Les lecteurs grenoblois ne s’intéressent pas au lieu d’impression de leurs ouvrages, pas par désintérêt « actif », mais parce qu’ils n’y pensent pas.

Le 19 octobre 2023 après-midi, dans le cadre d’une démarche appelée « Projet S », qui consistait en un sondage sous forme de questionnaire à choix multiples1 auprès des clients d’un point de vente de livres, afin de les interroger sur des pratiques écologiques liés à ces lieux, je me suis rendu au Momie Manga de Grenoble. J’ai obtenu 21 réponses en 4 heures.

Une des questions était « Lorsque vous achetez un livre, êtes-vous attentif au lieu d’impression ? (Réponse facultative) ». Les réponses possibles étaient : « Oui, j’y suis attentif.ve », « Oui, je m’y intéresse mais ne trouve pas l’information » ou « Non, je ne m’y intéresse pas. ».

La réponse donnée a été quasi-systématiquement, à deux exceptions près, « Non, je ne m’y intéresse pas. ». Toutefois, il s’agit de la question qui a suscité le plus d’interrogations auprès des sondés. C’est celle qui a suscité le plus de conversations, plusieurs clients ayant déjà remarqués qu’il y avait relativement peu de livres imprimés en France, mais n’avaient pas poussé plus loin, sans chercher plus loin. Les autres déclaraient tout simplement n’avoir jamais réfléchi sur ce sujet, mais se sont montrés intéressés. Leurs réactions tendaient à alterner entre soulagement d’apprendre que de moins en moins de livres vendus en France étaient imprimés en Chine et que la plupart l’étaient plutôt en Europe, et l’agacement que peu de livres soient imprimés directement en France. Ceux qui avaient entamés la conversation sur ce sujet semblaient présenter une réelle curiosité. Un jeune homme interrogé nous a même donné son adresse mail, car il se disait intéressé par le projet de décarbonation de l’économie du livre – l’origine du sondage « Projet S » –, qu’il venait pourtant de découvrir, et aimerait recevoir les articles à ce sujet après leur publication.

L’échantillon était réduit et peu représentatif : il n’y a eu que 21 individus tous interrogés la même après-midi, les moins de 50 ans étaient surreprésentés, ils venaient tous d’Isère et presque tous de l’agglomération de Grenoble… De plus, je n’ai pas eu les résultats exacts des réponses aux questionnaires remplis avec les clients – les résultats étaient enregistrés directement sur internet sur une page à laquelle je n’ai pas accès et non sur le smartphone que j’utilisais pour transmettre les réponses – ni aux résultats globaux de l’enquête auxquelles d’autres personnes ont participé, et j’écris donc sur la base de ma mémoire et des quelques notes que j’ai prises sur le terrain. Ce billet n’a donc que la valeur d’un témoignage isolé, et non la fiabilité d’un processus de recherche complet en sciences sociales. Il est donc difficile et déconseillé de tirer des conclusions généralisables sur cette seule base.

Cependant, les personnes interrogées admettaient être très peu informées sur le bilan carbone du transport du livre entre son lieu de production et son lieu de vente, mais lorsque le sujet était abordé, montraient de l’intérêt et déjà une forme d’investissement émotionnel. Puisque nous ne pouvons pas suivre les individus sondés sur la durée, il nous est impossible de savoir si cet intérêt a perduré dans le temps, et s’ils se sont informés sur cette thématique de leur côté. Mais déjà, nous pouvons affirmer qu’en soit c’est un sujet qui peut attirer l’attention des lecteurs. Et donc, un potentiel levier de décarbonation du livre, au moins pour les points de vente de l’agglomération de Grenoble.

Arnaud BOISNARD, étudiant en Master 1 Métiers du Livres et de l’Édition, à l’Université Grenoble-Alpes.

1Lien vers le questionnaire : https://s8hqlq09uhw.typeform.com/to/khc0vsJz

Le manga d’occasion, ce livre de luxe

Autrefois secteur de niche, le manga est aujourd’hui un acteur majeur du marché du livre en France. Une croissance soudaine ayant des répercussions sur le stock en circulation des exemplaires d’occasion, qui, lié à la popularisation des plateformes de vente en ligne, fait s’enflammer les prix lorsque la quantité est limitée.

Photographie de l'intégral du Garçon d’à côté mis en vente à 500 € sur Vinted
Intégral du Garçon d’à côté mis en vente à 500 € sur Vinted

Qui ne connaît pas les mangas de nos jours ? Depuis le confinement, son marché a doublé de valeur, une BD vendue sur deux est un manga et les éditeurs s’engagent aujourd’hui vers des plateformes légales de lecture en ligne. Une situation particulière en France qui est le deuxième marché dans le monde derrière le Japon. Malgré son importance, son impact écologique est encore assez peu évalué. On peut estimer que la bande dessinée est moins efficace que le livre traditionnel : moins d’information par page, des processus d’impression plus lourds, et une préférence pour le format série. Cependant, le manga traditionnellement en noir et blanc est ainsi peu gourmand en encre et autres processus complexes. De plus, le manga tend à être imprimé localement comme en France ou en Italie.


Cette croissance coïncide avec une multiplication des plateformes de vente d’objets d’occasion : Le Bon Coin, mais aussi Vinted, Amazon Marketplace, ou Rakuten. C’est ainsi que les particuliers peuvent s’insérer dans le marché du livre d’occasion. Un commerce a priori vertueux : le livre obtient une seconde vie et l’objet culturel s’échange à bas prix. Un manga valant 6.50€ en magasin peut se revendre 2.50€ sur Vinted. Car en effet, bien qu’initialement pensé pour le secteur du prêt-à-porter, ce site devient un plateforme majeure du manga d’occasion. Particulièrement prisé, celui-ci se promeut facilement et se vend plus vite qu’un vêtement. Une charge en moins pour les vendeurs, mais ce n’est pas tout.


