Les chiffres du pilon en France et certaines alternatives proposées

La mise au pilon en France

Le secteur du livre et ses acteurs sont comme beaucoup d’industries touchées par les problématiques environnementales, surtout concernant l’utilisation de ressources premières, notamment avec la pénurie de papier. C’est dans ce contexte que la pratique du pilonnage se voit pointer du doigt. En observant les chiffres du SNE, on se rend compte de l’ampleur du problème : 25 % des ouvrages produits et mis en distribution seront invendus et partiront pour la grande majorité en retour. En 2018, 46 898 tonnes de livres sont passées par ce procédé, soit 23,3 % du total des livres ayant été transportés vers les différents points de vente. Pour la même année, 28 367 tonnes seront pilonnées, soit 60,48 % des retours. De 2018 à 2020, on remarque que les pourcentages de retour et de mise au pilon subissent une chute constante, mais restent tout de même assez élevés (18,2 % de retour et 11,8 % de mise au pilon par rapport au total).

Le livre en France possède un statut particulier, une certaine aura, qui peut se constater au niveau légal avec les lois Lang et Darcos mais aussi au niveau culturel, pensé avec des normes de qualité bloquant certains changements. Selon le SNE, 100 % des livres pilonnés vont partir au recyclage. Ce papier recyclé voit une baisse de qualité après le procédé. Cette qualité moindre ne répond pas aux exigences des éditeurs qui craignent les critiques des lecteurs et redoutent en conséquence une baisse du nombre de ventes. L’achat de papier recyclé ne représente que 1 % du total en 2018, ce qui suit une baisse progressive depuis déjà plusieurs années. Pour les raisons citées plus tôt, l’acquisition de matières recyclées pour les livres n’est que de 0,3 % du total des livres fabriqués chez les éditeurs, les imprimeurs les devancent avec 3,1 % de leur achat total. Ces chiffres indiquent donc que même si la totalité des œuvres mises au pilon sont recyclées, très peu redeviendront des livres tant que la matière recyclée ne répond pas aux exigences des éditeurs, que ce soit par l’amélioration du recyclage ou l’abaissement de certains standards relatifs aux ouvrages littéraires.

Alternatives proposées

Pour un grand nombre d’acteurs du monde du livre, un tel gaspillage, mais aussi l’idée de destruction pure et simple de livres, parfois jamais lus, semble grotesque ou économiquement peu viable. Des solutions pour éviter le plus possible cette méthode ont donc vu et verront le jour.

Le numérique peut permettre de trouver comment écouler ces titres pour les éditeurs :

My fair Book travaille avec des maisons d’édition dans le but de proposer sur son site des livres délaissés toujours en commercialisation sans être sur les tables des librairies. L’objectif est d’accroître la visibilité et la durée de vie de ces œuvres en leur donnant une seconde chance. Les livres étant neufs, ils restent soumis à la loi Lang et ne sont commandés par My Fair book qu’une fois la vente effectuée pour éviter un surstockage.

Actes Sud a plusieurs fois retiré des librairies et effectué une mise en solde de livres en fin de cycle sur Vente-privée.com pour leur éviter le pilon et potentiellement leur donner une autre vie.

Des exemples d’alternatives ne sont pas qu’autour du numérique et interviennent aussi avec des solutions plus locales ou directement en point de vente :

La librairie O’merveilles propose des paquets mystères contenant trois livres présentant un intérêt littéraire, mais n’ayant pas trouvé d’acheteur. La valeur de la pochette équivaut celle du contenu et évite d’augmenter de beaucoup le nombre des retours d’œuvres tout en apportant un aspect ludique.

La maison d’édition MeMo a fait le choix du zéro pilon malgré les difficultés de gestion et les coûts que cela apporte, privilégiant le don à des associations plutôt que la destruction d’ouvrages de leur catalogue.

Les éditions Wildproject pour des soucis écologiques ont décidé de réduire le plus possible le pilon en proposant la mise en place de ventes à petit prix appelées « Sauvées du pilon ».

Pour les maisons d’édition, comme on peut le voir, ces alternatives représentent souvent un effort à la fois de gestion et financier. Le pilon est donc pour l’instant une alternative plus simple et économiquement intéressante. Même si les alternatives se développent, cet aspect peu pratique pousse des acteurs du milieu à la demande d’une réflexion et d’une refonte du système des retours et de la mise au pilon, certains proposant même l’interdiction de ce dernier si le livre est en bon état. La possibilité du pilonnage et de son recyclage total selon eux pousserait à ne pas s’inquiéter de la surproduction et de se trouver des excuses.

Bibliographie :

-Actualitté, My Fair Book : une solution écologique contre la destruction de livres, (consulté en Novembre 2023)

-Actualitté, Vendre des livres sur vente-privée, « une alternative au pilon »,(consulté en Décembre 2023)

-Fédération internationale du livre et de la lecture, Quand les pros (re)font vivre les livres, (consulté en Décembre 2023)

-Syndicat National de l’Édition, Enquête sur les tonnages de livres transportés dans l’édition : retours, pilon et recyclage (2018-2020), PDF, 10 p.

-Syndicat National de l’Édition, Les achats de papier des éditeurs de livre en France -2017-2018, PDF, 13 p.

-WWF France, Rapport vers une économie plus circulaire dans le livre, PDF, 64 p

Vers un développement des grandes chaînes et enseignes dans la vente de livres d’occasion

Ce n’est pas un secret, les ventes de livres sont plus que jamais dominées, au détriment des librairies indépendantes, par les grandes chaînes et enseignes comme Cultura, Fnac, Amazon, Decitre ou encore Momox. Leur point commun ? Toutes proposent de la vente de livres d’occasion en ligne ou en points de vente. Néanmoins, étant donné que ces grandes enseignes désormais maîtresses du marché du livre ont été conçues en premier lieux dans un but purement profitable, nous pouvons alors nous demander pour quelles raisons ont-elles décidé de se tourner vers le marché de l’occasion ?

