La « trêve littéraire » : une solution à la surproduction ?

Le problème des retours

L’un des problèmes majeurs dans l’industrie du livre, c’est celui des invendus, ces livres retournés à l’éditeur via le diffuseur, pour la grande majorité pilonnés (détruits) dans un souci d’économies. En effet, afin de permettre aux libraires de prendre des risques dans leurs commandes de livres et ainsi de garantir une diversité littéraire (autrement appelée bibliodiversité), la France a opté pour ce système de retour. Si celui-ci a ses avantages, que dire de ses inconvénients ? A la charge des libraires et des éditeurs, seuls les diffuseurs s’en tirent gagnants économiquement. Mais surtout se pose la question de l’écologie : multiplier les transports avec des véhicules polluants pour des livres qui seront détruits par la suite semble assez inutile.

La source du problème : la surproduction

On peut se demander pourquoi il y a autant de retours. Ne peut-on pas produire moins de livres ? C’est sûrement ce qu’il faudrait faire, en effet, mais pas facile : une fois publiés, les livres répondent à la demande. Les éditeurs comme les libraires ne peuvent se permettre d’arrêter la production d’un best-seller. De plus, lors de l’impression initiale, chaque éditeur imprime suffisamment pour pouvoir rentabiliser les coûts de production de l’ouvrage, dans l’espoir que ces livres soient vendus. C’est bien là le problème du monde du livre : les succès sont souvent imprévisibles et il faut prendre des risques si l’on ne veut pas tomber dans un schéma d’industrialisation toujours plus intensive du livre, avec des lectures toutes similaires les unes aux autres.

Des solutions possibles

  • Le retour des libraires-imprimeurs : afin d’éliminer le transport et la surproduction. Les libraires pourraient ainsi imprimer les livres « à la demande », à condition que ceux-ci soient tous dans un format classique, ce qui imposent des contraintes éditoriales.
  • Abolir le système des retours : cela ferait porter la responsabilité des ventes sur les libraires. Mais se pose donc la question de la diversité littéraire sur les étagères des librairies. Et que faire alors des diffuseurs ?
  • Faire une « trêve littéraire » : c’est-à-dire arrêter de recevoir des nouveautés pendant un moment afin de laisser plus de temps aux livres déjà sortis, de leur donner une meilleure chance au succès.

La « trêve littéraire », qu’est-ce que c’est et pourquoi ?

Janvier 2024, aucun livre ne paraîtra chez les éditions Tripode. Les livres prévus ce mois-ci sont repoussés à une date ultérieure. L’occasion pour la maison d’édition de faire le point sur « le rythme de nos métiers » et sur « un risque de surchauffe ». En effet, le rythme de publication de nouveautés s’est intensifié ces dernières années, avec une hausse de 37% des titres édités entre 2011 et 2022. Les éditions Tripode, dépassés par le succès de certains de leurs auteurs, ont souhaité prendre le temps, un mois pour se permettre de travailler sur d’autres projets et d’approfondir ceux en cours ; en clair de briser cette cadence effrénée vers toujours plus de nouveautés. L’Association pour l’écologie du livre soutient cette reprise en main du temps de travail et encourage également les libraires à prendre une pause dans le « travail des offices », c’est-à-dire le travail fait en amont de la vente avec les diffuseurs ; et ainsi à refuser les nouveautés pendant un temps. Nous assistons ainsi à une remise en question de cette recherche constante du nouveau best-seller, du nouveau prix Goncourt ou Femina ou autre ; en bref du nouveau succès qui renflouera les caisses. Et si on se contentait de plusieurs bons livres, bien travaillés et originaux, plutôt que d’une sélection de gros succès ?

