Les clients des librairies éprouvent-ils réellement un intérêt écologique ? : le cas d’étude de Momie BD Comics

Lors de la production d’un livre, chaque acteur joue un rôle important avec cependant de nombreux impacts nocifs sur la planète. Aujourd’hui afin de contrer cela, il y a une forte présence de divers moyens écologiques en France. En se concentrant sur les libraires, on remarque qu’ils ont mis en place des moyens écologiques pour participer au développement durable. Toutefois, la question est de savoir si ces démarches touchent et sensibilisent les clients au point qu’ils éprouvent un intérêt écologique lors de leurs achats pour participer à la durabilité de notre planète.  

De nos jours, les libraires portent une grande importance à l’engagement environnemental et souhaitent participer de manière active à l’écologie du livre. En effet, les nombreux points de vente proposent des solutions dites plus « vertes », pour se tourner vers un aspect plus écologique. Par exemple, la vente de sacs plastiques a été interdite avec une loi qui a pris effet le 1er juillet 2016 et depuis plusieurs années avant sa mise en place, des sacs réutilisables étaient mis en vente afin de réduire les déchets et d’inciter les clients à se déplacer avec leur propre sac. Nonobstant, si l’on se penche sur le système de papiers cadeaux et des offres de goodies gratuits en librairies, beaucoup de personnes ne sont toujours pas prêtes à y refuser. De cette manière, existe-t-il réellement un intérêt éco-responsable de la part des clients surtout à l’approche des fêtes comme Noël, les anniversaires… 

Prenons comme exemple les résultats d’un sondage traitant de l’éco-responsabilité en librairies que nous, étudiantes, avons réalisé auprès des clients de la librairie Momie BD Comics (51 personnes interrogées sur place), située dans le centre de Grenoble. Nous allons surtout nous appuyer sur la réaction des consommateurs ainsi que sur la divergence de leurs intérêts, propre à chacun, par rapport à la question d’offres plus écologiques ou non au sein de la librairie. Ces offres comprenant des sacs pour transporter les achats, des papiers cadeaux en période de fête ou encore des cadeaux dits « bonus » lors d’un achat, sont vues comme des déchets aux yeux de l’écologie. Lors de ce sondage, nous avons constaté qu’un grand nombre de clients, surtout les plus jeunes générations (15-29 ans), n’adhèrent pas à la suppression des cadeaux, autrement appelés goodies. En effet, 35,29% (soit 18 sur 51 personnes) des personnes interviewées ne souhaitent pas renoncer à cette offre, contre 17,65% (soit 9 personnes) souhaitent une solution plus écologique avec un changement au niveau des matières premières. Cependant, il y a tout de même 41,18% de personnes (soit 21 personnes) qui sont prêtes à renoncer à cette option de goodies. En ce qui concerne l’offre des papiers cadeaux en période de fête (par exemple Noël avec la question des emballages cadeaux), 45,10% des personnes (soit 23 personnes) sont prêtes à y renoncer totalement, contre 21,57% (soit 11 personnes) qui n’y adhèrent pas déjà. Et pour finir, la question des sacs proposés lors du passage en caisse; 90,20% des gens (soit 46 personnes), c’est-à-dire la quasi totalité des personnes interviewées, n’acceptent pas ces sacs, et optent pour une option plus écologique – amener leur propre sac (tote bags, sacs recyclés, etc.) avec eux. 

Ainsi, on observe que dans la majorité des cas, les gens éprouvent un assez fort intérêt pour la question de l’éco-responsabilité en librairie, que ce soit à titre personnel ou communautaire. Cette problématique est donc déjà bien intégrée dans le quotidien des clients de la librairie Momie BD Comics.  

Afin de pouvoir changer les différentes habitudes éco-responsables – ou même en créer, dans certains cas – des librairies sur Grenoble, de multiples solutions s’offrent à nous. Il est possible de complètement changer ses habitudes en passant par de mineures modifications quant aux routines de ventes, comme par exemple le remplacement de sacs plastiques par des sacs en tissus réutilisables qui pourrait, par la même occasion, servir de merchandising pour les librairies. Ou encore l’addition de goodies en matériaux recyclés et recyclables. On peut également mentionner l’option des papiers cadeaux mise à disposition par la plupart des librairies. 