L’importance du livre malgré son prix en hausse

Le livre, base de sources à la culture, est le symbole d’un bien commun. De ce fait, malgré l’ascension du numérique et de la hausse de son prix due aux coûts du papier, de l’énergie et du transport, le livre reste un besoin social, bien que soumis à des changements sociétaux. L’industrialisation de la culture avec sa surproduction et sa consommation de masse mise en place par les grandes chaînes de production et de vente a contraint les lecteurs à revoir leur pratiques d’achat et de consommation du livre. Ainsi, de plus en plus de lecteurs se tournent vers le livre d’occasion. En effet celui-ci, bien que implanté depuis des décennies comme chez Gibert « le leader de l’occasion depuis 1886 », tend à se développer, notamment en ligne, afin de pouvoir satisfaire une demande grandissante.

La responsabilité écologique de tout-un chacun

Cependant, bien que l’intérêt du marché de l’occasion soit associé à l’économie, il correspond également à un réel engagement écologique de la part des lecteurs et des grandes enseignes. En effet, les lecteurs prennent conscience de l’impact de l’industrie du livre sur le plan environnemental, notamment par les problèmes du pilon et de la surproduction. Consommer différemment n’est alors pas seulement une décision économique, mais écologique, dont la dimension est à la fois individuelle et collective. La chaîne du livre doit devenir durable pour perdurer au vue du réchauffement climatique aussi généré par son industrie polluante. En se tournant alors davantage vers le livre d’occasion, les lecteurs « obligent » les grandes enseignes ayant le plus d’impact à se tourner eux aussi vers ce marché non nouveau mais qu’il devient nécessaire de développer. En effet si l’on prend l’exemple de Cultura, l’enseigne encourage le « recyclage de livres » en proposant aux lecteurs de les déposer dans un kiosque à l’entrée du magasin pour soit s’en débarrasser gratuitement ou bien en échange d’une carte cadeau. C’est une action à la fois écologique et économique. La chaîne de librairies Decitre se tourne aussi peu à peu vers le marché de l’occasion. En effet, avec deux collègues, nous avons effectué un sondage concernant les « pratiques éco-responsables en librairie » et nous avons eu la surprise de constater un réel engagement de leur part. Decitre propose de plus en plus de livres d’occasion à l’entrée de magasins et sur leur site internet. Nous pouvons donc espérer en retrouver davantage directement au sein du magasin dans le futur si la demande des lecteurs continue d’accroître. Ces deux exemples démontrent également que cette stratégie écologique et économique permet d’approcher de nouveaux clients tout en gardant la clientèle déjà fidèle. Aussi, les lecteurs venant se débarrasser de leurs livres en achèteront sans doute d’autres sur place pour les remplacer. Cependant, l’enseigne qui a eu le plus d’impact ces dernières années sur le marché de l’occasion reste la Fnac. En effet, bien que déjà réputée pour miser sur ce marché, son partenariat avec Emmaüs et La Bourse Aux Livres pour que les lecteurs qui souhaitent revendre leurs livres obtiennent rapidement une estimations suivie d’une solution de vente en magasin ou par internet a permis en 2020 la revente de 350 000 ouvrages par des particuliers en France. Lorsque les livres sont vendus, la somme est reversée sous 7 jours avec un cadeau de 3 euros par carton. Ainsi, la Fnac encourage à la revente et engendre par cette politique un réel impact économique, social, solidaire et environnemental. On prouve la possibilité et les avantages d’une consommation plus responsable tout en permettant à chacun l’accès à un service de qualité.

L’occasion, un enjeu capitaliste ?

Ainsi, il semblerait que l’intérêt nouveau porté par les grandes enseignes pour le marché de l’occasion répond d’abord à des besoins sociaux, économiques et écologiques. Le principal objectif de ces acteurs est de satisfaire une demande. Pour se faire, les conditions actuelles du marché et de la société doivent être toutes deux prises en compte. Il semble désormais nécessaire pour toutes grandes enseignes souhaitant accroître leur chiffre d’affaires d’afficher un attrait pour le marché du livre d’occasion, celui-ci représentant 12 % du marché total de l’occasion en France en 2020, soit 888 millions d’euros. Seulement, l’occasion, autrefois perçue comme un mode de consommation secondaire intègre désormais le « capitalisme de plateforme ». Loin de proposer un modèle alternatif désintéressé, ces organisations ont des pratiques de vente qui apparaissent en contradiction avec leurs soi-disant engagements environnementaux, privilégiant en réalité la rentabilité économique.

Au final, une stratégie visionnaire en tout point

Finalement, le soutiens non désintéressé car répondant à la demande des lecteurs, mais tout de même croissant de la part d’acteurs aussi importants que Amazon, Fnac, Cultura, Decitre, ou Momox pour le marché du livre d’occasion malgré une construction initiale tendant vers une politique essentiellement économique, permet de se tourner de plus en plus vers une industrie et consommation du livre durable. Par conséquent, l’association des avantages économiques et écologiques pourrait considérablement diminuer les dangers environnementaux produits par l’industrie du livre. Il s’agit d’une innovation incrémentale qui maintient une certaine continuité avec un mode de vente déjà existant, mais amélioré dans le but d’un futur meilleur. Ainsi, ces stratégies visionnaires auront de grandes chances de s’inscrire dans la durée de l’industrie du livre et de profiter à tous.

PRAINITO Charline, M1 MDLE, parcours édition

Les gestes verts des librairies grenobloises

Réduire son empreinte écologique est un sujet très actuel qui touche chacun de nous. Il s’agit également d’un enjeu important pour tout secteur d’entreprise comme par exemple le secteur du livre. Le cycle du livre dans sa totalité possède un impact non négligeable sur la pollution et sur l’utilisation de ressources comme le papier, de même que l’encre qui sont très polluantes. Afin d’arriver à une industrie plus verte, chaque acteur se doit de faire des efforts aussi bien directement mais aussi passer par la sensibilisation du public. Les acteurs les plus proches du consommateur sont les librairies et c’est donc majoritairement par elles que passe une certaine sensibilisation écologique pour le public. 