Un manga d’occasion peut également être vendu à un prix plus élevé qu’à son achat initial. C’est le cas de certains ouvrages ayant plus de 5 ans, sortis du cycle d’impression mais dont l’œuvre est devenue populaire avec le temps. Un exemple parlant : les tomes du Garçon d’à côté, sorti en 2009 et adapté en animé en 2012, se vendent aujourd’hui jusqu’à 190€ l’unité chez Manga-Shop, vendeur “pro” chez Vinted. Ce n’est pas un secret pour les acheteurs (souvent amateurs) que l’œuvre est aisément trouvable dématérialisée (en streaming ou en téléchargement, sous forme de scan ou de vidéo de son adaptation animée, légale ou non). Les ventes de ces mangas surévalués sont donc provoquées par d’autres facteurs que le contenu : l’objet pour les collectionneurs et l’espérance d’une marge pour les revendeurs.


Cette inflation n’est pas réservée aux mangas “anciens”, mais également aux ouvrages dit “collectors” : des mangas spéciaux, au format de qualité, avec un contenu et des objets exclusifs, et non destinés à être réimprimés. Une mine d’or pour les vendeurs dont les pratiques s’apparentent alors à du dropshipping : achat en gros d’ouvrages neufs dans le but de générer une plus-value. Une pratique pouvant provoquer des ruptures de stock en quelques heures, permettant de revendre ces éditions spéciales au prix fort. Deux positions opposées se forment donc chez les acteurs traditionnels. Les libraires tendent à rejeter le dropshipping, perçu comme immoral car inégal et frustrant pour leurs clients non vendeurs, et les reléguant à un rôle de sous-distributeur. Pour les éditeurs, les collectors permettent de créer un engouement pour une série, et donc de pousser à l’achat : un ouvrage dont le support est plus important que le contenu ne peut pas être piraté. Cependant, la pratique est problématique : la production des goodies, impossible en France, est délocalisée en Chine ; les plateformes de l’occasion, initialement vertueuses, sont détournés en zone d’achat-revente pour spéculateurs et passionnés ; et les collectors, initialement destinés aux fans, deviennent des marchandises surconsommé par spéculation.

L’importance des derniers kilomètres : comment redonner de l’air à nos centres-villes ?

En France, beaucoup de municipalités choisissent de plus en plus d’interdire leur centre-ville aux véhicules polluants ou de limiter leur circulation. Il se trouve que les camions de livraison sont parmi les plus pollueurs.
En effet, on estime que les livraisons (toutes marchandises confondues) représentent 25% des déplacements carbonés dans les centres-villes, et 30% des émissions de gaz à effets de serre.
Quelles solutions peut-on envisager pour diminuer cette pollution ?

Intéressons-nous au fonctionnement des livraisons dans l’industrie du livre. Les entrepôts des plus grands distributeurs (Hachette Livre, Interforum, Sodis…) sont exclusivement situés en région parisienne. Si la librairie est en région parisienne, les livraisons se font directement du distributeur au point de vente. Si elle est en province, les commandes passent par la plateforme PRISME (située aussi en région parisienne) avant d’arriver en librairie. Il y a donc beaucoup de flux, beaucoup de kilomètres parcourus.

Agir sur les véhicules

Le problème majeur est la pollution que génèrent ces véhicules. Plusieurs solutions sont envisagées pour y remédier et certaines sont même déjà en place. En région parisienne, la livraison de nuit se généralise peu à peu. (label CERTIBRUIT) Elle permet la décongestion du trafic et la baisse des émissions de Gaz à Effet de Serre. On remplace aussi petit à petit les camions diesel par des véhicules électriques ou fonctionnant au Gaz Naturel, moins énergivore que le carburant. Le développement de la cyclo logistique (vélo cargo, triporteur, bi porteur…) est une alternative encore plus intéressante. En effet, si on prend l’exemple du vélo cargo, il a un bilan carbone de 0 (ou très faible en cas d’assistance électrique), il peut transporter de grosses charges (plusieurs centaines de kg pour certains), il est facilement maniable et circule aisément en ville. On évoque aussi la possibilité d’utiliser des tram frets qui seraient dédiés exclusivement aux livraisons et pourraient donc transporter des charges beaucoup plus lourdes.

Réduire les kilomètres

On peut agir directement sur le nombre de kilomètres parcourus. Se pose notamment la question de relocaliser les grands entrepôts des distributeurs. Si on décide d’implanter des entrepôts dans chaque grande région française, on permet de raccourcir les trajets et de dynamiser l’emploi au sein des régions en mettant fin au monopole de la région parisienne sur le secteur de la distribution. En élargissant cette relocalisation aux autres secteurs commerciaux, on peut développer la mutualisation des flux et donc un remplissage optimal des camions.


Changer nos habitudes

Enfin, il semble essentiel de se questionner sur nos habitudes de consommation : ces dernières années le recours au e-commerce a explosé et nous avons pris l’habitude d’être livré en 24 ou 48h. Le monde du livre n’y a pas échappé et ce sont les grandes entreprises qui en ont profité. Ne sommes-nous pas capables d’une forme de résilience qui profiterait à la planète, aux libraires, et à nous-mêmes ? Réapprendre à savourer le goût de l’attente d’un livre commandé, ou le goût de la surprise provoquée par la lecture d’un livre inconnu conseillé par le libraire. Des choses simples mais trop souvent oubliées dans notre société…

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search