En se basant sur le cas d’étude précédemment cité, on tire facilement les conclusions suivantes : les clients ne sont pas particulièrement ouverts à ce que leurs habitudes changent ou à renoncer à certaines offres proposées en librairies. On constate notamment que les sacs pourraient être abandonnés par la quasi-totalité des clients, sans regret. Mais concernant les goodies (marques pages, posters…), les clients sont toujours réticents à l’idée de les supprimer même si une alternative plus verte est possible. À l’opposé, les clients restent plus ouverts à l’abandon du service d’emballage cadeau lors de leurs achats. La réaction de la clientèle a été assez surprenante lors de notre enquête en lien avec les offres fournies par les librairies. Ils ne sont pas fermés à des changements dans le but d’être plus éco-responsables, mais seulement et seulement si leurs habitudes et leurs bonus demeurent à peu près inchangés.

BEN-ABDA–LE-GOEL Camilia, NOËL Clélia et PERRET Ilona,

Étudiantes en M1 MDLE à Grenoble.

Bibliographie : 

Pionnier et leader : le perpétuel combat d’Hachette Livre contre la décarbonation

En prime d’être le leader des maisons d’édition française, Hachette Livre s’instaure, depuis 2009, également comme pionnier de la gestion environnementale durable. En effet, cela fait 12 ans qu’Hachette Livre a mené ses premières actions en faveur de l’environnement, ils ont su identifier et réduire leurs émissions de gaz à effet de serre d’environ 20%. Ce qui les place en tête des maisons d’édition engagées dans la décarbonation de la chaîne du livre. 

Pour mener à bien cette volonté d’engagement dans l’écologie, le groupe n’a pas hésité à collaborer avec Carbone 4, un cabinet de conseil de référence sur les enjeux environnementaux. 

Depuis 2009, Hachette Livre a mené de nombreuses actions pour limiter leur taux de carbone tels que s’entourer de collaborateurs soucieux de l’environnement, investir dans un papier certifié, mais encore sensibiliser les acteurs du groupe à ce projet, etc. Cependant, face à l’amplification de la crise énergétique, Hachette Livre a décidé d’intensifier sa politique et le nombre d’actions mises en place afin de restreindre au mieux sa consommation d’énergie et son empreinte carbone et environnementale. 

Ainsi, d’après le communiqué de presse qu’ils ont publié le 21 décembre 2022, le groupe a instauré la « stratégie 30/30 ». 

« Stratégie 30/30 » qu’est-ce que ça signifie ? 

À travers cette stratégie, Hachette Livre cherche à s’engager davantage dans une volonté de réduction de 30% de ses émissions globales d’ici 2030 ce qui lui permettra d’accroître ses actions de décarbonation. Ce plan d’action est en corrélation avec celui mis en place par le groupe Lagardère qui repose sur une approche SBTi (Science-based targets initiative). 

            Conceptualiser en coopération avec le cabinet Carbone 4, ils ont su identifier les différentes sources d’émissions de gaz à effet de serre et par conséquent, concevoir des actions concrètes, mesurables et traçables sur plusieurs domaines de travail tels que le papier, la surfabrication, la fabrication et le travail, d’un point de vue français ou international. 

« Engagement inédit dans le monde de l’édition, de par son envergure internationale et de par sa modélisation intégrant les 3 scopes, avec un objectif de réduction de 30% des émissions liées à ses activités d’ici 2030, soit une réduction de 2,5% par an » – Communiqué de presse d’Hachette Livre. 

Avec cette stratégie, le groupe est le premier dans le monde de l’édition à proposer un plan de décarbonation audacieux basé sur des efforts de réduction de ses émissions. 

Très bien, mais qu’est-ce que les 3 scopes ? 

  • Scope 1 et 2 : émissions directes, c’est-à-dire les véhicules et bâtiments (consommation de combustibles fossiles, électricité, fuite de gaz réfrigérants, etc.). L’ensemble de ces deux scopes correspond à 3% des émissions de l’ensemble du groupe. 
  • Scope 3 : concerne la production de papier, l’impression-façonnage, le transport amont-aval et la fin de vie des produits. Celui-ci, quant à lui, renvoie à 97% des émissions du groupe. 

Hachette Livre va donc introduire de nouvelles actions dans l’objectif de réduire ses taux, notamment le taux du Scope 3 sur lequel il va se centrer. 

Cependant, en quoi cela consiste concrètement ? 

Concernant les scopes 1 et 2, Hachette Livre vise à instaurer une nouvelle politique de flotte de véhicules, un passage du fioul ou du gaz à l’électricité ou à la biomasse, à l’installation de panneaux solaires, à la formation des salariés à l’éco-conduite, à la mise en place d’un système de pilotage de l’énergie et vise à tendre vers une consommation d’énergie 100% renouvelables dès 2026. 