Grenoble, élue capitale verte européenne 2022, est une ville pionnière sur la question de l’écologie notamment dans le secteur littéraire et cela s’observe à travers ses nombreuses librairies et les actions qu’elles peuvent mener. Les librairies se revendiquant écoresponsables s’y multiplient et mettent en place des actions pour limiter leur empreinte carbone. Certaines librairies, comme le Luna café-librairie arborent fièrement la mention “éco-responsable” écrite sur la vitrine, transformant ainsi leur statut en un véritable argument de vente. Dans un contexte où la sensibilité environnementale gagne en importance chez les consommateurs, cette reconnaissance contribue à la fidélisation d’une clientèle de plus en plus soucieuse des enjeux écologiques. 

Le circuit court à Grenoble et la sensibilisation à la cause écologique

Lors d’une escale dans une librairie Grenobloise, vous aurez de fortes chances d’y retrouver plusieurs initiatives écologiques mises en place par ses établissements. Mettant en avant la philosophie du circuit court,  du local. Des librairies tel que Les Modernes mettent un point d’honneur à promouvoir activement des auteurs locaux ainsi que des maisons d’éditions indépendantes. C’est la devise de cette librairie qui va d’autant plus loin en installant une galerie d’art d’artistes locaux à l’étage supérieur soulignant ainsi l’importance accordée à la visibilité des acteurs indépendants.  L’engagement en faveur du local et du circuit court est d’une importance cruciale, puisqu’il contribue à réduire les émissions carbones liées aux transports et aux voyages des livres. Cela limite en effet la distance entre la production, la distribution et la consommation des livres tout en soutenant l’économie locale et ces librairies participent alors activement à la construction d’une économie du livre plus durable. Au-delà de la vente de livres, plusieurs librairies endossent également une fonction éducative en mettant en avant des sections entières dédiées à la cause écologique. Ce qui va de pair avec la sensibilisation de son public par diverses initiatives tels que des événements ou la vente de produits locaux comme des “pochettes à livre” comme on peut en retrouver à la librairie La Nouvelle Dérive.

Le livre d’occasion : un réel impact positif 

La sensibilisation ne s’arrête pas à la vente de livres à thématique écologique, plusieurs librairies grenobloises ont établies un système de vente de livres d’occasion. C’est le cas des librairies Momies (manga et bande-dessiné) ou encore de Gibert-Joseph, leaders du marché livre neuf et d’occasion. Selon les données récentes, plus d’un livre sur cinq se vend d’occasion en France. La popularité croissante du livre d’occasion est confirmée par une étude SOFINCO, indiquant que 43% des français ont profité du marché du livre d’occasion en 2012. De plus, les études économiques Xerfi parue en 2015 montrent que la France est le pays d’Europe où la pratique de l’achat d’occasion progresse le plus vite.  La vente de livres d’occasion offre une alternative plus durable en limitant la demande de nouveaux livres, en économisant des ressources, en réduisant les déchets, et en contribuant à une économie circulaire.

Un papier recyclé et une impression française

Une idée qui ressort souvent quand nous pensons à écologie et librairie est la production de livres écoresponsables. A l’échelle d’une librairie, cela implique de privilégier différents labels ou de faire attention au lieu d’impression. Le papier étant l’une des industries les plus polluantes et sa consommation s’étant multiplié par dix en France, de plus en plus de mentions sont mises en place quant à la qualité du papier. Le plus récurrent est le label FSC. C’est un label, présent sur bon nombre d’ouvrages,  qui promeut une gestion responsable des forêts et ainsi une meilleure maîtrise de la production de papier. Le système de certification forestière s’accompagne de 3 labels distincts : FSC 100%, FSC Recyclé et celui qui concerne directement l’industrie du livre le FSC Mixte. Grâce à l’utilisation de ces labels, cela permet aux librairies de mieux contrôler la sélection de livres qu’elles proposent. 

Ces labels peuvent aussi s’accompagner d’un contrôle du lieu d’impression. Aujourd’hui l’imprimerie est de plus en plus relocalisée en France, ainsi la proximité revient à l’honneur et le choix de livres imprimés en France est bien plus conséquent, il est donc plus aisé pour les librairies de faire le choix de l’impression locale. Selon Pascal Lenoir, président de la commission Environnement et Fabrication du SNE  “70 % des livres sont imprimés en France, pour les romans, d’après l’étude de la DGE et de l’UNIIC”. Le choix de livres imprimés en France pour les romans est donc conséquent. Cependant, des efforts restent à faire concernant les livres pour enfants qui sont encore imprimés en Asie par manque de main d’œuvre française.

Que retenir ? 

Les librairies grenobloises se démarquent par leurs initiatives écologiques notables, visant à réduire l’empreinte carbone du secteur du livre. En favorisant le papier recyclé, en privilégiant l’impression française, en encourageant le circuit court et en mettant en avant des auteurs locaux, ces établissements contribuent activement à façonner une économie du livre plus durable. Des actions concrètes, telles que la livraison à vélo, l’extinction des lumières nocturnes et la promotion de la vente de livres d’occasion, témoignent de leur engagement authentique en faveur de l’éco-responsabilité, dépassant ainsi les attentes traditionnelles du simple commerce de livres. Dans un contexte où la conscience environnementale des consommateurs prend de l’ampleur, cette démarche vise à fidéliser une clientèle de plus en plus soucieuse des enjeux écologiques. 

Annouck Belaid, Juliette Loriot, M1 Métiers du Livre et de l’Édition

SOURCES

CHARTIER, François. “Pour le papier recyclé.” (2006).