Manon Louédec – M1 MDLE Parcours Edition

Sources :

« Écologie : face à la surproduction en librairie, trêves de plaisanteries ». (2023, 6 décembre). ActuaLitté. https://actualitte.com/article/114611/librairie/ecologie-face-a-la-surproduction-en-librairie-treves-de-plaisanteries

Tiniscopa, A. (2023, août 30). « Le Tripode fait une « trêve littéraire » en janvier 2024 ». Livres Hebdo. https://www.livreshebdo.fr/article/le-tripode-fait-une-treve-litteraire-en-janvier-2024

« Vente de livres : prix de vente, droit de retour, label ». (2023, 7 octobre). Entreprendre Service-Public.fr. https://entreprendre.service-public.fr/vosdroits/F22713

Taxe CITEO : comment l’édition française échappe en toute légalité à la fiscalité environnementale 

La taxe CITEO, en vigueur en France depuis 2007, s’adresse aux entreprises émettant plus de 5 tonnes annuelles d’imprimés papier. Avec 204 899 tonnes de livres produits uniquement en 2020 (source Syndicat National de l’Edition), les géants de l’édition française devraient logiquement être des gros payeurs de cette taxe. Dans les faits, le concept pollueur = payeur n’est pas vraiment appliqué, on vous l’explique en détails.

Quel type de papier taxé ?

Sont concernées les entreprises émettant :
Des imprimés : catalogues, diffusions publicitaires, notices, catalogues, justificatifs de paiement…
Des courriers de gestion ou commerciaux : factures, bulletins de salaires, relevés bancaires

Ou fabricant / important :
Des papiers vierges à usage graphique : feuilles, enveloppes…

Et le livre dans tout ça ?

Selon la loi fiscale : « Est considéré comme un livre, un ouvrage constitué d’éléments imprimés, reproduisant une œuvre de l’esprit, ne présentant pas un caractère commercial ou publicitaire marqué et ne contenant pas un espace important destiné à être rempli par le lecteur »
Jusqu’à présent, cette œuvre de l’esprit est donc exonérée de la taxe CITEO. Ainsi, les éditeurs peuvent imprimer et détruire des livres à outrance sans se préoccuper de leur impact environnemental.

Mais jusqu’à quand ?

L’exonération du livre pour la taxe CITEO est débattue régulièrement par les professionnels de la chaîne du livre qui s’inquiètent d’une surproduction et d’une mise au pilon devenues habituelles et qui cherchent à poser les limites d’une pratique aberrante tant du point de vue environnemental que du point de vue économique.

S’auto-évaluer selon les critères CITEO

Dans une démarche environnementale, les éditeurs doivent dès maintenant réfléchir à leurs pratiques afin de limiter leur empreinte carbone. Pour cela, CITEO met en ligne une infographie permettant de connaître leurs critères et ainsi de s’auto-évaluer selon un système de bonus-malus.

Le premier critère est l’origine du papier : ainsi s’il est labellisé FSC ou PEFC, ou s’il est recyclé, l’entreprise bénéficie d’un bonus.

Le deuxième critère est la recyclabilité, c’est-à-dire la capacité des matériaux à disparaitre pour que le papier soit recyclé facilement. Pour ne pas être malussé, il faudrait ainsi bannir :
– le papier teinté dans la masse et le papier kraft,
– les encres offset UV,
– les colles repositionnables,
– les vernis UV,
– le pelliculage et les blisters

Le troisième et dernier critère est l’affichage du fameux logo Triman qui permet d’obtenir un bonus supplémentaire.

Un système économique à repenser

Au-delà de l’application de ces bonnes pratiques de production, il est évident qu’intégrer le livre dans la taxe CITEO serait un moyen radical de lutter contre la surproduction de livres.
Les grands groupes d’édition seraient ainsi contraints d’assumer leur statut d’entreprises commerciales qu’ils ont adopté ces dernières années au détriment de celui d’entreprises culturelles.

La rentrée littéraire fait des tonnes d’invendus

Pour les professionnels de la culture, la transition écologique n’est pas (seulement) une question de responsabilité. C’est aussi, et peut-être surtout, une démarche indispensable pour faire face aux risques à venir. Risque de pénurie de matière, d’explosion des coûts (transport, énergie), mais aussi désormais risques d’image, alors que les consommateurs sont de plus en plus attentifs aux engagements des organisations et des entreprises. Après une tribune sur les impacts de la course au gigantisme des festivals, Le Monde publie un article sur le pilon lié à la rentrée littéraire et rappelle que plus de 40 000 tonnes de livres neufs sont détruits chaque année.
“Le monde de l’édition s’est construit sur une logique de surproduction avec deux objectifs : la visibilité et la réduction du coût de fabrication à l’unité.” Sans doute est-il temps de changer de modèle.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search