La « trêve littéraire » : une solution à la surproduction ?

Le problème des retours

L’un des problèmes majeurs dans l’industrie du livre, c’est celui des invendus, ces livres retournés à l’éditeur via le diffuseur, pour la grande majorité pilonnés (détruits) dans un souci d’économies. En effet, afin de permettre aux libraires de prendre des risques dans leurs commandes de livres et ainsi de garantir une diversité littéraire (autrement appelée bibliodiversité), la France a opté pour ce système de retour. Si celui-ci a ses avantages, que dire de ses inconvénients ? A la charge des libraires et des éditeurs, seuls les diffuseurs s’en tirent gagnants économiquement. Mais surtout se pose la question de l’écologie : multiplier les transports avec des véhicules polluants pour des livres qui seront détruits par la suite semble assez inutile.

La source du problème : la surproduction

On peut se demander pourquoi il y a autant de retours. Ne peut-on pas produire moins de livres ? C’est sûrement ce qu’il faudrait faire, en effet, mais pas facile : une fois publiés, les livres répondent à la demande. Les éditeurs comme les libraires ne peuvent se permettre d’arrêter la production d’un best-seller. De plus, lors de l’impression initiale, chaque éditeur imprime suffisamment pour pouvoir rentabiliser les coûts de production de l’ouvrage, dans l’espoir que ces livres soient vendus. C’est bien là le problème du monde du livre : les succès sont souvent imprévisibles et il faut prendre des risques si l’on ne veut pas tomber dans un schéma d’industrialisation toujours plus intensive du livre, avec des lectures toutes similaires les unes aux autres.

Des solutions possibles

  • Le retour des libraires-imprimeurs : afin d’éliminer le transport et la surproduction. Les libraires pourraient ainsi imprimer les livres « à la demande », à condition que ceux-ci soient tous dans un format classique, ce qui imposent des contraintes éditoriales.
  • Abolir le système des retours : cela ferait porter la responsabilité des ventes sur les libraires. Mais se pose donc la question de la diversité littéraire sur les étagères des librairies. Et que faire alors des diffuseurs ?
  • Faire une « trêve littéraire » : c’est-à-dire arrêter de recevoir des nouveautés pendant un moment afin de laisser plus de temps aux livres déjà sortis, de leur donner une meilleure chance au succès.

La « trêve littéraire », qu’est-ce que c’est et pourquoi ?

Janvier 2024, aucun livre ne paraîtra chez les éditions Tripode. Les livres prévus ce mois-ci sont repoussés à une date ultérieure. L’occasion pour la maison d’édition de faire le point sur « le rythme de nos métiers » et sur « un risque de surchauffe ». En effet, le rythme de publication de nouveautés s’est intensifié ces dernières années, avec une hausse de 37% des titres édités entre 2011 et 2022. Les éditions Tripode, dépassés par le succès de certains de leurs auteurs, ont souhaité prendre le temps, un mois pour se permettre de travailler sur d’autres projets et d’approfondir ceux en cours ; en clair de briser cette cadence effrénée vers toujours plus de nouveautés. L’Association pour l’écologie du livre soutient cette reprise en main du temps de travail et encourage également les libraires à prendre une pause dans le « travail des offices », c’est-à-dire le travail fait en amont de la vente avec les diffuseurs ; et ainsi à refuser les nouveautés pendant un temps. Nous assistons ainsi à une remise en question de cette recherche constante du nouveau best-seller, du nouveau prix Goncourt ou Femina ou autre ; en bref du nouveau succès qui renflouera les caisses. Et si on se contentait de plusieurs bons livres, bien travaillés et originaux, plutôt que d’une sélection de gros succès ?

Manon Louédec – M1 MDLE Parcours Edition

Sources :

« Écologie : face à la surproduction en librairie, trêves de plaisanteries ». (2023, 6 décembre). ActuaLitté. https://actualitte.com/article/114611/librairie/ecologie-face-a-la-surproduction-en-librairie-treves-de-plaisanteries

Tiniscopa, A. (2023, août 30). « Le Tripode fait une « trêve littéraire » en janvier 2024 ». Livres Hebdo. https://www.livreshebdo.fr/article/le-tripode-fait-une-treve-litteraire-en-janvier-2024

« Vente de livres : prix de vente, droit de retour, label ». (2023, 7 octobre). Entreprendre Service-Public.fr. https://entreprendre.service-public.fr/vosdroits/F22713

La politique de retours : Une aberration écologique

 Dans une industrie qui présente toujours plus de livres chaque année, on peut se demander comment font les librairies pour effectuer leur sélection de titres. La proposition exponentielle d’ouvrage augmente drastiquement les risques pour un libraire de se tromper et de manquer les intérêts de son public. Mais que faire, en cas d’erreur, de son stock d’invendus ?  