CONSEIL, Intendance forestière. Forest Stewardship Council – À propos du FSC. Critères et indicateurs malaisiens pour la certification de la gestion forestière (MC&I 2011) (Kuala Lumpur, 2011) p , 2007, vol. 50. 

OURY Antoine, environnement : “70 % des romans sont imprimés en France”, 2017. ActuaLitté.com. [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://actualitte.com/article/22045/interviews/l-edition-et-l-environnement-70-des-romans-sont-imprimes-en-france#:~:text=Pascal%20Lenoir%20%3A%2070%20%25%20des%20livres,d%C3%A8s%20que%20cela%20est%20possible 

GARCIA Trevor | DCB25 | Mémoire d’étude – Le livre d’occasion | janvier 2017, URL : https://core.ac.uk/download/pdf/83607071.pdf   

BESSARD-BANQUY Olivier, « Recyclage, transmission, don et contre-don. Le livre et ses nouvelles vies d’occasion », Communication & langages, 2021/1 (N° 207), p. 109-128. DOI : 10.3917/comla1.207.0109. URL : https://www-cairn-info.sid2nomade-2.grenet.fr/revue-communication-et-langages-2021-1-page-109.htm 

TAVERNIER Julien, KING Lisa, KACPRZAK Juliette, VALLAUR Daniel, « Rapport vers une économie plus circulaire das le livre », WWF rapport, 2019 URL : https://www.wwf.fr/sites/default/files/doc-2019-12/20191125_Rapport_Vers-une-economie-plus-circulaire-dans-le-livre_WWF_min.pdf

Livres neufs mis au pilon et recyclage, une véritable solution ? 

Le pilon, une entreprise polluante.

Aujourd’hui, et de manière générale les livres invendus en librairie, les livres ayant des défauts d’impression ou les livres abîmés finissent « au pilon ». Cette expression commune du monde du livre désigne la destruction d’un livre, on utilise ce terme par analogie avec les machines qui servent à pilonner le livre. Lors d’une mise au pilon c’est l’éditeur qui décide de les détruire ou de les garder et en 2020, le Syndicat National des éditeurs (SNE) compte environ 22 500 tonnes de livres pilonnés. Or si 100% de ces livres sont recyclés pour faire du papier recyclé ou encore d’autres matières constituées de fibres telles que les serviettes hygiéniques ou le carton, c’est une entreprise très polluante. L’association The Shift Project souligne qu’un livre neuf peut émettre 1,8 kg de CO2 de sa production jusqu’à son recyclage, ce qui est déjà élevé et si nous arrêtions de pilonner les livres invendus ou légèrement abîmés cela permettrait d’éviter la production d’environ 47 000 tonnes de CO2 par an. Or pour faire une tonne de papier pour l’édition standard, il faut environ 1,2 tonne de papier issu du pilon[1]. Donc cela peut augmenter la production de CO2 d’un livre neuf. Mais il faut savoir que le papier recyclé ne représente que 1% des achats totaux des éditeurs en France comme le souligne le journaliste Antoine Oury, la cause serait la qualité du papier, étant amoindrie elle ne plairait pas réellement aux lecteurs.[2]

Trouver des alternatives : se tourner vers la seconde main.

Donc finalement on pourrait se demander si toute cette entreprise est réellement rentable écologiquement parlant. En effet, on pourrait plutôt penser à d’autres façon de donner une nouvelle vie à ces livres en s’inspirant par exemple de la manière dont les consommateurs s’occupent des livres qu’ils ne lisent plus. Les éditions de la Rue de l’échiquier ont innové en proposant de réinvestir les livres que les distributeurs leur ont renvoyé. Ces derniers ont décidé de revendre lors d’une braderie, organisée par la maison d’édition, les livres destinés à aller au pilon, les prix de ces livres sont compris entre 1 et 5 € et cela permet alors de remettre en circulation des livres dans une démarche plus écologique[3]. Même si la maison d’édition est connue pour être engagée écologiquement, c’est un moyen que d’autres pourraient mettre en place. On peut aussi penser à la possibilité de faire des dons, ou de revendre à prix cassés les livres aux différents organismes de seconde vie du livre comme les associations telles que Emmaüs ou encore les ressourceries à dispositions des habitants dans les villes. Cela permettrait dans un premier temps d’éviter une production trop polluante de livres et dans un second temps, cela permettrait aussi à différentes associations de se constituer une bibliothèque sans dépenser trop d’argent par exemple.

Le pilonnage des livres est un sujet d’actualité, c’est une grosse partie du monde du livre qui s’avère être très polluante malgré le réemploi des ressources, ainsi il devient urgent de mettre en place de nouvelles solutions. 

Chaizemartin-Devouassoux Eva,
M1 ALC, Littérature Critique et Création.


[1] MOURIER Thomas, « En moyenne 26 300 tonnes de livres partent au pilon chaque année en France », ART par Bubble, Juin 2021.
URLhttps://www.bubblebd.com/9emeart/bd/edito/en-moyenne-26-300-tonnes-de-livres-partent-au-pilon-chaque-annee-en-france# [consulté le 4 décembre 2023]

[2] OURY Antoine, « Écologie : faut-il interdire le recyclage des livres ? », Actualitté, juin 2023.
URL :https://actualitte.com/article/111454/edition/ecologie-faut-il-interdire-le-recyclage-des-livres [consulté le 4 décembre 2023]

[3] CORRÉARD Vlère, « Comment éviter que les livres finissent au pilon ? » [Document audio], Radio France, février 2018, 5 minutes. 
URL : https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/social-lab/comment-eviter-que-les-livres-finissent-au-pilon-9066184 [consulté le 4 décembre 2023]

Les clients des librairies éprouvent-ils réellement un intérêt écologique ? : le cas d’étude de Momie BD Comics

Lors de la production d’un livre, chaque acteur joue un rôle important avec cependant de nombreux impacts nocifs sur la planète. Aujourd’hui afin de contrer cela, il y a une forte présence de divers moyens écologiques en France. En se concentrant sur les libraires, on remarque qu’ils ont mis en place des moyens écologiques pour participer au développement durable. Toutefois, la question est de savoir si ces démarches touchent et sensibilisent les clients au point qu’ils éprouvent un intérêt écologique lors de leurs achats pour participer à la durabilité de notre planète.  

