangas parlent de l’environnement

Un manga sur l’écologie n’est pas différent d’un manga plus “classique”, le scénario habituel ne change pas ! C’est subtil avec une histoire construite, réfléchie et très bien ficelée. Le sujet est le plus souvent abordé au travers du fantastique et du catastrophique.

Si les Japonais sont sensibilisés à la nature et aux questions environnementales c’est parce que c’est ancré dans leur culture et leur religion (shintoïsme). Cette religion prend souvent forme dans des incarnations divines représentées par la nature (arbres, rochers, montagnes, fleuves, etc.). Mais ce qu’il y a de particulier, et qui rejoint les histoires écrites par les mangakas, c’est que ces éléments naturels devant être protégés et respectés peuvent aussi se rebeller et tout détruire. On a également un vrai rapport entre les mangas, et leurs histoires, et les catastrophes naturelles que subissent régulièrement les Japonais. Il n’est donc pas anodin pour les mangakas de traiter un tel sujet quand la nature fait partie intégrante de leur quotidien.

Quelques suggestions de mangas écologiques

Mais par où commencer ? Voici à disposition des résumés de mangas pouvant vous donner grandement envie :

« Les enfants du temps donne un avant-goût réaliste de ce à quoi pourrait ressembler un monde en plein dérèglement climatique » (Nowu)

Les enfants du temps de Makoto Shinkai et Wataru Kubota (2020)

« Une sorte d’ode aux traditions ancestrales et à l’écologie qui permettent de garder des repères dans la vie dissolue créée par le monde moderne » (babelio)

Tajikarao : l’esprit de mon village de Jinpachi Môri (2002) 

« Une société industrielle a ravagé la Terre. Elle est recouverte d’une forêt toxique peuplée d’insectes mutants. Les humains restants font la guerre. ». (Nowu)

Nausicäa de la Vallée du vent de Hayao Miyazaki (1982)


« Un récit de science-fiction, écologique, sur fond de planète en pleine crise énergétique ». (babelio)

Embryond Road de Hajime Yamamura (1999)


Pour rentrer dans le vif du sujet : n’hésitez surtout pas à vous procurer ces ouvrages dans un magasin ou une librairie spécialisée au sein de votre quartier. Un de nos articles aborde la question des transports dans l’achat de livre : L’importance des derniers kilomètres : comment redonner de l’air à nos centre-villes ?

Aude Aïthocine

Le manga d’occasion, ce livre de luxe

Autrefois secteur de niche, le manga est aujourd’hui un acteur majeur du marché du livre en France. Une croissance soudaine ayant des répercussions sur le stock en circulation des exemplaires d’occasion, qui, lié à la popularisation des plateformes de vente en ligne, fait s’enflammer les prix lorsque la quantité est limitée.

Photographie de l'intégral du Garçon d’à côté mis en vente à 500 € sur Vinted
Intégral du Garçon d’à côté mis en vente à 500 € sur Vinted

Qui ne connaît pas les mangas de nos jours ? Depuis le confinement, son marché a doublé de valeur, une BD vendue sur deux est un manga et les éditeurs s’engagent aujourd’hui vers des plateformes légales de lecture en ligne. Une situation particulière en France qui est le deuxième marché dans le monde derrière le Japon. Malgré son importance, son impact écologique est encore assez peu évalué. On peut estimer que la bande dessinée est moins efficace que le livre traditionnel : moins d’information par page, des processus d’impression plus lourds, et une préférence pour le format série. Cependant, le manga traditionnellement en noir et blanc est ainsi peu gourmand en encre et autres processus complexes. De plus, le manga tend à être imprimé localement comme en France ou en Italie.


Cette croissance coïncide avec une multiplication des plateformes de vente d’objets d’occasion : Le Bon Coin, mais aussi Vinted, Amazon Marketplace, ou Rakuten. C’est ainsi que les particuliers peuvent s’insérer dans le marché du livre d’occasion. Un commerce a priori vertueux : le livre obtient une seconde vie et l’objet culturel s’échange à bas prix. Un manga valant 6.50€ en magasin peut se revendre 2.50€ sur Vinted. Car en effet, bien qu’initialement pensé pour le secteur du prêt-à-porter, ce site devient un plateforme majeure du manga d’occasion. Particulièrement prisé, celui-ci se promeut facilement et se vend plus vite qu’un vêtement. Une charge en moins pour les vendeurs, mais ce n’est pas tout.


Un manga d’occasion peut également être vendu à un prix plus élevé qu’à son achat initial. C’est le cas de certains ouvrages ayant plus de 5 ans, sortis du cycle d’impression mais dont l’œuvre est devenue populaire avec le temps. Un exemple parlant : les tomes du Garçon d’à côté, sorti en 2009 et adapté en animé en 2012, se vendent aujourd’hui jusqu’à 190€ l’unité chez Manga-Shop, vendeur “pro” chez Vinted. Ce n’est pas un secret pour les acheteurs (souvent amateurs) que l’œuvre est aisément trouvable dématérialisée (en streaming ou en téléchargement, sous forme de scan ou de vidéo de son adaptation animée, légale ou non). Les ventes de ces mangas surévalués sont donc provoquées par d’autres facteurs que le contenu : l’objet pour les collectionneurs et l’espérance d’une marge pour les revendeurs.


Cette inflation n’est pas réservée aux mangas “anciens”, mais également aux ouvrages dit “collectors” : des mangas spéciaux, au format de qualité, avec un contenu et des objets exclusifs, et non destinés à être réimprimés. Une mine d’or pour les vendeurs dont les pratiques s’apparentent alors à du dropshipping : achat en gros d’ouvrages neufs dans le but de générer une plus-value. Une pratique pouvant provoquer des ruptures de stock en quelques heures, permettant de revendre ces éditions spéciales au prix fort. Deux positions opposées se forment donc chez les acteurs traditionnels. Les libraires tendent à rejeter le dropshipping, perçu comme immoral car inégal et frustrant pour leurs clients non vendeurs, et les reléguant à un rôle de sous-distributeur. Pour les éditeurs, les collectors permettent de créer un engouement pour une série, et donc de pousser à l’achat : un ouvrage dont le support est plus important que le contenu ne peut pas être piraté. Cependant, la pratique est problématique : la production des goodies, impossible en France, est délocalisée en Chine ; les plateformes de l’occasion, initialement vertueuses, sont détournés en zone d’achat-revente pour spéculateurs et passionnés ; et les collectors, initialement destinés aux fans, deviennent des marchandises surconsommé par spéculation.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search