À propos du scope 3, Hachette Livre a décidé de s’orienter sur 4 grands axes de travail :

  • – 30% du taux de livres pilonnés (Pillon des retours ou du sur stock) ;
    • Développement des outils pour l’optimisation de la visibilité sur les stocks de l’ensemble de la chaîne ;
    • Utilisation de la data pour permettre aux éditeurs et aux équipes commerciales d’optimiser aux mieux les tirages et réduire les retours ;
  • -26% d’intensité carbone liée à la production de papier ;
    • Renforcer la prise en compte des critères environnementaux dans le choix des fournisseurs de papier ;
    • Favoriser de manière systématique des papetiers les moins émissifs et établir des objectifs d’intensité carbone annuels ;
  • -18% d’intensité carbone des activités d’impression-façonnage ;
    • Renforcer la prise en compte des critères environnementaux pour la sélection des imprimeurs et relieurs dans les appels d’offre ;
    • Favoriser des imprimeurs et des relieurs moins émissifs et établir des objectifs d’intensité carbone annuels ;

Sur une dimension annuelle, le groupe vise à réduire de 1% le fret amont et de 1,5% le fret aval. 

  • Essayer de remplacer le fret aérien par du fret maritime ou routier 
    • Challenger les fournisseurs pour optimiser leurs livraisons 
    • Réduire les volumes de produits 
    • Identifier les produits qui pourraient être fabriqués localement 
    • Inclure les performances environnementales dans les appels à projets 
    • Grouper les livraisons à l’international 

Avec cette « stratégie 30/30 », le groupe Hachette Livre s’impose indéniablement comme le leader environnemental des maisons d’éditions avec des actions diverses et variées de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Dans une vision plus globale du projet, le groupe cherche également à associer ses collaborateurs à cette initiative, à travers la mise en place de green week, d’éco conception, ou encore d’éco-challenge. De plus, la sensibilisation prend une grande place dans leur projet de décarbonation, pour cela, chaque nouvel acteur de l’entreprise suivra une formation de sensibilisation aux enjeux environnementaux. Par conséquent, Hachette Livre consacre une grande partie de leur réflexion autour des questions environnementales. Ils sont continuellement à la recherche de nouvelles innovations afin de décarboner au mieux leurs ouvrages et leur groupe. 

Camille Gibaudan, MDLE 

Source :

RSE

Hachette fait son bilan carbone

Hachette, premier groupe d’édition français, publie en 2021 pour la première fois son bilan carbone dans son rapport RSE. Le résultat tombe : au niveau mondial, le bilan carbone de Hachette s’élève a 530 000 tonnes de CO2. Pour se rendre compte, selon l’Agence de l’environnement de la maîtrise d’énergie, une tonne de CO2 correspondrait à 5000 km en voiture.

Mais c’est en 2021 que le bilan carbone de l’entreprise est publié pour la première fois, en France. Hachette déclare que cela « servira de base pour fixer une trajectoire ambitieuse à [l’]horizon 2030, qui sera définie en 2022 en suivant l’initiative SBT [Science Based Targets, qui fixe des objectifs de réduction des émissions carbone] ». En effet ce rapport met en lumière les différentes démarches réalisées par la maison Hachette ainsi que leurs objectifs futurs.

Cela fait un certain nombre d’années maintenant que le groupe Hachette réalise des démarches que l’on pourrait qualifier d’écologique. En 2012, le groupe a mis en place un système d’étiquetage carbone, servant à informer les lecteurs sur l’empreinte écologique des livres. Sur cette étiquette on retrouve l’équivalent en CO2 de l’empreinte carbone de l’ouvrage. On peut alors se rendre sur le site www.hachette-durable.fr afin de se rendre compte de ce que ce nombre signifie ; en minutes de télévision, ou encore en mètre parcourus en voiture par exemple.

C’est sur ce site que Hachette explique sa démarche. Entre autre, que le groupe décide de se concentrer sur le problème du réchauffement climatique car c’est une menace immédiate. Il déclare aussi concentrer ses efforts sur le calcul d’une empreinte carbone pour les livres, sur l’utilisation de papiers certifiés et enfin sur la communication au public sur ces démarches. En effet, dans ce rapport RSE, l’entreprise met en avant que 98 % du papier qu’elle utilise est certifié (labels FSC ou PEFC) ou recyclé, ou alors que ses émissions CO2 ont baissé de 20 % depuis 2009.

Les efforts de Hachette Livre en France sont à saluer. Étant le leader sur son marché, son engagement et ses démarches peuvent encourager d’autres à les suivre. Néanmoins, le contexte économique actuel reste difficile, avec la crise du papier et l’inflation, on peut se questionner sur les futures démarches du groupe. Cela sera à suivre dans le prochain rapport RSE de Hachette Livre.