De nos jours, les libraires portent une grande importance à l’engagement environnemental et souhaitent participer de manière active à l’écologie du livre. En effet, les nombreux points de vente proposent des solutions dites plus « vertes », pour se tourner vers un aspect plus écologique. Par exemple, la vente de sacs plastiques a été interdite avec une loi qui a pris effet le 1er juillet 2016 et depuis plusieurs années avant sa mise en place, des sacs réutilisables étaient mis en vente afin de réduire les déchets et d’inciter les clients à se déplacer avec leur propre sac. Nonobstant, si l’on se penche sur le système de papiers cadeaux et des offres de goodies gratuits en librairies, beaucoup de personnes ne sont toujours pas prêtes à y refuser. De cette manière, existe-t-il réellement un intérêt éco-responsable de la part des clients surtout à l’approche des fêtes comme Noël, les anniversaires… 

Prenons comme exemple les résultats d’un sondage traitant de l’éco-responsabilité en librairies que nous, étudiantes, avons réalisé auprès des clients de la librairie Momie BD Comics (51 personnes interrogées sur place), située dans le centre de Grenoble. Nous allons surtout nous appuyer sur la réaction des consommateurs ainsi que sur la divergence de leurs intérêts, propre à chacun, par rapport à la question d’offres plus écologiques ou non au sein de la librairie. Ces offres comprenant des sacs pour transporter les achats, des papiers cadeaux en période de fête ou encore des cadeaux dits « bonus » lors d’un achat, sont vues comme des déchets aux yeux de l’écologie. Lors de ce sondage, nous avons constaté qu’un grand nombre de clients, surtout les plus jeunes générations (15-29 ans), n’adhèrent pas à la suppression des cadeaux, autrement appelés goodies. En effet, 35,29% (soit 18 sur 51 personnes) des personnes interviewées ne souhaitent pas renoncer à cette offre, contre 17,65% (soit 9 personnes) souhaitent une solution plus écologique avec un changement au niveau des matières premières. Cependant, il y a tout de même 41,18% de personnes (soit 21 personnes) qui sont prêtes à renoncer à cette option de goodies. En ce qui concerne l’offre des papiers cadeaux en période de fête (par exemple Noël avec la question des emballages cadeaux), 45,10% des personnes (soit 23 personnes) sont prêtes à y renoncer totalement, contre 21,57% (soit 11 personnes) qui n’y adhèrent pas déjà. Et pour finir, la question des sacs proposés lors du passage en caisse; 90,20% des gens (soit 46 personnes), c’est-à-dire la quasi totalité des personnes interviewées, n’acceptent pas ces sacs, et optent pour une option plus écologique – amener leur propre sac (tote bags, sacs recyclés, etc.) avec eux. 

Ainsi, on observe que dans la majorité des cas, les gens éprouvent un assez fort intérêt pour la question de l’éco-responsabilité en librairie, que ce soit à titre personnel ou communautaire. Cette problématique est donc déjà bien intégrée dans le quotidien des clients de la librairie Momie BD Comics.  

Afin de pouvoir changer les différentes habitudes éco-responsables – ou même en créer, dans certains cas – des librairies sur Grenoble, de multiples solutions s’offrent à nous. Il est possible de complètement changer ses habitudes en passant par de mineures modifications quant aux routines de ventes, comme par exemple le remplacement de sacs plastiques par des sacs en tissus réutilisables qui pourrait, par la même occasion, servir de merchandising pour les librairies. Ou encore l’addition de goodies en matériaux recyclés et recyclables. On peut également mentionner l’option des papiers cadeaux mise à disposition par la plupart des librairies. 

En se basant sur le cas d’étude précédemment cité, on tire facilement les conclusions suivantes : les clients ne sont pas particulièrement ouverts à ce que leurs habitudes changent ou à renoncer à certaines offres proposées en librairies. On constate notamment que les sacs pourraient être abandonnés par la quasi-totalité des clients, sans regret. Mais concernant les goodies (marques pages, posters…), les clients sont toujours réticents à l’idée de les supprimer même si une alternative plus verte est possible. À l’opposé, les clients restent plus ouverts à l’abandon du service d’emballage cadeau lors de leurs achats. La réaction de la clientèle a été assez surprenante lors de notre enquête en lien avec les offres fournies par les librairies. Ils ne sont pas fermés à des changements dans le but d’être plus éco-responsables, mais seulement et seulement si leurs habitudes et leurs bonus demeurent à peu près inchangés.

BEN-ABDA–LE-GOEL Camilia, NOËL Clélia et PERRET Ilona,

Étudiantes en M1 MDLE à Grenoble.

Bibliographie : 

Le nouveau rôle des Maisons d’Edition Cartoneras

Nous savons tous que la phase de fabrication du livre concentre l’essentiel des problématiques environnementales. Face à cette réalité, des maisons d’éditions ont choisi une nouvelle méthode de fabrication pour continuer d’éditer leurs livres de manière plus responsable : l’utilisation de carton récupéré dans les commerces et dans les rues.

Cette initiative voit le jour en Argentine dans les années 2000. A cette époque de nombreux pays sont en pleine récession et le marché du papier connait une pénurie. En réponse à cette problématique, Santiago Vega décide d’ouvrir en 2003 la première maison d’édition cartoneras à Buenos Aires : Eloísa Cartonera. Aujourd’hui son catalogue compte plus de 200 titres.