Une pratique commune à toutes les librairies quelle que soit leur taille est la politique de retour. Il s’agit d’un point essentiel dans l’activité d’une librairie. Mais derrière des apparences séduisantes sur le plan économique, on trouve également un enjeu écologique préoccupant. 

Lors de sa création, la politique des retour est perçue comme avantageuse pour l’économie d’une librairie. Cela permet des prises de risques pour diversifier la proposition littéraire sans crainte que cela encombre l’espace si les espérances de ventes ne sont pas atteintes. De plus, renvoyer les livres invendus permet de gagner de la place pour les titres qui se vendent le mieux. Le consommateur y trouve également son compte en pouvant retourner un livre sans motif valable. 

Un impact écologique à tous les niveaux 

Cependant, avec la crise écologique, la politique des retour dévoile un sérieux impact environnemental. Cela se ressent surtout au niveau d’une logistique importante déployée pour chaque livre retourné au distributeur. En premier lieu, les transports nécessaires pour retourner les livres augmentent de manière significative le bilan carbone d’une librairie. Le taux de retour d’une librairie indépendante, en 2022, équivaut à 20%. Bien que ce chiffre stagne depuis des années, il reste néanmoins trop élevé si l’on prend en compte son coût en transport mais aussi à la production de déchets que cela implique. Retourner des livres c’est aussi les emballer de nouveau dans des emballages plastiques et des cartons. Cette utilisation massive d’emballages supplémentaires dégrade l’environnement et accélère l’épuisement de ressource naturelle même en cas d’utilisation d’emballage éco-responsable.

Un autre impact écologique des retours est également ce que deviennent les livres retournés. On estime que le taux de pilon moyen est de 59% des retours. Il s’agit de livres neufs dont plus de la moitié sont donc détruits. Détruire des livres neufs en grande quantité est un indicateur d’une surconsommation et d’une surproduction évidente. Afin de pallier d’éventuels retours, les librairies commandent des quantités d’ouvrage plus importantes que nécessaires. Ces commandes trop volumineuses encouragent la surproduction qui gaspille ainsi le papier, l’énergie et les ressources nécessaires à la fabrication. Il en résulte un cercle vicieux où le fruit de la surproduction finit détruit, ce qui amplifie là aussi la production de déchets. 

Que faire ? 

Afin de réduire le gaspillage et l’empreinte carbone du secteur du livre, il est important de diminuer drastiquement les retours. Tous les acteurs du livre ont un rôle à jouer et il existe des solutions qui pourraient aider à amorcer une transition vers la suppression de la politique des retours. Les libraires sont encouragés à évaluer avec plus de justesse les habitudes de consommation de sa clientèle afin de procéder à un réassort de la librairie plus fidèle aux ventes qu’il va réaliser. Donner une seconde vie au livre pourrait être une solution envisageable. Les libraires pourraient adhérer à des programmes visant à rendre plus accessible culture, en donnant par exemple les invendus à des associations caritatives. Changer les habitudes de consommation passe également par une sensibilisation. Il faut encourager la réflexion avant l’achat plutôt que de se reposer sur la solution qu’offrent les retours.

Afin de décarboner l’industrie littéraire, commencer par repenser la question des retours est primordial, notamment face à l’enjeu écologique actuel. La politique des retours n’est plus le reflet des préoccupations actuelles. Malgré les avantages qu’elle a à offrir, elle soulève désormais bien plus de problèmes. La solution pourrait pourtant se trouver au sein de chaque acteur du livre, éditeur, libraire et même consommateur. Il faut encourager les actions de mise en place d’alternatives respectueuses de l’environnement et repenser sa manière de consommer. La politique de retour est un point d’entrée vers une industrie du livre plus éthique et écoresponsable mais chaque petit geste vert que peut offrir une librairie est à encourager. 

Juliette Loriot, Annouck Belaid M1 Métiers du livre et de l’édition

Sources

Étude : Chez les libraires, Les éternels retours, 2023. ActuaLitté.com. [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://actualitte.com/article/114158/librairie/etude-chez-les-libraires-les-eternels-retours

Les retours en librairie, 2023. Syndicat de la librairie française. [en ligne]. Disponible à l’adresse : https://guide.syndicat-librairie.fr/economie-et-gestion/les-retours-en-librairie

L’Observatoire de la librairie, Etude sur les retours, Octobre 2023

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search