Le rapport RSE de 2021 de Hachette Livre est consultable ici.

Sources : https://www.hachette-durable.fr/empreinte-carbone

https://www.hachette.com/fr/rse/

https://actualitte.com/article/106746/edition/530-000-tonnes-d-equivalent-co2-pour-hachette-au-niveau-mondial

Taxe CITEO : comment l’édition française échappe en toute légalité à la fiscalité environnementale 

La taxe CITEO, en vigueur en France depuis 2007, s’adresse aux entreprises émettant plus de 5 tonnes annuelles d’imprimés papier. Avec 204 899 tonnes de livres produits uniquement en 2020 (source Syndicat National de l’Edition), les géants de l’édition française devraient logiquement être des gros payeurs de cette taxe. Dans les faits, le concept pollueur = payeur n’est pas vraiment appliqué, on vous l’explique en détails.

Quel type de papier taxé ?

Sont concernées les entreprises émettant :
Des imprimés : catalogues, diffusions publicitaires, notices, catalogues, justificatifs de paiement…
Des courriers de gestion ou commerciaux : factures, bulletins de salaires, relevés bancaires

Ou fabricant / important :
Des papiers vierges à usage graphique : feuilles, enveloppes…

Et le livre dans tout ça ?

Selon la loi fiscale : « Est considéré comme un livre, un ouvrage constitué d’éléments imprimés, reproduisant une œuvre de l’esprit, ne présentant pas un caractère commercial ou publicitaire marqué et ne contenant pas un espace important destiné à être rempli par le lecteur »
Jusqu’à présent, cette œuvre de l’esprit est donc exonérée de la taxe CITEO. Ainsi, les éditeurs peuvent imprimer et détruire des livres à outrance sans se préoccuper de leur impact environnemental.

Mais jusqu’à quand ?

L’exonération du livre pour la taxe CITEO est débattue régulièrement par les professionnels de la chaîne du livre qui s’inquiètent d’une surproduction et d’une mise au pilon devenues habituelles et qui cherchent à poser les limites d’une pratique aberrante tant du point de vue environnemental que du point de vue économique.

S’auto-évaluer selon les critères CITEO

Dans une démarche environnementale, les éditeurs doivent dès maintenant réfléchir à leurs pratiques afin de limiter leur empreinte carbone. Pour cela, CITEO met en ligne une infographie permettant de connaître leurs critères et ainsi de s’auto-évaluer selon un système de bonus-malus.

Le premier critère est l’origine du papier : ainsi s’il est labellisé FSC ou PEFC, ou s’il est recyclé, l’entreprise bénéficie d’un bonus.

Le deuxième critère est la recyclabilité, c’est-à-dire la capacité des matériaux à disparaitre pour que le papier soit recyclé facilement. Pour ne pas être malussé, il faudrait ainsi bannir :
– le papier teinté dans la masse et le papier kraft,
– les encres offset UV,
– les colles repositionnables,
– les vernis UV,
– le pelliculage et les blisters

Le troisième et dernier critère est l’affichage du fameux logo Triman qui permet d’obtenir un bonus supplémentaire.

Un système économique à repenser

Au-delà de l’application de ces bonnes pratiques de production, il est évident qu’intégrer le livre dans la taxe CITEO serait un moyen radical de lutter contre la surproduction de livres.
Les grands groupes d’édition seraient ainsi contraints d’assumer leur statut d’entreprises commerciales qu’ils ont adopté ces dernières années au détriment de celui d’entreprises culturelles.

L’imprimerie des Deux-Ponts à Bresson : des savoir-faire locaux tournés vers le respect de l’environnement


Source:
Compte instagram de l’imprimerie @deuxpontsmanufacture : recense tous les labels de l’entreprise et met en avant son engagement écoresponsable.

Lundi 24 octobre 2022, nous avons eu la chance de visiter l’imprimerie des Deux Ponts située à Bressons en périphérie de Grenoble. Cette entreprise familiale (aujourd’hui c’est Laurent Caillat, troisième du nom, qui est à la tête de l’imprimerie) créée en 1935 qui emploie actuellement 92 employés mêle des savoirs faire riches avec plus de 34 métiers ainsi que des préoccupations environnementales fortes. Ainsi, l’imprimerie a été une des premières à obtenir le label Imprim’Vert et à être certifiée ISO 14001 en 2004. Cette norme est une référence mondiale pour mettre en place un système de management de l’environnement : c’est un outil très efficace pour toute organisation qui souhaite limiter ses impacts sur la planète à travers la diminution de ses consommations en eaux, énergies, de ses déchets, mais également de ses émissions de gaz à effet de serre.