Le carton étant une matière première économique que l’on peut trouver facilement, c’est une bonne façon de fabriquer des livres de manière plus écologique mais aussi économique. Les maisons d’éditions cartoneras collectent elles-mêmes leurs cartons ou les achètent aux récupérateurs de rues.

Ces maisons d’éditions cartoneras allient une dimension sociale, culturelle et écologique dans leur démarche éditoriale. L’objectif étant de revaloriser le carton au vue du prix très élevé du papier et de l’existence d’une matière première déjà existante. Ainsi, les maisons d’édition récupèrent du carton en bon état pour l’utiliser en tant que support pour la création d’ouvrages.

Cette initiative a aussi une facette culturelle et sociale puisque les maisons d’éditions qui s’inscrivent dans cette lignée veulent mettre en valeur des auteurs peu connus et sensibiliser les écoles et les centres culturels à la pratique culturelle. Leur intérêt premier n’était pas de créer un projet à but lucratif.

Elles sont aujourd’hui présentes dans de nombreux pays même s’il n’est pas possible d’en connaitre le nombre exact puisqu’elles ne sont pas inscrites dans un registre officiel. Entre 2003 et 2018, D. Canosa en a dénombré 280 principalement en Amérique latine mais également en France et en Espagne. Ce projet a donc connu un rayonnement international.

On peut prendre l’exemple de la maison d’édition alternative Cosette Cartonera, fondée en 2016 par Alicia Cuerva à Clermont-Ferrand. Dans cette maison d’édition chaque livre est fabriqué grâce à des cartons de récupération et les couvertures sont peintes à la main.

Cette méthode de fabrication du livre à base de carton revalorisé propose une alternative à la pensée productiviste et industrielle qui marque encore la chaine du livre. Elle a un impact positif sur la production du livre, cependant, elle reste minoritaire et peu présente en réalité sur le marché du livre.

Manon MERCIER – M1 MDLE

SOURCES :

Collectif . (2021). Les alternatives: écologie, économie sociale et solidaire : l’avenir du livre ?

Kudaibergen, J. (2020, 1 janvier). Las editoriales cartoneras mexicanas y la democratización de la cultura : retos y propuestas de la edición alternativa.

Le papier de pierre, une révolution verte de l’industrie papetière ?

Nous savons tous que le bois est la principale matière première utilisée pour la fabrication du papier. Cependant notre consommation de papier actuelle engendre de graves conséquences en termes de déforestation. On estime qu’au niveau mondial, environ 13 millions d’hectares de bois bruts disparaissent chaque année. Des chiffres inquiétants qui ne tendent pas à diminuer. A cela s’ajoute les quantités considérables d’eau utilisées pour la production du papier.

Pour contrer cette problématique, des ingénieurs taïwanais de la Taïwan Lung Meng Tecnology Corporation ont mis au point une vraie nouveauté dans le monde du papier : le papier de pierre.

Ce papier est fabriqué à partir de roche calcaire et de polyéthylène non toxique. Le processus de fabrication ne requiert aucun acide, blanchiment (le carbonate de calcium qui la compose la rend blanche naturellement), ni alcali (solution aux propriétés basiques) et ne rejette aucun déchet dans la nature. Il préserve la qualité des eaux et des sols en contournant l’emploi d’agents blanchissants polluants (souvent à base de chlore ou d’eau de Javel).

À titre de comparaison, la production d’une tonne de pâte à papier classique nécessite l’utilisation de 2 à 3 tonnes de bois et l’usage de plus 60 000 à 100 000L d’eau (cf. image ci-dessous). Le procédé total dégage environ une tonne d’émissions de CO². En plus de résoudre les problèmes de déforestation, le papier de pierre résout également la problématique de l’eau puisqu’aucune goutte n’est utilisée dans son processus de fabrication. C’est un progrès écologique conséquent.

Ce processus de fabrication permet au pays n’ayant plus suffisamment de bois ni d’eau de continuer de produire du papier. Cette alternative permet par la même occasion de préserver une partie de nos forêts et de notre eau.

Le papier de pierre étant un papier fait de roche et de résine, il est étanche et résiste au temps. Il peut être utilisé de différentes manières telles que pour la fabrication de livres, d’affiches, de carton et peut même remplacer certains emballages plastiques. Il peut être aussi intéressant d’utiliser ce papier comme support pour les œuvres, ce qui permettrait d’éviter leur dégradation dû à l’humidité.  L’un des autres avantages du papier de pierre est qu’il est peu absorbant, il consomme jusqu’à 20 à 30 % d’encre en moins qu’un papier classique.

Le but n’est pas de remplacer complètement le papier « classique » par du papier minéral. En effet le papier « classique » n’a pas qu’une empreinte négative sur l’environnement puisqu’il peut être fabriqué à partir de forêts gérées durablement et peut être facilement recyclé à condition d’ajouter de nouvelles fibres de bois vierges, dont l’extraction consomme des milliers de litres d’eau. Ce n’est pas le cas du papier minéral qui, faute d’utilisation suffisante en France, n’a pas d’entreprise spécialisées pour son recyclage et doit donc être transporté jusqu’en Asie pour connaître une seconde utilisation.

On remarque donc que chaque progrès écologique a ses limites et qu’il est préférable de les combiner pour permettre une décarbonation du monde du livre.

Manon MERCIER

SOURCES:

Papier Ecologique en remplacement des supports 100 % plastiques-Mineral Paper. (s. d.).

Le papier de pierre : révolutionnaire et écologique. (2018, 21 septembre). Kaizen. 

Comment produire un « livre vert » ?

L’industrie du livre a un impact environnemental majeur. En effet, produire du papier nécessite une quantité d’eau phénoménale. On estime qu’il faut 60 litres d’eau et 2 à 3 kilos de bois pour fabriquer 1kg de papier. Certains matériaux de production du livre, mais aussi des substances chimiques pour le traitement du papier, sont extrêmement polluants. Enfin, un autre gaspillage de masse, le pilon, utilisé pour détruire les livres pour toutes sortes de raisons.

Mais alors quelles solutions apportées à cette pollution ? Et comment produire un livre plus « vert » ?

De nombreuses solutions ont été mises en place pour tenter de rendre la production de livre plus responsable. Tout d’abord, au niveau du papier, on peut le voir avec de nombreux labels. Comme par exemple, le label PEFC qui garantit un papier issu de forêts durables, selon un système sûr et transparent permettant de suivre le flux de bois depuis la forêt jusqu’au consommateur. Le label FSC garantit que le bois utilisé pour fabriquer le papier est issu de forêts gérées selon des critères environnementaux et sociaux ou par recyclage.

Au niveau de l’impression, les livres peuvent bénéficier du label Imprim’vert accordé si il y a un engagement de l’imprimeur au niveau de la bonne gestion des déchets dangereux, la sécurisation des stockages de liquides dangereux, la non utilisation de produits toxiques, la sensibilisation environnementale des salariés et de la clientèle et le suivi des consommations énergétiques. Ainsi, de nombreuses normes régissent le domaine et peuvent prouver une volonté de faire plus « vert » et être dans une démarche responsable moins polluante.

De plus, le livre « vert » peut se caractériser par le livre de seconde main. En plus de démocratiser la lecture, ce système permet de sauver les livres du pilon et de leur donner une nouvelle vie mais aussi de trouver des livres qui ne sont plus réimprimés. De nombreuses plateformes de seconde main se sont développées permettant ainsi de développer les ventes de seconde main même si l’achat de neuf est toujours majoritairement présent. Mais ce système pose bien d’autres questions et notamment économiques.

Enfin, un livre « vert » pourrait être un livre issu d’une chaîne de production plus respectueuse de l’environnement dans son ensemble. Effectivement, de nombreuses maisons d’édition ont pris conscience de cette urgence notamment Hachette qui a d’ailleurs partagé son bilan carbone. Un livre « vert » serait issu de ces volontés de changement et d’amélioration dans la production, engendrées par les efforts des maisons d’édition et leur volonté de faire mieux en toute transparence.

On peut se demander si ces solutions sont efficaces et suffisantes pour nous permettre de réduire la pollution engendrée par l’industrie du livre ?

TURC Eléa

Sitographie :

– Chabault, V. (2020). Du livre-déchet au livre vendu: L’écologisation du marché du livre d’occasion. Écologie & politique, 60, 91-104. https://doi.org/10.3917/ecopo1.060.0091

– Comprendre les logos et labels environnementaux pour les papiers. (2020, août 26). CITEO. https://www.citeo.com/le-mag/comprendre-les-logos-et-labels-environnementaux-pour-les-papiers

Le papier » Eisenia. (s. d.) http://www.eisenia.coop/documentation/dechet/le-papier/

PAPREC : un expert de la valorisation des déchets

Est-ce que vous aussi vous triez vos déchets pour les recycler ? C’est bien vous contribuez à faire de la France une des nations hautement concernées par le recyclage !

Intéressons nosu à un acteur spécialisé dans le recyclage de déchets en France : PAPREC.

Logo de l’entreprise Paprec

Reprise en 1994 par Jean-Luc PETITHUGUENIN, l’entreprise PAPREC était à l’origine spécialisée dans le recyclage du papier et des cartons. Depuis elle ne cesse de s’agrandir et d’innover en recyclant de nouveaux matériaux : plastique, bois, papiers confidentiels… Aujourd’hui l’entreprise est portée par des valeurs humaines qui se trouvent au coeur de leurs actions comme le respect mutuel, la laïcité ou encore la diversité. Tout cela dans le but d’accélérer la transition écologique en mettant le recyclage comme enjeu stratégique de l’économie circulaire. Mais quelles sont vraiment les matériaux récupérés et recyclés par PAPREC ?

En tout, l’entreprise récupère 7 types de matériaux différents pour les recycler : le papier et le carton, les piles, le plastique, les véhicules hors d’usages, le verre, le métal et le bois. Chaque matériau peut prendre plusieurs formes possibles, mais pour tous il faut quand même qu’il soit dans un état correct pour pouvoir être recyclé. Faisons un focus sur le carton et le papier pour mieux comprendre comment ils sont recyclés.

En France, c’est à peu près 9 millions de tonnes de papiers et de cartons qui sont consommées chaque année, et parmi ces papiers/cartons certains ne peuvent pas être recyclés comme par exemple les papiers d’hygiène, le papier aluminium, les sachets de thé et filtres de café, et les emballages de papier et carton souillés par le gras ou par l’humidité. Tous les autre types de papier que nous trouvons sont donc recyclables.

PAPREC permet d’assurer le cycle de vie du papier via 7 étapes. Première étape, la collecte des papiers et des cartons, avec des petites poubelles dans des petites entreprises, ou carrément des bennes ou des presses à balles (machine qui écrase les papiers et cartons pour les compresser et en faire une sorte de balle) pour les usines de plus grande taille.