Qu’est-ce que ces labels impliquent concrètement dans l’activité de l’imprimerie ? Tout d’abord, elle ne travaille qu’avec des papetiers qui gèrent d’une manière durable leurs forêts : cela est certifié par les labels PEFC (Programme des reconnaissances des certifications forestières) et FSC (Forest Stewardship Council). De même, tous les papiers non vendus sont recyclés quels que soit leur format ou leur couleurs et revendus à des entreprises locales ou traitées par ces dernières. Les eaux de pluie sont collectées depuis peu et l’hiver, la chaleur des machines est réutilisée pour chauffer les bureaux. Le label Imprim’Vert repose sur un cahier des charges fait de cinq critères : la bonne gestion des déchets à risques, la non utilisation de produit toxique, la sensibilisation environnementale des salariés et de la clientèle, et le suivi des consommations énergétiques. La Manufacture prône aussi les savoir-faire locaux et adhère à la French Fab qui a pour but de promouvoir les industries françaises innovantes à l’étranger. En 2020, l’obtention du label Print’ Ethic et le label RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) pour les industries graphiques garantissent l’intégration volontaire par l’imprimerie de préoccupations sociales (telles que l’égalité salariale hommes/femmes) et environnementales dans leurs activités. Une autre action, qui ne touche pas toute la production mais mérite d’être relevée, est la création d’un petit livre vert qui reprend les principales idées reçues sur le papier. Nous apprenons ainsi que le papier peut être recyclé jusqu’à sept fois ! Les avantages du papier sont rappelés : par exemple, un catalogue en ligne a cinq fois plus d’effets sur l’acidification des océans qu’un catalogue papier. Enfin, des moyens écologiques sont mis à libre disposition des salariés pour se rendre à leur travail : la manufacture prête des vélos électriques pour les trajets quotidiens.

Un autre engagement de l’entreprise est celui du pari du papier plutôt que du digital. En effet, dans une émission retransmise sur France bleue, des artisans vantent la dimension démocratique et éternelle du livre qui se prête et véhicule toutes sortes d’opinions. La structure exporte des livres, des pochettes, et même des sacs cartonnés, à des marques de luxe mondialement connues. Les savoir-faire spécialisés et uniques de l’imprimerie ont été mis en valeur à travers l’octroi par l’État en 2012 du label EPV, Entreprise du Patrimoine Vivant. Des savoir-faire tels que celui de couverturier, de sérigrapheur, de relieur ou de typographe doreur, qui risqueraient d’être oubliés sont encore enseignés à de jeunes ouvriers et ouvrières. Durant notre visite, nous avons pu voir en action des employés en train de poser de la dorure sur la reliure et les pages d’un futur livre d’une très grande marque. Vous pourrez peut-être bientôt le voir exposé dans un magasin de l’enseigne. Les marques haut de gamme à l’échelle nationale, européenne ou internationale sont ainsi un des débouchés principaux de l’établissement et elles valorisent le fait d’avoir un imprimeur engagé dans la cause environnementale. Aujourd’hui, à peine remise de la crise de 2008, l’entreprise doit faire face à une crise de l’industrie du papier. Mais c’est sa foi en l’avenir du papier et sa capacité à s’adapter en se tournant vers de nouveaux clients qui a permis à l’imprimerie de se relever. Pour durer, elle se tient également au courant des évolutions du papier en suivant les innovations de l’école d’ingénieur Pagora ou du Centre Technique du Papier situés sur le campus universitaire de Grenoble. Enfin, une attention particulière est donnée au recrutement comme nous l’a rappelé Madame Cécile Kebbal, directrice des ressources humaines, qui tente de faire connaître la structure par le biais des réseaux sociaux ou de son site internet. Là encore, l’enjeu écologique est mis en lumière ce qui montre que cela fait partie de l’identité de l’imprimerie.

Terminons sur cette phrase du fondateur de l’imprimerie, André Caillat, en 1935 qui prend tout son sens dans les efforts fournis par l’entreprise en matière de recyclage notamment : “Aujourd’hui, rien ne se jette, tout à une valeur”.

Sources (sites internet)

-https://www.deux-ponts.fr/fr/page-daccueil/

-https://www.boutique.afnor.org/fr-fr/norme/nf-en-iso-14001/systemes-de-management-environnemental-exigences-et-lignes-directrices-pour/fa176494/1513?pk_source=google-adwords&pk_medium=cpc&pk_campaign=ISO

-https://www.instagram.com/deuxpontsmanufacture/

-https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/la-manufacture-deux-ponts-en-isere-une-imprimerie-qui-fait-impression-1526316181

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search