La deuxième étape consiste à trier ce qui a été récupérer, deux façons pour cela : le tri à la source qui s’effectue directement à l’usine, chez le particulier c’est le tri sélectif, ou alors dans des centres de tri. Troisième étape, la vente des papiers et des cartons à des usines qui vont les racheter pour les réduire en fibre pour fabriquer de la pâte à papier, qui est la quatrième étape. Cette fabrication consiste à suspendre les fibres c’est-à-dire dans les mélanger avec de l’eau et de les mixer pour former une pâte qui va passer à travers des tamis de plus en plus fin pour récupérer seulement la fibre de papier. En même temps a lieu le désencrage de ce qui reste du papier : l’encre est de base huileuse, donc dans de l’eau elle va flotter et sera facile à récupérer. Aujourd’hui la qualité de cette pâte de papier à base de papier recyclé peut équivaloir celle de bois mais avec des impacts environnementaux beaucoup plus faibles en énergie et en consommation d’eau. Notons que le recyclage du papier n’est pas infini, puisqu’une fibre peut être recyclée et réutilisée en moyenne 5 à 7 fois. L’étape cinq consiste en embobiner le papier, c’est-à-dire, de travailler la pâte à papier après qu’elle a été traité en la séchant (c’est cette étape qui déterminera le grammage du papier) puis en l’enroulant autour d’une bobine, à ce stade là le papier est exploitable, on a donc un produit fini. Faire du papier recyclé consomme 6 fois moins d’eau que produire un papier neuf. L’avant-dernière étape consiste à imprimer, façonner ces bobines de papiers pour en faire des objets utilisables par tout à chacun. Et enfin la dernière étape consiste à distribuer le papier pour qu’il soit utilisé puis de nouveau recyclé. Voilà le cycle de vie d’un papier. Paprec est présent à chaque étape pour accompagner les collaborateurs, mais également pour récupérer les chutes et déchets produits à chaque niveau pour pouvoir les recycler.

              Ainsi, Paprec est un acteur important en France pour la valorisation de nos déchets puisqu’ils les récoltent et les recyclent pour en faire de nouveaux produits. Cela permettant bien évidemment de réduire la production de papier neuf, et donc de réduire l’empreinte carbone de ces industries. Son action pour la transition environnementale se poursuit en soutenant et sponsorisant de nombreuses courses de bateaux comme La Solitaire du Figaro ou la Route du Rhum, dont le vainqueur de cette 12ème était sponsorisé par Paprec.


DUBOULOZ-MONNET Laurie – M1 MDLE-IDB

La papeterie du Léman, le premier référent écologique dans le monde du papier

              À Publier (74), la Papeterie du Léman s’engage à produire une meilleure qualité de papier tout en étant plus respectueux de l’environnement.

Implantée depuis 1920 en Haute-Savoie, elle est un des principaux producteurs de papier d’impression fine.

Créée en 1920, la Papeterie du Léman (PDL) a été un des premiers producteurs mondial de papier à cigarettes. Rachetée par le groupe Bolloré elle va se diversifier dans l’impression mince pour en devenir le leader européen dans les années 2000. Aujourd’hui l’usine appartient à PVL Holdings et compte environ 250 employés, dont Jean-Pierre, un ouvrier qui a accepté de répondre à quelques une de mes questions. Employé depuis 34 ans à PDL, il a pu voir les différents changements de propriétaire, mais aussi les changements liés aux conditions environnementales. Il occupe actuellement le poste de conducteur-coordinateur de machine à papier. Cette papeterie a pour ambition d’imposer les papiers à faible grammage en alternative aux papiers d’impression conventionnels, tout en confirmant sa position de référent écologique.

              L’usine compte un total de 3 machines à papier, chacune produit des types de papier différent : du papier à cigarette sur la machine de Jean-Pierre, du papier cuisson sur une autre et pour finir de l’impression mince sur la dernière pour tout ce qui est livre religieux, éditions de luxe pour Gallimard, ou encore du papier pour les publicités ou des notices pharmaceutiques. Ce qui diffère sur chaque machine c’est le grammage du papier et la pâte à papier, sinon le procédé reste le même : « au début il y a la préparation, la trituration, après il y a l’épuration, le raffinage, l’égouttage, le pressage et le séchage et l’enroulage ». La préparation et la trituration sont deux étapes de la préparation de la pâte à papier, qui peut être de deux types : à base de bois ou à base de textile : « on les met dans un îlot avec un gros agitateur pour y défaire avec de l’eau, ils défont les balles en gros et ils y laissent pendant une bonne demi-heure ». Ensuite les autres étapes de création se font sur une seule machine :

Schéma de création du papier dans une machine.

              Depuis les années 90, PDL s’engage petit à petit à réduire son empreinte carbone : cela à commencé avec l’impression mince qui nécessite moins de matières premières, moins d’énergie et de stockage donc qui a un impact environnemental faible, puis avec l’acquisition d’abord du label FSC et ensuite PEFC en 2010. La même année il y a également eu la création d’une cellule d’éco-conception et d’un satellite PCC (Carbonate de Calcium Précipité) qui permet de remplacer le dioxyde de titane dans le blanchiment et l’opacité du papier. Deux ans après une chaudière biomasse a été créée qui permet la production de 50% des besoins en vapeur du site, ce qui évite l’émission de 11 500 tonnes de CO2 par an. Une station d’épuration permet de recycler l’eau et les vapeurs utilisées pour les réutiliser : les rejets de matières et de produits chimiques sont inférieurs de 70% aux normes locales. En étant certifié FSC et PEFC, PDL s’engage à favoriser les forêts durablement gérées, en achetant de la pâte à papier de bois faite à base de sous-produits de la forêt (déchets) tandis que les parties nobles du bois sont utilisées en menuiserie, charpenterie. La papeterie est également certifiée par des normes ISO : la 9001 pour la qualité du papier et la 14001 pour le management environnemental. Leur engagement écologique peut aussi se traduire par le tri de tous les types de déchets, qui vont ensuite être récupérés par une entreprise extérieure pour les recycler.

              Les Papeteries du Léman, usine de plus d’un siècle, s’inquiète de son impact environnemental depuis plus de vingt ans et agit pour le réduire, tout en continuant de produire un papier de qualité que l’on peut utiliser tous les jours. D’après Jean-Pierre, « le papier est vivant, ce qui en fait un travail intéressant qui me plaît beaucoup », ce qui explique pourquoi il y est depuis si longtemps…


DUBOULOZ-MONNET Laurie, M1 MDLE-IDB

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search